Week-end nature en Ille et Vilaine – 2 – par Pierre02

Week-end nature en Ille et Vilaine – 2 – par Pierre02

Je vous ai laissé au moment où Clara embrassait à pleine bouche notre  » voisin pécheur  » et, à l’instant où sa main s’est posée sur son entrejambe.

Cette situation m’amusait et m’intéressait au plus haut point sachant que ma Clara n’a pas l’habitude de se  » dégonfler  » et assume complètement ses actes, tous ses actes.

Je ne vous l’ai pas encore dit mais, de temps en temps, nous nous  » offrons  » de petites incartades soit chacun de son côté soit ensemble…le plus souvent, ce sont des trios ou quatuors ou ma belle est la seule représentante de la gent féminine. Je dois dire que cela me conviens parfaitement car j’aime la voir, la sentir, l’entendre prendre son pied avec d’autres hommes, en général choisis ensemble.

Le belle devait sentir, que cette fois-ci, même si le choix était de son seul fait, que je n’allais pas l’en empêcher…bien au contraire.

Je me suis reculé derrière elle jusqu’à la banquette de notre  » résidence secondaire  » ce qui a permis à Clara et à son compère de rentrer à l’intérieur, bien à l’abri des regards. Clara a fermé la porte derrière notre  » invité  » et a continué à lui masser la bosse (de plus en plus grosse) de son pantalon. Cela a duré un bon moment, pendant lequel, je me suis contenté de regarder et de profiter de la sensation très agréable de sentir l’excitation monter et ma  » tige  » se dresser et durcir. N’y tenant plus, j’ai ouvert la braguette de mon short et sorti ma hampe afin de me masturber….Voyant cela, Clara a commencé à défaire la ceinture de son complice avec la main droite restée libre. Assez prestement, le pantalon s’est retrouvé sur les talons de celui-ci …et surprise agréable, celui-ci ne portait pas de sous vêtement et surtout était très bien doté par dame nature…une belle hampe d’environ 16 cm et surtout bien épaisse …sans doute le double de la mienne !

Clara à sourit, son regard s’est illuminé, elle a passé la langue sur ses lèvres et…me regardant bien an face m’a dit : je crois bien que celle-là je vais me la mettre dans le con !

Puis, elle a  » tiré  » son étalon vers l’évier et a donné l’ordre à son complice de  » laver bien à fond cette si belle queue « . Il a marqué un temps d’hésitation, à bredouillé…je n’ai pas de capote. Je lui ai répondu que nous, nous en avons toujours avec nous et je me suis penché vers le  » vide poche  » afin de lui en fournir un boite de 12  » king size  » (je ne suis pas mal doté non plus et pas assez à l’aise dans les modèles classiques).

Il s’est donc exécuté, et s’est lavé la bite sous le robinet, il l’a fait avec application ce qui personnellement m’a plût, ceci démontre une sorte de respect des autres et en plus, il se passait les doigts sur toute la hampe et le gland et visiblement y prenait du plaisir. Pendant qu’il s’exécutait, j’ai remarqué à son poignet droit une gourmette avec  » Fabien  » écris dessus.

Une fois son opération nettoyage terminée fabien s’est retourné vers Clara, qui s’est assise et a approché sa langue bien tirée vers sa bite. Je lui ai dit, vas-y doucement, prends ton temps, fais lui du bien, j’aime te regarder sucer d’autres hommes.

J’ai enlevé mes vêtements, et, nu j’ai entrepris d’en faire de même avec ceux de ma douce qui ne portait qu’une jupe et un top à petites bretelles, n’ayant pas encore eu le loisir de se laver depuis qu’elle s’était levée, le tout porté sur un  » boxer-string  » en soie beige.

Celui-ci enlevé, je l’ai senti, humé et m’en suis  » imprégné  » comme on le fait d’un grand cru avant de le boire…il faut dire qu’il avait du fumet !

Puis, j’ai demandé à Fabien s’il voulait que je l’aide à se débarrasser de ses fringues pendant que Clara lui pompait le dard…

En quelques instant, nous nous sommes retrouvés nus tous les trois au beau milieu de nos quelques mètres carrés mobiles.

Contre toute attente, Fabien m’a regardé et m’a demandé si j’aimerais caresser ses couilles…sans un mot, ma main droite s’est emparée de ses couilles, par derrière tout en continuant à me masturber de la gauche. Je me suis synchronisé avec les  » haut et bas  » de la tête de Clara, à chaque fois que celle-ci était en haut, je pressais avec douceur le  » sac  » de Fabien et à l’inverse quand les lèvres de ma belle rentraient dans la belle touffe de poils noirs, je relâchais la pression.

