Chanette 1 – Une gifle magistrale

Sans doute raconterai-je ici comment un jour j’ai eu la révélation de ma nature dominatrice. Sans doute raconterai-je ici mes premières dominations ou certaines des folles soirées organisées par le cercle SM ! Mais aujourd’hui j’ai envie de parler d’autre chose… Parce qu’à la longue toutes ces séances de donjon, avec les esclaves que l’on attache, que l’on dresse, pour nous ce n’est jamais pareil, mais pour le lecteur ça peut devenir lassant…

De cette soirée, je n’ai conservé que deux souvenirs, le premier c’est la date, puisque le thème en était Halloween, le second c’est… Mais patience l’histoire commence maintenant…

Ces soirées m’embêtaient un petit peu, trop de monde, trop de gens différents et surtout trop de gens bizarres, mais cela faisait tellement plaisir à Clara… Je m’étais habillée d’une tenue qui me laissait quasiment le torse nu, des lanières en cuir noir étant censées figurer un soutien-gorge qui ne soutenait rien du tout. A l’époque ma poitrine était moins volumineuse qu’à présent et je n’avais pas encore mes piercings, mes amis la trouvaient belle et je ne m’en plaignais pas ! Comme je ne me plaignais pas non plus des regards appuyés qu’elle provoquait dans l’assistance !

L’incident survint alors, il fut très bref !

Deux mains se posent sur mes seins et veulent commencer à les peloter. Il se croit où, celui-là ? Au club-med ? Ma réaction fut instinctive, je balançais à l’intrus une gifle magistrale qui l’envoya voir ailleurs.

- Tu as eu tort me dit Clara, ce qu’il aurait fallu c’est lui donner c’est un bon coup de pied, dans les couilles, il ne fallait pas le gifler, il reviendra…

Elle ne croyait pas si bien dire…

Mais les choses ne se passèrent pas du tout comme elle l’imaginait. Je n’ai pas revu l’olibrius de la soirée, sans doute était-il occupé dans son coin, pour ma part j’étais occupé dans le mien.

C’est quelques jours après que je reçus un étrange coup de téléphone :

- Bonjour, je vous appelle de la part de Corinne…

Il faudra un jour que je dise à Corinne d’arrêter de refiler mon numéro à tout le monde…

- Je suis le jeune homme que vous avez giflé l’autre jour ! Vous allez me trouver follement téméraire, mais je souhaiterais vous revoir…

Je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas raccroché.

- Ah bon ! Parce que vous voulez encore des baffes !
- Oui tout à fait ! Cette gifle m’a terriblement excité ! Et Corinne m’a dit que vous accepteriez de faire des dominations sur des scénarios qu’on vous soumettrait…

Elle parle décidément trop, la Corinne…

Je ne sais pas pourquoi, je ne l’ai pas envoyé paître.

- Et vous pouvez venir quand ?
- Je ne sais pas, moi, dans une demi-heure !
- Alors dépêche-toi !

Et je lui donnais l’adresse ! En l’attendant, je modifiais ma tenue, me dénudant complètement la poitrine, pour ensuite me couvrir d’un corsage super transparent, qu’en plus je laissais ouvert… Le type arriva, ponctuel, l’ayant à peine aperçu l’autre soir, je ne le reconnus évidemment pas !

- Je suis Phil…
- Silence ! Tu vas commencer par te foutre à poil, ensuite tu te mettras à genoux, et ensuite peut-être on discutera…
- Mais, je… J’avais apporté…
- Oui je sais, tu as apporté un scénario, mais ça m’étonnerait qu’en l’écrivant, tu aies indiqué que tu devrais rester habillé !
- Je suis obligé ?
- Non ! Tu peux aussi repartir !

Le type alors se déshabilla, il était assez frêle, fragile même, ses traits étaient délicats, presque efféminés. Tous les poils de son corps, à l’exception toutefois de la toison pubienne avaient été consciencieusement épilés.

- A genoux !

Il s’exécuta sans broncher !

J’adorais ce genre de situation. Le type peu habitué aux rituels des dominations qui arrive avec son scénario dans la tête et qui se figure que ça va se passer sans problème. Et bien, non ! C’est moi la maîtresse, c’est moi qui dirige les opérations. Son scénario, c’est si je veux, quand je veux et comme je veux ! Mes esclaves sont mes jouets, je les veux dociles et disponibles ! Mais les choses ne sont pas si simples, une domination réussie est une domination où le soumis aura envie de revenir… et ce point n’est jamais gagné d’avance !

- Bon relève-toi !

Il se relève et aussitôt je le gifle, en dosant le coup.

- On dit  » Oui Maîtresse !  »
- Oui Maîtresse !
- Tu vas mettre les mains derrière ton dos, et tu ne les bouges plus…
- C’est que…
- C’est que quoi ?
- Oui Maîtresse !
- Bon, je vais te faire plaisir, regarde !

Et tout en parlant, j’ôte mon chemisier, libérant ma poitrine, je sens qu’il n’en peut plus, le pauvre.

- Alors ? Elle est comment ma poitrine ?
- Magnifique maîtresse !
- Alors baisse la tête et regarde-là !

Le pauvre bandait comme un sapeur rien qu’en matant mes nichons. J’en éprouvais une certaine fierté !

- Alors c’est quoi ton scénario ?
- Ben…
- Ben quoi ? Tu l’as perdu en route ?
- Non ! J’aurais voulu vous tripoter les nichons, et vous m’auriez giflé jusqu’à ce que je sois obligé d’arrêter, et après en punition j’aurais eu droit à une fessée !

Voilà qui avait le mérite d’être simple et de sortir de l’ordinaire !

- Et tu crois que je vais accepter cela ?
- Je suis venu pour cela, maîtresse !
- Bon vas-y !

Il n’y croyait plus, il s’empare sauvagement de mes seins et les pelote, les caresse, les malaxe. Je le laisse faire un moment, cela a l’air de le surprendre, et puis j’y vais, je dose mes gifles, il ne faut quand même pas qu’il s’arrête à la première, c’est un jeu. Son visage devient tout rouge, il me pelote toujours, il s’enhardit même et attaque mes tétons. Le voici qui baisse la tête pour essayer de me les sucer ! J’augmente la force de mes gifles, il résiste à une gifle, à deux, à trois, à quatre, pas à la cinquième, il est vaincu et n’insiste plus ! Alors il se tourne et m’offre son petit cul ! J’attends un petit peu, je ne suis pas pressée ! Et soudain je tape, je tape de plus en plus fort, mais ce type encaisse bien. J’essaie de taper plus fort mais je me fais mal aux mains. A ce stade normalement je ne continue plus, je prends un instrument, souvent un martinet ! Je le lui dis !

- Non je n’aime pas les instruments !
- Tu as essayé au moins ?
- J’ai essayé le martinet, ça me fait trop mal !
- Parce que ça cingle, mais j’ai quelque chose qui ne cingle pas !
- Non ! Maîtresse ! Je voudrais…
- Dis donc ! Ça te plairait de revenir ?
- Bien sûr !
- Alors tu te tais !

J’allais chercher une brosse à cheveux, le genre grand modèle avec plein de piquants

- Rassure-toi, je vais me servir du côté plat !
- Non !
- Mais tu vas te taire un petit peu !

Je commençais à taper, sans trop forcer !

- Alors c’est comment ?
- C’est pas mal du tout !

Du coup je m’arrêtai et attendis sa réaction !

- Je, je crois que j’en veux bien encore !
- Tu ne crois pas que tu exagères, ce sera pour la prochaine fois… Mais tu as vu comme tu bandes, tu veux jouir comment ?
- C’est que j’avais envisagé une suite…
- La prochaine fois la suite, je n’ai pas que toi à m’occuper…
- Maîtresse, laissez-moi vous parler juste 30 secondes et après je ferai ce que vous voudrez, et si vous voulez que je parte, je partirais…
- Bon 30 secondes, pas une de plus !
- J’ai un copain qui m’attend dans la voiture en bas ! Il serait ravi que vous lui fassiez subir le même sort qu’à moi…

J’avoue que je ne m’attendais pas à ce genre de chose !

- Tu le connais depuis quand ton copain ?
- Depuis 10 ans, c’est un ami d’enfance, un type formidable, super intelligent, plein d’esprit, un joyeux luron, mais il est super complexé et trop timide
- Et il a les mêmes fantasmes que toi ?
- Souvent nos fantasmes, on les bâtit ensemble en parlant…
- Vous vous excitez en vous racontant des histoires de cul ?
- Oui des fois !
- Et vous avez fait des choses ensemble ?
- Euh…
- C’est quoi Euh, c’est oui ou c’est non ?
- Des petits trucs !
- C’est quoi des petits trucs ?
- Des branlettes !
- Des branlettes, pas de pipes ?
- Si deux ou trois fois !
- Et vous ne vous êtes jamais enculés ?
- Non !
- Ça ne te plairait pas ?
- Si !
- Et pourquoi tu ne fais pas ?
- Je n’ose pas lui en parler !
- Ah bon ! Dis-lui de monter !
- Maîtresse ! S’il vous plait
- Quoi ?
- Obligez-nous à le faire !
- C’était bien mon intention !

Voir deux mecs faire l’amour était l’un de mes fantasmes. J’avais déjà vu des types se faire des trucs dans les soirées SM, mais il s’agissait de mecs complètement bodybuildés à moustaches qui ne m’excitaient guère. Certaines dominatrices s’amusaient à contraindre des soumis à avoir des relations sexuelles forcées, ce n’était pas encore mon trip… Non ce qu’il me fallait, c’est deux hommes presque ordinaires… et là j’en avais l’occasion. Les conseils de Clara me revenaient à l’esprit :  » – Ne monte jamais deux hommes ensemble, contre un homme tu pourras toujours te défendre, contre deux c’est impossible…  » Mais non je ne risquais rien

Ça y est l’autre était là maintenant. Phil ne m’avait pas dit qu’il était aussi laid, binoclard, trapu, bedonnant, le visage balayé d’un rictus ridicule, la peau constellée de défauts divers, berck, berck, mais je me devais de faire bonne figure maintenant !

- A poil !

Eric (il s’appelait Eric) ne se fit pas prier. A poil il passait mieux, moins frêle que son copain, et mieux monté, mais comme l’autre il était presque entièrement épilé ! Je décidai de jouer le jeu mais d’aller plus vite !

- Vas-y tripote-moi les seins

Eric était beaucoup plus délicat que Phil, en me tripotant les seins, j’avais l’impression qu’il découvrait quelque chose. J’appris beaucoup plus tard que c’était en fait une vraie découverte. J’étais son premier contact féminin ! J’hésitai un instant à gifler ce visage si ingrat, mais après tout il était venu pour cela et il eut sa dose de baffes. Moins résistant que son ami, il ne tarda pas à me tendre son postérieur que j’attaquai directement à la brosse sans que cela ait l’air de le gêner.

- Maintenant sucez-vous !

Les deux types étaient tellement excités qu’ils roulèrent par terre en se suçant mutuellement, en quelques brèves minutes ils parvinrent à la jouissance…

- La prochaine fois, vous vous enculerez !
- Oui maîtresse ! Me répondit Phil

J’étais quant à moi, mouillée d’excitation, l’envie de ma masturber me tenaillait.

- Viens me lécher
- Qui moi ?
- Oui toi !

Le pauvre Eric n’avait jamais fait cela de sa vie, il faisait ce qu’il pouvait, mais manquait cruellement d’expérience, je pris le parti d’être gentille.

- Tu suces très bien, mais maintenant c’est le tour de ton copain !

Ce n’était pas l’extase absolue, mais au moins Phil savait ce qu’il faisait et parvint à me faire jouir rapidement ! Je pris congé de ces deux zouaves…

Il me fallait maintenant faire deux choses : téléphoner à Corinne, pour lui dire d’arrêter de donner mon téléphone à tout le monde ! Et téléphoner à Clara pour lui raconter tout cela, ensuite lui dire de venir et de passer ensemble une bonne soirée complice. Mais les choses ne se passent jamais comme on les prévoit !

J’entends encore Clara me dire : « Une dominatrice ne fait pas ». Ça veut dire quoi ce genre de phrase ? Je suis libre ! Je fais ce que je veux. Il n’y a pas plus de vraies dominatrices que de vraies pizzas ou de vrais couscous ! J’ai raccroché !

- Allô Corinne !
- Bonsoir Chanette !
- Je ne te remercierais jamais assez d’avoir donné mon téléphone à Phil, j’ai passé avec lui un super moment !
- Sans déconner ?
- Viens me rejoindre, je suis toute mouillée, je vais te raconter tout, et si après je suis encore excitée, tu en profiteras !
- J’arrive !

J’ai souvent revu Phil, il est devenu mon compagnon, puis mon mari… En aurait-il été autrement si ce fameux jour d’Halloween, je lui avais botté les couilles au lieu de cette gifle magistrale ?

© Chanette (Christine d’Esde) 2000 reproduction interdite sans autorisation de l’auteur

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Chanette 1 – Une gifle magistrale

  1. sapristi dit :

    Le tout premier Chanette (je crois ?) Intrinsèquement c’est pas trop mal… mais quand on compare avec les merveilles qu’elle a pondu ensuite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>