Chanette 12 : Le gage de la bourgeoise par Chanette 1 – Soirée spéciale

1 – Soirée spéciale

Réminiscence

Je revois encore Anna-Gaëlle enveloppée dans un peignoir attaché à la diable, les cheveux trempés, le regard bizarre. Sur sa table basse, son portefeuille, une bouteille de Martini et un grand verre rempli de façon fort peu raisonnable ! Et la voilà qui me débite des paroles totalement surréalistes !

- Ben voilà, j’ai fait trois pipes à 20 euros, plus un broute minou à la coiffeuse, elle m’a laissé sa carte, la coiffeuse, donc c’est pas du viol, c’est bien du business ! T’es d’accord avec moi ?

Ma meilleure amie venait-elle de péter un câble ?

Mais, patience, vous aller bientôt savoir tout ça…

Prologue.

A Boulogne Billancourt, dans un grand appartement bourgeois, Pascale, 38 ans, sans profession, croise son mari Olivier 41 ans, inspecteur des finances. Ils forment un couple étrange. Mariés mais vivants chacun leur vie, sans enfants, ils n’ont pas grand-chose de commun si ce n’est qu’un court passé de folie aujourd’hui oublié. Et ils ne restent ensemble que pour des raisons liés à leurs familles respectives. Ils se voulaient libertins, Pascale ne l’était pas, s’est forcée à l’être et l’est devenue de la façon la plus débridée qu’il soit. Olivier au contraire, a eu du mal à réprimer une jalousie aussi maladive que mal placée et voit d’un mauvais œil les fantaisies auxquelles se livre parfois son épouse.

- Vendredi prochain, tu n’as rien prévu, en soirée ? Lui demande-t-elle !
- Non, pourquoi ?
- Ce fameux pari que j’ai perdu, avec un gage au bout, et bien j’organise tout ça Vendredi !
- Tu es folle !
- Je fais ce que je veux !
- Et ma réputation ?
- Ce ne sont pas les gens que j’invite qui vont la salir, ta réputation ils s’en foutent !
- Ça me gêne, Pascale ! Tu vas trop loin…
- Si ça te gêne, tu me laisse l’appart’. Je me doutais de ta réaction, donc fais comme si tu n’étais pas invité, mais si tu veux être là, cela ne me dérange pas.
- Tu es folle, Pascale ! Répéta-t-il.
- Je ne pense pas, non… Mais répond moi, est-ce que la maison sera libre vendredi ?
- Hélas, oui !

Lundi -. Chanette’s studio.

Une voix de femme sur mon répondeur !

- Bonjour ! Pourriez-vous me rappeler pour que nous convenions d’un rendez-vous ?

Je rappelle donc ! Il est rare que j’aie des femmes comme clientes… Le journal dans lequel je passe des annonces n’est pas spécialement une gazette féminine… mais il est vrai que parfois mon numéro circule. On prend rendez-vous pour le lendemain après-midi. Je la fais quand même préciser :

- Vous savez, je suppose quels genres de prestations je pratique ? Je vous demande ça au cas où vous seriez sans le savoir victime d’un mauvais plaisant !
- Tout à fait ! J’ai très envie de me faire dominer par une professionnelle.
- Alors d’accord, à demain !

Plus le rendez-vous approchait, plus ma curiosité était piquée. Le fait qu’elle ait annoncé clairement le motif de sa venue me rassurait néanmoins ! N’avais-je pas eu parmi mes dernières visites féminines une furie voulant se venger de son mari, et… une contrôleuse du fisc…

Le lendemain

J’étais très occupée avec « Michel ». Le pauvre avait le cul aussi rouge qu’une langouste qu’on vient de sortir de son court-bouillon. Et voilà qu’on sonne ! J’abandonne mon soumis, enfile un kimono et vais ouvrir !

Oups ! D’où sort cette nana ? Tailleur ultra chic, grande, cheveux blonds, visage de star. On l’a croirait sortie d’un film d’Hitchcock ! C’est cet engin-là qui vient se faire dominer ! Et ben…

- Je vous mets cinq minutes dans la salle d’attente, et je suis à vous tout de suite… Si vous pouviez me remplir ce petit questionnaire… c’est pour savoir un peu les pratiques que vous aimez ou non…

Retour au donjon ! Je me suis empêtrée dans mon timing ! D’habitude ça ne m’arrive jamais… Cinq minutes pour finir Michel et le laisser se rhabiller, c’est de l’expédition… pas mon genre… évidement je peux retourner voir la bourgeoise et lui dire que les cinq minutes se sont multipliées par trois… Mais je préfère faire autrement ! Mon client ne rechigne pas à faire parfois des « choses inavouables » avec d’autres soumis… alors allons-y, mais il va falloir qu’il attende !

- Bon t’es pas pressée, j’espère ?
- Non maîtresse ! Me répond Michel
- Alors ça tombe bien ! Je vais te bander les yeux et t’enfermer dans la cage… Je ne veux pas t’entendre pendant une heure… Et si t’es sage en fin d’après-midi je te ferais peut-être sucer une bonne queue !
- Oh oui maîtresse… une bonne queue !

J’enferme le gus, et retourne voir la bourgeoise !

- Voilà, autant que vous soyez prévenue, j’ai un soumis bouclé dans une cage, il a les yeux bandés, mais si sa présence vous gêne, je le mets ailleurs…
- S’il a les yeux bandés, il n’y a aucun problème…

Je parcoure les réponses au petit questionnaire… Impressionnant, la fille accepte presque tout ! Trop beau pour être vrai !

- Vous avez déjà été avec une dominatrice ?
- J’ai fréquenté plusieurs années une fille qui l’était, nous étions très liées, et puis elle est partie à l’étranger… ce genre de relations me manque un peu… mais en fait, je suis surtout venue pour vous faire une proposition !

Elle a un de ces sourires, un de ces visages ! Quand je pense que mon succès à moi, c’est surtout ma bobine et mon sourire, et bien je suis battue, et à plate couture… Tiens je sens que je vais être jalouse ! Et la jalousie c’est une bonne motivation ça pour réussir une excellente domination, je vais la soigner la blondasse en tailleur… par contre c’est quoi sa proposition, on va encore me demander un truc pas possible…

- J’ai fait un pari avec quelques amis, que je me suis amusée à perdre. Mon gage est de me faire dominer devant eux par une professionnelle !
- Ah ! Et vos amis attendent ma réponse derrière ma porte ? Ironisais-je un peu bêtement.
- Non, nous pourrions faire ça par exemple un vendredi soir à mon domicile…
- En principe, je ne fais pas d’extra, je me tiens à mes horaires… mais bon on peut toujours discuter…

Etrange la position de principe que j’ai eu… avec un(e) autre j’aurais sans doute dit non tout de suite. Je n’aime pas me disperser, la domination, c’est mon job, mais ce n’est pas ma vie, ma vie, c’est autre chose, c’est mon compagnon, mes copines, mes passions… Mais il faut croire que cette créature me fascine… On négocie… La dame a du fric… ça facilite les choses… Par précaution, je demande la permission de me faire accompagner d’une amie. Accordée… Il ne reste qu’à régler les modalités pratiques… On les règle. Mais madame me précise qu’elle souhaite néanmoins faire un test :

- Bon, je vous propose que nous fassions une séance, là tout de suite, et si votre façon de faire me convient, alors je vous donnerais une avance pour vendredi soir…

Pas conne la fille, je vais être obligée de me surpasser… mais je crois que ce ne sera pas une corvée… Avec tout l’argent qu’elle me propose je pourrais me payer huit jours de vacance, ça me fera du bien…

- Euh… Reprend-elle, avec mon amie, elle me dominait, mais pour finir on faisait l’amour… est qu’on pourrait… je ne sais pas si ça se fait… ça pourrait être très agréable, je vous trouve très belle…

Très belle ! Tu parles… A côté d’elle je n’ai pas l’air de grand-chose…

- En principe je ne fais que de la domination. Mais je peux faire une exception…
- Je vous en remercie d’avance ! Me dit-elle avec un sourire craquant. Je devrais même dire que je m’en délecte d’avance.
- Au niveau du langage, je peux me lâcher ou vous préférez une certaine retenue ! Demandais-je
- Lâchez-vous ! Et si je vous dis « alouette », deux fois de suite vous arrêtez tout. C’est ma seule exigence. Maintenant allez-y je suis à vous pendant une heure !
- Donne-moi déjà les sous…Répondis-je, entrant cette fois dans mon rôle.

Elle me tend une enveloppe fermée. Je n’ai pas l’impolitesse de vérifier devant elle… mais je ne suis pas folle non plus, je le ferais pendant une pause…

- Allez rejoins moi dans le salon, et fous toi à poil ! Complètement à poil !
- Oui maîtresse !

Elle se déshabille rapidement, prenant soin de disposer tout ça sur une chaise. Bien foutue la nana. Difficile de lui donner un âge. Plus de trente, moins de quarante ? Il ne lui reste que le soutien-gorge et la culotte, elle enlève cette dernière, puis va pour enlever le haut. Je l’en empêche.

- Stop ! Fais-moi voir ce gros cul !

Il n’est pas gros, il est très bien. Je lui malaxe les fesses, elles sont douces et fermes, puis sans crier gare, lui balance une fessée du plat de la main.

- Aïe !
- C’est tout pâle, ça ! Je vais te le faire rougir !

Je balance une seconde fessée, puis j’y vais à la volée. La bourgeoise encaisse et le cul commence à rosir…

- Allez, tu te mets à quatre pattes, comme une chienne et tu me suis dans le donjon.
- Oui maîtresse !

Ses yeux quand elle découvre tout mon fouillis ! Puis son regard se fixe sur Michel enfermé, ligoté et aveuglé dans sa cage. Je crois percevoir une certaine gêne, à moins que ce soit du trouble…

- Qu’est-ce que tu as à le regarder comme ça, tu es jalouse, tu aimerais être à sa place ?
- Pourquoi pas ? Un jour où j’aurais plus de temps…
- En attendant mets-toi debout devant la croix, là comme ça, j’ai pas fini de m’occuper de tes fesses…
- Je peux enlever mon soutien-gorge, maîtresse ?
- Et pourquoi donc ?
- Je voudrais que tu t’occupes de mes seins…
- Tiens ! Tu me tutoies maintenant, mais bon on va dire que ça ne me dérange pas. Ça mérite juste une paire de gifle comme ça !

Je joins le geste à la parole. Elle encaisse, me remercie humblement, c’est une bonne soumise ! Je la ligote à la croix de st André et vais choisir une cravache, je m’amuse d’abord à lui tapoter une fesse avec mais sans vraiment frapper, et puis brusquement j’arme mon coup et paf ! Elle crie ! Tant mieux ça fait partie du jeu ! Second coup elle l’attendait sur l’autre fesse ! Raté, ce sera sur la même, puis j’y vais, à la volé, en variant le rythme, en faisant des pauses, en rendant imprévisible le coup suivant. Ma bourgeoisie hurle, trépigne ! Elle connaît les règles, elle m’a dit elle-même quel était son mot de sécurité, pour l’instant elle assume. Je finis par la détacher.

- A genoux ! Et la tête sur le sol !

Elle obéit bien gentiment ! Son pauvre cul ! Il est dans un état, et encore je me suis retenue, si on remet ça vendredi, il ne faudrait pas qu’elle arrive à la séance avec des marques.

- T’as vraiment un gros cul de salope !
- Je sais maîtresse…

Je ne sais pas si elle a un gros cul mais voilà que je commence à m’exciter, ce qui est tout à fait rarissime dans l’exercice de mon activité. Je continue à lui taper sur les fesses, elle encaisse toujours. Les séances dont elle me parlait avec son amie devaient être passionnantes. Je décide de changer un peu de registre :

- A genoux, chienne et regarde-moi !
- Oui maîtresse !
- Ouvre la bouche ! Je vais te cracher dedans !
- Non pas ça !
- Ouvre !

Elle obéit, se laisse faire… léger rictus, manifestement ce truc ne lui plait pas, j’en tiendrais compte…

- Bon, tu peux enlever ton soutif, maintenant… reste à genoux…

Joli poitrine, bien ronde et bien ferme, les mamelons sont épais, légèrement fripés, je m’en empare et les serre entre le pouce et l’index ! Elle adore ça, elle se pâme !

- Tu aimes ça ! Hein !
- Oui, tu le fais très bien !

J’augmente la pression, mais ce n’est pas toujours évident, j’ai des petites mains. Je récupère une pince et l’accroche à son téton droit. Petite appréhension. Petit sursaut quand je relâche les mâchoires de métal. Mais ça à l’air de lui convenir. Je fais la même chose au second, il n’y a pas de raison… Je fais bouger les pinces, doucement d’abord puis en envoyant des pichenettes, elle trépigne, puis dans un moment de pur sadisme je les lui enlève, les deux à la fois, et les lui remets aussitôt ! Elle crie !

- Tu n’aurais pas dû crier !
- Pardon maîtresse !

Je recommence ! Elle crie, je la gifle, sur le visage mais aussi sur les seins ! Elle souffle, un peu désorientée.

- A quatre pattes !
- Oui, maîtresse !
- Bon, je vais t’inspecter le trou du cul… voyons voir… Allez écarte

Je plonge mon index dedans, le fait un peu aller et venir, la trifouille puis ressort. Le doigt n’est pas souillé mais je fais comme si…

- Dis donc, traînée, tu pourrais te laver le cul avant de venir voir une maîtresse !
- Oh ! Pardon maîtresse ! Je suis désolée ! Répond-elle sur le ton de la comédie !

Je la gifle de nouveau !

- Tiens, suce-le, mon doigt !
- Hummm !

Elle le fait sans rien même vérifier… mais c’est qu’elle se régale cette conne ! C’est vrai qu’elle avait indiqué sur sa fiche qu’elle n’était pas contre un tout petit peu de scato. Je ne suis pas une spécialiste de ce genre de chose, mais j’ai envie de l’emmener plus loin. Je me harnache d’un gode ceinture de taille standard que je lui introduis dans l’anus après avoir appliqué un peu de gel. Elle souffle comme un bœuf, mais ça rentre bien et semble plutôt satisfaite de mes va-et-vient. Je les arrête assez vite, mon but n’est pas pour l’instant de lui procurer ce genre de plaisir. Je me retire ! Le préservatif protégeant le gode est légèrement pollué. C’est exactement ce que je voulais !

- Lèche !
- Oui, maîtresse, merci maîtresse !

Elle me nettoie tout ! J’ai toujours eu un mélange de fascination et de répulsion pour les jeux scatologiques. Dans une domination, j’essaie d’adopter une attitude détachée et de limiter cette pratique à ces formes les plus discrètes… Mais là il me prend un petit frétillement que je refoule…

- Tu es vraiment une cochonne !
- Oui maîtresse !
- T’aime ça lécher de genre de chose !
- Oui, maîtresse ! J’adore ça !
- T’es qu’une lécheuse de merde !
- Oui, maîtresse !
- Si tout à l’heure j’ai envie de faire caca, tu me serviras de papier à cul !
- Avec plaisir maîtresse !

Elle en a les yeux qui papillonnent de concupiscence.

Bon, on passe à autre chose…

- Debout !

Je reprends deux pinces et les lui fixe sur les lèvres de son sexe ! Grimace ! Puis les poids ! Un pour chaque pince aux seins, deux autres en bas ! Vilaine grimace ! Je la gifle ! Je double les poids, vilain rictus sur son visage ! Pourtant le supplice ne fait que commencer.

- A quatre pattes et avance !

La pauvre est obligée de se déplacer faisant se balancer les poids qui font mordre la chair aux pinces. Je lui cravache le cul pendant ce temps… Elle suffoque, elle gémit, mais elle encaisse toujours.

Je l’attache à nouveau à la croix de St André mais en position face cette fois ! Les poids ont fait leur travail de sape et ont détendu les chairs, il est sans doute temps de les enlever, mais je vais les enlever avec ma méthode à moi… et ça va faire mal !

J’arme la cravache, je vise le sein droit, je frappe volontairement à côté du téton. La bourgeoise se mord les lèvres. Je lui balance un petit sourire sadique (pas si facile) et je recommence mais cette fois sur le téton, la pince bouge légèrement mais tient encore ! Super c’est ce que je voulais (mais j’ai l’habitude) Elle hurle ! Je laisse passer l’orage, une larme perle aux coins de ses jolis yeux. Elle reprend sa respiration, va-elle me sortir le mot de sécurité, je suis persuadée que non ! Troisième coup, la pince s’envole, nouvel hurlement. Je refais le même protocole avec le second mamelon. Puis, je fais semblant d’armer ma cravache en visant son sexe ! Son regard panique ! Mais je finis par poser la cravache, pour l’instant les pinces aux lèvres, je les lui laisse, et vais chercher une bougie que j’allume ! Et là madame n’a plus aucune peur ! Elle est désespérante dans ses réactions ! Je lui balance de la cire chaude sur son téton endolori, elle ne trouve rien de mieux que de se pâmer. Du coup j’abrège. Petite descente dans l’entrejambe pour jouer avec les pinces ! Et là, l’incroyable est devant moi, ses cuisses sont inondées de mouille ! Elle n’en peut plus.

Déjà j’étais un peu excitée, mais de voir ça, ça me fait un effet radical : la nana, je n’ai plus envie de la dominer mais de me la gouiner ! J’avais prévu un peu d’uro mais à la réflexion vu ses appétences, ça sera pour elle plus un cadeau qu’une épreuve, alors je laisse tomber et on verra ça après. J’envisage de mettre fin à la domination, conformément à ce qu’elle attend de moi quand je m’aperçois que son regard semble attiré vers la cage dans laquelle est enfermé Michel. Il n’a rien vu, mais il ne s’est pas privé d’entendre et il bande comme un bout de bois !

- Qu’est-ce que t’as à le regarder comme ça, celui-là ! Demandais-je tout en la détachant
- Je ne sais pas, Maîtresse !

Comment ça, elle ne le sait pas ! Je la gifle afin de lui montrer que je n’admets pas ce genre de réponse.

- Alors ?
- Ben, c’est excitant de voir ça… enfin je veux dire c’est une situation pas commune…

Idée ! J’ouvre la cage et sans lui débander les yeux, je fais sortir Michel et le positionne debout face à Pascale !

- Vassy tripote lui la bite !

Elle prend la verge d’une main, les testicules de l’autre, hésite sur ce qu’elle doit faire et finit par exécuter quelque chose qui doit se situer à mi-chemin entre une masturbation et une caresse.

- Tu la trouves comment sa bite ?
- Elle est en forme en tout cas ! répond-elle.
- Je crois qu’on va en profiter de sa forme…

Je vais chercher un bas noir et je l’enfile sur la tête de ma bourgeoise.

- Je vais lui enlever son bandeau, je veux qu’il voie ton corps, mais pas ton visage… C’est quand même mieux de regarder ce qu’on fait quand on encule quelqu’un. Allez mets-toi en position, à genoux par terre, les fesses relevées !

Je prépare Michel, qui n’en croit pas ses yeux, et qui la pénètre à genoux derrière elle. Il s’est enfoncé là-dedans avec une facilité déconcertante et lime comme un forcené… Je sens que cette affaire va être rapide, le torse du soumis vire vite au rouge. Je pourrais lui demander de ralentir pour faire durer la chose, je ne le fais pas ! Il jouit dans un spasme.

- Je t’ai dit de l’enculer, pas de jouir !
- Pardon maîtresse !
- Bon, tu peux aller te rhabiller, ta séance est finie, ça t’apprendra.

Je sais qu’il doit être déçu…

- Tu peux retirer ton bas sur ta tête, maintenant ! Ça te va tout ça ?
- Oui c’est bon !
- Malheureusement le temps passe vite, on continue la domination ou tu préfères que je te lèche ?
- Je veux bien que tu me lèches !

Je lui propose de passer à la salle de bain pour se débarrasser des dépôts de cire… j’en profite pour aller vérifier si le compte est bon dans la petite enveloppe (pas folle la guêpe !) puis je vais dire deux mots à Michel qui finit de se rhabiller. J’aime conclure une séance de façon sympa où pendant un court moment il n’y plus ni soumis ni maîtresse, mais deux êtres adultes qui viennent de jouer à un jeu et qui à présent parlent d’autre chose…

J’ai subitement envie d’être intime avec cette Pascale…

- T’as gardé tes pinces ! Fallait les enlever !
- Tu ne m’avais pas dit de le faire !
- Alors fais-le ! Ou plutôt non je vais le faire !

Elle n’est pas folle, elle n’a pas pris de douche elle s’est juste débarbouillé les endroits de son corps où la cire était tombée. Son entre jambe est gluant, je lui retire les trucs, elle pousse un petit cri, puis un second…

- Assis toi sur le rebord de la baignoire ! Ou non sur le bidet plutôt, et écarte bien tes cuisses, je vais te lécher ! Ça va ?
- Oh oui ! Je voudrai bien jouir maintenant.
- On va s’en occuper…

J’écarte délicatement ses lèvres, j’approche ma bouche, délicieux parfum, ma langue vient buter contre les chairs humides, pendant ce temps-là mes mains montent jusqu’à ses tétons que je serre fortement dans mes doigts. Petits gémissements de la bourgeoise, je sens que l’affaire ne sera pas longue, j’active ma langue, délaissant le clitoris pour l’instant afin de prolonger un peu ce moment, travaillant à grandes lapées, elle gigote, elle gémit, elle suffoque… attention, ma langue se pose sur le petit bourgeon érigée, je la fais bouger très très vite. L’autre ne tient plus en place, prononce des phrases étranges que je n’ai pas retenue, puis jouit en lâchant un jet de liquide incolore… Madame est donc une femme fontaine… Impressionnant… Elle se redresse, m’enlace, elle se fait câline, cherche ma bouche… On est en train de confondre le travail et le plaisir là… mais je ne me dérobe pas, nos langues font connaissance tandis que sa main furète dans ma propre chatte. Ça m’étonnerait qu’elle me fasse jouir… question de cadre, question de refuser le mélange des genres… Mais ça ne coûte rien d’essayer… et si ça lui fait tant plaisir que ça, je peux toujours simuler… Et en plus j’ai envie de pisser…

Je ne sais pas comment on a fait on s’est retrouvée toutes les deux sur le sol de la salle de bain, là voici qui me lèche. Elle se débrouille plutôt bien, mais il faut que je me détende y compris psychologiquement, oublier que je suis avec une cliente… Je ferme les yeux, évoque quelques fantasmes que je dévoilerais pas, lui demande de m’occuper de mes seins. Mais elle comprend mal le message, je voulais ses mains, j’ai droit à sa bouche qui me suce les tétons, mais ça n’a rien de désagréable, bien au contraire… j’en profite pour me masturber un peu moi-même ! On va peut-être y arriver.

- Suce-moi le clito !

Hop, sa bouche prend le relais de mon index ! Me laisser faire, ne pas sortir de mon monde, je ne suis pas au travail, je ne suis pas au travail, je suis… ça vient, ça vient… ça y est… Elle m’a fait jouir ! Elle m’a fait jouir dans mon studio de dominatrice professionnelle ! Dingue ! On se roule des pelles, on est toujours par terre. Je me relève, elle va pour m’imiter !

- Non, reste comme ça… je crois que je vais faire pipi !

Voilà qui la motive !

- Sur moi ?
- Bien sûr !
- Vassy vise ma bouche !

Elle ne va pas être déçue, moi quand je pisse, je pisse ! J’essaie néanmoins de contrôler mon débit, mais l’envie est très grosse, pas facile, elle ne peut tout avaler, il y en plein qui coule à côté !

- Tu veux que je te fasse pareil ? demande-t-elle

Je ne sais pas ce que j’ai prétexté pour refuser… on n’est pas assez intime… je l’ai un peu regretté une fois qu’elle fut partie…

On a pris une douche ensemble, en se savonnant bien mutuellement, puis on a papoté comme des vielles copines, en se refaisant une beauté dans la salle de bain, puis dans le salon en buvant un thé.

Plus de deux heures qu’on était ensemble, je la sentais maintenant prête pour une autre séance. Mais je savais aussi que c’était trop proche, ça n’aurait jamais la magie de ce que nous avions fait tout à l’heure… comment lui dire ? Mais je n’ai pas eu besoin, la sonnette m’annonça un client que j’enfermais quelques instants dans la salle d’attente…

- Je pourrais un jour regarder comment tu domines tes soumis !
- Pas de problème, mais pas aujourd’hui, pas toutes les émotions le même jour…

J’ignore pourquoi moi si méfiante je m’étais emballé pour ce rendez-vous d’autant qu’il n’est guère dans mes habitudes de pratiquer des extras. Je prévins Phil, mon compagnon qui après m’avoir prodigué des conseils de prudence m’annonça qu’il en profiterait pour sortir avec un ami… et bien sûr je mis au courant Anna-Gaëlle ma complice de toujours, puisque je souhaitais qu’elle m’accompagne, ce qu’elle accepta sans problème…

Vendredi 22 heures – chez Pascale

…Et le jour convenu c’est ensemble que nous avons pris le métro pour nous rendre chez Pascale. L’adresse du rendez-vous avait été mise en évidence aussi bien à mon domicile qu’à mon studio de travail. S’il arrivait que nous disparaissions, on saurait où commencer les recherches.

Anna était ravissante, par-dessus ses cheveux courts elle avait posé une perruque blond clair qui lui faisait une tête de marquise du 18ème siècle. Une petite jupette rose, un petit haut blanc décolleté laissant les épaules bien dégagées, et une touche de fantaisie était constituée d’un petit boa rose noué sur le devant… Craquante, Anna…

Je me pointe donc avec Anna à l’adresse indiquée, grand appartement bourgeois. Pascale m’accueille tout sourire, elle est en robe, une petite robe noire toute simple laissant les épaules dénudées. Elle est adorable, je lui présente ma copine, le courant à l’air de bien passer entre elles. Tant mieux.

- Nos invités sont déjà là, je ne vais pas vous les présenter individuellement …
(Tiens, retour au vouvoiement !)
- Il faut peut-être que je me change tout de suite ?
- Non on va rejoindre tout le monde, j’ai prévu un petit buffet, c’est pour après notre spectacle, mais on va quand même boire un verre avant !
- Comme tu… Vous voulez !

On arrive dans une immense pièce richement décorée, une quinzaine de personnes sont là, beaucoup d’hommes et seulement deux femmes. Pascale se croit obligée de m’annoncer à la cantonade :

- Chers amis, je vous présente celle qui va me faire souffrir dans quelques instants, voici, euh voici…
- Jeanne ! Complétais-je… Après tout c’est mon premier vrai prénom, même si je ne m’en sers jamais !
- Jane ! Rectifie Pascale en le prononçant avec un fort accent américain.

L’assistance se croit obligée d’applaudir, du coup, je pique mon fard !

On me tend une coupe de champagne, par précaution, je ne la bois pas, tous ces yeux fixés sur moi me gênent, j’espère que cette intro non prévue ne va pas s’éterniser. Pascale me présente son mari, physiquement bien, mais respirant la suffisance, il ne me plaît pas du tout ! Sa poignée de main est molle, son sourire est artificiel. Quelqu’un accapare Pascale, je me retrouve éloignée d’elle, le mari devait attendre cet instant :

- Je peux vous voir en privé trente secondes ?
- Avec ma copine ?
- Peut-être pas, venez c’est l’affaire de quelques instants.

Ça ne me plait pas trop, mais je le suis dans une petite antichambre attenante sans à ce moment-là, me poser trop de question !

- Bon, je ne sais pas combien ma femme vous a donné pour réaliser ce que je considère comme une pitrerie, mais moi, je vous en offre le double pour ne rien faire.

Oups ! C’était trop beau, voilà les complications qui commencent. Je ne suis pas parfaite et aurait peut-être accepté ce marché en d’autres circonstances, mais là le fait que Pascale me soit très sympathique et que son mari ne me branche pas du tout a sans doute aidé à dicter ma réponse :

- Désolée, monsieur, je ne suis peut-être qu’une pute mais je respecte les contrats que je passe.
- Il vous suffirait de dire que vous ne vous sentez pas bien !
- Non ! Et puis excusez-moi, mais je ne trouve pas ça très malin, dans ce cas-là, votre épouse réorganisera une nouvelle séance ! Non ?
- J’aurais le temps de la convaincre de ne pas le faire ! Combien voulez-vous ?
- C’est avant qu’il fallait la convaincre, n’insistez pas !
- D’accord, je n’insiste pas, mais permettez-moi de vous dire que vous risquez de regretter amèrement votre entêtement !
- C’est une menace ?
- Interprétez ça comme bon vous semble, je vous laisse rejoindre tous ces malades, allez faire votre sale boulot !

Oups ! Inutile de répondre aux insultes, d’autant qu’il n’est pas impossible qu’il recherche l’incident. Du coup je me demande un moment si je ne vais pas partir, mais ça lui ferait trop plaisir à l’autre pisse vinaigre. Je devais faire une drôle de tronche parce qu’Anna s’en aperçoit :

- Problème ?
- Plutôt, oui (je lui résume…)
- Merde ! Répondit-elle de façon bien peu poétique.
- Comme tu dis !
- Il faut que tu en parles à la fille !
- Je n’ai pas envie de lui gâcher sa fête !
- Attends, elle n’avait qu’à régler ses problèmes avec son mari avant !
- Ouais, tu n’as pas tort, je lui dirais, mais après. Je suis coincée, si on fout la fête en l’air, son imbécile de mari serait trop heureux ! Alors je vais essayer de faire ce qu’on m’a demandé le mieux possible, et après on s’éternise pas, on se casse !
- OK, tiens bois une coupe !

Cinq minutes après, Pascale vint me chercher afin que je me change, Anna nous accompagna. Comme elle l’avait souhaité, celle qui allait de nouveau être ma soumise, se vêtit, si toutefois on peut employer ce mot, d’un simple ensemble culotte et soutien-gorge en fine dentelle grenat. Pour ma part je commençais par ramener mes cheveux en arrière afin de me donner un air plus sévère, puis passais un faux soutien-gorge en lanière de vinyle laissant les seins entièrement nus, j’avais également pris la précaution de m’accrocher de petits anneaux sur mes tétons. Je ne dévoilerai pas mes trésors de suite, un bustier noir, une fine culotte de la même couleur, des bas dim up en résilles et des escarpins vertigineux complétèrent la panoplie.

- On fait comment pour les accessoires ?
- Je n’y avais pas pensé, on va prendre une petite table, vous n’aurez qu’à les déposer dessus !
- Ça colle ! Je vais juste garder la cravache, je ferais mon entrée avec !
- Bonne idée ! J’y vais, le temps de faire asseoir tout le monde, de trouver une table, tout ça, il est le quart, disons qu’à vingt-cinq vous arrivez et vous commencez direct !

Me voici comme une star attendant en coulisse l’instant fatidique de l’entrée sur scène !

- Ça va durer combien de temps ? Me demande Anna, histoire de dire quelque chose.
- Une heure !
- Et tu vas surveiller avec ta montre ?
- Discrètement, mais je ne suis pas à cinq minutes près non plus !
- Il va être l’heure, Chanette !
- On y va !

22 h 30 début de séance

J’entre sans me presser, l’assistance se croit obligée de m’applaudir. On a disposé une quinzaine de sièges en arc de cercle sur lesquels les spectateurs sont installés. Je remarque que trois sièges sont inoccupés, je remarque aussi que le mari de Pascale n’est pas présent, ce qui en soit est plutôt une bonne nouvelle ! Anna s’en va s’asseoir et des trois sièges libres, elle choisit celui du milieu, au grand dam de son voisin potentiel qui l’aurait sans doute souhaité plus proche !

Pascale m’attend à genoux tête baissée, le spectacle va commencer… La chose n’est pas si simple, on ne fait pas du SM « public » comme on fait du SM privé, en public, ben justement, il y a le public, sorte d’abstraction composé de masos en puissances, de sadiques potentiels mais surtout de voyeurs et de curieux. Le jeu va donc être de satisfaire tout ce petit monde, la démarche est différente, installer pendant cinq minutes un soumis les genoux sur une règle plate peut être intéressant dans une séance privée, en public, l’intérêt est quasi nul !

Bien sûr, avec Pascale nous avons convenu d’un fil, mais un fil n’est qu’un thème et comme au jazz il me faudra improviser, qui a dit déjà que le SM n’était pas si éloigné du swing ?

D’abord affirmer sa présence :

- Regarde-moi, petite chienne !

Elle lève la tête, je la gifle !

- Alors, on vient se faire dominer devant ses amis !
- Oui maîtresse !

Je lui passe un collier de chien autour de son cou, une laisse y est attachée, on va commencer par tester ça, je lui fais faire quelques pas à quatre pattes, juste quelques pas, quand tout ce petit monde sera bien chaud, je la baladerai très près des spectateurs, mais chaque chose en son temps !
- OK, tu vas te placer comme ça, de façon à ce que tout le monde puisse voir ton cul ! Tu baisses la tête, tu relèves tes fesses, allez mieux que ça ! Encore, je veux que ce soit bien cambré, voilà, maintenant tu écartes un peu les cuisses et tu ne bouges plus, je vais te rougir le cul !

Là aussi, tenir compte du public, en donjon, je peux jouer avec les nerfs du soumis, faire durer cinq minutes l’espace entre deux coups. Ici pas question, priorité au spectacle ! Je lève ma cravache, la fesse se zèbre d’une très belle traînée rouge, tandis que Pascale étouffe une plainte. Je laisse ces messieurs dames admirer le résultat et je recommence.

- Compte !
- Deux !

Je ne lui dis pas combien elle en aura, ne le sachant pas moi-même, je continue de frapper, je claque légèrement plus fort, je voudrais bien l’entendre, ça fait aussi partie du spectacle, mais elle encaisse bien. Je finis par lui dire :

- T’as le droit de crier !

Miracle, elle comprend ! Et la voici qui braille !

- Tu aimes çà, hein ?
- Ouiiiii
- Dis le plus fort !
- J’aime ça maîtresse !

Ce qui est dingue c’est que la voilà qui commence à mouiller… du coup je mets ma main et lui en imbibe les fesses, qui deviennent brillantes, le résultat est d’un érotisme redoutable… A mon tour de ressentir un curieux trouble… il va falloir que je me surveille…

J’enjambe Pascale, me tenant au-dessus d’elle face au public et je continue à la flageller dans cette position.

Un coup d’œil aux spectateurs, l’une des deux femmes, une petite rousse, qui je l’apprendrais plus tard se prénomme Laure, est carrément en train de se faire peloter les seins par son voisin de droite, celui de gauche sans doute encouragé, lui caresse mollement le genou.

J’ai décidé de continuer à m’occuper des fesses de ma victime de cette façon jusqu’à ce qu’elles soient bien rouges, après on passera à autre chose.

Dans la salle ça chauffe, la petite rousse à maintenant un sein à l’air tandis que son voisin de gauche lui farfouille l’entrecuisse… La deuxième femme roule un patin à son voisin, sa main sur la braguette… Du coup, la présence d’Anna bien sage entre ses deux sièges vide dénote quelque peu.

Le cul a viré au rose foncé, j’ai chaud, j’enlève mon bustier, dévoilant ma poitrine à ces messieurs dames. Un type applaudit, tout le monde applaudit. Je pique mon fard, mais je salue l’assistance de manière très professionnelle.

Je change d’instrument, je prends un martinet, pas tellement pour sa capacité d’impact mais pour ce que je vais en faire après. En effet après quelques coups bien portés, j’exhibe l’objet à l’attention des spectateurs qui auraient une mauvaise vue afin qu’ils puissent découvrir que le manche n’est autre qu’un super gode. J’encapuchonne cette partie puis entreprend de le lui enfoncer dans le fondement.

- Alors, pétasse, ça te plait d’avoir un gros gode dans le cul devant tous tes amis ?
- Oui maîtresse !
- Et avec les lanières qui dépassent, on dirait que tu as un cul de jument, d’ailleurs je vais la promener ma petite jument, mais avant on va lui mettre des petites clochettes. Allez relève-toi !

Sans aucun ménagement je lui fixe une pince à chaque téton et dans la foulée, j’y accroche deux petites clochettes, une petite gifle sur les seins pour vérifier si tout cela tintinnabule correctement, puis je fais remettre madame à quatre pattes et la fait s’approcher des spectateurs.

C’est à ce niveau de plus en plus hard, Laure, la rousse branle à présent ses deux voisins, tandis que la blonde penchée sur le sexe de son voisin de droite se fait doigter par celui de gauche.

- Allez chacun peut lui flanquer une fessée, elle adore ça de toute façon…

Je lui fais parcourir le rang des spectateurs. C’était sans doute une erreur, un mec essaie de la retenir pour la peloter, un autre se lève… je suis obligée d’intervenir :

- Soyez gentils, restez à vos places, il y en aura pour tout le monde…

Je termine le parcours assez vite, le risque que tout cela se transforme en méga partouse dans laquelle je ne contrôlerais plus rien me parait soudain bien réel.

Le temps passe vite, une heure c’est trop court… je passe à la suite, et je la ficelle sur une chaise face au public. A l’aide de deux gros élastiques je lui bondage les seins. Et commence à leur donner des petits coups secs. Elle geint mêlant douleur et plaisir.

Deux personnes entrent dans la salle, le mari de Pascale et un autre, ça m’embête un peu. Ils s’assoient de part et d’autre d’Anna Gaëlle qui dans un réflexe instinctif se met à serrer ses cuisses…

Je continue à travailler les seins de ma soumise, alternant les frappes et les pincements sur les tétons… Ses seins tournent au mauve violacé, j’enlève les élastiques… l’heure tourne, elle voulait absolument de l’uro, elle va en avoir. Je la détache complètement et la fait mettre sur le dos.

- Tu dois avoir soif, maintenant ?
- Oui, maîtresse, j’ai très soif
- Alors tu vas boire la bonne pisse de ta maîtresse !
- Non, non, non, non et non ! Entend-on soudain.

Après un bref moment de flottement l’assistance réalise que l’objecteur n’est autre qu’Olivier, le mari de Pascale.

- Il a des limites quand même, je ne veux pas de ça chez moi ! Ajoute-il sur un ton furibard.

J’ai comme dans l’idée que ma petite prestation va être stoppée là. Pascale se relève furieuse :

- Tu ne peux pas nous foutre la paix, si ce que je fais avec mes invités ne te plaît pas, tu n’es pas obligé de rester !
- Je suis chez moi et je fais ce que je veux ! Et j’en ai marre et plus que marre de tes excentricités !

Pascale hésite, puis se tourne vers moi !

- T’occupes pas de lui, on continue !

Ça ne me semble pas trop raisonnable mais ce n’est pas moi qui commande. Pascale va pour se remettre en position, Olivier s’avance alors, franchement menaçant. Quelqu’un s’interpose pacifiquement en plaçant ses bras en croix :

- Du calme ! Pascale il vaut mieux qu’on arrête ! Dit quelqu’un.

Confusion… la plupart des gens ont quitté leur siège, Pascale s’est relevée et s’est reculée d’instinct, puis intervention de Laure, la petite rousse qui tente de remettre de l’ordre dans sa tenue débraillée :

- Ecoutez, si Pascale est d’accord, je propose qu’on finisse la soirée chez nous, comme ça on sera tranquille, chacun n’aura qu’à emporter une partie du buffet…

Ma soumise se tourne vers moi :

- Vous seriez d’accord ? Je vous paierais le supplément de temps dans ce cas !

Je la rassure. A priori tout le monde à l’air d’approuver cet insolite déménagement… Mais personne ne sait exactement ce qu’il faut faire dans le détail… on nage en pleine confusion.

- Bon alors dans une demi-heure chez nous ! Confirme Laure

Je ne vois plus le mari, mais je ne vois pas trop ce qu’il pourrait faire maintenant ! Je rejoins l’antichambre pour me changer, suivie de peu par la maîtresse des lieux.

- Je suis désolée de tous ces imprévus.
- Pas grave !
- On va faire comment là-bas, on ne va peut-être pas tout recommencer…
- Je vais improviser, ne vous inquiétez pas, je crois que je saurais faire ! Le début vous a plu ?
- Super ! Je commençais à m’éclater, vous êtes super, j’espère que nous aurons l’occasion de faire mieux connaissance en dehors de vos activités.
- Pourquoi pas ? Répondis-je sans m’engager mais sans non plus en écarter l’éventualité.

Nous retournons au salon, où sont encore présents une bonne moitié des participants. Mais je ne vois pas Anna ! Je suppose qu’elle est aux toilettes, j’irais bien aussi, mais si je veux faire de l’uro tout à l’heure, ça risque de faire un peu juste. Toujours est-il qu’au bout de cinq minutes, ma copine n’avait pas réapparue, voilà qui commence à titiller mon impatience, et celle-ci finit par se mouvoir en inquiétude quand je vois un type qui manifestement revient des toilettes. A moins qu’Anna excitée par le spectacle ait été s’envoyer un mec dans un coin, je sais bien que de sa part, il faut s’attendre à tout mais ce serait tellement contradictoire avec l’attitude qu’elle avait adoptée ici depuis le début. Je demande où c’est, je vais voir, pas d’Anne-Gaëlle, ni dans les chiottes, ni dans la salle de bain attenante. Je ne vais pas fouiller toute la baraque tout de même, je ne suis pas chez moi ! Je reviens lance à la cantonade, du moins ce qu’il en reste :

- Quelqu’un saurait où est passée ma copine ?

Alors évidemment, au lieu de me répondre, on me demande si ma copine c’est bien la petite blonde comme-ci, comme ça… Non, non, c’est une camionneuse à moustaches qui chausse du 48…

- Elle n’est pas partie avec Olivier ? Propose quelqu’un.

Oups ! C’est quoi ce délire ?

- Olivier, le mari de…
- Oui, me confirme un autre, elle est sortie avec Olivier et Daniel.
- C’est qui Daniel ?
- Le copain de mon mari ! Précise Pascale.

Quelque chose m’échappe ! Qu’est-ce qu’Anna serait partie faire avec ces types.

- Vous devez vous tromper, ce n’est pas possible !

On me confirme que si, mais que bon, ils ont pu confondre !

- Je ne pars pas sans ma copine !

Pascale ne comprend pas trop non plus ce qui se passe. Elle interpelle la très discrète soubrette de ces lieux.

- Tu fais le tour de la maison en quatrième vitesse, je veux savoir si mon mari et Daniel sont quelque part, moi je file au parking.

Du coup les personnes qui sont restées ne partent plus, et restent là, interloquées, inutiles

- Il a pris sa voiture, nous avise Pascale, en remontant au bout de cinq minutes.

Ça ne tient pas debout !

Anna Gaëlle… vers 23 h 20…

On est un peu con, parfois, on fait des choses par réflexe et on se fait avoir, ainsi quand cet abruti de Daniel m’a exhibé une carte barrée de tricolore en me disant « police », l’idée de vérifier si c’était vrai ou pas, ne m’est même pas venu à l’esprit. Mais abordons le récit dans le bon ordre :

Je m’étais donc assise sur le siège central de trois places vides, ce n’est qu’au bout d’une bonne demi-heure que je le suis trouvée entourée de Daniel qu’on ne m’avait pas présenté et d’Olivier, le mari de Pascale.

Après que celui-ci ait fait son esclandre, et qu’une nana propose qu’on aille continuer le spectacle ailleurs, tout le monde s’était retrouvé debout, je suis restée néanmoins près de mon siège ne sachant pas bien où aller et sachant que Chanette quelle que soit sa décision devrait se changer avant de me rejoindre. Ça devint vite très confus là-dedans, c’est à ce moment-là que Daniel m’exhibe sa carte !

- Police ! Je vais vous demander de nous suivre !
- Hé, mais j’ai rien fais !
- Pas de scandale, on veut juste vous entendre comme témoin. Inviter une prostituée à une réunion en groupe, c’est du proxénétisme.

Je le suis, Olivier aussi, quelque chose m’échappe, pourquoi lui, et puis l’évidence, ce salaud a appelé les flics, prenant ainsi le risque de faire inculper son épouse ! Il est vraiment grave ce mec… Mais comment le flic est-il arrivé si vite ? En fait, il devait être là en embuscade. On sort de l’appart, ils appellent l’ascenseur.

- Mais on va où ? Mon amie va s’inquiéter…
- Ne vous en faites pas pour ça ! Tout le monde sera prévenu ! Répond Olivier d’un ton très sec

Je ne vois pas trop comment mais je n’ose pas trop discuter. Nous voici au parking. C’est le mari qui se met au volant, je suis invitée à passer derrière et Daniel s’assoit à côté de moi ! C’est donc Olivier lui-même qui va nous emmener, où ça ? Au poste ? Il serait donc flic lui-même ! C’est absurde et ça devient de plus en plus étrange, mais à ce moment là j’admets néanmoins la réalité de la situation.

On démarre :

- Vérifie le sac ! Demande Olivier à son acolyte.
- S’il vous plaît !

Ce con vide mon sac à main entre ses genoux serrés, il tombe sur ma bombe de lacrymo !

- Confisqué ! Vous avez deux portables ? Pourquoi avez-vous besoin de deux portables !
- Mais ce n’est pas interdit ! Protestais-je mollement.
- Ce n’est pas interdit mais je confisque, le reste vous pouvez le gardez !
- Mais vous aller me les rendre quand ?
- Tout à l’heure !

On roule depuis dix minutes, je m’aperçois qu’on est en train de sortir de Paris.
- Je peux savoir où on va ?
- On arrive dans un quart d’heure !

Ce n’est qui pas vraiment une réponse à la question. Le portable d’Olivier sonne. Il l’éteint sans répondre. Un tout petit peu plus tard, nous empruntons une route sombre et boisée.

- Ici ça m’a l’air pas mal ! Dit Olivier.
- C’est un tout petit peu plus loin, après la côte.

Mais qu’est-ce qu’ils racontent ? La voiture s’arrête en pleine cambrousse.

- Terminus ! Dit Olivier !

Holà ! Je commence à baliser sévère. Daniel ouvre la portière côté trottoir et sort.

- Tu descends ! M’ordonne le mari de Pascale
- Euh, je voudrais bien comprendre !
- Descends d’abord, tu comprendras après conasse !

Je ne vois pas bien comment me défendre… Et que faire ? Bêtement je refuse d’obtempérer, reste sur mon siège sachant pertinemment que ça ne sert à rien sinon retarder une inéluctable échéance dont j’ignore les modalités.

- Tu sors toute seule, ou tu préfères qu’on te bouscule ? Intervient Daniel.

A ce moment-là, j’ai la conviction que cette expédition nocturne n’a rien de policière, ce n’est pas pour autant que c’est plus rassurant. Daniel me tire par les bras, je me laisse faire, à quoi bon résister ? Je suis vaincue d’avance. Me voici à l’extérieur. Daniel claque la porte arrière, puis ouvre celle de devant, s’installe à côté de Olivier. Ils vont donc me laisser ici ! Pourquoi ? Quoi que d’un certain, côté, ça me rassure, ayant un moment peur qu’ils essaient de profiter de moi ! Par réflexe je rouspète :

- Vous n’allez tout de même pas me laisser là !
- Si justement. Tu n’as qu’à te démerder pour rentrer, et j’espère que ça te fera passer l’envie de venir faire la pute chez moi avec ta copine !
- Mais vous êtes malade ! Et rendez-moi mes portables…

Chanette – Chez Pascale 23 h 30

Bon, ça s’agite dans tous les sens, tandis que j’essaie de joindre Anna sur l’un de ses portables, Pascale tente d’expliquer à tout le monde que la petite « réunion amicale » est remise à une autre fois, ce qui n’est pas sans provoquer des questions idiotes « Où que c’est qu’ils ont bien pu l’emmener (ben oui, on le saurait, ce serait mieux…) et des conclusions profondes « ils ne doivent pas être bien loin ! » « Ils vont bien finir par revenir… » La baraque finit par se vider à l’exception de Laure et de son compagnon, je comprends que cette dernière est une amie intime de la maîtresse des lieux !

- Il ne répond pas ce con ! Se lamente Pascale, parlant de son mari qu’elle ne parvient pas à joindre ! Je vais voir si je trouve quelque part les coordonnées de Daniel ! Pas évident, je ne connais même pas son nom de famille !
- Je sais où il habite, dit alors Eric, le compagnon de Laure, je ne connais pas l’adresse mais je sais y aller !
- Tu l’as fréquenté ? Demande Laure, étonnée.
- Fréquenté, ce n’est pas le mot, en fait on s’est connu ici il y a quelques mois, je lui ai expliqué ce que je faisais, du coup, il est venu un jour au magasin, et il m’a carrément acheté une caisse de bouquins anciens, qui ne valaient pas grand-chose d’ailleurs, et j’ai été les livrer chez lui !
- C’est loin ?
- Non c’est avenue Victor Hugo…
- On y va alors ?

Et nous voici parti tous les quatre, une fois sur place, devant l’entrée, Eric consulte la liste des occupants :

- C’est là ! Confirme-t-il en actionnant l’interphone.
- Qu’est-ce que c’est ? Répond une voix de femme âgée.
- On est des amis de Daniel et…
- Montez, deuxième droite !

Pas vraiment méfiante, la mamie ! Elle fait monter des inconnus chez elle à minuit… Elle nous ouvre ! Une femme qui doit avoir dépassé les 75 ans, bigoudis et robe de chambre, Eric reprend son histoire.

- On avait rendez-vous avec Daniel, mais je crois qu’on ne s’est pas compris entre nous. Il est là ?
- Non, je suis sa maman, il m’a dit qu’il sortait pour la nuit.
- A zut, et son portable qui ne répond pas, je me suis peut-être trompé en le notant.
- Attendez, je vais vous le donner…
- Et puis le numéro fixe d’ici comme ça, on sera sûrs d’arriver à le joindre !

La mama nous balance les deux numéros, et on s’en va. Dans la voiture, Eric compose le numéro du portable ! Miracle, Daniel répond…

Quelque part près de Versailles – 23 h 50

La voiture démarre, je suis abandonnée, je ne sais ou dans la nuit noire. Je gueule

- Salauds, espèces de salauds !

Que faire, je ne sais même pas où je suis… du stop bien sûr, mais cette route ne m’a pas l’air très fréquentée… Marcher à pied, mais dans quels sens, et puis il fait vraiment trop noir !

Un phare de voiture, je fais signe, la voiture freine, passe lentement devant moi, puis accélère… Qu’est-ce que c’est que ce con, je ne lui plais pas comme auto stoppeuse ? C’est la meilleure ça ! J’attends, d’autres voitures passent dans l’autre sens. Ça me fait penser que je devrais traverser, mais cette obscurité me fait trop peur. Il est minuit moins le quart, il est impensable que je reste toute la nuit ici… Nouveau phare, celui-ci ne s’arrête pas ! On ne prend plus les femmes en stop cette année, c’est quoi cette nouveauté ? Encore un, il freine ! Je profite de la lumière de la voiture pour aller à sa rencontre…

- Vous pouvez me rapprocher de Paris…
- T’as fini ta journée ?
- Pardon ?
- T’as pas le temps de me faire une pipe ?
- Mais vous n’êtes pas bien !

Je me recule ! Il s’en va ? Je réalise que le type a dû croire que je tapinais dans les bois… C’est vrai qu’une femme en pleine nature et habillée comme je suis… Putain, ces deux salauds savaient parfaitement ce qu’ils faisaient en me laissant ici. Du coup je me demande si je dois continuer à faire du stop… je n’ai plus qu’à m’asseoir contre un arbre, attendre que le jour se lève, et demain matin on verra bien ! Ah les salauds, les salauds !

J’attends encore, deux voitures passent dans l’autre sens, puis en voilà une, elle ralentit alors que je me demandais s’il fallait que je la stoppe ou non ! Elle s’arrête à ma hauteur, je jette un œil… Malédiction elle est pleine la bagnole, trois jeunes et une nana, le nombre m’effraie, la présence féminine aurait plutôt tendance à me rassurer, je ne sais pas trop ou j’en suis :

- On veut juste une pipe ! Tu nous fais un prix, on est trois !

Je fais comme si je n’avais rien entendu et je débite mon histoire.

- Ecoutez, je me suis engueulé avec mon mec, il m’a largué là, si vous pouviez me rapprocher de Paris, ou d’une gare ou d’une station de taxi…
- Paris, c’est de l’autre côté, nous on va à Trappes, mais on peut te déposer à Versailles en passant…
- OK ! Je peux monter !

Ouf les choses s’arrangent !

- Mais on t’emmène que si tu nous fais une pipe !

Douche froide !

- Bon tant pis !

Je me recule ! La situation peut devenir dangereuse, s’ils s’en vont, ça ira, mais sinon, il ne faut pas que je m’obstine. Rentrer dans leur jeu ? Oui mais jusqu’où ?

- Tu vas pas faire ta mijaurée, on te file 20 euros chacun, tu nous suces et après on t’emmène à Versailles.

Derrière tentative dérisoire :

- Mon mec n’est pas loin, laissez-moi, si je crie, il arrive tout de suite !
- Arrête tes conneries, tu viens de dire qu’il t’avait largué, faudrait savoir ! Et puis on a fait tout le bois dans l’autre sens, à cette heure-là, à part toi, on n’a vu personne ! Alors tu montes et t’arrêtes de faire ta mytho !

C’est à ce moment-là que la fille est intervenue :

- Allez monte ! Ils ne dont pas méchants mes copains !

Belle fille, métisse claire pour ce que je peux en voir et des yeux à faire craquer les braguettes et à mouiller les culottes ! Elle ne serait pas intervenue, peut-être me serais-je plantée ! Dans certaines circonstances, le cerveau va très vite, « pas méchants » qu’elle a dit, oui mais ils peuvent probablement le devenir : Alors c’est quoi le deal : sucer trois bites pour qu’ils me sortent de cet endroit ? Pour eux c’est plus simple, leur plan c’est de se vider les couilles pour pas cher ? Mais la présence de la fille me parait incongrue, est-ce la copine d’un des trois ? Et elle va accepter qu’il se fasse sucer par une prétendue prostituée devant elle ? Bon, je n’ai pas tous les éléments en main et ne les auraient sans doute jamais ! Refuser c’est prendre le risque de me faire violer ! Jouer le jeu, ce n’est jamais que trois bites à sucer, je suis libertine et j’en ai fait bien d’autres, sauf que là c’est quand même de la contrainte ! Mais ils ne le ressentiront pas comme tel, puisqu’ils vont me payer.

Je n’y vais pas de gaieté de cœur, mais j’y vais, consciente de choisir la solution la « moins pire », et espérant secrètement une sorte de solidarité de la part de cette étrange nana.

- Les sous s’il vous plaît ?
- Bon alors vous la payez ! Insiste la fille.

Ah, ce n’est pas le grand enthousiasme mais, ils finissent par me les donner, sans trop se presser, après que la petite métisse soit de nouveau intervenue ! Je me suis assise à côté d’elle, mon cœur bat à toute vitesse, je respire mal, je ne suis pas très bien… Ne pas rester passive, garder l’initiative, du moins ce que je peux en prendre, je balbutie de façon sans doute très peu convaincante :

- On fait ça comment ?
- On va pas rester là ! Répond le chauffeur, il y a une contre-allée un peu plus loin !

On ne peut pas dire que ça me rassure, mais bon… L’endroit n’est pas très éloigné, la voiture s’arrête je ne sais où.

- Je passe en premier averti le voisin du chauffeur, il sort du véhicule, ouvre la portière de mon côté et sans autre formalité, baisse son pantalon et approche son sexe à ma hauteur.

Cette fois c’est clair, il faut y aller !

- Tu ne jouis pas dans ma bouche ! Indiquais-je
- Et pourquoi donc ? Si tu veux pas avaler, tu craches !
- Je ne préfère pas !
- Attends…
- Si elle veut pas c’est son droit ! Tu vas pas nous en faire un fromage ! Intervient la petite métisse, l’interrompant fermement…

Je jette un coup d’œil sur l’état du membre, il a l’air relativement propre, mais dégage une certaine odeur d’urine… Normal, sa dernière douche au mec doit remonter à ce matin… Bon allez dans la bouche, il bande comme un bout de bois. Je n’ai pas trop envie de faire des figures de style et me contente de pomper tant que je peux, l’engin est gros, et cet abruti au lieu de me laisser faire, crois malin de donner des grands coups de reins qui m’envoie le truc au fond du gosier, s’il continue je vais me farcir un spasme. Je me recule un peu, me dégage, et lui lèche la hampe tandis que mes mains lui serrent les testicules. Le mec pousse un râle, éjacule, j’en ai plein sur les mains… je demande un kleenex. Juste le temps de m’essuyer et c’est le chauffeur qui se pointe ! Elle est grosse et longue, à ce tarif-là, je vais me décrocher la mâchoire ! Je souffle un peu, me retourne sans raison, j’ai alors la surprise de constater que la fille est en train de se tripoter tandis que son voisin lui pelote les seins. Bon je m’occupe du chauffeur, le gland est énorme, champignonneux, tout cela tient difficilement dans ma petite bouche, un moment de découragement, envie de laisser tomber, mais comment faire ? Je la masturbe un peu pour la raidir, ça ne marche pas des masses, alors j’emploi les grands moyens, j’enfonce ma main à la racine de la verge côté pubis, avec l’autre je malaxe les testicules, et je gobe tout, en faisant en sorte que la pénétration buccale aille cogner dans l’intérieur des joues et non pas dans la glotte. De temps en temps je change de joue, mais j’en ai vraiment plein la bouche, je bave de la salive, une vraie salopiotte. Je coulisse, je coulisse, je n’arrête pas de coulisser, ça ne vient pas… Et que… Mais que voilà qu’on me pelote les fesses, ça pourrait être agréable dans d’autres circonstances car j’adore qu’on me pelote les fesses, mais là, ça m’irrite jusqu’à ce que je devine : Ces mains sont trop petites et trop délicates pour appartenir au troisième larron. C’est la fille qui me caresse ! Voilà qui n’était pas vraiment programmé, mais allez donc savoir pourquoi, ça me rassure un peu, du coup je m’applique mieux avec mon chauffeur, j’accélère mon mouvement, je le serre plus, je sens que ça devient raide de chez raide, je me recule, met ma main gauche en bouclier devant son gland tandis qu’il décharge une impressionnante giclée. Le bouclier a été défaillant, j’en reçois sur mes fringues, je vais être chouette tout à l’heure si le troisième fait pareil.

Allez, plus qu’un ! Finalement c’est « moins pire » que ce que je craignais ! Mais il est où le suivant ?

