Ils m’aiment en blouse par Solange01

Salut, je suis Solange 30 ans, blonde aux cheveux court 1 mètre 67, 52 kg et
un tour de poitrine de 95 C, j’adore le sexe et je n’ai pas honte de
l’avouer, je suis très gourmande et très exhibitionniste, j’aime me montrer
allumer et passer à l’acte, je suis toujours assez provocante dans ma façon
d’être et dans mes tenues, mais depuis l’été dernier j’ai gravi un échelon
de plus dans l’exhibition grâce à mon mari, nous sommes un couple très
complice et très libertin, je suis ouvrière dans une petite usine près de
chez moi, et tous les matins c’est le même rituel, après mon petit déjeuner
et ma douche je m’habille puis je choisi une blouse de travail dans mon
armoire, puis je l’enfile, je mets un gilet ou un blouson par-dessus puis je
pars travailler, je suis à 10 minutes a pied de l’usine

Mais un matin de l’été dernier alors que j’allais enfiler ma blouse, mon
mari me stoppa, puis il me dit de me mettre entièrement nue, je le regardais
avec étonnement puis je m’exécutais pensant qu’il avait envie de me faire
l’amour avant de travailler, une fois nue il me tendit ma blouse de travail
en me disant

 » A partir d’aujourd’hui tu travailleras à poil sous tes blouses!
« , Si tu veux lui dis je, je n’y avais jamais pensé !

Alors je mis ma blouse directement sur ma peau nue, sans aucun autre
vêtement ni dessous, c’est très agréable de sentir le nylon frais de la
blouse sur ma peau. La blouse est bleue marine, a manches longues, elle
m’arrive presque aux genoux, elle est entièrement boutonnée dans le dos par
5 boutons, devant il y a 2 poches, il n’y a pas de col, le nylon est très
fin et très léger.

Donc après avoir mis ma blouse j’allais enfiler un petit gilet quand mon
mari m’arrêta une fois de plus, il me dit :

- Non! Tu vas au boulot sans rien d’autre que ta blouse !

Je me demandais dans quelle aventure j’allais me fourrer, dans la rue et
dans l’usine a poil sous ma blouse en nylon, avec mes collègues qui me font
du rentre dedans en temps normal, comment cela allait t’il se finir, mais
que cela ne tienne j’avais envie de franchir le pas, j’étais déjà très
excitée et je dis à mon mari je te préviens que si certain le remarque au
boulot, je risque de passer à la casserole, il me répondit que ce n’était
pas un problème et que si l’aventure me tentait j’avais juste à écarter les
cuisses, nous avons déjà eu des aventures extraconjugales mais a mon boulot
j’ai toujours évitée, malgré que j’en avais l’envie.

Mon mari me pris dans ses bras, nous nous sommes enlacés en nous embrassant
fougueusement, il me caressait par-dessus ma blouse puis il glissa une main
dessous et la plaqua contre ma chatte déjà trempée, j’avais très envie de me
faire défoncer par une bite bien dure, puis je sentit son doigt triturer mon
clito puis ce doigt pénétra dans mon vagin, j’étais adossée au mur les
cuisses écartées en train de me faire masturber, je lui demandais de me
baiser, l’orgasme montait en moi puis il éclatât, je demandait à mon mari de
sortir sa bite et de me la mettre mais il me dit non tu vas être en retard
au boulot, j’était déçue mais tant pis il fallait que j’aille bosser, avec
cette envie qui me tenaillait dans Le bas ventre, je suis sortie de la
maison je marchais dans la rue à poil sous ma blouse de nylon, cela
m’excitait de plus en plus, j’avais la sensation d’être nue dans la rue, mes
seins pointaient sous le fin nylon ils ballottaient librement au rythme de
mes pas, mes mamelons frottaient le nylon et cela m’excitait au plus haut
point, la blouse caressait mon corps qui était devenue électrique, dans mon
dos je sentais les pans de la boutonnière s’écarter, laissant entrevoir mon
cul nu, j’étais dans un tel état que je m’en foutais, c’était la plus belle
expérience d’exhibition de toute ma vie, et ce n’était pas finie, je me
disait maintenant c’est claire, je vais travailler toujours à poil sous mes
blouses, c’est trop érotique et trop excitant.

Arrivée à l’usine je redoutais le regard de mes collègues,
j’avais du mal à me concentrer sur mon travail, a la pause j’ai été me
soulager aux toilettes en me masturbant, je n’avais jamais connu un tel état
d’excitation, tout ça à cause d’une simple blouse en nylon, malgré ça,
j’avais toujours une envie, l’envie d’un sexe d’homme me défonçant la
chatte.

Puis je repris mon poste de travail, un quart d’heure plus tard un collègue
m’interpella, il me dit textuellement: :

« Solange tu es une vraie salope dit donc! Tu n’as rien sous ta blouse »

Je sais qu’il ne disait pas ça méchamment mais qu’il s’en était aperçu,
alors je lui ai répondu :

- Oui je suis nue sous ma blouse, j’aime être nue sous mes blouses et alors
ça te gène?
- Non me répondit t’il au contraire mais tu es une allumeuse, quand tu te
penche je vois ton cul!
- Et alors il te plait mon cul?
- Ho oui, il me plait ton petit cul, mais t’est une sacrée garce quand même
et t’as pas froid aux yeux ma cochonne!

Puis comme il me plait assez je lui dis directement :

- T’as envie de me baiser?

Il me répondit

- MMmmm ça oui j’aimerais te baiser, serait-ce une proposition, me dit il
tout en passant une main dans mon dos entre l’entrebâillement de la
boutonnière de ma blouse et il commence à me caresser les fesses, alors je
lui dis
- baise moi Patrice, baise moi »

Alors nous sommes allés aux wc, nous nous sommes enfermés puis il retroussa
ma blouse par-dessus mes seins, bon sang dit il, depuis le temps que j’en
rêvais, je pris sa tête et l’attirât sur mes seins, il me suça les pointes,
puis il me fit asseoir sur la cuvette des wc, et il plongea sa tête entre
mes cuisses pour me bouffer la chatte, il suçait mon clito et le mordillait,
je devenais folle, sa langue parcourait mon sillon et entrait dans ma chatte
en feu, pendant ce temps ma blouse était retombée sur mes seins et je me
pinçais les pointes avec le nylon, je commençais à jouir, j’avais du mal à
étouffer mes gémissements de plaisir, d’une main je plaquais sa tête très
fort contre ma chatte tout en lui disant: oui ouiii mange moi, mange moiiii,
bouffe moi la chatte vas y bouffe moiiii, puis j’ai eus un orgasme très
violent, je n’ai pas pu me retenir de crier, heureusement que personne
n’était aux alentours, car je respirais très fort je secouais ma tête dans
tous les sens et je criais :

 » ouiiii mange moiiii, avale moiiii! avaaale moiiiii ouiiii avale moiiii, je
t’en priiiiie, avaaaale ouiiii avaaale moiiiii, puis je le regarde droit
dans les yeux et je lui dit : « sort ta bite! Sort ta biiiite! Sort la vas-y!
J’veux ta biiite!

Il baissa son pantalon et son sexe apparu devant mes yeux, ce n’était pas un
sexe hors normes mais ce n’est pas grave, il fera très bien l’affaire, il
est dressé et bien dur, sans hésiter je le prends de ma main et je le
masturbe rapidement un instant, Patrice prend son pied, il ferme les yeux et
met sa tête en arrière, pour ma part d’une main je me caresse un sein en
faisant crisser le nylon de ma blouse et de l’autre je masturbe son sexe,
puis j’approche ma bouche, je l’ouvre et engloutie ce sexe, je le suce
puissamment, Patrice a des spasmes et gémi de plus en plus fort, puis au
bout d’un moment je lui dit :

 » Baise moi, vas y baise moi, met moi ta bite! »

Alors il m’attrape par les hanches, j’écarte les cuisses en grand, il me
soulève et m’attire vers sa verge dressée, je la prends d’une main et la
guide moi-même vers l’entrée de ma chatte, je la sens bien, enfonnnnce lui
dit je, sans problèmes sa bite rentre en moi, et il commence ces vas et
viens, je n’en reviens pas moi Solange L… , Je suis a l’usine, avec ma
blouse en nylon pour seul vêtement, en train de me faire sauter dans les
chiottes, en pensant a ça sa me rend folle, je me fou de tout ce qui peut ce
passer autour de nous, je jouis, et je jouie très fort, au rythme de ses
coups de reins mes seins tressautes, les pointes me brûlent à force de
frotter contre le nylon de ma belle petite blouse, j’adore cette sensation,
puis je sens ses mains dans mon dos, il essaye de déboutonner ma blouse,
puis un a un les boutons sont défais, ma blouse est ouverte en grand sur ma
nudité dans mon dos, Patrice me dit :

« Solange, qu’est ce que t’est bonne, hoooo, enlève ta blouse, enlève ta
blouse je te veux nue! »

Alors tout en me faisant limer je fis glisser ma blouse sur mes avants bras,
je restais tel quel un instant, puis il pris ma blouse et me l’arracha,
j’était maintenant entièrement nue à part mes petites chaussures a talon, e
train de me faire baiser dans les wc, ma blouse gisait au sol, et je
jouissait de plus en plus fort, défooonce moiii ouiii défooooonce moiiii, au
bout d’un court moment je sentis sa semence se répandre en moi, nous avons
pris notre pied ensemble, il ressorti son sexe de ma chatte, son sperme
coulait le long de mes cuisse, et je n’avait rien a me mettre à part ma
blouse en nylon bleu, d’ailleurs je lui est demandée de me la remettre, il
la ramassa Et me la présenta en me disant:

« Si madame Solange veut bien remettre sa belle blouse! »

Je lui répondit :

 » oui, emblousez-moi M. Patrice, mettez moi ma belle blouse »

Puis je lui ai tourné le dos pour qu’il me boutonne en lui disant:

 » Tu me boutonne ma blouse s’il te plait! Tu sais! A partir d’aujourd’hui,
je travaillerais toujours à poil sous mes blouses! Je serais toujours dispos
pour un coup de bite, sauf si problèmes de femmes évidemment! »

Pas de problèmes me dit il.

Nous sommes retournés travailler, j’allais beaucoup mieux mais je sentais le
sperme coulant de ma chatte le long de mes cuisses, pour exciter Patrice qui
passait me voir de temps en temps, si personne n’était dans les parages je
retroussais ma blouse et j’essuyais mes cuisses avec mes doigts puis je les
portais dans ma bouche puis je suçais et avalait son sperme, puis je
retroussais à nouveau ma blouse, et me doigtais devant lui un court instant
en le fixant droit dans les yeux, puis je ressortais mon doigt de ma chatte
et je le suçait lentement, il devenait fou et me disait :

- Solange c’est pas possible! t’es une salope de première, et moi tout en
suçant mon doigt je lui souriais en faisant oui de la tête…

A suivre

SOLANGE

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ils m’aiment en blouse par Solange01

  1. Morel dit :

    ben oui, chacun son fantasme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>