Les Femmes Rondelettes par Verdon

Les Femmes Rondelettes par Verdon

Les Femmes Rondelettes

J’avoue que j’apprécie les femmes rondelettes
Qui savent sur un lit, bouger leurs abattis
Et ne craignent jamais de mouiller leur liquette
Car elles ont l’avantage en étant grassouillettes
D’offrir à leurs amants de belles anatomies
Dans un corps bien souvent divinement bâti.

Elles ne sont les dernières à aimer faire l’amour
Et savent que leur croupe attire les regards
Des hommes ou bien des femmes, qui bien souvent s’égarent
Sur les épais contours de leurs nobles atours
Dont les débordements à l’outrance criarde,
Excitent leurs passions généreuses et gaillardes.

Qui n’a jamais bandé en suivant une Femme
Qui lentement se hâte dessus le macadam
En ondulant ses hanches avec complicité
Au rythme affolant de ses rotondités
Qui laissent deviner ce paradis charnel
Qu’elles cachent sous la jupe aux courbes sensuelles

Et face à l’opulence de cet auguste cul
Dont les fesses s’écartent avec tant d’indolence
On ne peut que flatter sa superbe abondance
En titillant son trou d’une langue goulue
Ou d’une ou deux phalanges indiscrètes et pointues,
Préludes délicieuses à d’autres jouissances.

Comme deux oreillers, on adore leurs loches
On saute sur leurs reins pour leur flatter la croupe.
On sait bien qu’en secret elles aiment la débauche
Et prêtes à libérer leur charnu pour la troupe
Elles ignorent la honte, deviennent vite cochonnes
Et vont se dévoyer car la chose est trop bonne.

Elles ont tant à offrir, qu’un homme ne suffit
A faire ce qu’elles désirent pour combler leurs envies.
Et leurs grasses muqueuses courues par deux apôtres
Se plaisent à recevoir leurs pines de part et d’autre
Car en fermant les yeux et la bouche béante
Elles n’attendent qu’une chose : c’est qu’on les complimente.

Puis lorsque prosternées, leur bon gros cul en l’air
Ces Dames s’abandonnent, superbes et impudiques,
Offrant à nos envies de plus en plus lubriques,
La généreuse offrande de tous leurs orifices
Je ne connais personne qui de belle manière
Ne voudrait satisfaire à ce doux exercice.

N’est-il pas vrai, Mesdames qui avez tant de chair,
Que l’amour vous apporte ivresse et volupté
Et que nos mains posées sur vos rondeurs fessières
Excitent tellement votre lubricité
Que vous vous sentez Femme et voulez être aimées,
Amoureuses et vicieuses encore plus que jamais.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Les Femmes Rondelettes par Verdon

  1. sapristi dit :

    Bel hommage et bien mérité

  2. 2mario dit :

    Joliment torché ! Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>