Les cabines du « Diable vert » par Marine et Thibault

Les cabines du « Diable vert » par Marine et Thibault

Après un dîner aux chandelles dans un restaurant chic, ma femme Marine et moi nous devisions de choses et d’autres et au moment de l’addition je vis Marine regarder avec attention l’entrejambe du serveur qui a en croire la bosse du pantalon devait être de bonne taille. Une fois sorti du resto je dis en souriant à Marine

– Alors on se rince l’œil petite garce ?

Marine se mis à rougir et me répondit que cela ne faisait pas de mal de voir de belles choses. Vu la réaction de Marine je me dis que je pourrais lui faire plaisir tout en me rinçant l’œil. Je pris Marine par le cou et lui dit

– Ça te dirait de te taper une bonne queue avant de rentrer à la maison ?

Un peu surprise par cette proposition directe, elle me répondit :

– Ça me paraît une très bonne idée ! Et elle m’embrassa avec fougue.

Nous voilà en route vers le « Diable vert », une boite de notre ville à la réputation sulfureuse. La tenue de Marine ce soir était vraiment très sexy et cela ne devrait pas trop prendre de temps pour trouver un bel étalon qui la comblerait. Une fois dans la place, Marine me dit en se dirigeant vers la piste :

– Allez, je me lance !

Tout en me jetant un regard langoureux, elle se mit à onduler sur la piste prenant des poses assez suggestives. Elle se déhanchait frénétiquement telle une belle salope allumant tous les mecs sur son passage. Rapidement Marine se trouva entouré de deux types, un jeune et un autre d’âge mûr. Ces deux types semblaient très entreprenants et commençaient à peloter ma femme de plus en plus ouvertement. Là une main au cul, là une main aux seins… Marine de plus en plus excitée me lançait des regards discrets pour tester ma réaction. je lui fis un signe complice et me dirigeai vers les « cabines d’amour ». J’attendis que Marine entre dans l’une d’elles avec les deux types, puis j’entrais dans la cabine contiguë. Une petite trappe vitrée permet d’observer ce qui se passe dans la cabine mitoyenne. J’étais donc aux premières loges.

– Alors messieurs, à qui le premier ? Lança Marine
– Tu m’as l’air d’une belle salope toi, tu vas commencer par sucer mon pote ! Répondit le plus âgé.

Le plus jeune défit son pantalon faisant jaillir une belle bite comme Marine les adore.

– Toi mon beau tu as vraiment un bel instrument !

Elle s’en empara et se mit à jouer avec, puis le prit dans sa bouche. cette vision me fit bander et tout en restant discret je commençais à me masturber. Le plus âgé n’y tenant plus releva la jupe de Marine sur son dos .Marine arrêtant de sucer déclara :

– Vas-y toi ! Baise-moi comme une chienne en chaleur !

Et l’homme la prit par les reins et commença à la limer de plus en plus rapidement. ces coups de boutoir lui arrachait des cris de plaisir de plus en plus fort.

– Dans le cul maintenant ! Encule-moi !

Vous pensez bien que le type n’allait pas refuser une telle proposition et lui défonça la rondelle.

– T’as vraiment un cul de salope !
– Ben oui ! Répondit-elle entre deux gémissements peu discrets.

L’autre lui dit :

– Tiens suce ! Ça va te faire taire salope !

Et il renfila son dard profondément dans sa gorge. L’homme derrière, dans un râle lâcha sa purée et vint inonder de son foutre le trou du cul de Marine. Celle-ci au comble de son plaisir se prit un autre décharge de foutre sur le visage. Les deux lascars une fois leur petite affaire accomplit s’éclipsèrent en rigolant, ma Marine était un peu déboussolée mais satisfaite de cet épisode pervers.

Je sortis à mon tour de la cabine en oubliant de ranger ma bite et embrassais ma femme à pleine bouche lorsqu’un inconnu m’interpella :

– Ben dis donc, tu bandes bien, toi !
– Euh…
– T’as une belle bite, je peux la toucher ?
– Euh..
– Laisse toi faire ! Me dit alors ma femme
– Je vais bien te sucer, j’adore faire ça ! Me relança l’inconnu.

J’étais prêt à l’éconduire mais Marine prit les devants.

– Allez on va en cabine, je vais vous regarder.

Une fois en cabine l’homme me demande :

– Tu suces aussi ? Demande-t-il
– Non, mais il en meurt d’envie ! Répond Marine
– Alors vas-y, il faut toujours assumer ses fantasmes ! Me dit le bonhomme en exhibant sa bite.

Je me baisse, engloutis cette bonne queue et m’en régale.

– Tu suces bien, t’es une petite salope !

Ben oui ce n’est pas ma première queue, même si les occasions sont rares !

– Je t’enculerais volontiers, ça te dit ?

Au point où j’en suis-je ne saurais refuser.

Et le type après m’avoir léché le fion pour faciliter l’introduction m’encula comme un chef sous les yeux concupiscents de mon épouse qui se tripotait la chatte. Il me pilona pendant plusieurs minutes, puis se retira sans avoir joui, sans doute voulait-il profiter encore des plaisirs du lieu ? Il me suça à son tour, je ne tenu pas très longtemps, trop d’excitation accumulée.

– On va entrer maintenant ? Proposais-je à Marine.
– Ne sois pas si pressée, je me taperais bien une petite lesbienne, maintenant !

Quelle chance j’ai d’être marié à une si belle salope !

Fin

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les cabines du « Diable vert » par Marine et Thibault

  1. WilliamDesia dit :

    déjà fait dans un sauna mixte, j’ai apprécié, c’es doux c’et pervers, c’est fun

  2. Mermillaud dit :

    Ça donne envie d’y aller !

  3. Darrigade dit :

    Il y avait longtemps que ces deux-là ne nous avaient pas gratifié d’un texte délirant. C’est pas ce qu’il y a de mieux sur ce site, mais j’ai quand pris mon pied !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *