Le jeune facteur est heureux par Serge Virinoviev

Le jeune facteur est heureux par Serge Virinoviev

Le jeune facteur est heureux

Dans ses sacoches ayant entassé le courrier
Il enfourche son vélo jaune avec promptitude,
Ce jour s’annonce bien et il y a fort à parier
Qu’il finira tard son labeur comme d’habitude.

Ses clientes matinales qui ne travaillent pas,
Leurs époux étant à leur bureau déjà partis,
Au facteur sont disposées à offrir leurs appas
Après l’avoir aux plaisirs de la chair converti.

Nul pourboire ne conforte son maigre salaire
Quand aimable il se présente pour remettre
A ces impétueuses et obsédées destinataires
En mains propres un colis ou bien une lettre.

Elles attendent avides chacune de ses visites
Pour avec lui vite s’adonner à tous les excès.
En un tour de main elles empoignent sa bite,
Assurément avec elles il a beaucoup de succès.

Condescendant de maison en maison il honore
Ces épouses insatisfaites qui avec appétence
Lui assèchent ses couilles encore et encore,
Avec le préposé point question d’abstinence !

Revenu à la poste après ce qu’il vient de subir
Il rentre chez lui pour se coucher tôt harassé,
Non il ne se masturbera pas pour s’endormir
Son sexe ayant été aujourd’hui assez caressé.

Il apprécie notre petit facteur de campagne
De lécher des minous et de se faire branler,
Son métier lui plaît car ce n’est pas le bagne
Et il aspire par un client à se faire enculer !

Serge Virinoviev

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le jeune facteur est heureux par Serge Virinoviev

  1. Verdon dit :

    Dans le temps, quand les femmes n’allaient pas au boulot comme de nos jours elles se livraient à ce bel et sain exercice quand le mari était absent…ce joli poème est un hommage à ces braves ménagères qui restaient trop longtemps cloitrées dans leur maison et à leurs amants très dévoués….aujourd’hui elles font ça à l’extérieur, au boulot…mais c’est bien moins excitant et moins poétique !

  2. Firet dit :

    De la saine gauloiserie comme j’adore et qui nous change du marasme ambiant et du politiquement correct

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>