Urgences par Gigi02

Urgences par Gigi02


Aïe !

Et m…! Quand on ne sait pas se servir d’un cutter, on ne s’en sert pas ! Et quelle idée aussi de poser du papier peint un dimanche soir !

Voyons voir … ah oui, quand même, bien coupé, le bout du doigt, et ça pisse le sang.

Bon et bien là, je crois qu’il va falloir recoudre ; et à huit heures du soir, bien sûr, pas d’autre solution que les urgences, alors un pansement approximatif pour arrêter l’hémorragie et c’est parti…

Heureusement, je sais qu’il y a une clinique pas trop loin, il faut dire que je viens d’emménager dans une ville que je connais encore assez mal. Un peu d’hésitation quant au chemin à prendre, mais bon, ça y est, j’y suis ; je me gare un peu n’importe comment et je cours au bureau des entrées signaler mon arrivée.

Plutôt mignonne, l’infirmière qui m’accueille avec un sourire à faire pâlir d’envie toutes les miss quelque chose du monde entier ! Une petite trentaine, rouquine coiffée court, elle a un physique des plus agréables, la demoiselle en blouse blanche ! De plus, ce qui ne gâche rien, elle n’a pas grand-chose sous sa blouse, d’après ce que je peux voir, seulement un petit slip. De quoi redonner moral et vigueur à ses patients, du sexe masculin, bien sûr, quoique… Elle s’enquiert de ma présence ici – je lui explique -me fait m’asseoir, jette un coup d’œil sur ma blessure, ce qui me donne une vue superbe sur sa poitrine qu’elle a plutôt menue, m’assure que ce n’est pas grand-chose avec un si mignon sourire qu’encore un peu, je m’excuserais de l’avoir dérangée pour si peu. Elle désinfecte, m’applique une compresse, et après m’avoir demandé tout ce qu’elle a besoin de savoir, m’invite à gagner la salle d’attente.

Dans laquelle il n’y a personne. Et pour un dimanche en soirée, c’est plutôt étonnant, dans une société, ou à la moindre indisposition, tout à chacun se précipite aux urgences les plus proches. Bon, j’avoue que c’est un peu mon cas, mais quoi faire d’autre un week-end ?

J’attends ainsi une vingtaine de minutes, dans un endroit déprimant au possible ; puis une infirmière se présente et me demande de la suivre. Tout le contraire de la précédente nettement plus âgée, et beaucoup moins agréable que sa collègue puisque son visage est agrémenté d’une superbe moustache. Elle me conduit dans une salle où se tient l’interne de garde. Celui-ci examine ma blessure, sourit, lui aussi me dit que je vais en survivre et me laisse aux bons soins de l’infirmière de service, celle qui m’a accompagné. Et une vingtaine de minutes plus tard, en sortant, je retrouve ma jolie rouquine de l’accueil qui me rend mes documents.

- N’oubliez pas de repasser demain pour le vaccin antitétanique, il n’est pas à jour et c’est indispensable.
- Pas de soucis, mais dites-moi, c’est vous qui serez à l’accueil ?

Elle pose la tête sur ses mains jointes, sourit

- Ça dépend à quelle heure…
- Hum, disons en soirée
- Alors là, oui, ce sera moi
- Et sans indiscrétion, vous finissez à quelle heure ?

Elle élude ma question en accentuant son sourire

- Surtout, n’oubliez pas, c’est important.

Mignonne, vraiment !

Et il n’est pas loin de vingt-deux heures quand je retrouve, enfin, mon automobile.

Sur le pare-brise de laquelle on a placé, maintenu par un essuie-glace, un rectangle de papier blanc. Qu’est -ce à dire ? Quand même pas un PV. ! Un petit mot de ma petite rouquine ? Et pourquoi pas ? Peut-être la réponse à ma question, qui sait, si elle n’a pas envie de finir sa soirée seule…?

Las ! La réalité est beaucoup plus prosaïque

- Nous avons accroché votre voiture, veuillez prendre contact avec les sapeurs-pompiers de St Martin pour le constat.

Allons bon ! Un rapide tour de la voiture pour constater qu’effectivement un bloc clignotant arrière est en miette ; mais comment ils se sont débrouillés, ces andouilles ! J’avais bien remarqué leur ambulance en arrivant, mais je ne pensais pas les gêner à ce point ! Et St Martin, c’est où, ça ? Un bref coup d’œil sur le Net m’apprend que c’est à une vingtaine de kilomètres d’ici ! Ben voyons ! Bon, de toute façon, je verrai demain, cela suffit pour aujourd’hui !

*****
Il n’est pas tout à fait dix-sept heures, le lendemain, quand je me présente au centre de secours de St Martin où règne une grande animation ; un retour d’intervention qui a dû être conséquente, si j’en juge par les moyens déployés. J’avise un soldat du feu en train de retirer son casque et je lui demande où se trouve le bureau du chef de corps ; il s’étonne, me dévisage un moment et finit par me demander le pourquoi de ma requête.

- C’est à cause d’un accrochage, hier soir à la clinique des Bleuets

Apparemment, il est au courant.

- Ah oui, c’est vous … la lieutenante n’est pas rentrée, mais vous pouvez attendre dans le hall…

La lieutenante ? C’est donc une femme ! Diable ! Ce n’est pas fait pour me déplaire, mais méfiance, elles sont bien souvent plus retorses que les hommes. Je poireaute ainsi une bonne vingtaine de minutes – décidément, c’est mon lot, depuis hier ! – et la lieutenante en question arrive, enfin.

Pas du tout comme je l’imaginais. Jeune, grande et blonde, l’allure sportive, une beauté sculpturale qui n’est pas sans évoquer certaines athlètes des pays de l’Est, et bien sanglée dans son uniforme de soldat du feu qui met ses rondeurs parfaitement en valeur. Mais rapidement, je me rends compte que c’est tout ce qu’elle a pour elle, la chef de corps, car côté amabilité, elle repassera ! Avec un sourire qui pourrait aisément passer pour une grimace, elle me demande de la suivre dans son bureau, m’invite à m’asseoir, et sans un mot commence la rédaction du constat amiable d’assurance.

Puis elle m’explique alors, qu’en étant très mal garé, mon véhicule constituait une entrave à la circulation, donc susceptible d’être une gêne pour les secours et que par conséquent, je devais prendre à ma charge la moitié de la responsabilité de l’accrochage.

Elle a dit cela d’une voix monocorde, et sur un ton qui n’est pas sans rappeler celui d’un juge rendant sa sentence ; je la fixe droit dans les yeux, elle ne sourcille pas, tellement sûre d’elle, et surtout, absolument convaincue que je vais me plier à son exigence sans rechigner ; mais là, elle se trompe.

- Non, je suis désolé

Visiblement, elle ne s’attendait pas à cela. Elle fronce les sourcils

- Pardon ?
- Je dis que je ne prends pas à ma charge la moitié de la responsabilité…
- Et pourquoi ? Parce que je regrette, mais juridiquement, vous avez la moitié des torts…

Je la dévisage ; elle n’est pas vilaine, la lieutenante ! Et c’est même tout le contraire. Bien sûr, elle laisse paraître un visage aux traits sévères, mais je suis sûr qu’elle en rajoute et que c’est une composition de sa part. En tout cas, elle n’a pas plus de trente-cinq ans ; célibataire ? Peut-être, elle n’a pas d’alliance… mais bon, pour l’heure, elle s’impatiente, la miss

- Alors ?

Mon regard ne lui fait pas baisser les yeux, au contraire ; le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est le genre de fille qui ne doit pas être facile à dérider ; je lui adresse malgré tout mon plus beau sourire

- Pourquoi ? Parce que je vais prendre tous les torts à ma charge, tout simplement.

Pourquoi j’ai dit ça ? Je n’en sais rien, en fait, cela m’est venu comme ça, d’un coup, sans préméditation ! Pour lui plaire ? Pour me rendre intéressant ? Peut -être ! Mais en tout cas, une telle largesse d’esprit, cela la rend plutôt sceptique, la cheftaine pompiers.

- Vous plaisantez ?
- Évidemment non ! Bien sûr mon assureur fera la gueule, mais basta !

Elle esquisse un semblant de sourire

- Hum, j’ignorais que j’avais à faire à un gentleman, c’est rare.
- Toujours avec les femmes ! Mais que voulez-vous, à notre époque, les bonnes manières se perdent…

C’est elle qui me fixe, maintenant. Mais il y a quelque chose qui a changé dans sa façon d’être, c’est imperceptible, mais je le sens. Son regard, qui s’est allumé, ainsi que sa fébrilité soudaine, trahissent son trouble. Nous remplissons rapidement le formulaire et nous prenons congé, avec cette fois ci, une poignée de main et un sourire, un vrai. Et c’est au moment où je vais franchir la porte qu’elle m’interpelle.

- Attendez !

Elle se lève, vient vers moi

- Cela vous dirait de visiter notre centre de secours…

Bon, ce n’est pas que cela m’intéresse vraiment, mais cela à l’air de lui faire plaisir, alors j’accepte. Et puis, quelque chose me dit que ce n’est pas anodin, cette soudaine proposition. Elle me promène donc à travers sa caserne toute neuve ; le standard, le foyer, la remise, avec le fourgon et la grande échelle – 24 mètres, me précise-t-elle, toute fière -, l’ambulance, maintenant, dans laquelle elle me fait grimper. Mais à peine suis-je à l’intérieur qu’elle referme la porte derrière elle. Et je n’ai même pas le temps de me demander pourquoi, puisque telle une furie, elle se jette sur moi, me serre la tête entre ses mains pour me rouler une pelle phénoménale ; et elle n’en reste pas là ! Je suis à peine remis de ma surprise qu’elle déjà en train de retirer son pantalon ! Mais c’est pas vrai ! Elle me fait quoi, là, la chef pompier ? Elle a le feu quelque part et elle compte sur moi pour l’éteindre ? Bon, eh bien puisque c’est ça, pas la peine de résister ! C’est du sexe que tu veux ? Eh bien tu vas en avoir, ma toute belle, crois-moi ! Laisse-moi le temps de baisser mon pantalon, et tu vas voir ! D’ailleurs, elle m’attend, les jambes grande écartées, appuyée sur le support de civière ; et je la prends, debout, sans préavis, à la sauvage ; elle s’accroche à mon cou, je la soulève en la maintenant par les cuisses ; j’avais encore jamais vécu un truc comme ça ! Et elle aime ça, la mignonne, tellement qu’elle me supplie de continuer, de ne pas la laisser comme ça, qu’elle en veut, encore et encore ; bon sang que c’est bon ! Et cela l’est d’autant plus que cela fait très longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de baiser ! A grand coups, que je la ramone, on se donne à fond, si fort que l’on ne remarque pas tout de suite qu’il est en train de se passer quelque chose ; d’abord une sorte de klaxon modulé, avec, l’instant d’après, des portes qui claquent, celles de notre ambulance ! Puis enfin le bruit d’un moteur que l’on démarre ; et comme notre ambulance possède une cellule arrière séparée du poste de conduite, personne ne s’est aperçu de notre présence à bord ! Et à bord, justement, c’est la panique ! Comment qu’elle réagit, ma partenaire ! Vite, elle se débarrasse de moi en me repoussant sans ménagements, se jette sur un petit bouton fixé sur la cloison du fond et se rhabille à une vitesse qui tient du prodige – elle en a oublié son slip – mais c’est trop tard, notre ambulance file maintenant au son des deux tons caractéristique des pompiers.

Pas trop fiérote la lieutenante ! Moi non plus d’ailleurs ; pourtant, quand même, elle parvient à en sourire. Elle se colle tout contre moi, toute encore énamourée

- C’était si bon, soupire-t-elle !

Mais très vite, l’incongruité de notre situation, lui fait reprendre les choses en main. Elle m’explique, à voix basse :

- Bon, j’ai coupé l’interphone qui nous relie à la cabine, de cette façon, on ne peut pas nous entendre ; alors voilà ce que vous allez faire : dès que l’ambulance s’arrêtera, vous sortirez ; normalement, mes hommes vont d’abord aller voir ce qui se passe, avant de venir chercher le matériel, cela vous laisse une minute à peu près, d’accord ?

Le moyen de faire autrement ? Alors j’acquiesce.

- Et vous ? Au fait, on ne se tutoie pas ?

Pour toute réponse, elle colle ses lèvres sur les miennes ; décidément, elle a le feu aux fesses, cette fille, mais bon, elle a toute une caserne pour l’éteindre…

- Si tu veux ! Alors, ne t’en fais pas pour moi, et fais ce que je te dis, n’oublie pas que c’est moi qui commande

Non sans mal, je ramasse sa culotte et lui tends

- Et ça, tu la reprends ou je te la rends à notre prochaine rencontre ?

Elle sourit, me la prend et la fourre dans sa poche

- C’est la première fois, tu sais…
- Hum, je n’ai pas vraiment eu l’impression que tu étais vierge…
- Je veux dire, c’est la première fois que cela m’arrive ! Je ne sais pas ce qui m’a pris, une envie folle de toi, comme une pulsion incontrôlable…

Ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre ! Mais bon, à part cela il ne faudrait pas qu’ils m’emmènent trop loin, les pompiers, parce que je rentre comment, moi ? Justement, le deux tons vient de s’arrêter, et l’ambulance en fait autant. Un baiser furtif et elle ouvre la porte doucement, jette un œil.

- Allez, vas-y !
- Je n’ai pas retenu ton prénom…
- Sandra… file !

Nous sommes arrêtés dans la cour de ce qui semble être une maison de retraite ; à part deux ou trois vieillards assis sur un banc, il n’y a personne, la chance est avec moi ; je me précipite vers la sortie. Tellement vite que je manque de me faire renverser par une auto qui sort elle aussi de l’établissement ; et c’est une jeune personne qui m’invective

- Continuez comme ça et vous, vous n’aurez pas besoin de maison de retraite !

Et cette jeune personne, je n’en crois pas mes yeux, n’est autre que ma petite infirmière d’hier soir, la rouquine.

- Ça par exemple ! Le monde est petit !

Elle plisse le front, hésite

- Mais on s’est déjà rencontrés, non ?
- Oui, hier soir, à la clinique, avouez que le hasard fait bien les choses

Elle a un petit sourire

- Et à part tenter de vous suicider, vous faites quoi, ici ?

Diable, il va falloir que j’invente quelque chose, car bien sûr, pas question de lui raconter ce qu’il vient de m’arriver

- Ben, en fait, je visite…
- Vous visitez les maisons de retraite ?

Vite, trouver quelque chose de sensé, sinon je vais être ridicule dans moins de pas longtemps
- Non, non, je visitais la ville, et je crois que je me suis égaré

Elle éclate de rire

- Visiter St Martin ? Chacun se distrait comme il peut ! Mais bon, si vous êtes perdu, je vais vous remettre sur le droit chemin, vous venez d’où ?

En fait de chemin, j’en ferai bien un petit bout avec elle, histoire de voir …

- De la caserne des pompiers
- Vous êtes pompier ?
- Heu, non, mais j’ai laissé ma voiture là-bas, et comme je vous l’ai dit, je me suis perdu.

Plutôt sceptique, mon infirmière, m’est d’avis qu’elle doit commencer à me prendre pour un doux farfelu, il faut que j’inverse la tendance, et vite !

- Alors montez, je vais vous ramener

Ça, c’est sympa ! Je m’installe à ses côtés. Elle me regarde ; j’ai comme l’impression qu’elle attend de moi des explications un peu plus précises ; bon, alors je vais lui en donner, à ma petite infirmière.

- En fait, je suis écrivain, et quand je suis à la recherche de l’inspiration, il m’arrive de déambuler, comme ça, sans but précis.

C’est pas vraiment un mensonge, puisque j’écris, c’est vrai, mais ce sont des ouvrages techniques, dans le cadre de ma profession.

- Vous êtes écrivain ?

Touchée ! Là, je l’intéresse.

- Bien sûr
- Et vous écrivez quel genre de livres ?

Bon, je vais broder un peu, pour voir, on ne sait jamais…

- De la littérature de gare, des romans à l’eau de rose, comme on dit

Cela la fait rire

- C’est pas vraiment ma littérature préférée, mais il y a sûrement des tas de gens à qui ça plait, non ?
- Bien sûr ! D’ailleurs, je compte se faire dérouler mon prochain roman ici, je trouve que c’est sympa comme endroit.

Elle pouffe carrément

- Si vous le dites ! Mais c’est quoi votre nom d’auteur ?
- C’est-à-dire que j’utilise des pseudos, plusieurs, en fait, parce qu’il parait que les noms anglo-saxon sont plus vendeurs que les noms français…

C’est du gros n’importe quoi, mais elle accroche, c’est l’essentiel ; bon, à moi de m’intéresser un peu à elle

- Mais au fait, vous, vous faisiez quoi, dans cette maison de retraite ?

- Une visite à ma grand-mère, quatre-vingt-douze ans demain ! Mais ça y est, vous voilà arrivé. Dites, quand vous cherchez l’inspiration, vous marchez toujours autant ? Parce que là, huit kilomètres au compteur, quand même …

Bigre, je n’avais pas eu l’impression de parcourir une telle distance, dans l’ambulance…

- Bah ! Vous savez, quand on est perdu dans ses pensées, on ne se rend pas compte de la distance… bon eh bien merci… au fait, je ne sais pas votre prénom
- Normal, je ne vous l’ai pas dit
- Et vous ne voulez pas me le dire ?

Elle me regarde, hésite, finit par me sourire

- Si, c’est Laetitia…

Alors, à tout à l’heure, Laetitia

- A tout à l’heure ?
- Ben oui, je dois repasser à la clinique pour mon vaccin, vous voyez, j’y pense…

*****
Deux heures plus tard, je la retrouve à la clinique des Bleuets. Elle m’accueille avec le même sourire éclatant, ce qui me fait penser que peut-être, je ne lui suis pas tout à fait indifférent, à cette petite ; si ça se trouve, ça marche, le coup du romancier en quête d’inspiration …

Elle me dirige vers la salle d’attente, cette fois ci pleine de monde

- Vous n’allez pas attendre longtemps, je vais aller chercher quelqu’un…

Effectivement, quelques minutes plus tard, c’est une dame d’un certain âge, toute vêtue de blanc, elle aussi, l’air pas aimable du tout, qui se présente

- Il y a quelqu’un pour un vaccin ? C’est vous ? Alors suivez-moi…

Elle me donne plutôt envie de prendre mes jambes à mon cou, mais bon, je la suis pour me faire piquer, nécessité faisant loi. En sortant, bien sûr, je repasse par le bureau des entrées où ma belle infirmière, seule, semble attendre le prochain patient ; alors, je vais en profiter pour pousser un peu mes pions.

- On pourrait peut -être se retrouver ailleurs que dans cet endroit, non ? Ne serait-ce que pour faire mieux connaissance, qu’est que vous en pensez ?

Elle pose son menton sur ses deux mains jointes, de la même façon qu’hier

- Cela entre dans le domaine des possibilités, effectivement. Je suis de repos demain, vous me proposez quoi ?

- Eh bien, de prendre un verre à la brasserie de l’Univers, par exemple, disons vers dix-huit heures, ça vous va ?

Elle a les yeux qui pétillent et un sourire coquin

- Pourquoi pas, c’est un bon début …

Un bon début ? Bon, ou je me trompe, ou elle n’attendait que cela, mon infirmière ! Et si je me débrouille bien, je crois que ne vais pas m’ennuyer, avec cette petite … bon, en attendant, on se quitte sur un signe de la main. J’en avais presque oublié mon épopée de cet après-midi, et je me demande comment elle s’en est tirée, la lieutenante, et je ne peux même pas lui téléphoner, j’ai pas son numéro, et je ne vais quand même pas retourner à la caserne pour lui demander !

*****
Dix-huit heures trente ! On ne peut pas dire que ce soit un modèle de ponctualité, Laetitia ! Je commence à me demander si je ne me suis pas bercé d’illusions. Mais non, elle arrive, radieuse dans une robe légère, son sac en bandoulière ; totalement décontractée, elle s’assoit à ma table, tout sourire

- Excusez-moi, c’était l’anniversaire de ma grand-mère, je me suis attardé un peu… vous comprenez ? je suis si en retard que ça ?

Elle me plait vraiment, cette fille, de plus en plus.

- Disons que c’est moi qui étais en avance, vous prenez quoi ?

Elle jette un œil sur mon verre en farfouillant dans son sac, finit par en extraire un paquet de cigarettes et un briquet

- Ben, la même chose que vous, c’est quoi ?

- Martini, rosso, et vous pouvez fumer, cela ne me dérange pas

Elle allume sa cigarette pendant que je passe la commande, en tire une longue bouffée qu’elle rejette aussitôt ; un long moment, on se regarde sans se parler, un peu comme si chacun tentait de deviner les pensées de l’autre. Et puis, son visage s’illumine d’un large sourire.

- Vous savez que je me pose une question à votre sujet

Bon, déjà, c’est la preuve que je l’intéresse un tant soit peu…

- Dites-moi tout

- Vous êtes vraiment écrivain ou c’est une technique de drague que vous avez mis au point ?

Hum, pas bête, la miss ! À moi de lui rendre son sourire

- Vous diriez quoi, vous ?

- J’hésite, je dirais écrivain parce que vous n’avez pas vraiment l’air d’un dragueur, mais j’ai un petit doute quand même… alors ? La réponse est…
- Eh bien, ni l’un ni l’autre, ou plutôt un peu des deux…
- Un peu des deux ?
-Oui, c’est vrai, j’écris des livres, mais des ouvrages très technique sur les transports terrestres actuels et à venir, et oui aussi parce que en me faisant passer pour un auteur de roman d’amour à deux balles, j’espérais bien capter votre attention…

Elle s’en amuse

- Capter mon attention, de côté-là, c’est réussi, mais c’est tout ! En tout cas, je ne serai pas donc pas l’héroïne de votre prochain ouvrage… mais alors, dites-moi, si vous écrivez des trucs sur les transports, vous travaillez sûrement à  » l’usine  » ?

L’usine, c’est ainsi que l’on désigne ici la grosse société de construction qui occupe la majorité des gens du cru et qui fait vivre la région, et j’y suis employé depuis une semaine en tant que chef du service recherche et développement, département transport, cela va de soi.

- Bien sûr, comme beaucoup de gens de la région.

Et en deux mots, je la mets au courant de ma fonction dans l’entreprise

- Alors, vous devez connaître monsieur Nonenmacher …
- Le directeur ? Bien sûr, je le côtoie tous les jours, c’est un vrai patron ! Pourquoi, vous le connaissez aussi ?

Elle prend son verre, boit une petite gorgée, le repose pour laisser tomber avec un petit sourire

- C’est mon père !

Elle sait ménager ses effets, la petite, et si elle voulait me surprendre, elle a réussi ! A tel point que j’en reste un moment bouche bée, avant de répéter, sottement

- Votre père ?
- Ben oui, il faut bien que j’en ai un !

Elle marque une pause, et ajoute, pensive

- Je me demande quelle serait sa réaction s’il apprenait qu’un de ses employés couche avec sa fille…
- Je ne sais pas, mais je me permets de vous signaler que nous n’avons jamais couché ensemble !

Elle écrase sa cigarette, avale une petite gorgée de Martini, me sourit

- Non, bien sûr, du moins pas encore …parce que j’aime à croire que si vous m’avez invité ce soir, c’est pour en arriver là, non ?

Eh bien au moins, je sais à quoi m’en tenir, avec cette petite, elle sait où elle va !

- Et pensant cela, vous avez accepté quand même ?
- Bien sûr, puisque vous me plaisez et que j’ai très envie de vous…

Et toc ! Non mais c’est quoi, ces filles ! La lieutenante des pompiers hier, la petite infirmière, fille de mon patron aujourd’hui ! Je veux bien reconnaître qu’à quarante ans passés, j’ai encore un certain charme, mais quand même ! Elles sont en manque, ou bien quoi, les nanas de la région ?

Elle prend son paquet de clopes, hésite, et finalement le repose.

- Au fait, j’espère que vous n’êtes pas marié…
- Divorcé ; pourquoi, vous avez quelque chose contre les hommes mariés ?
- C’est-à-dire que moi, je suis libre, et quand j’ai envie d’une aventure avec un homme, eh bien j’aime autant que celui-ci soit dans la même situation, pas quelqu’un avec un fil à la patte, et qui est toujours à trembler de peur que sa femme l’apprenne ; les  » Ah là là, vous ne vous rendez pas compte, si elle venait à savoir !  » et les précautions à n’en plus finir, non merci, très peu pour moi !
- Pourtant, fréquenter un homme marié peut présenter aussi des avantages…

Elle porte son index à sa bouche, lève les yeux en faisant mine de réfléchir

- Désolée, mais je n’en trouve pas…ceci dit on fait quoi ?

Bon, visiblement, le romantisme, c’est pas sa tasse de thé, à la mignonne

- Mais cela dépend entièrement de vous, belle enfant
- Alors, vous pouvez déjà éliminer le resto, je ne mange quasiment rien le soir, le ciné aussi, j’ai horreur du noir, après, je ne sais pas ce que vous avez à me proposer…

Moi, j’ai bien sûr quelque chose à lui proposer, mais pas de manière aussi directe qu’elle

- Que diriez-vous d’une coupe de Champagne ?
- Chez vous ? Hum, le Champagne est la seule chose à laquelle je ne résiste pas…alors d’accord !
Elle a du tempérament, Laetitia ! Et le Champagne, elle aime ! C’est après la première coupe que j’ai commencé à lui caresser les seins, qu’elle a tout mignons ; à la seconde elle m’a laissé lui retirer sa petite culotte, et à la troisième, enfin, elle s’est abandonnée, complètement. Nous avons baisé, passionnément, je dirais même amoureusement ; je l’ai limé, ma belle infirmière, longtemps, jusqu’à ce qu’elle crie son bonheur d’être à moi ; et c’est très tard dans la soirée que nous nous sommes séparé, non sans – et c’est elle qui l’a voulu – s’être promis de se revoir bientôt, très bientôt.

Le début d’une histoire d’amour ? Peut -être, je n’ai rien contre, surtout que la solitude, c’est bien joli, mais il ne faut pas que cela dure trop longtemps, alors, pourquoi pas ?

Seulement, en consultant mes Emails, encore plus tard dans la soirée, j’en ai trouvé un qui m’a laissé perplexe

- Bonsoir, pourquoi tu m’as laissée sans nouvelles ? Parce que moi, j’ai très envie de reprendre notre relation où nous l’avions laissée, et pourquoi pas, l’approfondir

Un cœur qui n’attend que toi

Réponds-moi vite

Sandra

Catastrophe ! Et je fais quoi, dans un cas comme ça ? Parce que là, je crois bien qu’il va me falloir faire un choix, mais pour laquelle ?

Dire que l’on m’avait dit,  » tu vas voir, si tu vas là-bas, tu auras du mal à te faire accepter, les gens sont froids et distants envers les étrangers à leur région  » comme quoi, il ne faut pas toujours croire tout ce que l’on raconte…

 

fin

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Urgences par Gigi02

  1. Muller dit :

    le ton est plaisant, mais cela eut été encore mieux si nous avions trouvé dans ce texte les petites perversions vassiliennes que nous sommes si heureux de retrouver sur ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>