Scenario de self bondage 3. par Kitof

SCENARIO 3 : La momie
Temps total moyen : 3 heures maxi
Niveau de difficulté préparation : 3 / 5
Niveau de difficulté exécution : 4 / 5

Voilà un scénario pervers qui ravira les fans d’uro. Il a un inconvénient : le temps de préparation. Il faut en effet congeler une bouteille d’eau ce qui prend 5 à 6 bonnes heures et qui impose donc de s’y prendre à l’avance. Autre particularité : il vaut mieux réaliser ce scénario sur du carrelage (cuisine idéalement ou salle de bain) vu le risque d’inondation ; mais relativisons, il est très faible : la volume de la bouteille d’eau. Allons-y !

Le matériel :
L’indispensable
- un congélateur (ben oui !)
- un bouteille d’eau en plastique qui servira d’ice-timer (volume à votre convenance mais 1,25 l minimum quand même…) ;
- une bassine ;
- un rouleau de film alimentaire neuf ;
- un rouleau de ruban adhésif grande largeur ;
- deux paires de menottes (si vous n’en avez qu’une, remplacez la seconde par une cordelette de 50 cm [A] ;
- une cordelette de 80 cm environ [C] ;
- une paire de ciseaux ;
- un poinçon ou un petit tournevis ;
- une ceinture large ;
- un baîllon-boule (si vous n’en avez pas, voir plus bas dans les remarques comment en confectionner un).
Les options
- une paire de collants (si vous êtes une femme, ce devrait pas être trop dur à trouver) ;
- un plug et/ou des boules de geisha (vibrantes) ;
- un sac congélation si la séance se déroule ailleurs que dans la cuisine.

Le scénario
1/ Au moins 5 à 6 heures avant l’exécution du scénario, placez l’une des clés de vos paires de menottes (celle qui emprisonnera vos mains) au fond de la bouteille plastique puis remplissez-la d’eau et refermez-la. Placez-la ensuite au congélateur en veillant à ce que la clé reste bien au fond.
2/ Dans l’heure qui précède la séance, il va falloir vous abreuver (progressivement) plus que de raison : thé ou eau à votre guise mais un minimum de 3 litres ! C’est capital ! Une fois cela fait, on va pouvoir passer aux choses sérieuses.
3/ La première chose à faire, c’est de placer votre baîllon-boule : vous devrez le garder impérativement de la première à la dernière seconde de l’épreuve. Confectionné ou pas, veillez à bien le serrer derrière votre nuque.
4/ Si vous restez dans la cuisine, placez la cuvette près de vous et à proximité du congélateur. Si la séance a lieu ailleurs (salle de bain, dehors, …), mettez la bouteille dans le sac congélation avant de rejoindre ce lieu et placez également la cuvette à proximité de vous.
5/ Déshabillez-vous intégralement. C’est le moment de vous équiper des options : collant (pour absorber (un peu) l’urine, plug, boules vibrantes). Attachez-vous ensuite les chevilles avec la seconde paire de menottes ou la cordelette [A] ; si c’est la cordelette, vos chevilles ne doivent pas être totalement collées : vous devez pouvoir faire de petits pas.
6/ Prenez maintenant le rouleau de film alimentaire. Emballez-vous soigneusement les pieds (attention à ne pas trop les serrer) puis remontez le rouleau autour de vos jambes et déroulez-le ainsi jusqu’à vos aisselles et autour du cou ; redescendez-le afin de doubler l’épaisseur mais cette fois en serrant au maximum (sauf le cou bien sûr et les pieds). Une fois arrivé(e) aux pieds, déchirez le film : il doit normalement tenir tout seul grâce à son pouvoir adhésif et rétractile.
7/ Munissez-vous du rouleau adhésif et des ciseaux : en serrant bien, faites un ou deux tours au-dessus de vos chevilles, sous et au-dessus de vos genoux, en haut des cuisses, autour de la taille (pas obligatoire) et enfin si vous êtes une femme au-dessous et au-dessus de vos seins et si vous êtes un homme, dessus. Prenez enfin la ceinture (à défaut une corde avec deux ou trois tours fera l’affaire) et serrez-la au maximum autour de votre taille : une main ne doit pas pouvoir passer dessous !
8/ Ça va jusque là ? Les choses sérieuses vont maintenant commencer ! Avec vos ongles ou le poinçon, vous allez percer un petit trou dans le film alimentaire derrière vos chevilles de façon à pouvoir accéder à la chaine des menottes ou à la cordelette [A]. Prenez ensuite la cordelette [C] et faites un nœud en son milieu autour des menottes ou de la [A]. Laissez libre les deux bouts de la [C] et rebouchez le trou du mieux que vous pouvez avec un nouvelle couche de film que vous consoliderez avec du ruban adhésif.
9/ Ça va le baîllon ? Vous commencez à (en) baver ? C’est normal ! Vous commencez à transpirer sous le cellophane ? C’est parfait ! Vous commencez à avoir un mal de ventre doublé d’une furieuse envie de pisser ? C’est que tout se passe bien ! Alors, avec ce qu’il vous reste de mobilité, vous sortez la bouteille du congélateur ou du sac congélation, vous la débouchez puis vous la disposez goulot à l’envers (en bas) dans la cuvette. Attention ! Il faut que l’eau s’écoule librement pour libérer la clé ! Si la cuvette est trop grande, il ne faudrait pas que la bouteille roule au fond ! Dans ce cas, sécurisez-la avec de l’adhésif afin qu’elle ne bouge pas.
10/ Vous voilà bientôt au bout de vos préparatifs… Il ne reste plus qu’à vous entraver les poignets. Pour cela, prenez la paire de menottes dont la clé est dans la bouteille et avec les deux bouts de la cordelette [C] dépassant de vos chevilles, faites un nœud très serré autour de leur chaînette (il faut qu’il y ait un minimum de jeu). Il ne vous reste plus qu’à vous cambrer afin de passer vos deux poignets dans les menottes et clic-clac, à les fermer.
11/ Vous voilà donc immobilisé(e) pour un bon moment car la glace (selon la température ambiante et le volume de la bouteille) va bien mettre une bonne heure à fondre avant de libérer la clé. Clé qu’il va vous falloir aller chercher au fond de la cuvette d’eau glacée, ce qui ne se fera pas sans risque de renversement de la-dite cuvette ! Et donc de vous vautrer dans une eau froide à l’extérieur de votre gangue tandis que vous baignerez dans votre jus chaud à l’intérieur… À moins que vous n’arriviez à contenir votre envie pressante ; mais dans ce cas, c’est que vous aurez triché : soit en ayant pas bu la quantité indiquée, soit en ayant pas assez serré la ceinture, soit…
Remarques
1/ Pour vous confectionner un baîllon-boule… Rien de plus simple si vous disposez d’une petite balle en caoutchouc de la taille d’une balle de ping-pong. Il vous suffit de la percer de part en part avec le poinçon ou le tournevis (ou mieux : une vrille), d’agrandir le trou puis d’y faire passer une petite cordelette de 50 cm environ. Vous pouvez aussi utiliser une balle de ping-pong mais je le déconseille : c’est moins souple et surtout, vous pouvez vous blesser les lèvres ou la bouche.
2/ Le baîllon-boule n’est évidemment pas obligatoire mais c’est vrai qu’il joue un rôle actif dans la contrainte. Ce serait dommage de s’en priver !
3/ L’intérêt du collant est double : absorber un peu l’urine bien sûr mais participer également à la sudation.

Bon amusement !

 

Scenario 1

Scenario 2

Ce contenu a été publié dans Bdsm, Documentation. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>