Un camping sauvage par Mathieu01

C’était au mois d’août, durant les accablantes chaleurs de la fin de l’été,
mon cousin, sa copine, ma blonde et moi nous étions prévus une soirée dans
un petit site dans le bois. Enfin, c’est moi et mon cousin qui avions
préparé cette sortie, nos compagnes n’étaient pas au courant des détails
comme à quoi cela ressemblait, y avait-il l’électricité et tout et tout.
J’arrivai donc avec ma copine à l’endroit voulu, un beau petit chalet sur le
bord d’une rivière au fin fond des bois, pas d’électricité, pas d’eau
courante, la vie sauvage quoi.

Nous étions autour du feu, il était environ neuf heures, les filles
s’étaient plaintes toute l’après-midi et toute la soirée :  » Il y a trop de
mouches ! Où est-ce qu’on va pisser ? Qu’est-ce qu’on va prendre pour
s’éclairer ?  » Vous voyez le genre. Si bien que mon cousin, d’attitude plus
à pic que moi s’est fâché, leurs à dit qu’il y avait deux voitures et
qu’elles n’avaient qu’à s’en aller ! Ce qu’elles ont fait !

Nous sommes restés autour du feu un moment, nous buvions une bonne bière,
parlions de tout et de rien, à un moment donné la conversation, je ne me
souviens plus pourquoi, c’est tourné sur mon ancienne  » carrière  » de
life-guard à la piscine. J’ai fait ce travail je devais avoir 18-19 ans,
c’était un travail d’été, entre mon cégep et mon université. ( système
scolaire québécois : 6 ans primaire, 5 ans secondaire, 2 ans cégep (collège)
et ensuite, université ) [il y a aussi des diplômes d'études
professionnelles (au niveau secondaire) et des techniques (au niveau
collégial(cégep)) mais enfin] Il laissa glisser entre deux phrases : « Tu
étais très sexy, tu l’es encore. » D’entendre ça de la part de mon cousin,
c’était un compliment fort troublant. D’ailleurs que lui-même était fort
appréciable, cheveux blonds, yeux bleu, 6’0 », 175 lbs, musclé. (1,80 m, 80
kg)

Je détournai donc la conversation vers les temps où lui faisait de la
natation, (à la piscine ou je surveillait de plus), je glissai donc
subtilement que dans son petit costume de bain type speedo, moi sur ma
chaise, j’étais bandé sec en le « surveillant pour sa sécurité ». -Vraiment ?
Me demanda-t-il. -Oui. – Je t’excite ? -Oui un peu, (beaucoup, vachement
beaucoup ! ! ! ) Mais tu es mon cousin. -Alors ? Qu’est-ce que ça fout ? -Hé
bien on ne peut pas. C’est alors à ce moment qu’il m’interrompit, il
m’embrassa, amoureusement, je ne protestai point, même que je me surpris à
me coller contre lui afin de pouvoir le serrer et lui mettre la main au cul.
Nous étions assis un à côté de l’autre, sur une grosse bûche dans le sable,
sur la rive d’une rivière, à la lumière d’un feu ardant, s’embrassant et se
déshabillant sous l’effet de la pression.

Il saisit mon chandail et me le retira, je lui ai dégrafé son pantalon et je
lui ai enlevé, lui embrassant le bas du ventre, et descendant, il retira son
gilet, et j’enlevai mes culottes, nous étions maintenant nus, dans le sable,
se caressant, se léchant, s’embrassant à la tonne. Quand je saisis son pénis
une fois bien dure, je ne pus que saliver pour cette belle masse de chaire,
avec ce cône rouge.

Je le lèche, un petit goût salé, pas mauvais, je me mets à genoux, il prend
ma tête dans sa main et me guide, son engin me frappe le fond de la gorge,
je me dégage, me relève, et me penche au-dessus de la bûche, les fesses bien
écartées. Tout d’un coup, son membre force les parois de mon anus, ha ! Que
c’est bon, il débute son va et vient, il est si puissant. Il esquive
quelques saccades, quelques coups secs, je sens son sperme s’étendre en moi,
il ne s’arrête pas, le plaisir est trop fort, sa me fait tellement jouir que
j’en éjacule à mon tour, n’ayant même pas touché à pénis encore.

Puis, il me dit de m’étendre dans le sable, je m’exécute, il me dit de
fermer les yeux, chose que je fais. Je sens le vent frisquet caresser ma
peau pendant un moment quand tout à-coup un liquide me tombe dessus, sur le
torse, c’est chaud, la source remonte à mon visage, il me dit d’ouvrir la
bouche, je sais très bien que c’est de l’urine, mais j’ouvre tout de même.
Je n’avais jamais, avant ce moment, aimé l’uro, je ne trouvais pas ça
dégoûtant, mais seulement, je ne sais pas. Tout ça pour dire que quand ce
chaud liquide a atterri sur ma langue à ce moment là, j’ai tout de suite
adoré le petit goût salé, la chaleur, l’odeur, j’ai ouvert les yeux, et même
la couleur (celle que je pouvais apercevoir grâce à la lumière du feu)
m’attrayait.

Quand il eut fini sa pissette, il se penchât sur moi et se plaça et position
du 69, je lui dis que j’avais envie aussi, il me dit qu’il avalerait tout !
! J’étais couché sur le sable, un pénis dans la bouche et urinant dans la
gorge de mon cousin, moment délectable. Nous nous sommes levés, après avoir
éjaculé et j’ai dit : -Y a pas l’eau courante, viens, on va aller se
nettoyer dans la rivière. -D’accord, répondit-il, m’embrassant dans le cou.

Nous étions dans l’eau jusqu’au nombril environs, l’eau était
étonnamment chaude pour une rivière, il faut dire que nous étions en pleine
canicule, mais enfin. -Viens, je vais te laver le dos, me dit-il. Il se mit
derrière moi, je sentais son pénis encore dur frotter contre le haut de mes
fesses, Il m’embrassait dans le cou, me frottant le dos de sa main pour
m’enlever le sable qui était collé et pratiquant une branlette grecque. Je
lui ai dis : « Aller, vas-y, remets-moi le encore. » Chose qu’il fit, je
tournai la tête afin de pouvoir l’embrasser, puis j’ai lâché : « Prends ta
main à plusieurs doigts. » Il se retira, je sentis sa main droite qui
caressant mon mamelon descendre et s’aventurer entre mes fesses, il
introduisit un doigt, je fermai les yeux, accotant ma tête par derrière sur
son épaule, la première chose dont je m’aperçu ensuite, c’est qu’il y avait
quatre doigts dans mon sanctuaire. Cela faisait mal, mais c’était si bon, Je
lui dis de mettre le pouce, il me demanda si j’étais sûre, j’avais l’air
d’avoir mal, je lui dis qu’oui, il l’introduisit. Il en était au poignet, je
gémissais, j’étais penché en avant, pour aider la pénétration, je criais
presque, c’était drôlement bon, mon cousin semblait aimer aussi car il y
mettait vigueur, je ne m’inquiétais pas de jouir avec bruit car il n’y avait
personne dans les 3 km à la ronde. j’éjaculai violemment. Nous nous sommes
lavés, nous avons dormi, avons remis ça un peu le matin, (merde que mon cul
me faisait mal.) Et puis nous sommes repartis, exténués.

Mathieu, Québec

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>