Carnaval, Sexe et Samba par Ivan Ribeiro Lagos

NDW : Ce texte écrit en portugais du Brésil nous est parvenu dans une
traduction approximative que nous avons corrigé en essayant de ne pas trahir
l’esprit du texte. (pas évident !) – L’ illustration a été fournie par
l’auteur.

Je m´appelle Ivan, brésilien, quarante neuf ans, commerçant, brun, 1 m 68,
70 kg, marié avec une femme du même âge, très jolie, 65 kg, 1 m 65, blonde,
plus exhibitionniste que moi, elle est artiste plastique, nous nous
racontons ce qui s’est passé pour nous pendant les cinq jours de carnaval.
Le texte qui suit est totalement véridique, pas le moindre détail n´a été
inventé avec celle qui partage ma vie depuis trente ans. Je voulais ça
depuis bien longtemps, qu´elle se décide de réaliser un de ses vieux
fantasmes, qu’elle s´habille comme une pute durant les jours de carnaval
dans notre ville.
Et le moment arrive. Dans la nuit de vendredi, il a fait 35°C de chaleur, et
elle me dit :
- Ma chatte est en feu ! Je voudrais porter quelque chose comme un vêtement
de pute et sortir avec toi ?.
- Oui, je lui répondis, ça va me plaire énormément… Tu sais.
Quand elle est sortie de sa chambre, elle portai une mine-jupe bien courte,
rouge, avec le chemisier semi-transparent noir, et avait chaussé une paire
de hauts talons aiguilles, elle montrait presque ses fesses et n’avait pas
mis de culotte, son chemisier noué sur le ventre.
Nous nous rendons alors sur l’avenue où passe un défilé de carnaval et
décidons d’entrer dans la foule, il y beaucoup de personnes qui dansent,
sautent et chantent en s’amusant, au son et au rythme des sambas. Nous
buvons un peu, pour nous détendre et puis nous nous éloignons, elle se
dirige avec moi, rapidement vers la voiture, elle me dit :
- Préparée comme je suis cette nuit, je vais me libérer totalement. Je vais
faire tout ce qui me passe par la tête, je vais donner mon show particulier.
Je lui réponds que je suis complètement d´accord. Quand nous arrivons dans
le local, j’ai déjà entendu des choses comme :  » merveilleuse, divine…
elle était outrageusement sexy « . En cherchant un parking pour garer notre
voiture, tout était bondé, nous trouvons seulement une place à l’arrière
d´une maison où il y a un homme qui surveille les autos et qui nous fait
signe d’entrer jusque là.

L´homme s´approche de notre voiture et vient à côté et voit ma femme sur le
siège passager avec les jambes entre-ouvertes pour dévoiler son sexe en feu
d’excitation, la mini-jupe qui monte sur le ventre, elle retouche son
maquillage devant le rétroviseur de l´auto. L´homme est impatient et nerveux
devant cette situation. Alors, l´homme ouvre la porte du véhicule pour
qu’elle puisse descendre. Ma douce épouse, s’apercevant que l’homme cherche
à la voir en entier, ouvre complètement ses jambes pour dévoiler son vagin
nue et rasé. Puis, debout elle plaque sa croupe contre sa queue qui est déjà
bien dure, elle remue et bouge ses fesses, puis les colle sur l’emplacement
de sa pine le laissant plus excité encore. Elle sent qu’il tire son pieu, il
a déjà sortit son sexe et le colle à son derrière, elle s’affaisse un peu
pour faciliter la pénétration, il commence ensuite quelques mouvements de
va-et-vient. Je ne pouvais plus reculer de toute façon, consentante ou pas,
elle allait y passer. Son visage grimaçait de l´intense jouissance qu’elle
ressentait, puis elle s´est retirée. Elle a été dit que ça allait se répéter
bien plus tard. Sur le chemin de la Fête de carnaval elle me dit que l´homme
a une grosse bite et qu´elle voudrait lui donner sa chatte plus d’une fois.
Finalement nous sommes arrivés dans la rue principale du trafic
carnavalesque, sur le boulevard des Sambas endiablées.

