Enigme V par Ivan Ribeiro Lagos

NDW : Ce texte écrit en portugais du Brésil nous est parvenu dans une
traduction approximative que nous avons corrigé en essayant de ne pas trahir
l’esprit du texte. (pas évident !) – Par ailleurs, il nous a été impossible
d’adapter le premier paragraphe qui comprend des éléments incompréhensibles
. Ce texte est donc mis en ligne provisoirement amputé, illustration par
l’auteur.

Cécile s’est habillée d’une jupe rouge et d’un chemisier noir. Ce dernier
très classique, n’avait que très peu de bouton et laissait un décolleté très
sexy. La jupette était ultra courte, du genre portefeuille, sauf que le
recouvrement du tissu était minime, voire inexistant, et chaque mouvement
laissait voir ses dessous. Elle a aux pieds des escarpins aux talons très
hauts, donnant encore plus de longueur à ses jambes. Elle entra dans une
boîte pour lesbienne renommée dans la région. Elle vit une belle femme de
dos au bar à qui on avait servi un café. Cécile ne reconnut pas
immédiatement Sophie la secrétaire de son mari, elle eu le temps ainsi de
mieux la regarder ! Non, il n’y a pas de doute !.Et… Elle la dévisage…
droit dans les yeux… Cécile songe à partir, puis se ravise. Après tout,
elle jouait le personnage de quelqu’un qui a un rendez-vous, pourquoi en
changer, elle regarde sa montre pour se donner une contenance et continuer
son rôle. Sophie se retourna et afficha un large sourire. Cécile répond
cette fois au sourire, et stupéfaite se demande ce qu’elle cherche, et lui
dit :
- Sophie ? Mais … Mais, tu es ravissante. Qu’as-tu fais à ta poitrine…
Ton nouveau soutien gorge ?
- Je n’en porte pas… Je me redresse les épaules maintenant !
- Mais tu es jolie… Mon dieu… Je n’ai jamais vu une telle
métamorphose… aussi rapide. Mais qu’as-tu fait de tes lunettes ? Tu as
déjà des lentilles de contact ?
- Non , je n’ai plus besoin de verres… Je ne sais pourquoi, mais je vois
parfaitement bien !
Sophie était une femme de 28 ans célibataire, une jolie femme brune
proportionnée 1m 70 environ, cheveux longs avec de beaux seins ronds et
d’assez jolies jambes, des belles hanches marquées et une superbe croupe
bien lisse, secrétaire du fameux avocat Armand Xavier, le mari de Cécile.
Elle occupait cette fonction depuis six ans déjà. Elle était ordonnée et
disciplinée, enfin elle était là pour travailler pas pour s’amuser, si une
fois au moins elle pouvait joindre l’utile à l’agréable. Elle reste bouche
bée. Cécile n’a rien d’une vielle personne, c’est même une très belle femme
séduisante. Maintenant la secrétaire parle, dit qu’elle a un fantasme.
- Quel était ton fantasme ? A quoi ou à qui pensais-tu ?
Sophie gênée par la question rougit et dit :
- Je ne sais pas si je veux répondre à ça !!!
- Allons Sophie, J’ai besoin de savoir !
