Juste un peu de chantilly (Ou ma tante et ma voisine) par Enzo_Cagliari

D’après une idée de Pitt.

Salut, je me prénomme Pierre, je suis grand (1 m 80 pour 80 kg) j’ai les
cheveux bruns et suis assez musclé. Je suis majeur depuis plusieurs années
mais j’habite toujours chez mes parents… J’aime le sexe et je fantasme sur
beaucoup de choses. En matière de femmes mes préférences vont aux femmes qui
sont plutôt mûres et en tous les cas plus âgées que moi…

… Comme par exemple, ma tante Yvette, ou notre voisine Béa… Il se trouve
que ces deux grandes et belles femmes avaient été invitées un jour chez nous
à un repas de fête organisé pour l’anniversaire de mon père. Au dessert,
alors que des groupes de discussions se formaient, et la boisson aidant,
certains propos devenaient de plus en plus grivois. Je ne me rappelle plus
suite à quelle réflexion Béa avait alors déclaré ne porter que des strings.
En disant cela, elle m’avait adressé un sourire que je fis semblant de ne
pas remarquer. Ce fut alors tante Yvette qui confessa à son tour qu’elle
aussi, adorait être en string et que justement elle en portait un
aujourd’hui absolument ravissant… Je craignis un moment que partie comme
elle l’était elle aille jusqu’à nous proposer de nous le montrer. Aussi,
quelque peu gêné, je m’écartais de cette discussion… A la fin de la
soirée. Béa et Yvette avait sympathisé… mais j’ignorais alors que cette
sympathie avait été très, très loin…

Quant à moi, j’ai après cet événement fantasmé bien souvent sur les culottes
de ces deux belles personnes… Je n’eus ensuite aucune occasion me
permettant de me retrouver en tête à tête avec ma tante. Quant à ma voisine,
il m’arrivait de la croiser, et dans ces moments là, elle me faisait des
yeux de biches très provocateurs, auxquels je ne répondais pas, mettant ça
sur le compte de son comportement extraverti… Jusqu’au jour où…

Mais, laissez moi vous raconter…

C’était en Juillet, mes parents étaient partis passer trois semaines de
vacances aux Baléares, et je restais seul à la maison.

Nous sommes un dimanche en fin de matinée. La journée s’annonce
particulièrement chaude et ensoleillée et j’avais souhaité me composer un
bon petit repas en célibataire. Je m’étais ainsi préparé un appétissant
gâteau à la framboise et il ne manquait plus qu’un peu de crème chantilly
pour le parachever. Je cherchais donc partout la précieuse bombe, mais elle
n’était nulle part, ni dans le frigo, ni dans la réserve. Bien sûr j’aurais
pu aller faire un saut jusqu’au centre commercial, (et dans ce cas il n’y
aurait pas eu d’histoire) mais pourquoi se fatiguer alors qu’il me suffisait
d’en demander à notre adorable voisine ?

La chaleur m’avais servi de prétexte pour rester nu toute la matinée
(j’adore être nu) Je me revêt simplement d’un slip et d’un short, enfile des
espadrilles et me pointe devant la porte extérieure en bois du pavillon
jouxtant le nôtre. Je sonne et entends Béa la voisine crier :

- Oui, c’est pourquoi ?
- C’est Pierre, je voudrais vous demander un petit service !
- Pierre ! Entre donc ce n’est pas fermé.

Quelle ne fut pas ma surprise de voir alors ma voisine allongée dans un
transat en train de se faire bronzer. Mais, seconde surprise elle n’était
pas seule, un second transat était également occupé à ses côtés. Et la
charmante personne qui s’y faisait dorer était ma délicieuse tante Yvette !
La petite table était occupée par deux grands verres et par une bouteille de
champagne. Les deux femmes prenaient ainsi l’apéritif dans la plus totale
décontraction.

Imaginez ma stupéfaction et mon émoi… Mais laissez moi vous décrire ces
deux coquines : Béa ma voisine mesure 1 m 70 pour 65 kg bien répartis, elle
fait du 95 C, elle a les cheveux bruns coupés assez courts. Ma tante Yvette
est brune aussi, d’une taille identique, plus maigre 55 kg et 85 b et elle
porte des lunettes qui lui vont très bien.

Elles sont là toutes les deux, même pas en maillot de bain, non en lingerie
de  » ville « . En soutien gorge et en string. Je n’en reviens pas, ces deux
belles femmes un peu matures sont très attirantes avec leurs longues
cuisses, leurs belles épaules dorées et surtout leurs trésors que leur
lingerie dissimule à peine. J’ai du mal à contrôler mes pulsions et voilà
que je bande comme un cerf !

- Heuh, bonjour Béa, bonjour ma tante… je dérange peut-être ?
M’excusais-je
- Mais non, Pierre, si on t’a dit d’entrer c’est que tu ne nous déranges
pas. Mais tu m’a l’air un peu troublé, ce n’est quand même pas nous qui
t’intimidons à ce point ? Répond Béa
- Je ne suis pas intimidé !
- Moi je crois quand même que si, mais on ne s’est pas dit bonjour ! Bonjour
mon neveu, je serais passée te rendre visite cet après midi, mais puisque tu
es là, vérifions quelque chose ! Ajoute Yvette.

Je me demande bien ce qu’elle souhaite vérifier. Elle se lève alors pour
m’embrasser, et sa main se pose de façon très volontaire sur ma braguette !
Je ne sais plus où me mettre. Mais son audace ne dure pas et elle retourne
s’allonger.

- Alors, c’était bien dur ? Lui demande Béa.
- Hummm… Super dur, tu peux aller constater par toi-même ! Répond ma tante
Yvette.
- Ne soit pas timide, ça nous fait plaisir de savoir qu’on te met dans tous
ces états ! Me dit alors Béa après s’être levé pour tester à son tour ma
braguette.

Je me laisse faire, mais la situation commence à devenir embarrassante.
Manifestement ces deux là sont super excitées, et si je n’abrège pas, elle
vont me sauter dessus :

- Heuh, Béa, j’étais juste venu chercher de la chantilly, parce que j’ai
fais un gâteau …

Ma tante ne me laisse pas terminer, elle m’entraîne dans la cuisine de son
amie…

- Allez viens, on va voir si Béa en a quelque part dans sa cuisine…

Arrivé à l’intérieur elle s’approche et se place devant moi. Je suis
pétrifié, la vue de ma tante en petite tenue, sa peau bronzée et
scintillante de gouttes de respiration, sa poitrine moulée dans ce fin
soutien gorge de dentelle à quelques centimètres de mes yeux. C’en est trop
! Aussi quand Yvette entreprend de me baisser mon short, je n’oppose aucune
résistance. Elle me tripote la bite à travers le fin tissu du slip, tandis
que Béa contemple le spectacle d’un air très intéressé. Elle a sorti un
téton d’un des bonnets de son soutien gorge et se le pince tandis que son
autre main écartant le string est en train de tripatouiller sa chatte… Si
ça continue je vais éjaculer dans mon caleçon… mais après tout c’est
peut-être ce qu’elles cherchent…

Yvette baisse alors mon slip, continue quelques mouvements de masturbation
sur ma bite tendue comme un arc de compétition, je ferme les yeux, je
retiens ma respiration, je suis en train de me faire branler par ma tante,
c’est la première fois que mes rêves les plus fous se concrétisent… je
suis merveilleusement bien.

Puis la voilà qui s’accroupit ! Je me demande si elle va vraiment oser ?
Oui, elle ose, sa bouche s’approche de mon pénis, l’enserre, sa langue
intervient sur mon gland. Il faut absolument que je me retienne, sinon je
vais éclater…

Mais alors que je sentais déjà la jouissance proche, voilà qu’elle
m’abandonne, qu’elle se relève et qu’elle interpelle Béa !

- C’est vraiment dommage qu’il ait trop de poil, tu ne trouves pas ?
- Hum mm… tu as raison, mais on pourrait lui faire un petit rasage, toutes
les deux ?
- Qu’est ce tu en pense, Pierre ?
- C’est que j’étais juste venu pour chercher de la chantilly ! Répondis-je
un peu bêtement.

A ces mots, Béa, se dirige vers son frigo en ouvre la porte, sort une bombe
de chantilly et me la tend !

- La voilà ta chantilly ! Tu as donc le choix : tu peux très bien rentrer
finir de décorer ton petit gâteau, t’installer pour manger et passer l’après
midi à te dire que tu as sans doute raté quelque chose. Sinon, ben tu restes
un peu avec nous, et je suis sûre qu’on va s’amuser un petit moment.

Que croyez vous que je fis ? Je restais, vous l’avez deviné, et me
reculottant à peine je suivi ces deux belles femmes jusqu’à la salle de
bain, ma bombe de chantilly dans la main…

Arrivé sur place, Bea se débarrassa de son soutien gorge dont un seul bonnet
occupait sa fonction, sa jolie poitrine dont les bouts pointaient
d’excitation se balançaient au rythme de ses gestes dans un curieux ballet
érotique, puis dans la foulée elle envoya valser son string. Elle était donc
entièrement nue et je pouvais admirer son pubis intégralement rasé. Imaginez
mon trouble ! Notre voisine s’approcha alors du dos de ma tante et lui
dégrafa son propre soutien-gorge.libérant ses deux petits seins aux tétons
turgescents. puis se courbant, elle fit glisser la culotte de son amie
jusqu’en bas de ses chevilles. Je m’avançais un petit peu afin d’admirer
derrière, la superbe croupe ainsi libérée, et devant un sexe aussi glabre
que celui de notre belle voisine

Elles me firent signe de me débarrasser de mon short et de mon slip et me
demandèrent de m’asseoir sur le rebord de la baignoire.

Béa s’approche avec une paire de ciseaux et commence à me couper les plus
grosses touffes de poils qui ornaient jusque là mon appendice sexuel. Cette
petite coupe dura bien une dizaine de minutes.

Puis Yvette prend le relais et commence à m’appliquer un gant chaud sur le
pubis et sur les testicules. Effet garanti ! Elle tend la main vers ce
qu’elle pense être la bombe à raser mais par distraction s’empare de la
bombe de chantilly

Avant que j’aie le temps de lui signifier son erreur, j’ai tout mon pubis
recouvert de crème chantilly.

- Yvette, tu t’es trompée de mousse ! Lui fait remarquer Béa en rigolant !
- Ce n’est pas grave, l’essentiel, c’est que ça mousse, non ?

Elle me masse les testicules avec la mousse, afin dit-elle que ça s’imprègne
bien. Bea excitée comme une folle se caresse le minou en nous regardant.
Puis Yvette commence à me raser délicatement, elle me rince à l’eau tiède,
puis applique un gant chaud et termine par une lotion après rasage  » spécial
ladies  » ! Ça y est je suis tout lisse, elle me masturbe un peu, mon sexe
reprend vite la même vigueur que tout à l’heure dans la cuisine, et je me
sens prêt à exploser dans les secondes qui vont suivre.

J’ignore si ma tante s’en aperçut, toujours est-il qu’elle m’abandonne une
fois de plus pour se diriger vers la chatte de Béa, la voisine ! Elle se
place à quatre pattes et lui lèche le minou comme une chienne en chaleur.

Le spectacle est trop beau, ma tante à quatre pattes, le cul tendu, son gros
fessier semblant me narguer. Alors prenant cette posture pour une
invitation, je me baisse à mon tour et après quelques petits bisous très
chastes sur la peau de ses fesses je m’enhardi très vite et fait fonctionner
ma langue de plus en plus près de son petit trou, jusqu’à le lécher
complètement en m’efforçant d’y pénétrer. C’est délicieux j’adore l’odeur de
son cul. Elle se laisse faire, sans doute trop occupée à sa propre besogne.
Encouragé je lui glisse un doigt dans l’anus et le fait aller et venir
pendant deux ou trois minutes…

Mais voici qu’elle se relève et me dit :

- Dis donc petit cochon tu m’as fait des choses sans me demander la
permission ! Tu vas le regretter.

Mais comme elle n’a pas l’air quand même trop en colère, je ne m’inquiète
pas de trop. Les deux femmes me demandent alors de les suivre dans le salon
! (Ce n’est pas mal comme façon de visiter un appartement, non ?)

Sur place, Yvette, me demande de me mettre à quatre pattes. Bea se
positionne alors devant moi et me fourre sa chatte sous le nez afin que je
la lui lèche…. Je sens derrière qu’on me tripote l’anus, de la salive, un
doigt, du gel, et c’est ensuite un gode qui tente de me pénétrer ! J’ouvre
bien mon anus pour aider l’introduction. Une fois l’engin bien placé dans
mon fondement, les deux femmes me font mettre sur le dos. Ma tante Yvette
s’empale alors sur mon sexe dressé et me chevauche, tandis que Béa s’amuse à
faire des va-et-vient avec le gode fiché dans mon anus. Cette double
excitation fit que je ne pus contrôler mon plaisir et excité comme jamais,
j’explosais au fond de l’intimité de ma tante

Me laissant un peu sonné, Yvette qui, elle n’avait pas encore joui
m’abandonna pour aller rejoindre Béa, elle entamèrent alors un 69
incroyable, roulées par terre, ruisselantes de sueur et overdosées
d’excitation, elles n’en pouvaient plus et haletaient, la langue de l’une
sur le clitoris de l’autre.

Du coup je me remis à bander devant ce spectacle magnifique ! Les deux
femmes crièrent leur jouissance pratiquement en même temps ! C’était beau de
les voir ainsi prendre leur plaisir en hurlant ! Elles sont restées un peu
groggy quelques minutes, puis reprenant ses esprit Béa m’aperçut !

- Ce n’est pas vrai, tu bandes encore, alors d’accord, branle-toi devant
nous, branle-toi devant deux belles femmes, mais attention à la fin tu devra
avaler ton sperme ce sera ton gage ! Tu es d’accord ?

Je leur dis que oui… De toute façon excité comme j’étais que pouvais-je
dire d’autre ? Je finis par éjaculer sur les seins de Béa, puis de ma langue
j’allais recueillir ma semence que j’avalais.

Les deux femmes s’embrassaient maintenant avec infiniment de tendresse, la
furie était passée, j’avais l’air de gêner…

Je récupérais, mon slip, mon shirt et mes basquets, et m’apprêtais à partir
!

- Bon je vous laisse, merci pour tout !
- C’est nous qui te remercions, Pierre, tu nous a permis de bien nous
amuser, dis Yvette !

J’avançai vers la sortie, c’est Béa qui me rappela :

- Dis donc n’oublie pas ta chantilly !

C’est vrai que j’étais venu pour ça !

- Ah oui c’est vrai !

J’allais donc la chercher dans la salle de bain !

- Va décorer ton gâteau et reviens avec au moment du dessert, on va le
manger tous les trois et après… hummm, tu sais qu’on connaît encore plein
d’autre jeux ? Me confiât alors Béa très chatte.

Fin

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>