- A mon tour ! Dit-il

OK, il a décidé de rester sur le siège, et au cas où je n’aurais pas bien compris, il a sorti son sexe ! Alors voyons la situation : on est trois sur la banquette, moi à droite, le type à gauche et entre les deux, il y a Myriam. Je suis donc obligée de me coucher sur elle pour aller sucer le mec, et comme ça ne pose apparemment aucun problème à cette dernière, je me mets en position :

- Ça va, je ne suis pas trop lourde ?
- Lourde, non, mais le problème c’est que je suis coincée… Karim, tu aurais pu descendre quand même !
- Je suis bien là ! Répond l’autre grognon !
- Bon Vas-y, reprend Myriam, ça te dérange si je continue à te peloter les fesses !
- Non, non !
- T’es un peu bi ?
- Un petit peu !

Un peu, beaucoup, oui ! Mais je ne vais pas lui raconter ma vie ! Et pour couper court à toute prolongation de la discussion, je plonge vers l’objectif, fièrement dressée, tel un obélisque attendant l’orage.

Et on y va, la position invite au classicisme du moins dans un premier temps, donc je coulisse, je coulisse, la texture est très douce, en fait je m’aperçois qu’avec cette position où l’homme est complètement passif, je peux mieux apprécier les choses. La Myriam, forte de l’autorisation que je lui ai accordée me pelote les fesses, elle fait d’ailleurs cela très bien, toute la différence entre le pétrissage masculin et l’effleurement féminin, en tout cas c’est vachement agréable et ça me ferait presque frissonner si les conditions étaient différentes. Quant au « client », il se pâme d’aise, mais rien n’indique que sa jouissance soit proche ! Où ai-je lu que certains mecs étaient capables de se faire sucer pendant une heure entière sans débander, mais sans jouir ! Au secours ! Je me repose un peu la mâchoire en variant les parcours de ma langue. La gestuelle de Myriam devient de plus en plus intime, de circonvolutions tactiques en mouvements d’approche, ses doigts sont parvenus à moins d’un centimètre de mes intimités ! Il ne faut surtout pas se gêner ! Ce n’est pas que ce soit désagréable mais ça fait beaucoup de choses à la fois. Je cherche à accélérer les choses du côté de ce pylône à l’érection solide mais sèche. J’applique quasiment la même techniques qu’avec le précédent : un doigt qui appuie entre la racine de la verge et le pubis, ceux de l’autre main qui serrent les testicules. L’effet est redoutable, je m’interromps pour demander un kleenex qui n’a pas l’air d’arriver bien vite. Pendant ce temps le doigt de Myriam s’est aventuré dans ma chatte. Sans doute, est-elle surprise que je ne mouille pas ! Ben non, je ne mouille pas, je ne suis pas excitée, alors forcément, je ne mouille pas ! Le mec râle, je pense qu’il est au bord. Je lâche mes lèvres, et ce kleenex qui n’est toujours pas là ! J’ai juste le temps de placer mes paumes en corolle sur son gland. L’animal me jute dans les mains.

- J’avais demandé un kleenex !

Myriam m’en tend deux, un pour lui, un pour moi. J’en redemande un autre, elle me tend carrément le paquet. Je nettoie comme je peux les taches que j’ai sur les fringues.

- Bon, ben voilà, vous m’accompagnez à Versailles, comme convenue maintenant ?

Petite appréhension…

- On y va ! Répond le chauffeur !

Ouf !

- Juste cinq minutes ! Intervient alors Myriam

Qu’est ce qui se passe encore ? La Myriam fouille dans son sac, sort un billet de 20 euros. Me le tend.

- Tiens, j’ai envie que tu me lèches !

Voilà autre chose ! Je ne suis pas en position de refuser. D’un côté je rage de voir ma corvée se prolonger. D’un autre je me dis que j’ai sans doute intérêt à me montrer coopérative avec cette nana qui semble avoir un certain ascendant sur le groupe. J’acquiesce de la tête ! Myriam se renverse sur son voisin de droite et repousse son pantalon, elle a en dessous un joli string rouge Je suppose que c’est bibi qui va devoir l’enlever !

Alors, Ok, je le fais glisser. Mademoiselle a le sexe entièrement épilé, J’écarte tout ça, joli petit minou ! J’embrasse autour, histoire de ne pas avoir l’air de me jeter comme une bête sur ce sexe, puis je me rapproche, pas l’intention de faire durer ça cent sept ans, non plus ! Petits coups de langue en traînés sur le sillon, puis mouvements plus nerveux. L’odeur est un peu forte, mais ne me gêne pas trop. Ça mouille pas mal, et ce n’est pas que grâce à ma salive. Tant mieux c’est bien plus agréable ! Ses lèvres vaginales se sont gonflé, je découvre le clitoris, plutôt imposant dans son genre, il se redresse comme une petite bite et tente de décalotter… premier coup de langue… premier soupir de Myriam… Soit elle part au quart de tour, soit elle simule, mais dans ce cas dans quel but ? Peut-être tout bêtement pour m’inciter à continuer de la sorte. Alors, j’insiste, faisant le petit chat qui lape avec ma petite langounette ! Les soupirs qui se font plus forts, plus espacés… et la voilà qui braille. Elle a joui en moins de cinq minutes ! Bon, on ne me demande plus rien maintenant, on me raccompagne ?

- Merci ! C’était bien ! Dit-elle en se redressant, tu devrais leur donner des cours aux mecs, parce que eux, pour ce qui est d’assurer…
- Oui, mais elle c’est son métier ! Trouve intelligent de dire son voisin !

Tu parles !

- Bon allez, speed ! Elle a peut-être une chance d’attraper le dernier train pour Paris ! Reprend Myriam en réajustant ses fringues.

Soulagement, ça sent l’épilogue ! Je pense à Chanette qui doit se faire un mauvais sang d’encre ! Idée !

- Quelqu’un pourrait me prêter un portable, j’ai juste un message à faire passer à une amie.
- Le mien, il n’a plus de batterie, dit l’un des gars.

Les deux autres restent muets comme des carpes, mais Myriam me tend le sien.

- Myriam, tu sais que toutes les conversations sur les portables sont enregistrées ?
- Et alors ? C’est illégal de prêter un portable à une fille qui tapine ? Répond-elle.
- Je sais pas !
- Et de toute façon, c’est mon portable, c’est pas le tien !

Boulevard périphérique : 0 h 15

- Oui ? Répond Daniel qui vient de saisir son téléphone portable.
- Bonjour monsieur ! Commissariat de Boulogne Billancourt, nous voudrions savoir ce qu’est devenue Mademoiselle Anne-Gaëlle de la Souderie de Chabreuil. Demande Eric, jouant la comédie.
- Je ne connais pas du tout.
- Il s’agit de la personne à qui vous avez demandé de vous accompagner tout à l’heure.
- Euh…
- Je vous écoute !
- Attendez, je vous capte plus très bien là…

Daniel affolé se tourne vers Olivier, il camoufle le portable et chuchote :

- Putain, les flics sont au courant…
- Raccroche !
- Mais c’est les fics, Olivier, les flics !
- Raccroche je te dis !

Il reprend l’appareil, balbutie, un pauvre « je ne vous entends plus » et coupe.

- C’est pas les flics ! Ça ne tient pas debout, ça fait une heure qu’on est parti ! Le temps d’enregistrer une plainte et de se mettre au boulot, et ils nous retrouvent déjà, tu rêves ou quoi ?
- C’est qui alors ?
- J’en sais rien, un copain à Pascale, je suppose.
- Et comment elle a trouvé mon numéro ?
- J’en sais rien, moi, il devait traîner à la maison !
- Bon répond moi franchement, ça ne peut vraiment pas être les flics !
- J’y crois pas !
- On sait jamais, on retourne où on a laissé la fille et on la récupère, d’accord…

A suivre

Chanette (Christine D’Esde) 3/2006 – reproduction interdite sans autorisation de l’auteur

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Chanette 12 : Le gage de la bourgeoise par Chanette 1 – Soirée spéciale

  1. Muller dit :

    Délicieusement pervers (et délicieusement illustré de surcroît)

  2. Honoré dit :

    Chanette par cette histoire nous montre en core une fois l’étendu des on talent et sa capacité à nous décrire de façon très excitante les petits fantasmes que nous partageons sur ce merveilleux site.

  3. Emily dit :

    Un grand moment de lecture érotique

  4. wihita dit :

    Où qu’on peut rencontrer un maîtresse comme Chanette ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>