- Bon ! Mais je ne veux pas te choquer… Mais je ne sais pas pourquoi…
Mais je pensais à toi !
- A moi ?… Je suis flattée… Mais pourquoi ?
- Peut-être parce que tu as été gentille avec moi et je te trouve jolie !!!
Sophie remarqua la pâleur de Cécile et lui dit :
- Ça va… tu ne te sens pas bien ?
- Non… Non… Ça va , tu sais, il y a des jours où j’ai énormément envie
de faire l’amour avec une femme
Alors, sa bouche cherche la sienne… que n’offre aucune résistance, ses
lèvres rencontrent les lèvres de sa partenaire et sa langue atteint la
sienne… Ce baiser langoureux fit naître de drôle de sensations.
Cécile vit la secrétaire lui mettre la main sur sa cuisse. Elle ne savait
plus quoi faire, mais ne fit rien, la main lui caressait la cuisse et elle
sentait ses joues et le bout de ses seins s’enflammer, son clitoris lui
faisait mal tellement qu’il était enflé. Sophie lui sourit en battant des
cils, et dit :
- Ecarte-toi, que je sente bien ton sexe !
Cécile ferme les yeux et apprécie le massage. Après un court instant le
doigt se retire et la femme dit :
- -Tu mouille déjà ! Mon doigt est trempé.
De sa main libre, elle écarta la chevelure de Cécile pour dégager son
oreille et Sophie lui dit à l’oreille, dans un souffle :
- J’ai bien envie de t’emmener chez moi !!! , C’est un coin vraiment
tranquille où l’on pourrait se mettre nues si ça te fait envie. !
Ça, elle ne va par dire non ! Mais l’invitation n’est pas directe !
- Pourquoi pas ? Ça, c’est une bonne idée, pour ma part j’ai très envie
d’essayer, répondit Cécile après avoir vaincu une dernière hésitation.
- Ça te plairait, hein ?
- Je crois, Oui !!!
- Viens, allons chez moi… Je vais te manger toute crue !!!
La langue chaude de la femme entra dans son oreille. Cécile lui repend d’une
voix conquise :
- D’ac… D’accord… Allons-y.
- Qu’est-ce que tu veux me faire ?
- Te faire du mal et de faire du bien !
- Hummm… J’ai bien envie d’essayer !
Les deux femmes se lèvent, ensuite elles quittent la boîte, elles arrivent
au bout de la rue, tournent à droite puis elles arrivent sur une place
bordée d’arbres centenaires, et commencent à traverser le parc qui se trouve
en son milieu.. Cécile sent l’air frais sur son sexe nu. Elle trouve cela
très agréable et cela la fait frissonner, encore des sensations nouvelles
pour elle qui n’aurait jamais oser se promener nue sous une jupe auparavant.
Elles marchent côte à côte sur une allée longée d’arbustes, des passants les
regardent, surtout Cécile qui avec sa jupe très courte ne cache presque rien
de son anatomie, à chaque pas elle sent l’excitation envahir son bas ventre.
Maintenant Cécile marchait devant la femme que lui regardait le bas du dos.
Elle devinait au travers de la jupe moulante les belles fesses rondes et
dodues de Cécile. Elle s’en lécha les lèvres d’envie

Sophie était debout sur le seuil, en robe de chambre. Elle avait le rouge
aux joues et les yeux brillants. Sophie a mis de la musique, du blues
langoureux… L’ambiance est calme et sensuelle. La musique l’enivre…
Cécile déguste du vin, elle regarde sa partenaire… Comme elle ne l’a
jamais fait.
- Alors, comme ça, murmura-t-elle d’une voix rouque, tu veux savoir à quoi
ressemble le corps d’une femme, hein ? Eh bien, regarde !
D’un geste, Sophie fit choir sa robe de chambre et se planta nue , sur le
rythme de la musique sensuelle, devant Cécile que la vit alors fermer les
yeux et commencer à se passer la langue sur les lèvres : Elle appréciait !!!
Elle qui était sa propre employée en quelque sorte . Cécile était interdite,
horrifiée, et pire, ça l’excitait. Impossible de dissimuler son excitation.
Elle avait envie de pleurer, de s’enfuir. Mais, au lieu de cela, Cécile
subit ses attouchements, immobile comme du marbre. Elle avait l’impression,
d’être la spectatrice de ce qui arrivait, comme si elle avait déserté son
propre corps. Elle savait qu’elle allait jouir d’un instant à l’autre, que
ce serait bien meilleur qu’avec n’importe quelle fille, secrétaire de son
époux ou non… Alors, Sophie lui-dit :
- Tu vois Cécile, tu n’auras plus besoin de quelqu’un d’autre. Maintenant,
tu auras Sophie
La secrétaire roucoulait doucement, satisfaite, triomphante. Ensuite Sophie
s’approche d’elle et trempe un doigt dans son verre de vin et le glisse sur
les lèvres de sa future amante et l’embrasse de nouveau langoureusement
comme cette musique qui joue. Elle murmure :
- Ah , Cécile, comme tu es belle ! j`ai envie…
 » Tu goûtes bon… Tu m’enivres… Je sens une fièvre qui monte en moi. Tu
me verses du vin dans la bouches… ne l’avale pas… tu me prends le visage
et m’embrasse… C’est étonnamment bon !!! Tu le refais et me dis
d’attendre, mais tes beaux yeux verts me disent très clairement que tu veux
autre chose  »
Je laisse couler le vin de ma bouche sur ton sexe. Ce vin coule de long de
tes cuisses. Je lèche le vin et glisse doucement ma langue vers ton sexe
gonflé. Je prends la bouteille et reprends du vin que je garde dans ma
bouche. Je recommence à lécher tes lèvres intimes et ton clitoris. Seulement
voilà, la dame en question était nue sur le lit, et l’image vibrante du
désir ; jambes écartées, Cécile offrait le spectacle de son sexe ouvert, de
plus tout comme Sophie elle avait une belle chatte épilée avec des petites
lèvres très longues. Exactement le genre de sexe que Sophie adorait. Elle
caressait ses seins qui prirent sous l’effet de l’excitation un relief tout
à fait étonnant.
Maintenant Cécile qui est nue lui ordonne :
- Empresse-toi de lécher le vin encore sur ma chatte qui danse toujours sur
cette musique
Alors, le visage de Sophie s’enfouie dans sa vulve pour qu’elle puísse
goûter encore mieux et y ajouter du vin, elle approchait encore son visage
pour être tout près, irrésistiblement attiré vers son humidité et sa
chaleur. La sensation est fabuleuse. Tant pis, pour le travail…
- Quel délice, dit : Cécile!!! Tu me fais jouir en me caressant avec ta
langue et ce vin que l’on boit nous rend encore plus sensibles aux caresses
sur nos corps
 » Tu es très excitée et moi aussi. Tu continues à grands coups de langues…
Oooohhhhh… Ouiiiiiiiii… conttinuueeesss… – Tu ralentis un peu… Tu me
caresses… Oh, mon amour, ohhhhh… Je jouis… Je jouis… très vite  »
Elle apprécia la langue qui venait agacer sa chatte et son anus , elle fut
envahi par une telle sensualité que son esprit dut noyé dans le flot de
sensations de délices qui l’inondait . Mais Sophie sentit le bouton dur de
son clitoris, puis délaissa l’œillet palpitant pour enfoncer profondément sa
langue dans le sexe de sa maîtresse, elle laissait sa langue pénétrer le
plus profond possible, lui déclenchant ainsi une vague de plaisir. Tout en
explorant son sexe, fascinée par son excitation, sa langue stimulait les
lèvres humides pendant qu’elle avait introduit deux doigts pour pistonner le
vagin bien imbibé et béant. Cécile laissait échapper des râles de
satisfaction et elle mouillait abondamment.

Sophie se mit en devoir de sucer son clitoris aussi fort que l’autre bondit
de plaisir et cria :
- Oh oui… Aspire-moi le bouton, fais-moi jouir, encore, encore, je viens…
Comblée, Cécile n’hésitait pas à crier sa joie en gesticulant et se relâcha
pour inonder la bouche de son amante de sa précieuse liqueur, toujours
vissée à son sexe maintenant trempé de plaisir;
- Ahhhhh ! Sophie, mon amour… c’était délicieux !!!
Ensuite Cécile continue à parler :
- Ma chérie, qu’est-ce que c’était bon… Viens que je te nettoie le
visage…
Cécile se précipita alors pour l’embrasser la bouche et lécher partout.
Elles sont restées sans bouger un bon moment à récupérer de leurs émotions.
Cécile a découvert un amour qu’elle n’avait jamais vécu, mais la vie
continue !!! Avec un fantasme de plus enfin réalisé …

Fin
Ici, São Paulo – Brésil , Écrivez-nous irl70@hotmail.com

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.