Vers 22 h 00, un bref feu d´artifice est lancé. C´est le coup d´envoi
officiel du début du carnaval, il était bondé de personnes qui dansent et
chantent au rythme des sambas, aussi trouvons-nous beaucoup de gens que
peinaient pour entrer au centre de la foule. Plus de 2.000 personnes
s´amusent dans la rue au son de la musique brésilienne, je la regarde se
trémousser langoureusement au rythme des sambas qui éclatent un peu partout
a la fois… Elle danse bien, ma créature… et quel cul elle a !!! J´adore
voir ses fesses trembler au rythme des percussions, ses seins sont
absolument synchronisés avec la musique et je me régale vraiment de la voir
sursauter comme ça en parfait accord avec les bongos qui claquent autour
d´elle. Elle me dit qu’elle se sent excessivement excitée, que son sexe en
braise. Ce soir serait une nuit de carnaval encore plus délirante !!! Nous
n’étions plus très gênés par cette situation. Elle dansait au rythme des
sambas de carnaval. Mais il n´y a plus qu´une foule d´inconnus qui dansent
tout en avançant lentement sur les tempos endiablés de la fièvre du carnaval
de Brésil…..

Cette troupe a bien sûr remarqué la présence d´Effi et lui montre
sympathiquement comment danser pour être en parfait accord avec eux sur le
rythme de l´orchestre qui les accompagne. Un des danseurs est venu faire un
peu de frotte-frotte langoureux sur ses fesses. Il se colle derrière elle et
fait exactement le même mouvement que le derrière d´Efi. Elle sent le
contact viril, avec une petite bosse au creux de ses fesses. Elle tourne la
tête pour regarder le visage de son charmant cavalier. C´est elle maintenant
qui affiche son superbe sourire tout en regardant droit dans les yeux
l´homme qu´elle vient d´allumer. C´est elle qui accompagne les mouvements de
son partenaire de danse. Toute la troupe suit le rythme de la samba et on
peut remarquer qu´il y a un en arrière. Je n´en revenais pas de voir que ma
femme était carrément en train de branler deux mecs en pleine avenue, je ne
vois plus que sa tête car la foule est tellement concentrée et mouvante que
j´ai bien du mal à essayer de la rejoindre. Mon épouse alors me crie quelque
chose que j´ai bien du mal a entendre clairement :
- T´inquiètes pas, amuses-toi bien, on se retrouvera plus tard !
Elle fut vite écrasée entre les deux mecs, ma femme avait l´air minuscule
entre ces deux grands gaillards, quand je vis un homme que se trouvait
debout derrière elle. Je voyais sa main s´agiter sous sa jupe et lui
caresser les fesses avec fermeté, puis je le vis se pencher légèrement afin
de pouvoir toucher sa chatte avec sa queue par derrière et les deux mains
sur ses seins tout en la tripotant, il fit remonter son chemisier, glissant
ses mains dessous pour mieux la caresser, de plus en plus le chemisier
remontait. Un autre homme était collé face à elle.

Ma femme était maintenant presque nue, les mains allaient partout sur son
corps, l´un d´eux la fit pencher en avant et elles appuya sur l´ombre de
l`homme en face. Le public ne peut pas voir ce qu´il s´y passe, on ne peut
voir que les visages d´Efi et de son danseur. Déjà elle commence à ouvrir la
braguette de son malheureux qui a bien du mal à croire ce qui lui arrive,
tout en continuant de marcher. Elle adore ça ! Moi-aussi, et le danseur
également. Car il affiche maintenant un très large sourire de bonheur
intense……qu´il est courageux, ce danseur ! Tout en continuant à marcher,
une main prend sa queue et la place a l´entrée du sexe d´Efi, elle poussa un
cri qui est entièrement couvert par la musique et les cris de la foule.
Finalement c’est d´un seul coup que le mec en érection pénètre la pauvre
Efi. Sous l´impact et la sensation d´un plaisir violent, je vis ma femme
retenir un petit cri, avec frénésie pendant qu´elle essayait tant bien que
mal de se maintenir debout, le ventre de l´homme toucha bientôt ses fesses,
et je ne vis plus le sexe de l´homme entièrement fiché dans le ventre de ma
femme, sa queue pénétra vigoureusement dans sa chatte. Ce fut ensuite un
va-et-vient caractéristique d’un homme en rut qui copule sa femelle. Le
premier à avoir pris mon épouse s´immobilisa, puis donna des coups de reins
plus forts et plus espacés, faisaient un mouvement de va-et-vient, puis
manifesta sa jouissance lorsqu´il se retira. Je pense qu´elle jouit assez
vite, car je vis le mec sortir sa queue, un fil de liquide tomba à terre,
l´homme fut aussitôt remplacé par un autre. Ma chère épouse me vit et
sourit, elle avait les jambes légèrement écartée, offerte. De près, je
pouvais voir des coulures de spermes sur ses bas. L´autre mec ne tarda pas à
jouir à son tour. Il ne restait plus une trace de sperme sur son sexe. Elle
regarde de mon côté et dit :
- C´est ça que tu veux mon amour ? Regarde tout sans rien perdre

