Poésies Érotiques – VI – par Pierre Louÿs

Poésies Érotiques – VI – par Pierre Louÿs

Oui, ton con se mouillait les lèvres,
Il était chaud, vide et poilu.
Mais ce soir, Margot, j’ai voulu
Enculer une de tes chèvres.

Et vraiment les mots diraient mal
Ô Bergère ! avec quel bien-être
Je pousse mon vit qui pénètre
Dans l’anus de cet animal.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *