Mon double par Alain_T

 

Mon double par Alain_T

Certains jours je ne résiste pas aux plaisirs de me promener en tenue sexy dans la rue. Je choisis toujours le même ensemble : jupe de cuir noir, fendue jusqu’en haut des cuisses, découvrant la lisière des bas et de la peau. Veste rouge, rouge à lèvres assorti, talons aiguilles. Surveillant regards et réactions, je déambule de boutiques en trottoirs. Puis, quand l’excitation ravage délicieusement le bas de mon ventre, j’entre dans un magasin de fringues, puis dans la cabine d’essayage.

J’enlève ma jupe et je m’admire devant la grande glace. J’enlève ensuite mon slip collant. Ma verge jaillit, droite, fière avec son gland découvert et luisant. Doucement, lentement, je me branle, demandant d’une drôle de voix, à la vendeuse de patienter. J’éjacule avec un plaisir immense, qui n’a rien à voir avec celui que je prends avec ma copine. C’est plus cérébral. Je me rhabille. Toujours à pied, je me rends à mon rendez-vous. Dans ces moments tout est organisé et minuté. Je suis l’acteur de ma propre mise en scène.

Je me rends chez une prostituée que je connais bien maintenant. Je lui ai acheté le même ensemble que le mien jupe noire, veste rouge. On porte la même perruque.

Quand elle ouvre la porte, j’ai l’impression de me voir. Une douce excitation m’envahit, mais comme je me suis bien branlé auparavant, je la contrôle. Chaque fois, elle choisit un homme différent, de préférence docile et ayant une grosse bite. Il est assis dans le salon et attend sagement. Je m’installe dans un fauteuil.

Ma chère prostituée s’avance vers son partenaire et l’attire contre elle. Puis son visage glisse sur sa chemise, sur sa braguette. Elle s’agenouille, déboutonne le pantalon. Un membre en sort. Il n’est pas encore en érection. Elle fait glisser le pantalon le long des cuisses qui apparaissent, poilues.

Puis ses mains remontent vers les couilles. La verge prend vie, s’anime. Du bout de la langue elle en titille le bout. Dans sa jupe noire, fendue, dans sa veste rouge, c’est moi. C’est moi qui happe la hampe pour la faire grossir et durcir. Dans ma culotte serrée et malgré les précautions que j’ai prises, ma queue gonfle. C’est tellement bon que mon regard se brouille légèrement.

Mon double s’active en face de moi. Elle lèche et mordille le bout du gland jusqu’à le rendre juteux. Puis elle s’enfonce jusqu’au fond de la gorge, cette queue magnifique. De la tête, elle fait des mouvements de va-et-vient tout en pétrissant les couilles, en caressant les cuisses velues, en glissant furtivement un doigt humide vers l’anus.

Je sens que le type va jouir. Je me caresse la bite par-dessus ma jupe. Il se cabre. Ses deux mains se plaquent sur la tête de la prostituée, comme pour la forcer à ne plus bouger. C’est lui à présent qui va et vient dans sa bouche. Il renverse son visage en arrière, ouvre grand la bouche. Je sais qu’il éjacule. Je suis alors tout à la fois celui qui décharge et celle qui reçoit le sperme dans la gorge. Je n’ai jamais connu de moments aussi fantastiques.

Ma chère prostituée vient m’embrasser, avec dans la bouche le sperme qu’elle a conservé pour moi. Je l’avale en me laissant aller à une fulgurante érection. Tout s’enchaîne ensuite très vite. J’enlève ma jupe et je relève la sienne. Je retire ma culotte moulante. Ma queue raide se dirige presque toute seule vers son vagin qui est chaud, humide. Je m’y enfonce d’un coup de rein et je la lime jusqu’à éjaculer à mon tour. Et là, je ne sais plus qui je suis, qui elle est. Je baise mon double. Je me baise.

Curieusement, je n’ai jamais eu honte de cette pratique. Elle m’interdit seulement de me marier car je pense qu’aucune femme ne l’accepterait. Je me contente donc de vivre en libre concubinage avec ma copine qui a son appartement à elle. Bien entendu, je ne lui ai jamais dit ce que je faisais certains jours. Je rentre chez moi. Je me déshabille, me démaquille et je redeviens un homme, son homme. En général, après ces séances je l’invite au restaurant et nous passons une excellente soirée, car je suis détendu et joyeux.

Alain

Texte publié primitivement sur Sophiexxx, repris par Gay Eros, l’illustration ne représente pas l’auteur de ce texte.

 

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>