Lettre coquine à une amie par Serge Virinoviev

 Lettre coquine à une amie par Serge Virinoviev

 

Je veux vous dire combien votre plume libertine
Est agréable à lire , combien agréable à relire,
Sensuelle, suggestive et bien entendu coquine,
Avec des vocables choisis qui font que je soupire.

Je lis votre texte érotique puis je ferme les yeux
Me représentant ce que aguicheuse poétesse
Vous décrivez si bien, ces jeux à deux délicieux,
Avec énormément d’emphase et de hardiesse.

Vos désirs secrets y sont clairement exprimés,
Désirs de femme qu’un amant épris de vous
Aura su combler après s’être un jour aventuré
Au coeur de votre intimité, dans vos froufrous.

Heureux fut cet homme qu’il me prend à envier
Et sachant que nulle amante n’est à mes côtés,
Je me livre à des actes que je peux vous avouer,
A des plaisirs solitaires qui me laissent dépité.

Je rêve de vous offrir un merveilleux cunnilingus
Qui n’est pas comme peut le penser le béotien
Un quelconque nuage comme le cumulo-nimbus
Mais la préférée de mes friandises j’en conviens.

Votre plume gaillarde est prompte à faire durcir
Ce qu’en tant qu’homme par vos écrits troublé
Je peux vous révéler sans honte et sans rougir,
Je veux parler de mon phallus raide et gonflé !

Quand offrirais-je des torrents de ma semence
A votre bouche gloutonne et ô combien experte ?
Sucer un homme ne relève pas de l’indécence !
Venez vite car j’ ai déjà ma braguette ouverte !


Serge Virinoviev

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>