Mon cousin David par Philou

Mon cousin David
par Philou

J’étais en vacances dans la famille, j’étais chez ma tante Chantal qui a trois enfants, un garçon David et deux filles Marie et Sophie. Je logeais dans la chambre de David, dans laquelle il y avait deux lits, le lit de David et un lit d’appoint, lit où je dormais.
Une nuit, alors qu’il faisait très chaud, je me suis réveillé. Sans faire de bruit, je me levai et voulus gagner la salle de bain pour me rafraîchir mais, le spectacle que je vis me coupa littéralement les jambes et pour cause ! Ce que mes yeux découvraient me fascinait et ma queue, dans mon pyjama se redressa illico presto. Mon cousin David était occupé, les yeux fermés, à se branler au-dessus de ses draps. Il alternait les mouvements rapides et lents de son poignet refermé sur sa queue et, en même temps, je l’entendais qui gémissait de bonheur. Je l’observai pendant une bonne dizaine de minutes et, à chaque fois que son visage grimaçait, je savais, pour le subir moi-même au cours de mes branlettes solitaires, qu’il était au bord de l’éjaculation. Mais, à chaque fois également, comme moi, il se pinçait les couilles de son autre main, ce qui empêchait toute sa sève de jaillir de sa hampe. Puis, lorsqu’il activa ses mouvements ascendants et descendants sur sa pine, je compris qu’il avait décidé de se laisser éjaculer pour pouvoir enfin jouir. Le sperme jailli haut dans l’air puis, retomba sur son ventre et sa main, en même temps qu’il poussait des râles de contentements. A cet instant précis, il rouvrit les yeux et se rendit compte de ma présence tout près de lui.

- Alors ça t’a plu de me regarder me branler ?
- Oui, c’était très chouette, très excitant ! lui répondis-je.
- Pourquoi tu ne viendrais pas à côté de moi pour en faire autant ? Ce n’est pas une bonne idée, ça ?

M’ayant convaincu, je me suis étendu à ses côtés et, j’ai enlevé le pantalon de mon pyjama. Ma queue grossie par l’envie se retrouva très vite entre mes mains et, la situation excitante dans laquelle je me trouvais, mon cousin David à côté de moi en train de me reluquer, me fit décharger très rapidement tout le contenu de mes testicules…

Pendant trois ou quatre nuits, on s’amusa ainsi jusqu’à ce que mon cousin pose sa main, un soir, sur mon ventre et, commença à me caresser. Je ne sais pas pourquoi je me suis laissé faire. Sa main s’est glissée sur mon torse, elle parcourait ma poitrine, passait sur ses bras, elle descendait vers mon nombril et descendait le long de mes cuisses, elle remontait doucement dans l’entre jambe et s’arrêtait sous mes bourses. J’avais pris aussi ma main pour caresser le corps de David. Mon cousin David me faisait bander de plus en plus fort, il s’attardait dans l’entre jambe et s’arrêtait aussi juste sous mes bourses. Puis de mon côté je me suis mis à remonter le long de son sexe bien dur. J’ai mis mes doigts à hauteur du gland et je me suis mis à caresser le gland sous la peau du prépuce, je faisais des mouvements circulaires au niveau du gland en modifiant de temps à autre la pression exercée, je sentais David respirer assez profondément. De son côté mon cousin me masturbait, il me donnait les mêmes caresses, il me masturbait de la même façon. Nous nous sommes donnés du plaisir durant une bonne demi heure, voluptueusement, doucement en prenant le temps de vivre pleinement le moment présent, tout en volupté, en savourant et en vivant le plaisir qui montait en nous, en sentant la sève qui petit à petit voulait venir et puis ce fut l’explosion, le feu d’artifice, notre semence se répandait dans nos mains. Nous nous sommes essuyés. Après quelques minutes, le temps de reprendre nos esprits, Nous nous sommes rapprochés, nous nous sommes regardés et puis nos visages se sont rapprochés, nos lèvres se sont rejointes, nos bouches se sont ouvertes et nos langues se sont enfin titillées. Nous avons échangé un baiser tant désiré depuis des jours. Puis nous avons accroché les deux duvets pour ne plus en faire qu’un.

Pris par le sommeil nous nous sommes endormis dans les bras l’un de l’autre.

Chaque soir nous nous sommes endormis dans le lit de mon cousin David. Nous nous embrassions et nous nous masturbions mutuellement. Un soir, j’ai eu envie de goûter au sexe de mon cousin David. Je lui ai dit que je voulais le sucer, il m’a dit oui et nous nous sommes retrouvés têtes bêches. Je donnais des baisers à la queue de David, je laissais ma langue aller de bas en haut et haut en bas sur elle, je titillais de temps à autre son gland. David de son côté calquait ses caresses buccales sur les miennes. Nous nous sucions avec avidité. Je sentais la sève monter, je sentais que je n’étais pas loin d’éjaculer, David de son côté émettait des gémissements de plaisirs. Je sentais aussi que sa queue commençait à palpiter dans ma bouche, David était lui aussi prêt à se vider de sa semence. Le fait d’y penser ça m’a fait décharger assez vite dans le fond de la gorge de David, qui lui est venu quelques instants après moi. Nous nous sommes essuyés et nous nous sommes couchés tous les deux pour reprendre nos esprits.

Le lendemain un autre cousin venait passer quelques jours dans la famille de ma tante Chantal. Notre cousin s’appelait Pierre. Avec ma tante il avait été convenu que je dorme dans le même lit que David, car c’était le plus large et que Pierre irait lui dans le lit d’appoint. Il était maintenant question de faire attention David et moi. Il fallait se montrer discret en présence de notre cousin Pierre.

Le soir nous étions couchés en pyjama. Nous nous sommes endormis sans rien faire pour ne pas risquer d’être surpris par Pierre. Nous avons d’ailleurs passé une très bonne nuit, question de se reposer après les quelques nuits agitées que nous avions passé. Notre cousin Pierre s’était levé assez tôt, il devait être sept heures et quart. David et moi nous dormions encore, collé l’un à l’autre. David s’est réveillé avant moi. Il avait vu le lit d’appoint vide. David s’était dit que c’était peut-être le moment de passer à l’action. David se mis à me caresser pour me réveiller. Voyant que je ne réagissais pas plus que ça, il se mit à me chatouiller. Je peux dire que ça m’a réveillé. Plus David me chatouillait plus je riais. A un moment j’ai dit à mon cousin d’arrêter, que je n’en pouvais plus. Je commençais à avoir mal au ventre, j’avais la vessie pleine et je devais aller aux toilettes. J’ai fait remarquer à David que je devais aller aux toilettes car je devais vraiment faire pipi. David s’est mis à rire et s’est remis à me chatouiller de plus belle. J’avais de plus en plus mal au ventre, j’éprouvais de plus en plus de difficultés à me contenir. David remarquait bien que j’étais au bord de la rupture, j’avais l’impression qu’il voulait que je me pisse dessus. Je sentais que je n’allais pas pouvoir tenir plus longtemps, un jet d’urine est parti dans mon pantalon de pyjama.
J’ai dit à David :

 » Oooh, je pisse « .

Puis un autre jet est parti, j’ai encore dit :

 » Oooh, arrête de me chatouiller David « .

Mon cousin David continuait à me chatouiller et je n’ai plus su me retenir, je me suis mis à pisser dans mon pyjama et dans le lit sans pouvoir m’arrêter. David se rendant compte de mon état, sentant l’humidité s’étendre dans le lit, arrêta ses chatouillements et me fit un sourire en me disant :

 » Ce n’était pas grave « .

David me dit alors :

 » Regarde « .

Il se mit lui aussi à pisser volontairement dans son pyjama et dans son lit. Voyant ça je me suis mis à bander sec. David s’est alors mis à me masturber par-dessus mon pyjama mouillé, je fis de même avec lui et nous nous sommes branler l’un l’autre dans notre pisse. Nous n’avions jamais fait ça avant à deux. Nous avons joui très fort. Nous avons retiré un très grand plaisir dans cette expérience.

J’ai avoué à David que parfois il m’arrivait quand j’étais seul, de me pisser dessus, debout dans mon pantalon, et de me masturber par-dessus mon pantalon mouillé. Je lui ai ajouté que ça me procurait beaucoup de plaisirs. Je lui ai dit aussi que je l’avais déjà quelques fois dans mon lit.

David à son tour me dit avoir déjà fait la même chose à quelques reprises. Il m’avoua que ce matin il n’avait pas pu s’empêcher de me chatouiller uniquement dans le but de me voir pisser dans mon pantalon de pyjama. Il m’a dit qu’il aimait sentir la pisse inonder son ventre et son pyjama et qu’il en retirait beaucoup de plaisirs.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mon cousin David par Philou

  1. Labite dit :

    L’illustration est joli, le texte est pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>