Alors, un peu plus tard, un homme se place derrière elle et colle son bas
ventre contre ses fesses, malaxe sa croupe pour faciliter les choses, la
main de l´homme aide sa queue qui entre vigoureusement dans la chatte, puis
une fois qu’il s´est bien mouillé avec tant de plaisir, il commence son
rythme de va et vient au beau milieu des personnes qui nous entourent, sans
s’apercevoir de ce qui s’y passe. Surpris lui aussi par cette pénétration
involontairement violente, il titube un peu mais continue son chemin pour ne
pas sortir du délicieux couloir où il vient de s´engager. Elle était
visiblement émoustillée, la tête jetée en arrière comme pour mieux savourer
l´extase, elle recevait un grande et grosse bite dans sa chatte en public.
J´écoute ma douce épouse gémir de plaisir avec tout ça. Son corps vibre de
jouissance. Elle continue á bouger sans se préoccuper de rien, il arrive au
moment crucial ou il doit donner un peu de liquide à la dame…quand il
éjacule en elle sans sortir le sexe si doux et humide, il décide finalement
de donner tout son jus à Efi. Il crie son bonheur et elle aime ça, sentir le
sperme s´écouler en elle. D´ailleurs elle aussi se met à jouir violemment en
se cambrant en arrière. Il se retire enfin discrètement il range sa queue
coquette dans sa boite et referme sa braguette, pendant ce temps, je me suis
moi-aussi mis à danser à coté d´elle. Je l’embrasse et l’invite à sortir de
la, ma femme me dit :
- Chéri , je suis encore plus excitée ! Tu dois faire quelque chose pour
effacer tout mon feu !
Toutes les personnes continuent á danser le rythme de la samba sous ce
climat tropical qui stimulait la sexualité. Nous sortons de là et deux
hommes qui assistaient à la scène de l’avenue nous invitent pour aller avec
eux à un endroit plus adapté pour continuer dans l´orgie, avec une séance de
sexe sans limite à quatre.
- Ils me plaisent, me dit elle. Je veux encore plus et plus de sexe avec eux
Je lui demandais depuis longtemps qu’elle accepte de faire amour avec
d´autres hommes devant moi, pour me donner du plaisir, ça m’excitait
énormément d’y penser. J´ai l´envie perverse de voir des queues lui entrer
dans le vagin et dans le cul, de voir la bite que la défoncerait. Je lui
réponds que je suis complètement d´accord, d´aller avec les deux mecs, puis
après avoir marché quelques temps, nous arrivons dans la maison abandonnée
et mal éclairée. Nous entrons et cherchons un lieu pour faciliter les
choses. Nous trouvons des caisses vides par fourrer le solo. Les deux hommes
sont bien là, un noir bien fort et l´autre blanc. Ils paraissent environ
trente trois ans, tous les deux ont le sexe dressé á la main. Le noir montre
son membre énorme et gros et se masturbe lentement devant elle, à peu près
25 cms de pur chair raide, déjà en érection, elle s´agenouille face à lui,
saisit la queue d´une main, puis commence à la masturber lentement à deux
mains, elle le branle avec frénésie, ensuite elle ouvre la bouche et enrobe
le gland qui lui emplit déjà la bouche, mais, elle suçe avec tant de passion
que le noir grimaçe de plaisir, elle pompe de tout son cœur, elle écarte les
lèvres de son vagin et frictionne son clitoris tout gonflé sans cesser de
téter la bite de l’homme. Le second type qui assiste à tout se masturbe, son
sexe commence à dresser, il prend ma main et la pose sur son membre. Je
m’agenouille aussi en face de lui et saisit sa queue. Comme malgré moi, je
vois mes doigts après un instant d´hésitation se refermer sur l´objet de
plaisir et commencer à le branler, d´abord doucement puis de plus en plus
vite. Lui massant les couilles velues, remontant sur la hampe gonflé en
excitant le gland de mes ongles, à ce moment comme dans un rêve, je prends
dans ma bouche le sexe d’un autre homme. J´arrondi mes lèvres et les fait
coulisser sur la queue de cet homme. Je le suce, m´appliquant à ne pas
négliger un seul centimètre de sa bite, devenue énorme maintenant. Je taille
une pipe á un homme comme si j´avais toujours fait cela, devant ma femme. Il
gémit et murmure que c´est bon, il me demande de continuer. Il est très
raide et ma langue tournoie sur le gland écarlate. et ensuite commence á
sucer goulûment et á branler mon premier membre. Á entendre les gémissements
de l´homme je me débouillais bien. Après un moment où on n´entendait plus
que des gémissements, elle change de position, le noir qui s´apprêtait à la
chevaucher se mit sur le dos et l´amene sur lui, ajuste le gland gonflé sur
la petite chatte de ma femme et pousse en petits coups, mais inexorablement
pendant la pénétration. Je vois mon épouse grimacer et gémir doucement, elle
s´efforce de mieux s´ouvrir pour l´accueillir, elle lui demande d’aller de
plus en plus vite. Il pousse centimètre par centimètre jusqu´au fond de son
vagin rempli du sperme de sa précédente relation. Le seconde homme tire sa
pine de ma bouche pour ne pas jouir dedans, et observe l’accouplement de son
ami avec plus attention. Maintenant, le noir place ma femme pour la
chevaucher et se mettre par dessus sa poitrine, puis il remonte et redescend
un poil plus bas et l’enfonce dans son intimité, d’un seul coup, toute sa
queue est dans le con gluant, il y effectue quelques mouvements de
va-et-vient, et invite son ami à pénétrer le cul de ma femme, elle se penche
pour faciliter la pénétration dans son anus, il le fit lentement. Quand le
fantasme a été réalisé, elle a crié qu’elle veut les deux hommes en elle.
L´homme blanc prend sa pine et la pénètre presque entière dans le cul, la
bite couverte humidité de ma salive et pousse lentement au fond de son cul,
ma femme se détend un peu á peu elle sent son conduit presser
voluptueusement la queue. Il commence á la sodomiser doucement. Avec l’autre
enfoncé dans son vagin, ils pilonnaient au même rythme s’enfonçant
profondément dans son ventre.

Elle gémissait et criait de plaisir, son visage grimaçait de l´intense
jouissance qu´elle ressentait et de ses orgasmes successifs. Elle haletait,
elle criait que c´est trop fort, deux bites dans le corps en même temps. Le
second homme qui l´enculait, incapable se de se contenir davantage, jouit à
longs traits, se répandant en elle avec un gémissement de bonheur. Le noir
qui était en-dessous jouit aussi remplissant de foutre sa chatte avec forts
gémissements… Son vagin est un véritable marécage. Elle vire de côté avec
une expression de bonheur et sourit pour moi, se lève et m’embrasse avec
tendresse…
- Merci, mon amour, pour le plaisir que tu m’as donné
FINE

Ici, São Paulo – Brésil, Écrivez-nous irl70@hotmail.com

Première publication sur Vassilia, le 23/12/2001

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.