Notre  » prisonnier  » n’en pouvait plus, il tremblait de tout son corps en poussant de Ho !!! ou Ha !! de plaisir.

Voyant que notre complice allait  » crescendo « , j’ai décidé d’arrêter mes caresses afin de le laisser se calmer. Je lui ai demandé combien de fois il avait joui dans la nuit, il m’a répondu trois, je lui ai demandé s’il pouvait se retenir encore longtemps…sa réponse a été :

– Oui, si elle arrête de me sucer comme une dingue !
En effet, Clara y allait de très bon cœur, elle aspirait la hampe à  » pleine bouche  » (ce n’est pas seulement une image car vu la largeur de celle -ci ses lèvres étaient plus que tendues) sa tête effectuant avec rapidité et régularité un mouvement de montée descente sur 10 centimètres de plus en plus vite : elle lui faisait une pipe d’enfer qui le menait tout droit vers l’orgasme. C’est alors que Fabien a pris la tête de Clara entre ses mains et lui a dit doucement en la ralentissant : arrêtes je veux que tu prennes du plaisir et à ce rythme-là je ne tiendrais pas longtemps. Elle s’est retirée avec regret, lui disant : c’était trop bon, ta bite est trop bonne. Fabien lui a répondu :

– Que tu suce bien, j’avais eu autant de plaisir à me faire sucer la queue !

Je leur ai proposé de faire une pause et de nous faire un petit café…chose dite, chose faite, nous nous sommes attablés avec nos tasses, nous regardant les uns les autres sans trop savoir quoi dire. J’aime beaucoup ces moments-là, faits de d’excitation très sexuelle et de trouble plus érotique, ce sont de moment qu’il faut (à mon avis) prendre le temps de vivre.

J’ai donc décidé de leur dire que j’avais quelque idée quant à le poursuite de nos  » frasques  » bref, je leur ai demandé que Fabien prenne Clara longuement, profondément, et doucement sans tenir compte de ses demandes ou ordres mais au contraire en m’écoutant moi qui ne serais que spectateur…

Clara n’a pas parue très enchantée car elle aime  » diriger  » les hommes qui la baisent, pour Fabien, cela paraissait  » incongru  » il m’a dit :

– Vous alors vous êtes un drôle de couple et vous Monsieur je ne sais pas quoi en penser…vous êtes bizarre, regarder sa femme se faire baiser par un autre mec…je comprends pas bien. Mais si c’est ce que vous voulez… essayons !

J’ai donc pris les opérations en main, Clara, n’ayant émis aucun avis et qui ne dit mot consent comme dit le proverbe.

J’ai aidé Clara à se coucher en travers de la table, les jambes pendantes, je les ai écartées, et j’ai demandé à fabien de s’approcher juste devant la chatte de Clara béante, et d’où coulait un petit filet de cyprine….Fabien s’est recouvert d’un préservatif…ainsi habillée sa bite semblait encore plus grosse !

Je me suis mis de côté près d’eux et leur ai dit :

– Fabien, je vais prendre ta bite et la faire entrer dans le con de cette femelle en rut…et toi ma douce salope je t’interdis de bouger pour le moment, tu vas voir je vais te faire avoir beaucoup de plaisir…c’est moi qui te pénètre en ce moment…écoutes bien, c’est ma queue encore plus grosse qui te baise à fond.

Et doucement, j’ai mis le gros gland en contact avec l’entrée du vagin de Clara, puis j’ai mis ma main sur les fesses de fabien et l’ai  » poussé  » en douceur très lentement jusqu’à la garde de sa pine.

Là je leur ai demandé de ne plus bouger et de profiter des sensations qu’ils ressentaient… pendant ce temps, j’ai recommencé à m’astiquer le mandrin juste au-dessus de la jonction de leurs corps. Je me suis branlé ainsi de longues minutes alternant ma branlette afin de ne pas me laisser aller à  » juter  » trop vite.

Ensuite, j’ai pris Fabien au niveau du bassin entre mes mains et j’ai commencé à le faire bouger en arrière…à la vue de la base du gland, j’ai poussé dans l’autre sens…et ainsi de suite, plus vite, puis plus lentement, puis je lui faisait sortir sa hampe totalement et la faisait replonger dans le con luisant de Clara…Ce tempo bien synchro car Fabien se laissait manœuvrer totalement et Clara ne bougeait pas d’un pouce aurait pu durer encore plus longtemps…

Cette situation m’excitait au plus haut point et de ma queue coulait ce liquide appelé  » pré séminal  » signe de beaucoup de plaisir… un long filet reliait leur sexes au méat de ma queue… j’y prenais vraiment beaucoup de plaisir.

J’ai demandé à Clara si elle aimait que je la baise ainsi…elle m’a répondu :

– Tu m’épuises mais c’est si bon salaud tu me baises de mieux en mieux !

A ces mots, Fabien a semblé sortir de sa torpeur, il a commencé à contrarier mes mouvements, j’ai retiré mes mains, et lui ai dit :

– Vas-y baise la bien à fond…elle adore ça !

Puis à Clara :

– Ça y est ma chérie tu peux faire ce que tu veux car maintenant c’est lui qui te fourre bien à fond et regarde-moi, je me masturbe devant vous… Regarde ma chérie ma main qui bouge à la même vitesse que sa queue dans ta chatte…

Avec un tel traitement, le plaisir est monté en flèche… Clara la première s’est mise à parler fort à nous dire que nous la faisions jouir….Fabien s’appliquait comme un chef il lui pistonnait le conduit vaginal en puissantes poussées bien rectilignes et sans hésitation ni ralentissement… pour un mâle nous étions servis, c’était d’un vrai étalon dont il s’agissait !

Ma main s’activait de plus en plus vite, fini la synchronisation divine, place à mon plaisir irrésistible j’ai  » commenté  » la montée de mon sperme dans ma tige… annonçant l’orgasme salvateur qui s’est traduit en jets de foutre sur les deux sexes reliés par la danse divine de l’amour… Fabien a accéléré le rythme, son souffle était saccadé, son visage cramoisi de plaisir… je l’ai encouragé à  » lâcher  » en lui disant :

– Vas y laisse toi aller tu l’as fait jouir comme rarement et tu la fait encore jouir la salope…

C’est sur ce qualificatif qu’il a poussé un long râle, la pine plantée sans bouger bien au fond de l’intimité de ma belle…il a joui longtemps sous les soubresauts de son orgasme.

Fabien est resté, à ma demande  » planté  » au fond du vagin de Clara jusqu’à ce que sa belle queue diminue et ramollisse…puis, je l’ai aidé à le faire , lui ai enlevé le préservatif bien rempli de foutre…Une bien belle éjaculation pour un homme qui s’était déjà branlé jusqu’au bout dans les 8 dernières heures…oui vraiment c’est un vrai étalon ce garçon.

Je l’ai complimenté sur sa qualité de mâle, sa belle queue et la quantité de son éjaculat…chose à laquelle il m’a répondu, toujours en me vouvoyant :

– Vous savez, j’ai 28 ans , je vis avec ma femme depuis 5 ans, et depuis 3 ans, depuis la naissance de notre fille, je n’avais pas fait ni l’amour ni même quasiment je ne m’étais branlé…Merci à vous de m’avoir donné ce plaisir, de m’avoir montré que je ne suis pas  » foutu « , que je peux encore plaire et faire l’amour et là vous m’avez  » gâtés « …Je ne pensais pas que des gens comme vous ça existait vraiment !

Fabien s’est relavé la bite, a remis ses vêtements et je lui ai demandé de rester encore un moment pour prendre un petit café en notre compagnie…

Clara s’est montrée exquise, drôle et coquine comme elle sait si bien le faire, elle a dit de bien belle choses à son  » étalon  » lui a donné une de ses cartes de visites ou n’apparaissent que son nom, prénom, n° de téléphone et adresse mail…elle lui a demandé si par hasard nous avions encore l’envie de faire une petite escapade au bord de la Vilaine il serait tenté de nous y rejoindre…Fabien à bredouillé quelque chose qui m’a semblé être un  » ho oui , pas de soucis « …

Nous l’avons quittés Clara lui faisant la bise et moi lui donnant une bonne et franche poignée de main en lui disant, moi, c’est Pierre, elle, c’est Clara, nous sommes mari et femme depuis plus de 30 ans et je l’aime de plus en plus…Clara m’a pris la main, Fabien à fait demi-tour et est reparti vers ses cannes à pêche…

Nous avons roulé de longues minutes en silence, chacun dans ses propres pensées, au premier grand carrefour Clara m’a dit :

– Et si nous faisions demi-tour…si nous rentrions à la maison. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai une terrible envie de dormir dans mon lit.

J’ai, pris à droite, en direction d’Angers. Ce n’est qu’arrivée à la maison que Clara à pianoté sur notre ordinateur portable, a ouvert son carnet d’adresse volontairement devant moi, a sorti un petit papier de sa poche et a commencé à créer une nouvelle adresse…

Comme par hasard la première lettre était un F !!!!!!!!!!

Vivement le prochain départ en week-end et à  » l’arrache  » !!!!!!

FIN

 

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *