Chanette 15 – La Bergerie 2 – La cave au trésor par Chanette


2 – La cave au trésor

Vendredi

Je suis donc revenue sur place le lendemain, Marie est venue me chercher à la gare de Cahors. Bisous, bisous, elle est toute contente que je sois là et me propose de m’accompagner demain à la « Bergerie ». Pourquoi ne pas y aller tout de suite ? Mais je n’insiste pas, elle est du métier et son aide me sera précieuse, donc son heure sera la mienne !

- Ah, je vais te présenter à Jean-Loup, mon mari, je lui ai parlé de toi, il a hâte de te connaître !

Glups ! Elle a un mari, voilà une chose que je n’avais pas prévue.

- Tu ne lui as pas raconté ce qu’on a fait ensemble, quand même ?
- Si, si, j’aime bien l’exciter avec mes histoires et j’en ai pas si souvent à lui raconter.
- C’est un peu gênant non ?
- Gênant, pourquoi, nous sommes un couple très libre. Très libre, mais très complice. Tu vas voir, il est très sympa, aussi sympa que moi !

Je ne réponds pas, j’ai bougrement l’impression que la Marie a envie de se taper un plan sexe dont je serais l’épicentre. Ben non, ce n’est pas parce que j’ai baisé avec elle l’autre fois que je vais me transformer en nymphomane. De toute façon avec tous les kilomètres de bites que j’ai devant moi toute la semaine ma libido ne marche plus très fort avec les hommes, et ça ne me dérange pas plus que ça.

Mais la Marie est pugnace, elle me relance maintenant de façon bien plus directe :

- Ça te dirait qu’on refasse des trucs comme la dernière fois.

Ah, les gros sabots ! Je pourrais répondre non, mais j’ai besoin de son aide. Par contre si je réponds oui, elle va me demander si la présence de Monsieur serait envisageable. Je sens le truc gros comme une maison.

- Le problème, c’est que j’ai mes règles, et je n’aime pas qu’on me tripote quand je les ai. Mentis-je
- Ah ! Zut alors !

Ça, elle est déçue, ça se voit ! Mais que pouvais-je faire d’autre ?

- Ça fait longtemps ? Tente-t-elle.
- Depuis ce matin !

Du coup la voilà qui fait la gueule. Je suis peut-être vache, mais j’aime autant ne pas me laisser embarquer dans je ne sais quel scénario !

Marie s’arrête sur un parking.

- Attends-moi trente secondes, j’ai un coup de fil un peu confidentiel à donner.

Ah bon ! C’est quoi un coup de fil « un peu » confidentiel. Elle revient vite et elle a retrouvé le sourire.

- J’ai réservé trois couverts au « Faisan bleu », Jean-Loup nous rejoindra.

Bon on va se farcir le restaurant. J’aime bien la bonne bouffe et le bon vin, mais je suis rarement disposée à me rendre au restaurant avec des quasi-inconnus. Ainsi je refuse systématiquement presque toutes les invitations de mes clients, même s’ils m’en payent le temps. Ce n’est pas de l’asociabilité, c’est que certaines conversations me gonflent et finissent par me gâcher le plaisir de la table. Aujourd’hui, j’ai mal calculé mon coup, j’aurais dû n’arriver qu’après l’heure du dîner.

Nous voilà sur place, c’est encore pire que ce que je croyais, elle a choisi un machin haut de gamme remplis de pingouins. Je vais dire que j’ai pas très faim et prendrais juste un plat.

On a droit aux salamalecs, le maître d’hôtel connaît Marie, il nous a réservée « la meilleure table et patati et patata… »

Je décide d’aller aux toilettes ceci pour rectifier un peu mon (léger) maquillage (et non pas pour mettre ma culotte dans ma poche comme le font toutes les héroïnes de récits érotiques qui se rendent au restaurant)

Et quand je remonte, le Jean-Loup est arrivé !

Glups ! D’où sort ce mec ? Brun sportif, assez grand, la quarantaine, le sourire carnassier, les yeux bleus comme la mer des Caraïbes. Il est en costume cravate. Il est beau, même plus que beau, il est terrible !

On fait les présentations, le Jean-Loup me fait la bise, pas la bise dans le vent comme le font trop de gens, mais un léger contact des lèvres sur mes petites joues. Ça m’électrise, ce mec possède une sorte de magnétisme. De plus, il sent bon, Monsieur a dû se doucher et se parfumer avant de venir.

Et moi comme une conne qui ai dit à Marie que j’avais mes règles, envoyant au néant ses intentions partouzardes… comment pourrais-je rattraper le coup ?

Cela dit, playboy ou pas playboy ce restaurant me gonfle, je décline l’apéro, mais on me dit, qu’il est offert par la maison… ça fera donc vingt minutes de temps additionnel.

La conversation est vague, on évoque mon agression par la cousine Véronique, puis mon sauvetage, mais silence radio sur ce qui c’est passé après. Vient après le lot (trop) connu des sujets de conversation entre gens ne se connaissant pas : la météo, les vacances, les voyages, la bouffe. Jean-Loup a l’imprudence de lancer quelques réflexions politiques, mais mon silence poli lui fait comprendre qu’il vaut mieux parler d’autre chose.

Et puis bien sûr on parle de la « Bergerie ». Ils connaissent les lieux, m’en font une description catastrophique (rien aux normes, tout à refaire…) Tiens j’ai déjà entendu ce genre de litanie hier soir par la top-modèle de l’entreprise de débarras.

Il insistent aussi lourdement sur le fait que gérer des travaux de remise en état depuis Paris risque d’être assez compliqué… Et qu’évidemment s’ils acquéraient le bien, ce serait bien différent, ils connaissent les entreprises, auraient droit à des remises, serait constamment sur place pour vérifier l’avancée des travaux et blablabla.

Bref les gros sabots à tel point que je suis un moment obligé de recadrer ces deux zigotos.

- Ecoutez, je prendrais une décision dans quelques temps et je vous la ferais savoir ! J’ai parfaitement compris que cette baraque vous intéresse. On ira la voir demain, maintenant je souhaiterais qu’on parle d’autre chose.

Ça les a refroidit les messieurs dames ! Mais ils ne s’obstinent pas. On revient sur les loisirs et on a droit à un véritable cours de Jean-Loup sur la pêche à la mouche ! Et comme il s’aperçoit que ça ne passionne pas trop, il dégage en touche.

- Excusez-moi mais je ne voudrais pas vous saouler avec ça. Ah, mais au fait, vous ne nous avez pas dit ce que vous faîtes comme métier ?

Ah ! Ah ! Si tu savais… me dis-je in petto. Mais ma réponse a eu le temps de se roder depuis mes années de pratiques et est toujours prête à servir.

- Je travaille pour un cabinet de recouvrement, et je n’aime pas trop en parler, c’est un métier de pourri, on fout des angoisses à des pauvres gens qui sont déjà dans la misère et qui n’ont pas besoin de ça.
- Moi, je ne les plains pas ces gens-là, ils profitent du système…

Oh, là la ça dérape !

- Et bien moi, voyez-vous, il y en a que je plains, et croyez-moi je sais de quoi je cause !

J’ai dit ça sur un ton volontairement péremptoire. Ça fait la seconde fois que je les rembarre. Bon ce sont de beaufs mais on ne va pas s’engueuler non plus, et après avoir goûté à mon filet de canard aux petits légumes (ça les légumes pour être petits ils sont petits, je ne risque pas de prendre du poids) je me rattrape donc :

- Et vous cher monsieur vous êtes dans quoi ?

