Un merveilleux jeu solitaire par Raynald

Je voudrais vous raconter et partager avec vos lecteurs une activité à
laquelle je me livre depuis longtemps et dont j’en retire un grand plaisir
et d’innombrables satisfactions. Voici donc comment je pratique « un aspect »
de ce merveilleux jeu solitaire.

Je suis un homme dans la mi-quarantaine, de belle apparence, ouvert et
surtout très porté sur tout ce qui concerne le sexe. Je suis scorpion;
alors… Etant célibataire et vivant seul, j’occupe beaucoup de mon temps à
mon travail ce qui ne me laisse guère de temps pour des sorties et
rencontrer des femmes à l’exception d’une amie de longue date qui me rend
visite à l’occasion sans toutefois que nous ayons des relations sexuelles si
ce n’est que quelques accolades très modestes.

Donc, puisque ma vie sexuelle est plutôt monotone, je m’adonne régulièrement
à des séances de masturbation solitaire cependant en y ajoutant des
variantes afin d’obtenir un maximum de plaisir. Une de mes préférées est la
suivante.

Je dois ici préciser que je m’épile tout le pubis, le scrotum ainsi que
l’anus depuis quelques années déjà et j’aime beaucoup cette sensation de
douceur sur la peau.

C’était donc un samedi après-midi où il faisait passablement chaud et je
sortais de la douche. Arrivé dans ma chambre, nu devant le miroir, je
regardais mon pénis à demi-bandé et surtout mes testicules bien pendants dû
à la chaleur. C’est alors que je me suis mis à tripoter mon organe et ce
dernier ne tarda pas à réagir en se dressant quelque peu. Une envie d’aller
plus loin m’envahit la chair.

Je décidai donc d’élaborer une petite séance à laquelle j’ai recours pour
satisfaire ce genre de besoin. Tout d’abord, je m’assis confortablement sur
mon lit, bien adossé, et je prends tout le temps de me détendre tout en
recherchant un niveau de sensations nouvelles sur mon corps. A mes côtés:
des kleenex, un miroir et un objet quelconque pour l’anus. Tout est en place
pour débuter.

Premièrement, je débute bien lentement par effleurer la peau de mes cuisses,
des fesses et les alentours en évitant de toucher au pénis. De petites
pressions sur le périnée remonte jusqu’à l’intérieur de mon membre qui ne
tarde pas à se gorger de vie en devenant plus long et plus dur. C’est à cet
instant que j’installe, entre mes jambes relevées et bien ouvertes, ]e
miroir que j’ajuste de manière à admirer mon anus, mes bourses et la base de
mon pénis avec la grosse veine qui le gonfle de plaisir. J’avoue que c’est
très beau à regarder car j’aime beaucoup contempler chacune des réactions et
des mouvements alors que tout mon bassin s’agite par anticipation.

Une chaleur se dégage de mon corps et une sorte de vie intense s’installe
dans mon bas ventre et la région avoisinante. C’est très chaud, érotique et
spécialement très sexuel.

D’un va et vient très lentement pour débuter, je savoure chaque seconde de
plaisir qui à maintenant rendu mon pénis dur, gros, sensible au maximum que
j’évite de précipiter le plaisir en ne touchant pas le gland, tout rosé, qui
ne demande qu’à exploser de désir. Au lieu de ça, d’une main, j’étire mes
bourses, sans oublier de caresser doucement cette peau épilée si douce et
voluptueuse sur laquelle je sens une moiteur et une chaleur si agréable au
toucher. Mes bourses se retrouvent maintenant en contact avec mon petit trou
(rasé également) et c’est très stimulant à sentir et à voir dans le miroir.
Tout mon pénis est maintenant en pleine érection et je sens mon gland humide
tout contre mon nombril. Je recommence à caresser mes boules qui sont
détendues et je les prends et les fait rouler entre mes doigts pour ensuite
les déposer doucement contre la peau imberbe du périnée et la fente de mes
fesses. Le miroir demeure mon complice de tout instant Je ne veux surtout
pas manquer aucune réaction de tous mes organes virils d’autant plus que je
peux le positionner dans tous les angles.

Maintenant, le plaisir se fait de plus en plus pressant.
J’essaie de retarder ce plaisir en palpant un court instant mes testicules
rendus gonflés et ronds dans leur poche. Ils sont si doux sans poils et si
chauds qu’ils me donnent des chatouillements dans les tripes.

C’est maintenant le moment d’aller plus loin dans mon plaisir. Je tripote
mes fesses, les malaxant, les écartant laissant entrevoir le petit trou qui
réagit bien en se contractant sous la pression de mes doigts insistants.
Tout dénudé de poils, il se fait invitant à la pénétration. Je lui introduis
donc un stylo au plus profond en le sentant tout au fond du rectum.

Mon pénis me brûle les chairs. J’asperge le gland, maintenant au vif, de
salive également sur toute la longueur de mon sexe sans oublier mon sac. Mon
corps est luisant de transpiration et mon bassin entier se meurt de plaisir
dans ses frémissements.

Sous le regard complice du miroir, je scrute chaque va et vient de plus en
plus rapide dans le mouvement où mes testicules dilatés se butent à mes
fesses ajoutant ainsi une sensation supplémentaire à ce que me procure déjà
le frottement de mon gland devenu maintenant violet- bleu. Quelquefois
j’attache, à l’aide d’un élastique, mon scrotum très serré formant ainsi une
masse dure et ronde laquelle heurte le bout de l’objet introduit dans mon
anus ce qui déclenche une agréable onde de chocs à l’intérieur de tout mon
bassin- Puisque je sens venir le point culminant, j’accélère, bien malgré
moi, la cadence en tirant doucement sur le stylo dans l’anus tout en
malaxant son contour, et de l’autre main je frotte énergiquement tout autour
de mon gland et le prépuce profitant de tous ce que mon corps m’envoie de
sensations pour enfin aboutir à un ultime orgasme dans lequel mes jambes se
raidissent et que des gémissements s’échappent de moi. Cependant, je ne
manque nullement de regarder dans le miroir et sentir chacune des
contractions du muscle du périnée et de l’anus d’où l’objet s’active en
saccade selon les contractions jusqu’à se mouvoir hors de mon petit trou de
cul. C’est tout simplement sublime.

Parfois, en nettoyant le sperme répandu sur mon corps, j’en profite pour
lécher les petites gouttes qui me coulent encore sur la main. Un petit goût
de salé à ne pas dédaigner. Après quoi, un grand bien-être m’habite et une
sensation d’être complètement vidé se fait sentir. Cela est très apaisant et
reposant pour le corps. Merveilleux et très bon.

Voilà mon expérience personnelle laquelle, je l’espère, saura satisfaire les
attentes de vos lecteurs et je suis heureux de partager avec tous ces doux
plaisirs que procure le sexe.

P.S. Cette séance de masturbation dura plus d’une heure et il en est ainsi à
chaque fois. Il faut savoir faire durer le plaisir; n’est-ce pas? À la
prochaine; peut-être!!!

Sexuellement vôtre, Raynald

mraynald@megaquebec.net

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>