Un Jouet pour Cécile par Bougetoi

Hello ! Cette après midi là j’ai reçu la visite de Pierre, un collègue de
travail et de sa femme Cécile. On prend un café puis lancé dans la
conversation je dis que les Français, d’après un sondage, ont les plus beaux
sexes. Cécile me répond que je ne suis pas capable de lui montrer mon arme.
Pierre me regarde, et des yeux me fait signe de ne pas me gêner pour lui.
Alors dans l’action je me lève et dépose mon pantalon et mon slip sous les
yeux amusés de Cécile. C’est à ce moment là que tout parti. Cécile me
demande de virer tous mes vêtements, ce que je fais. Pierre regarde et me
demande :

- Es-tu près à être devenir un jouet car quand elle s’y met, on ne peut la
stopper ?

Je leur réponds et je ne sais pourquoi, qu’ils peuvent faire de moi ce
qu’ils veulent. Cécile me fait mettre à genoux et commence à me donner de
grands coups sur les joues. Je fus d’abord surpris mais le pire va venir.
Pierre se lève et revient avec une corde et des pinces en fer. Ils me lient
les mains dans le dos, et une énorme douleur envahit mon corps quand ils
posent les pinces sur mes seins et ma bourse. Comme je pousse un cri elle me
met mes chaussettes dans la bouche ! J’ai mal mais paradoxalement je bande.

- Viens ! On va dans ta cour !

Je crains le pire mais ils me dirigent vers ma cour intérieure et je n’ai
que deux mètres à faire pour être à l’abri de tous les regards. Ces deux
mètres me paressent interminable. Pierre m’allonge sur le ventre et me
fesse. Ces claques retentissent sur mon cul, il n’y va pas de mains mortes
car très vite mon fessier me chauffe voir me brûle. Cécile s’approche de moi
et me montre sa main. Je ne comprends pas où elle veut en venir, mais quand
elle sort une bouteille d’huile plus besoin de me faire un dessin. Elle
verse de l’huile directement sur mon anus, soulève mon bassin et rentre un
doigt dans mon œil de bronze. Cela ne me fait presque rien et elle me met
directement ses 4 doigts. J’étouffe et j’ai l’impression que mon trou du cul
est explosé, mais ce n’est rien quand elle fait un mouvement de recul pour
glisser sa main entière jusqu’au poignet. Cécile fait de petits mouvements
dans mon rectum qui me font horriblement mal mais mon bâillon retient tous
mes cris et douleurs.

Pierre lui, la regarde d’abord faire et se déshabille. Son sexe est droit
et il ne peut cacher son plaisir de me voir subir les désirs de sa femme. Il
approche son sexe de ma bouche retire mon bâillon et place aussitôt celui-ci
dans ma bouche. Au bout de dix minutes dans ma bouche il finit par jouir. Sa
femme lâche alors mon anus pour venir me rouler une pelle. Je pense en avoir
finit pour aujourd’hui mais Cécile prend une ficelle et me la passe autour
des testicules. Elle accroche après ses chaussures, et les lâche d’un coup.
La tension de la ficelle risque de me couper la respiration sur le coup et
je sens comme une énorme fatigue s’abattre sur moi.

- J’ai vu que tu as un beau jardin on va aller y faire un tour.

Ils remettent leurs vêtements.

- Bien sûr, tu nous suis dans cette tenue. Jusque dans le petit carré de
sapin.

Entre la sortie de ma maison et le fameux carré il y deux mètres totalement
à découvert et tous mes voisins qui seront dehors pourront me voir. Je ne
brille pas mais je les suis. A chaque pas que je fais mes testicules me font
mal. Arrivée à la porte je suis poussé par Pierre et je ne peux vérifier la
présence ou non de mes voisins. Je vais vite jusqu’au point de rendez-vous
où m’attend déjà Cécile. Elle enlève mon attirail. J’ai un nouveau haut de
cœur mais cette fois c’est de  » bonheur « . Pierre nous à rejoint. A
l’endroit où nous sommes seuls les personnes qui viennent me voir peuvent
nous trouver. Nous sommes à l’abri de tous les regards. Cécile et Pierre se
remettent à poils. Il bande de nouveau.

- Met tes mains dans le dos !

Elle reprend sa ficelle pour me les attacher et sort d’une valise que Pierre
a pris dans sa voiture avant de nous retrouver un martinet. Elle le lève et
me flagelle. Le cuir me pénètre la peau et à chaque coup je retiens mon
souffle pour ne pas crier et éveiller les soupçons de mon voisinage. Elle
frappe sur tout mon corps jusqu’à que celui-ci soit rouge des pieds à la
tête qu’elle épargne.

- Maintenant tu vas me lécher le cul pendant que mon homme va me baiser.

Elle s’allonge sur le dos écarte les cuisses pour que Pierre puisse la
pénétrer. Je me mets à genoux et comme j’ai les mains attachées je perds
l’équilibre et m’écroule par terre. Ils éclatent de rire. J’ai honte mais je
ne dis rien je suis complètement rentré dans ce petit  » jeu « . Je rampe
jusqu’au cul de Cécile et glisse ma langue sur son anus et la pénètre. Elle
libère un pet qui me fait reculer violemment ce qui fait sortir Pierre de sa
tanière un court instant. Puis on se remet à l’œuvre. Cécile remue de tout
son corps et joui dans une série de cris peu discrets. Pierre éclate à son
tour, son sperme coule sur la chatte de sa femme et quelques gouttes vont
jusqu’à ma bouche toujours dans l’anus de Cécile. Ils se relèvent
s’habillent.

- Bon on va y aller, bonne soirée.

Avant de quitter le carré, Cécile défaits mes liens. Ils partent sans dire
autre mots. Je dois retourner chez moi en devant de nouveau passer le
passage à découvert. Il me semble que ma voisine de droite m’aperçoit mais
je ne m’attarde pas. Une fois à l’intérieur Je téléphone à mon collègue et
je tombe sur son répondeur.

- J’ai passé une agréable soirée revenez quand vous voulez. Bises Marc.

Bougetoi (Titre original : Ouille !)
Première publication sur Vassilia, le 12/08/2001 récit (importé de
SophieXXX)

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Un Jouet pour Cécile par Bougetoi

  1. Isandrin dit :

    pas de quoi s’affoler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>