Jean-Loup est garagiste, et le voilà parti pour un catalogue d’anecdotes dont certaines, il faut bien le dire sont assez rigolotes et m’ont aidé à terminer une salade de fruits indigne d’un restaurant de cette gamme

Ça l’a tenu jusqu’au dessert et non merci je ne prends pas de café, ça m’empêche de dormir… Pas de déca non plus… Allez, la corvée est finie, on se casse !

On prend la voiture de Marie, et direction chez elle ou elle nous propose de prolonger la soirée en dégustant une vieille prune (un peu trop fort pour moi ce truc là). Je suis assez dubitative, ce Jean-Loup n’est pas très malin, mais n’empêche que je me le ferais volontiers. Mais comment faire ? Ah on serait dans un film porno, je lui aurais depuis longtemps fait du pied sur la braguette jusqu’à ce qu’il m’exhibe une grosse bite super bandée que j’aurais prise en bouche et après il m’aurait sodomisé pendant que je gamahuchais madame ! Seulement ce n’est pas ça qui m’intéresse, ce que je veux c’est le contact de mon corps avec celui de Jean-Loup, ce que je veux c’est qu’il me pénètre profondément de sa queue et qu’il m’emmène au ciel ! Et puis il faut bien respecter les convenances, je ne peux pas annoncer tout de go : « J’ai comme une envie de baiser, on y va ? » Il faut dire la même chose mais de façon allusive. L’idée, toute simple, me vient en allant faire un petit pipi et c’est tout naturellement que je reviens en annonçant :

- Bizarre, je croyais avoir mes trucs, mais c’était une fausse alerte, je me disais aussi que j’avais de l’avance…

Marie paraît agréablement surprise mais semble chercher ses mots. Jean-Loup attend que sa femme dise quelque chose. Je peux peut-être accélérer les choses.

- Je ne vous ai pas fait un bisou pour le restaurant, c’était très bon (tu parles !).

Et hop je me dirige vers Marie, les lèvres en avant. Elle a compris ce que je souhaitais comme baiser, les lèvres se touchent, les bouches s’ouvrent, les langues se cherchent. Ça devient hard, ça devient baveux, ça devient torride. J’en profite pour la peloter un peu et elle me rend la pareille. Mais je ne m’éternise pas, ma proie ce soir, ce n’est pas elle, c’est Jean-Loup.

- Il faut aussi que je vous remercie ! Lui dis-je.
- De la même façon ?
- Bien sûr, je ne voudrais pas faire de jaloux.

Un peu dommage qu’il sente le cigare, mais son baiser m’électrise, je perds toute retenue et lui mets la main sur la braguette, une main qu’il ne repousse pas. Et c’est que ça bande là-dedans ! Je me dégage de sa bouche, je me baisse et je me la joue salope, je sais que les hommes adorent qu’on aille chercher leur queue au fond de leur caleçon.

Marie a mis de la musique, prétendue d’ambiance, tant pis on fera avec, je saurais ne pas l’entendre. Ça y est j’ai sorti le paquet de sa cachette, une bite standard d’assez bonne tenue, je la masturbe quelques instants, puis croise mon regard avec Jean-Loup. Il est aux anges, le petit chéri ! Je décide de le sucer pour bien le chauffer et après je me laisserais faire. Je le décalotte, puis du bout de ma langue goûte son gland déjà salé d’une goutte de pré-jouissance. Ma langue explore la hampe, redescend, puis remonte, fait le tour de la couronne et titille le frein. Sa bite est désormais raide comme un bout de bois. Je le suce à la gloutonne faisant entrer et sortir de ma bouche son pénis au rythme de mes lèvres. J’ai bien dû lui faire ça une dizaine de minutes, il ne faudrait pas qu’il jouisse non plus. Je décide de me relever.

Marie a profité de ce moment de folie pour se déshabiller entièrement. Elle est décidemment bien belle sous le linge comme disait un vieil auteur grivois voulant signifier par là que la nudité lui seyait fort bien. Du coup je me sens obligé de me déshabiller à mon tour, mais Marie s’avance vers moi et commence à m’enlever tout ça tout en me couvrant de baisers. Jean-Loup lui se déshabille à la va-vite envoyant valser ses vêtement en un tas informe. A poil, il n’est vraiment pas mal foutu, l’animal !

Et nous voilà tous les trois nus comme des grenouilles (et comme on n’est pas dans un porno on n’a pas gardé nos chaussures.). On est debout, je suis prise en sandwich par ce couple qui me pelote, me tripote, me caresse, m’embrasse. Je mouille, mes amis, mais je mouille !

- On va dans la chambre ! Propose Marie.

Bonne idée, cela nous débarrassera de sa musique sirupeuse. La chambre est vaste, grande pièce, grand lit, meubles de prix mais sans classe, très « nouveaux riches » en fait. Au-dessus de la tête de lit trône un tableau presque porno, je soupçonne ce couple d’être habitué aux week-ends partouzards de la région ! Et maintenant, suspense : qui c’est qui se colle le premier dans le lit et sur le dos. Tout le monde se regarde, personne ne veut y aller. Je me dévoue. Jean-Loup me rejoint et Marie s’assoit sur le bord, attendant sagement que les événements lui laissent une petite place.

Et ça y est, c’est parti, je voulais le contact avec le corps de ce mec, je l’ai, on se caresse, on se serre, on s’embrasse, on joue les amants fougueux, je suis bien même si sa façon de me peloter les seins est un peu rustique.

Et puis, petit entracte, Monsieur s’encapote, ce qui permet à Marie de me caresser un petit peu à son tour. Il est prêt, je suis prête, j’écarte les cuisses, il est dans ma chatte, il bouge, il en a oublié les préliminaires ! Je suis bien plus clitoridienne que vaginale, mais tout ça possède aussi sa part de psychique. Jean-Loup est très endurant, et ses coups de boutoirs finissent par me faire gémir de plaisir. J’espère simplement qu’il ne va pas s’arrêter là. Je suis en sueur, c’est trop bon, qu’il continue, mais qu’il continue, qu’il n’arrête surtout pas ! Et il s’arrête ! Il est peut-être fatigué, re-pelotage, il caresse et il lèche tout ce qui lui est accessible malgré mon état de transpiration. Il finit sa petite balade entre mes cuisses et commence à me laper la chatoune à grands coups de langues. Bon, ça change, les préliminaires après la pénétration ! Pourquoi pas, on sert bien du sorbet à la pomme entre les escargots et le gigot !

Marie nous fait un petit come-back et me donne ses pointes de seins à lécher. Je lèche, on me lèche, elle n’est pas belle la vie ?

Ça y est, le Jean-Loup a trouvé mon clitounet, s’il se débrouille bien il ne sait pas quel tempête il va déclencher. Je sens que ça va être rapide. Ce n’est pas rapide, c’est ultra rapide, je viens dans un concert de gueulements. Je suppose que leurs voisins sont habitués. Il ne me laisse même pas souffler et me pénètre de nouveau, c’est moins rapide que tout à l’heure, j’ai l’impression qu’il prépare quelque chose. Effectivement.

- Tu peux te retourner ?

Miracle, il prononce ses premiers mots depuis qu’on est dans la chambre, non seulement il parle, mais il me tutoie. C’est ça la magie du sexe !

Je me retourne, me met en levrette. Suspense : m’enculera, m’enculera pas. Je ne suis pas une fanatique de ce genre de choses, mais dans certains moments de grande excitation, j’apprécie beaucoup. Pour l’instant il me lime la chatte, je lui demande de ralentir un peu la cadence. Trop vite et trop profond dans cette position a tendance à me faire mal. Marie s’est mise à genoux devant moi, et m’offre sa chatte à lécher, pas évident de coordonner tout ça avec ces coups de boutoirs qui viennent de l’arrière. Ça dure, ça dure, il n’a manifestement pas l’intention de visiter mon autre trou. Alors au risque de passer pour une salope, c’est moi qui demande :

- Encule-moi !
- On va mettre du gel ! Réplique-t-il en guise de réponse.

Il aurait pu me préparer des doigts et de la langue, mais ce doit pas être dans sa culture, il me tartine et me pénètre le rectum. La sensation est délicieuse et excite mon partenaire qui augmente la cadence, voulant manifestement en finir. Mon corps s’électrise, je jouis du cul tandis qu’il jouit dans mon cul. C’est fini, j’ai eu ce que je voulais, je me suis farcie le playboy, Déçue, non, mais là où j’attendais un bouquet de feu d’artifice, ce ne fut qu’une belle gerbe d’étincelles !

Et puis non, ce n’est pas tout à fait fini, Marie réclame son dû ! Je ne saurais le lui refuser et on se retrouve rapidement en soixante-neuf en train de nous brouter mutuellement. Bien sûr que c’est agréable, mais il manquait l’effet de surprise et le plaisir de la découverte de la première fois.

Après une bonne douche, je m’endormis dans la chambre d’amis qu’ils avaient mis à ma disposition.

Samedi

J’ai bien dormi et me suis réveillée de bonne heure, Après une nouvelle douche, je m’habille et descend en cuisine. Marie a eu la délicatesse d’acheter des croissants. C‘est que j’ai faim, moi ! Jean-Loup semble prêt à partir à son travail, Marie est en nuisette transparente et cela lui va à ravir.

- On va aller à la Bergerie vers 9 heures, après j’ai un rendez-vous à 11 heures, s’il le faut on reviendra dans l’après-midi. Propose-t-elle.
- D’accord, ça tombe bien, j’ai rendez-vous avec une nana d’une boite de débarras à la même heure, on fera tout en même temps !
- Quoi ? S’exclamèrent alors simultanément mes deux hôtes.

Ben qu’est-ce qu’il leur arrive ?

- Ben, oui, il va bien falloir que je débarrasse tout le bazar, et on est venu me démarcher…
- Mais c’est quelle entreprise ?
- J’en sais rien, j’ai la carte dans mon sac…

Je la sors machinalement, je leur montre, ils lisent « Carole » et un numéro de portable.

- C’est qui cette nana ?

Je leur fourni quelques détails. Ils se regardent circonspects.

- Il n’y a pas de nom de société ! S’étonne Marie.
- Ça sent l’escroquerie, ce truc ! Renchérit Jean-Loup.
- Elle ne me fait rien payer… tentais-je de rétorquer.
- Ecoute, on connaît bien la profession, Reprend Marie, on peut se charger de tout ça, et nous on ne t’arnaquera pas. Effectivement dans ces situations de succession, on trouve toujours des choses à refourguer, On t’en donne déjà pour 1.000 euros, c’est un minimum, on réévaluera si on trouve des trucs. Téléphone à la fille pour dire que tu annules le rendez-vous.

Je n’aime pas trop qu’on me force la main, mais après tout pourquoi pas. Il est d’ailleurs plus que probable que ce m’a raconté cette Carole sur ses souvenirs d’enfance soit du pipo. Je décide donc de l’appeler par politesse comme me le conseille Marie.

Bizarrement, Jean-Loup qui semblait prêt à s’en aller, reste planté là.

Je joins Carole et lui explique brièvement que j’annule son rendez-vous. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises :

- C’est délicat de votre part de me prévenir. Votre décision vous appartient, je tiens cependant à vous préciser que tout ce que je vous ai dit est vrai.
- Je n’en doute pas un instant ! Mentis-je
- Il faut cependant que vous sachiez que je ne vous ai pas tout dit, je ne pensais pas que ce serait nécessaire !
- Pardon ?
- Cet héritage ne vous est pas tombé du ciel, quelqu’un est intervenu pour vous aider à l’obtenir…
- Sans doute, mais…
- Ce quelqu’un c’est moi ! Et je vais vous prouver que c’est vrai, c’est moi qui vous ai mis en contact téléphonique avec Emilienne, vous avez parlé longuement et elle a même évoqué une longue et incompréhensible histoire d’enfance où il était question de balançoire et d’ours en peluche.

Glups !

Je suis sur le cul et reste sans voix ! Marie et Jean-Loup qui n’ont rien entendu se demandent ce qu’il m’arrive.

- Que je sois bien claire : je n’ai pas fait ça pour vous, mais parce que j’ai un contentieux avec votre cousine. Elle ne m’aurait permis aucune transaction avec elle. Je vous ai prouvé que je n’étais pas une menteuse. Vous ne me devez rien, dans cette affaire vous n’aviez rien demandé. Je vous demande simplement un peu d’empathie, si vous ne vendez pas cette maison, le seul fait de m’autoriser à vous débarrasser du fouillis qu’elle contient me fera un bien énorme. Je vous demande d’avoir le tact de ne pas m’en priver.
- Bon c’est d’accord ! Concluais-je vaincu par son argumentation.

Je raccrochais.

- Tu lui as dit quoi ? Demande sèchement Maria.
- C’est elle qui s’occupera de débarrasser.
- Quoi ! Mais tu ne peux pas nous faire ça ! Rappelle-là tout de suite. S’énerve-t-elle.

Mais qu’est-ce qu’il lui prend à la Marie ? Elle n’est pas bien !

- Je suis encore libre de faire ce que je veux, non ?
- Rappelle-la ! Rappelle-la tout de suite tout de suite. Tu ne peux pas nous faire ça, gâtée comme on t’a gâtée.
- Non mais je rêve, tu es en train de me faire une scène pour une histoire de débarras, c’est quoi ce cirque ?
- Donne-moi ton téléphone !
- Certainement pas et je vais me casser d’ici…

Je me lève et me dirige vers la chambre pour récupérer ma mallette de voyage

- Retiens là, Jean-Loup !

Mais c’est qu’il le fait ce con, et il est drôlement costaud, je me débats, mais Marie m’envoie une tarte. On me ligote sur une chaise avec des torchons mouillés, on me bâillonne. Mais ces gens-là sont complètement tarés !

Marie a pris mon téléphone, elle n’a qu’à refaire le dernier numéro listé pour tomber sur Carole.

- Je vous téléphone de la part de Christine D. le rendez-vous est annulé, merci de ne pas insister.

Elle raccroche.

Carole et ses complices étaient déjà sur place, tous en bleu de chauffe, dans une grosse camionnette volée quelques heures auparavant. Carole hésite à rapporter la dernière conversation à Sébastien.

- C’était quoi bougonne-t-il !
- Rien, une erreur. Marmonne-t-elle se demandant si elle a fait le bon choix

Jean-Loup soulève la chaise sur laquelle je suis ligotée et l’emporte dans la chambre d’amis. Il s’assure que la fenêtre est bien fermée et boucle la porte.

Marie et son époux tiennent conciliabule dans le couloir, je n’entends que des brides de conversation, ils n’ont pas l’air d’accord, ils s’engueulent puis je n’entends plus rien. Me voilà encore dans de beaux draps. Ces gens que je pensais fort sympathiques ne sont que des voyous. Mais j’ai du mal à démêler leurs motivations. Le bâillon a été plutôt mal posé, en faisant de grands mouvements de mâchoires, j’arrive millimètres par millimètre à le déplacer, ça m’occupe. J’entends la porte d’entrée se refermer, j’ignore s’ils sont partis tous les deux, je suppose que oui, puisque je n’entends plus aucun bruit. Que faire ? J’essaie de faire jouer les liens qui m’attachent à la chaise, mais n’y parvient pas. Me rapprocher de la fenêtre en donnant des grands coups de rein et essayer d’attirer l’attention ? Pourquoi pas ? La manœuvre dure un certain temps et ne servait à rien, la fenêtre donne sur le terrain situé à l’arrière de la maison.

Sébastien, Antoine, Carole

9 heures et demi : Sébastien et Antoine s’impatientent, Carole est descendue du camion, pour fumer une cigarette. Une voiture s’approche de la Bergerie. Une petite femme brune en descend. Carole se planque derrière un arbre. La femme sort un trousseau de clé de son sac et ouvre la grille d’entrée. Carole revient au camion.

- C’est qui ? demande Sébastien.
- J’en sais rien ! Mentit Carole en rougissant.
- On s’est fait doubler ! constate Antoine.

Alors Sébastien pète les plombs et s’en prend à Carole, perdant son flegme habituelle il l’a traite de tous les noms et la gifle.

- Tu t’y es prise comme une conasse, c’était pourtant à la portée de la première pétasse venue. Tu n’es qu’une incapable. Casse-toi, je ne veux plus te voir. Et dépêche-toi de déguerpir sinon, je te démolis.

En larmes, Carole s’empare de son sac à main et descend du camion. Sébastien lui balance sa petite mallette de voyage, puis le véhicule démarre la laissant seule devant la grille. Elle a la rage au cœur et le mascara qui fout le camp.

- On fait quoi ? Demande Antoine à son complice.
- Rien, on laisse tomber, on s’est fait doubler, et puis ce trésor n’existe peut-être même pas.
- T’as été dur avec Carole !
- M’en fous !
- Si on allait rendre visite à la petite fille. Propose Antoine
- Pourquoi foutre ?
- Ils doivent avoir la rage de ne pas avoir hérités, ils doivent rêver de vengeance, on peut peut-être leur proposer nos services.
- Hummm… pourquoi pas ? Allez, on va s’acheter des beaux costards à Cahors et on va aller voir la Véronique. Faut aussi qu’on trouve son adresse.
- Ça, on sait faire !

Marie

Marie est sur les lieux, il y a deux caves en bas, l’une est une cave à vins où sont entreposées des bouteilles qui pour la plupart doivent être devenues imbuvables. Il n’y a que des bouteilles, rien que des bouteilles, le trésor n’est pas là-dedans à moins qu’il soit dans une bouteille. Elle verra plus tard, et ouvre la deuxième cave. Là c’est encore plus simple on ne peut pas entrer. Alors elle a une idée, elle va se faire faire un double des clés, puis elle libérera Christine et agira quand celle-ci sera rentrée à Paris. Elle sort, finalement satisfaite de la simplicité de ce plan.

Prisonnière

Marre, marre, j’en ai plus que marre de me retrouver mêlée à des aventures où on me prive de ma liberté. J’ai du mal à comprendre ce qu’il m’arrive, mais quand même je subodore que cette « Bergerie » dont j’ai héritée renferme un secret qui attire les rapaces comme le vinaigre attire les mouches. Ainsi la Marie a sorti le grand jeu pour me chouchouter, allant même jusqu’à me jeter dans les bras de son mari, persuadé qu’après tout ça, je ne pourrais rien lui refuser. Cette histoire de débarras, véritable écharde dans un plan qui ne devait pas en avoir lui a fait péter les plombs, puisqu’elle a été obligée d’utiliser la violence physique pour m’empêcher d’agir à ma guise.

Que va-t-il se passer maintenant ? J’ai beau me dire que ce couple d’amateur sera bien obligé de me libérer, (il ne vont pas me tuer, quand même !) je ne suis pas si rassurée que ça, on ne sait jamais ce qui peut arriver avec des cinglés incapables de mesurer les conséquences de leurs actes.

Je les ai entendus sortir de la maison, ils vont donc probablement se rendre à la « Bergerie » récupérer ce qu’ils souhaitent récupérer. Et après ? Me libérer et me jeter ? Sans doute… et porter plainte servirait à quoi ? Qui me croira ? D’autant que ce couple doit faire partie des notabilités locales.

Bref, j’angoisse, je rumine, ça ne va pas fort, et je ne vois pas qui pourrais me libérer. Anna-Gaëlle est aux Etats-Unis et ma contrôleuse des impôts (voir Merci Petit Fouillis) est désormais loin de ma vie. Et puis j’ai envie de pisser. Ça ne me sert à rien de me retenir, je ne suis peut-être pas prête d’être libérée alors je me fais dessus, en espérant que ça va couler jusque sur la moquette qui sera bonne pour un nettoyage !

Carole

10 heures : Déboussolée, Carole s’est assise au pied d’un arbre. Que faire maintenant ? Elle est persuadée que Sébastien a été victime de ses impulsions. Elle le sait pas méchant, mais soupe au lait. C’est qu’elle l’aime toujours son Sébastien ! Quelle satisfaction elle aurait si elle revenait vers lui en lui offrant ce qu’il lui est sans doute désormais impossible de trouver seul : le trésor de la Bergerie ! Mais comment faire ? Il lui, faudrait une piste à défaut d’un plan. Et cette piste, elle l’a devant les yeux. La petite brune au nez de fouine qui vient de ressortir du corps de ferme, c’est celle qui était avec elle quand Christine s’est fait massacrer sur le bord de la route par Véronique et son mec ! Elle n’y était donc déjà pas par hasard. La piste semble bonne d’autant que Carole sait précisément où cette femme habite ! Pour le reste elle improvisera.

10 heures et demi : Carole n’a pas perdu de temps, elle s’est dirigée à pied (bien obligée) vers la ville et a tôt fait de retrouver l’adresse. La maison est au fond d’une courette de gazon, Carole sonne à l’extérieur et se cache derrière un arbre. Personne. Une seconde tentative pour être vraiment sûre, la grille n’est pas fermée à clé, elle est désormais devant la vraie porte d’entrée. Elle tambourine : personne, pourtant il lui semble entendre comme un lointain gémissement. Elle colle son oreille contre la boiserie de la porte et refrappe. Elle perçoit désormais un appel au secours. La piste est bonne.

La porte n’est pas blindée, mais quelques outils lui faciliteront la tâche. Elle rejoint le centre-ville, achète ce qu’il faut dans une quincaillerie, reviens, refrappe. La rue n’est pas très fréquentée, mais il lui faut faire vite, elle sait faire.

11 heures quinze : Carole force la porte.

Libérée

On a frappé, j’ai appelé mais je ne suis pas sûre qu’on m’ait entendu. Puis un peu plus tard, un bruit de perceuse électrique…

- Il y a quelqu’un ?
- Au secours, je suis attachée.
- J’arrive !
- Vous ?
- Ben, oui, moi ! Je vais chercher de quoi vous détacher.

Elle revient avec une paire de ciseaux et me libère de mes liens.

- Vite, prends tes affaires, on se casse.
- Je ne peux pas partir comme ça, je me suis pissée dessus.
- On verra ça plus tard, récupère tes affaires, et viens.

Je viens de me souvenir que j’ai apporté un pantalon de rechange (des culottes aussi bien sûr)

- Non tu changeras, après, grouille !

On descend dans la cuisine, j’attrape mon sac à main et on sort.

- Là-bas il y a une espèce de terrain abandonné, tu vas pouvoir te changer…
- Et après tu vas m’expliquer ?
- Oui, je vais t’expliquer !

Ça y est je sais tout sur le trésor de mémé Emilienne… Je suis sur le cul ! De mon côté je lui raconte ce que je sais pour Marie, mais bien sûr je ne parle pas de nos galipettes.

- Et pourquoi tu m’as libéré ? Demandais-je
- Par hasard, cette adresse, c’était ma seule piste, je cherchais comment coincer cette Marie, peut-être en lui foutant la trouille. Mais de toute façon, je ne pouvais pas te laisser comme ça… Maintenant on roule ensemble, quoiqu’on trouve c’est fifty-fifty, ça marche ?

Il me parait difficile de ne pas être d’accord.

- On va louer une bagnole, on se met en planque, on attend la pétasse, on lui fout la trouille et on récupère les clés. Après on passera la cave au peigne fin !

Marie

11 heures 30 : Marie s’est fait faire ses doubles de clés, elle se dirige vers son pavillon. Elle s’aperçoit que la porte a été fracturée. Tremblante elle monte au premier, sa prisonnière s’est envolée. Cela n’est pas bien grave en soi, puisqu’elle avait justement l’intention de la libérer, mais ça veut dire qu’elle n’est plus maîtresse de la situation, et que des gens sans doute prêts à tout sont sur le coup. Elle a la trouille, à présent Marie. Elle ressort de chez elle, reprend la voiture et s’en va rejoindre son mari, Jean-Loup dans son garage.

La cave

12 heures 15 : Nous sommes en planque devant la maison de Marie, on espère qu’elle va rentrer pour déjeuner, sinon ça risque d’être longuet.

12 heures 20 : Mon portable sonne, c’est un message, je le lis :

« Cette affaire va trop loin et devient trop dangereuse. On laisse tomber. De façon définitive et irrémédiable. Tu n’entendras plus jamais parler de nous. On ne se connaît plus, on ne s’est jamais vu, on ne s’est jamais rencontré. Si tu veux vendre, ne me contacte surtout pas. Je sais que tu ne nous pardonneras jamais ce qui s’est passé ce matin, mais je garderais tout de même secrètement un bon souvenir de toi. Les clés de la Bergerie sont dans un chiffon vert derrière la borne kilométrique à la sortie de….  »

Je fais lire ça à Carole, elle jubile, plus d’intrus sur le coup… et de plus la visite de la cave de la Bergerie peut se faire dès maintenant.

- On s’achète des casse-croutes et on y va !

C’est donc la première fois que je pénètre dans cette bâtisse. Ça sent le vieux, ça sent la crasse, je n’aime pas cette odeur.

On découvre les deux caves, l’une est archi encombrée, l’autre c’est la cave à vins. Impressionnant, il doit y avoir près de mille bouteilles là-dedans. Carole en sort quelques une à mi-hauteur et, dégage l’incroyable tas de poussières recouvrant le verre et les étiquettes.

- Tout ça date des années 1990. Tout ce qui n’est pas du Bordeaux est sans doute foutu. Mais bon, ça veut dire que ces bouteilles ont été entreposées 20 ans après la mort du braqueur, ce n’est donc pas là qu’il faut chercher.

On passe à la cave d’à côté. En fait son encombrement est presque un leurre. Il y a là des emballages d »appareils ménagers quasi vides, si on excepte les cellophanes déchirées et les moulures de polystyrène cassés. On a tôt fait de sortir tout ça et de découvrir le reste, c’est-à-dire un tas informe laissé dans l’état où l’ont laissé deux perquisitions : bouquins photos, vieux jouets, vieilles poupées, coffres et boites éventrées, photos de mariages à l’ancienne, cartes postales, correspondances, factures, menus souvenirs de banquets… et même des plombs en laiton rongés par le vert de gris.

- Il faut tout regarder, même ce qui semble anodin. Me dit Carole.

On s’installe dans la poussière. Sans trop chercher à comprendre, j’essaie de faire des tas cohérents, les cartes postales avec les cartes postales, les bouquins avec les bouquins. Carole détaille tout, examine les signatures de tout ce qui est écrit, évente les bouquins à la recherche de marques pages. Bref, elle épluche tout.

- Ce n’était pas forcement des diamants qui ont été piqué… Explique-t-elle.

A 17 heures on a terminé l’inspection des lieux, sans rien trouver… Il n’y a aucune cachette possible ni dans les murs, ni dans le soupirail, ni au plafond et le sol est cimenté. On est pleine de poussière.

- Il n’y a jamais eu de trésor ! Conclue Carole, cette histoire est une fable. Mais quel intérêt aurait donc eu Armand L. à faire croire à Emilienne que le trésor était dans la cave ?
- Pour donner le change sans doute.
- D’après le bouquin du flic, Armand est arrivé avec le magot et ne l’a pas ressorti, il serait donc ailleurs que dans la cave. Sauf qu’Emilienne a bien précisé qu’il est descendu à la cave avec le magot et que quand il est remonté, il ne l’avait plus.
- Il l’a bluffé !
- Peut-être

Carole retourne dans la cave à vins, mais cette fois au lieu d’examiner les bouteilles à mi-hauteur, elle en extrait une en bas de la rangée. Elle secoue la poussière, il n’y a pas d’étiquette. Elle regarde mieux, en fait l’étiquette s’est décollée de la bouteille. Elle la dépoussière.

- Cahors 1968, et c’est écrit à la main, ça doit être du vinaigre maintenant.

Elle secoue la bouteille, s’il y avait autre chose que du vin, ça s’entendrait…

- N’empêche que ces bouteilles là datent d’avant le casse. Je sens qu’on brûle…

Elle examine toute la rangée du bas, puis remonte, la poussière commence à nous assécher le gosier.

- Et ça c’est quoi, d’après toi ! Gueule Carole en me tenant un bout de papier jauni et taché.
- Leonardo de Zrina ? C’est quoi !
- C’est pas Zrina ! Lit mieux, ça c’est un V.
- Vina ? Leonardo de Vina à moins que… ce serait Leonard de Vinci ?
- Ben oui, il est là le trésor ! Un autographe de Léonard de Vinci ! Tu te rends compte ?

On recherche si parfois, il y en aurait d’autres. Ben non, il n’y en pas d’autres.

- Tu m’expliques ?
- Et bien Armand est descendu à la cave, il a entouré le manuscrit autour d’une bouteille et voilà. Les flics et les autres malfrats cherchaient des diamants, ils ne risquaient pas de trouver…
- Attends, le mec, c’est un braqueur, un professionnel, le fait que le sac devait être tout léger, ça ne l’a pas gêné ?
- Ils ont peut-être ajouté des trucs pour donner le change, peut-être les plombs en laiton qu’on a trouvé tout à l’heure.
- Merde ! Répond Carole que mes propos ont l’air de contrarier.

Et la voilà qui retourne dans l’autre cave, elle cherche les plombs, s’empare du plus gros.

- J’ai du mal à lire, essaie, toi ! Me dit-elle.

C’est vraiment écrit tout petit et c’est abîmé.

- On ne lit pas bien le début, la fin c’est bergen…
- Van Steenbergen, des vieux plombs à eux qu’ils ont mis dans un sac pour servir de leurre aux cambrioleurs, au passage ils ont ajouté l’autographe de Léonard de Vinci qui est donc probablement un faux. Faudra s’en assurer, on ne sait jamais, mais je n’y crois plus.
- Et Armand, il y a cru ?
- A mon avis, oui, sinon il n’aurait pas pris le risque de mettre sa maîtresse en danger, mais bon, va savoir ce qui se passe parfois dans la tête de ces gens-là ?
- Et les gens de chez Van Steenbergen, ils n’auraient pas dit à la police que les voleurs avaient embarqué un leurre ?
- Pourquoi faire, les diamantaires ne sont pas des saints, si ça leur permettait d’essayer de maronner les assurances, pourquoi pas ?

Et puis soudain Carole se met à pleurer !

- Faut pas te mettre dans un état pareil… Commençais-je sans être trop originale.
- Mais non ce n’est pas ce que tu crois… Pfff, à la limite, je m’en fous du trésor… mais je viens de me rendre compte que je viens de perdre Sébastien pour de bon.

Elle s’était abstenue de me raconter cette partie de l’histoire, Alors j’ai droit aux confidences avec des trémolos dans sa voix et des pluies de larmes sur son visage.

- Bon tu vas faire quoi ? Me demande-t-elle, une fois la crise passée.
- Je vais prendre une chambre d’hôtel, pour me changer et souffler un peu et demain, je repars à Paris. Je verrais plus tard si je garde ou pas ce truc, de toute façon je suppose que tu n’as plus l’intention de l’acheter ?
- Ben, non ! Moi aussi je vais faire comme toi, il faut que je rende la bagnole… si ma présence ne te dérange pas on pourrait prendre une chambre à deux et rentrer ensemble. A Paris on fera expertiser le machin, on ne sait jamais.

Ça tombe bien je n’ai pas trop envie de rester seule, les événements de la matinée m’ayant tout de même bien perturbée.

On s’est secoué et débarrassé de la poussière autant que nous avons pu, mais bon… le réceptionniste de l’hôtel nous a fait une drôle de tronche et nous a demandé de payer d’avance. Ce n’est pas un problème. C’est Carole qui paye. Une fois en chambre je lui rembourse la moitié de la location, tandis qu’elle entreprend de se déshabiller devant mon nez sans s’occuper de moi. Elle n’est pas mal à poil, si ce n’est que les seins sont un peu lourds.

- J’y vais la première ! m’annonce-t-elle. Mais si tu veux, tu peux me rejoindre.

Ben voyons !

J’ai conservé mes sous-vêtements et lui réponds d’un sourire poli. Manifestement elle attendait mieux de ma part alors elle en remet une couche :

- Tu sais quand je t’ai vu pour la première fois au bistrot devant l’étude du notaire, tu étais avec une copine. Ça ne m’a pas choqué du tout, au contraire, je vous ai trouvé très mignonnes toutes les deux.
- Et si tu me demandais carrément si ça m’intéresse, au lieu de tourner autour du pot ?
- Je ne souhaitais pas être si directe, mais on pourrait prendre la douche ensemble, juste se savonner mutuellement, on verra bien si on a envie d’aller plus loin. Non ?

En fait je ne sais pas trop, manifestement elle a envie, alors que moi, je ne suis pas très motivée, mais je n’ai rien contre le fait de me faire motiver (tout le monde suit ?).

Elle doit lire mon embarras dans mes yeux, s’approche de moi et fait sauter mes bretelles de soutien-gorge.

- Alors tu me les montres tes gros nénés ?
- Et bien vas-y, enlève le moi, mon soutif ! T’en meurs d’envie.

Elle ne se le fait pas dire deux fois, me dégrafe le machin et pousse un cri d’admiration en découvrant mes seins. Bon, ils ne sont pas mal, mais il ne faut pas charrier non plus. Je n’ai pas protesté non plus quand elle s’est légèrement baissé pour me gober le téton. Mais si je ne réagis pas on va finir par s’envoyer en l’air alors qu’on est sale comme des truies. Du coup j’attrape la main de Carole et l’entraîne vers la salle de bain.

Je me place dans le carré à douche et règle la température de la douchette. L’eau me coule sur le corps, ça me fait un bien fou. Carole m’a rejoint. L’établissement ne fournit pas de gel de douche mais une mini savonnette publicitaire. Se savonner avec ça est assez insolite, mais ça fonctionne quand même.

J’ai de l’eau dans les oreilles, je n’entends plus rien.

- Qu’est-ce que tu dis ?
- C’est exprès, que tu as gardé ta culotte ?

Faut que je sois dans un état un peu bizarre pour faire des bêtises pareilles. Mais on en rigole de bon cœur. Ça me fait du bien de rire. Les caresses de Carole se font de plus en plus pressantes, de plus en plus sensuelles. Et quand sa bouche réclame la mienne, je ne défile pas.

- Ben alors, tu la retires, ta culotte ?
- Retire-la, toi !

OK. Elle me la descend juste en bas !

- Oh, la jolie petite chatte ! Commente-t-elle.

Elle me la tripote carrément, prend un peu d’eau dans ses mains afin de me la rincer, puis se baisse pour me lécher.

- Attends, j’ai envie de pisser !
- Ce n’est pas un problème, ça ne me gêne pas, Sébastien, il adorait me pisser dessus et moi j’adorais me laisser faire.

Je sens comme un frisson de nostalgie dans sa voix. Je ne réponds pas, et me concentre tandis qu’elle est là la bouche ouverte, prête à me boire. Je libère les vannes, moi quand je pisse, je pisse, elle en voulait, elle en a eu. Mais au petit jeu de « qui est la plus salope ? », je sais très bien me débrouiller. Je la fais se relever et l’embrasse goulument m’amusant à retrouver dans sa bouche le gout de mon urine.

- Ah, ben, toi alors ? Commente-t-elle.
- T’as vu, hein ? T’as pas envie, toi ?
- Tu voudrais mon pipi ?

En guise de réponse, je m’accroupis devant elle et j’attends. Mais elle bloque, je n’insiste pas mais lui demande de se retourner. Ses fesses sont magnifiques, les caresses sont malheureusement moins douces sur la peau mouillée, mais ce n’est pas bien grave, d’ailleurs il est peut-être temps de se rincer, de se sécher et d’aller continuer ces petites plaisanteries sur le plumard.

On n’a rien pour se sécher les cheveux, tant pis ils resteront mouillés, on se les arrange comme on peut. On se brosse les dents, on rigole, on fait les folles, puis tout d’un coup Carole quitte la salle de bain et se précipite sur le lit.

- Viens t’occuper de moi ! Quémande-t-elle.

Elle s’est mise en levrette, la position est presque obscène, avec son cul relevé son anus très brun bien dégagé. Obscène mais néanmoins érotique. Que souhaite-t-elle, je serais un mec, je la prendrais comme ça, mais je n’ai pas ce qu’il faut, ni en vrai, ni même en factice (ben non, je ne voyage pas avec des godes ceintures dans ma valise)

Alors je m’approche et commence à caresser ces deux magnifiques globes qui font dans la provocation. Puis saisie d’une soudaine impulsion je lui claque le cul, assez fort.

- Oui, vas-y !

Ah ! Si madame aime les fessées, on ne va pas s’en priver ! Je tape avec modération, mais elle veut plus fort ! Qu’à cela ne tienne, on va taper plus fort. Je m’en fais mal à la main et son cul devient rouge…

- Encore, encore !

Ben non ! Pas encore ! A la longue ça ne m’amuse plus, et puis j’ai un autre projet, très coquin, très osé : je me place derrière elle, visage contre cul, j’écarte ses fesses, et approche ma petite langue de son petit trou. Je lèche l’endroit en regrettant presque qu’il sente la savonnette. N’empêche que prodiguer cette caresse délicieusement perverse m’excite énormément. Bien sûr Carole se prête au jeu, en s’ouvrant tant qu’elle le peut. Alors j’essaie de pénétrer plus avant, mais bon, il y a des limites à tout et ma langue n’est pas rallonge. Je change d’organe, comprenez par là que je remplace ma langue par mon index droit. Je lui doigte le cul et ma partenaire se pâme d’aise en tortillant des fesses. Elle tortille d’ailleurs de plus en plus en poussant des petits cris. Elle finit par jouir du cul sous le seul mouvement de mon doigt. Elle se retourne sur le lit telle une diablesse qui sortirait de sa boite, elle est en sueur, elle m’implore de venir la rejoindre. On arrive, on arrive.

J’avais l’intention de venir entre ses cuisses, mais non, ce n’est pas ça qu’elle souhaite, du moins pas de suite. Ce qu’elle veut c’est me prendre dans ses bras, m’enlacer, m’embrasser, sentir ma chair contre sa chair.

- Tu as la peau si douce ! Me confie-t-elle.
- On me l’a dit souvent !
- Qui ? Tes amants, tes amantes ?
- Non, le Père Noël !
- T’es bête !
- Ça aussi on me l’a dit souvent !

On rigole, petite pause au milieu de cette ambiance torride. On s’est un peu écartée, on est à présent l’une contre l’autre, les caresses continuent, moins fougueuses mais sans doute plus sensuelles.

C’est qu’elle caresse bien, la Carole, et après avoir baladé sa main un peu partout, elle s’amuse à me titiller le téton. Je n’ai même pas besoin de lui dire que j’adore ça, le râle de plaisir que ce geste m’a provoqué l’incite à continuer. Elle fait donc plus fort et en profite pour exciter l’autre téton. Il était temps, il aurait pu devenir jaloux.

D’instinct je porte ma main sur mon clito. Il est décapuchonné, tendu, prêt à jouir. Carole l’a vu.

- Attends, je vais te faire jouir ! Dit-elle.

Elle descend entre mes cuisses, et projette ses mains en avant afin de continuer à me serrer les seins. Elle commence par me lécher ma chatte qui dégouline de mouille. Je veux jouir, je veux jouir… mais qu’est-ce qu’elle attend pour s’occuper de mon clito. Ça y est, deux ou trois coups de langues et je pars. Je jouis, je mouille, je gueule, je me tortille, et voilà qu’on se retrouve de nouveau dans les bras l’une de l’autre. Reprise des caresses, des baisers, puis temps calme. On est bien !

Je reste là couchée comme une chique molle, trempant dans mon jus. Carole ne trouve alors rien de mieux à faire que de venir s’agenouiller au niveau de mon visage.

- Et si tu me léchais ma petite chatte ?

Précision indispensable, dès fois que je n’aurais pas compris ! Je n’ai rien contre, vraiment rien contre, sauf que la position est un peu pénible pour le cou.

- Attends !

Je m’arrange pour empiler les oreillers derrière moi. Ça l’a fait rire de me voir me débattre ainsi, alors elle change de position, et se retourne carrément. Nous voici en soixante-neuf, et j’ai tout de suite sa chatte sur mes lèvres. Je lèche, je lape, je fais durer le plaisir. Carole a jeté son dévolu sur mon trou du cul, sa langue agile produit d’insolites circonvolutions sur l’entrée de mon anus. Il s’entrouvre, elle me met un doigt, suivi d’un deuxième, puis d’un troisième. La voilà qui m’encule avec trois doigts. Elle doit trouver que ça en lubrifie pas assez, alors elle retire ses doigts et sans les regarder les humecte de salive avec sa langue et ses lèvres. Il faut être sacrément excité pour faire ce genre de chose. Voilà, c’est reparti, et ça glisse mieux, drôle d’impression, mais je me laisse faire et ça commence à m’exciter sévère, ce traitement. Je grogne de plaisir. Du coup sans arrêter le mouvement de ses doigts, sa langue vient titiller mon clito. Elle va me tuer à ce régime là. Du coup je fais pareil, son clitoris est impressionnant, ma langue s’en empare. Qui partira la première… C’est moi ! Du coup j’abandonne un moment ma partenaire, je ne peux pas tout faire à la fois. Elle a compris, elle attend sagement. Je récupère un peu et j’attaque derechef. Elle est un peu longue à venir, peut-être à cause de l’interruption, mais cela valait sans doute le coup d’attendre car sa jouissance fut explosive.

On s’est mise à ronfler, comme ça à poil sur le plumard. Je ne sais pas ce qui nous a réveillées, mais on a voulu reprendre une douche. Elle fut (presque) sage)

On a papoté comme des pies. Elle s’est confiée, m’a dit qu’elle aurait bien aimé se fixer, avoir des gosses…

- Des gosses, mais pas de mari, je suis trop indépendante…

Et puis, il y a Sébastien avec lequel elle n’arrive pas à digérer la rupture.

- J’ai pas compris ce qui m’est arrivé, ce mec m’avait toujours respecté.
- Tu le connaissais depuis longtemps ?
- Presque trois ans. Je suppose qu’il a pété les plombs.
- Et avant tu faisais quoi ?
- La même chose, un peu pute, un peu voyou… et quelques petits métiers par-ci-par là, j’ai même fait un peu de théâtre.
- Tu vas faire quoi maintenant ?
- Je ne sais pas, mais je ne suis pas à la rue, j’ai toujours voulu conserver mon studio, j’y retournais de temps en temps pour faire un break… pour le reste j’ai un peu d’argent de côté, je verrais bien, ce n’est pas ça mon soucis.
- Ton souci, c’est Sébastien ?
- Ben, oui !
- Il faudra bien que tu tournes la page !
- Je sais, mais il y a des pages qui sont difficiles à tourner.

Et c’est la crise de larmes. J’attends que l’orage s’éloigne puis je change de conversation.

- On fait comment pour les fringues, il faudrait qu’on sorte en acheter ?
- La moins crado va y aller !

C’était Carole, la « moins crado », elle est restée plus de deux heures dehors en oubliant son téléphone dans la chambre. Un moment j’ai craint qu’elle ait fait une connerie. Elle n’a pas bien compris mon expression de joie quand je l’ai vu revenir avec ses paquets plein les bras.

Lundi

A Paris, on est allé voir un expert en manuscrits et autographes anciens. L’expertise n’a pas duré plus de 10 minutes, il nous a sorti une copie sur ordinateur de l’original et nous a expliqué que le document en notre possession avait été effectué par décalque. Quant au papier supportant cette plaisanterie, il était ancien mais pas assez. On se doutait un peu que la chose n’était pas un original, mais bon, la déception était quand même au rendez-vous.

Antoine et Sébastien

Antoine et Sébastien se sont achetés chacun un costume gris anthracite, une chemise blanche et une cravate grise. Ils ont aussi de belles chaussures neuves ainsi que des cartables très businessman « La Défense ». Après avoir repéré le domicile de Véronique, ils attendirent jusqu’à 18 heures 30, heure à laquelle son mari Pierre rentrait du travail. Un quart d’heure plus tard, ils sonnaient à l’entrée

- Bonjour Madame, nous sommes le cabinet Philibert et nous sommes spécialistes en contentieux d’héritage. Une indiscrétion notariale nous a laissé penser que vous pourriez avoir besoin de nos services.
- Pardon ?
- Oui, nous avons appris que l’héritage de votre grand-mère ne s’était pas vraiment bien passé pour vous.
- C’est le moins qu’on puisse dire, oui, entrez cinq minutes si voulez.

Véronique leur présente Pierre et les fait assoir dans le salon.

- Je suppose que vous n’avez pas l’intention de laisser les choses en l’état ? Commence Sébastien.
- Non, quelqu’un a manipulé ma grand-mère pour nous déshériter, j’avoue ne pas comprendre…
- Et bien nous vous proposons de vous aider. Pour cela on peut utiliser des moyens tout à fait légaux comme par exemple attaquer le testament… ou alors des moyens, disons un tout petit peu limites… nous employons pour cela des sous-traitants discrets et efficaces.
- On nous a dit que le testament était inattaquable…
- Et on a eu raison de vous le dire, il faut donc faire autrement, mais peut-être avez-vous, vous-même une idée ?
- On avait pensé à un truc, le jour de la succession on a flanquée une volée à ma petite cousine. On espérait qu’elle aille porter plainte et qu’à travers l’enquête de police on apprenne de quelle façon elle nous avait déshérités.

Il se retient de rire, Antoine.

- Et ça n’a pas marché ?
- Ben, non. Apparemment elle n’a pas porté plainte.
- Si vous avez une autre idée, nous vous dirons si c’est réalisable…
- Vous avez bien dit que vous proposez des choses, un peu limites ?
- Tout à fait !
- Et si vous enleviez la cousine pour la faire parler !
- Pourquoi pas ? Mais c’est cher !
- Combien ?
- 10.000 euros.

Les deux époux se concertent, Véronique serait d’accord, mais Pierre temporise et demande réflexion.

- Je crois très franchement que vous ne récupérerez pas cet héritage, votre cousine est probablement manipulée par des gens certainement très dangereux. Nous avons eu plusieurs affaires à traiter ces derniers temps, sans doute s’agit-il du même gang… Intervient Sébastien.
- Un gang ?
- Oui, un gang !

Si ça continue, Antoine va attraper un fou rire !

- Si on ne récupère rien, vous nous proposez quoi, alors ? Intervient Pierre.
- Mais de vous venger !
- De quelle façon ?
- Et bien par exemple on peut mettre le feu à la baraque ?
- Ah ! Non ! Intervient Véronique.
- C’est comme vous voulez, mais il y a neuf chance sur 10 pour que votre cousine ait oublié de souscrire un nouveau contrat d’assurance. Un coup d’allumettes et pfff tout s’en va en fumée et elle ne récupérera rien du tout.
- Vous pourriez repasser demain, il faut qu’on se concerte. Propose Pierre
- Mais absolument.

Véronique et Pierre ne sont pas d’accord. La femme espère encore récupérer le trésor. Son mari essaie de lui expliquer que s’il y a un gang derrière cette affaire, ils ne feront pas le poids, et que de toute façon, il est sans doute trop tard.

- Si ça flambe, on peut demander au cabinet Machin, de nous fournir des autorisations pour visiter les ruines. Les diamants ça ne brûle pas ! propose-t-il sans y croire.

« Les diamants, ça ne brule pas » l’argument est imparable…

Jours suivants

Le lendemain, mardi Véronique donnait son accord… et 5000 euros en espèce à titre d’acompte. Une somme équivalente serait due une fois le travail accompli.

Le mercredi, peu avant minuit, Antoine et Sébastien déchargent de leur voiture, plusieurs bidons d’essence qu’ils stockent dans le jardin de Véronique. Cette dernière est peu rassurée.

- Vous ne pouviez pas les stocker ailleurs ?
- Ici, ils sont en sécurité, ne fermez pas la grille, on viendra les rechercher cette nuit !

Jeudi, la nuit tombe, Antoine au volant d’une camionnette volée récupère les bidons d’essence entreposés chez Véronique, en en « oubliant » un. Puis il se rend à la Bergerie où il défonce la grille d’entrée. Il pile juste devant la bâtisse, descend, ouvre la porte arrière et rejoint Sébastien dans sa voiture. Ce dernier épaule un fusil lance-grenade, fait feu. Les bidons explosent, la Bergerie s’enflamme. Ils déguerpissent. La société de télésurveillance est en-dessous de tout, l’agent de permanence attend cinq bonnes minutes avant de réagir au signal indiquant une panne électrique. Quand il se décide à enclencher le processus d’alerte, les pompiers étaient déjà sur place. Il leur fallut plusieurs heures pour maîtriser l’incendie.

Vendredi, Antoine seul vint récupérer la seconde partie du paiement de leur forfait. A la nuit tombante, Véronique et Pierre munis de torches électriques s’approchent des ruines calcinées de la Bergerie. Tout a brulé et le toit s’est écroulé. Fouiller là-dedans risque d’être très compliqué. Ils décident tout de même d’aller voir. Une fourgonnette de la gendarmerie est sur place, les hommes en képi interpellent le couple qui leur tend « l’autorisation » bricolée par Sébastien. Celle-ci sur du papier à en-tête du département du Lot interpelle le fonctionnaire zélé qui intervient auprès de sa hiérarchie pour effectuer une vérification de routine.

La suite est un cauchemar pour Véronique et Pierre. Le faux (et usage de faux) est établi. Ils sont incapables d’expliquer la présence d’un bidon d’essence dans leur jardin, incapables d’expliquer un retrait en espèce récent de 10.000 euros. Le motif, la vengeance suite à cet héritage qui s’est mal déroulé pour eux, paraît claire pour les gendarmes. Muets comme des carpes, les deux époux finissent par craquer après quelques heures de gardes à vue. Ils balancent le « cabinet Philibert », une piste qui bien sûr ne mènera les enquêteurs nulle part et peu d’efforts seront mis en place pour les rechercher.

Epilogue

Deux mois plus tard, je recevais la visite d’une entreprise de déblaiement, le contrat me paraissait intéressant, je donnais donc à ces gens-là l’autorisation de déblayer tout ça, après quoi, je n’aurais plus qu’à vendre le terrain. Saisi d’une intuition je téléphonais à Carole et lui décrivais mes interlocuteurs. Elle éclata de rire.

- Oui, c’est bien Sébastien et Antoine !
- Bien je vais, leur retirer mon accord !
- Mais non au contraire, laisse les galérer…

C’est ainsi que pendant plusieurs semaines, les habitants de la région purent voir un engin de chantier piloté par deux types en bleu de chauffe, déblayer le terrain de ce qui fut jadis « la Bergerie » en prenant un temps considérable et examinant chaque mètre carré de débris avec un air las.

- Pourtant les diamants, ça ne brûle pas ! Confia un soir Antoine exténué et passablement imbibé, au patron d’un bistrot local.

Fin

© Vassilia.net et Chanette (Christine D’Esde) juillet/décembre 2010. Reproduction interdite sans accord des ayants droits

On retrouvera Carole dans l’épisode suivant des aventures de Chanette : La partouze de monsieur le ministre.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Chanette 15 – La Bergerie 2 – La cave au trésor par Chanette

  1. sapristi dit :

    Il y a tout ce qu’on aime dans les récits de Chanette, elle est merveilleuse !

  2. Muller dit :

    En fait les récit de Chanette sont des récits mêlant aventures et érotisme, les deux se complétant. Force est de constater que ça fonctionne parfaitement faisant de cette lecture un délicieux moment de détente.

  3. Q36dila dit :

    Un joli florilège de toutes les petites perversions que l’on aime lire et faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>