Pas chiche III – épisodes 8 à 10 par Domi_Dupont


PAS CHICHE 8

Souvenirs, souvenirs

Le 19 septembre 1985 était un jeudi, Clo (Claude à l’époque) s’en souvient comme si c’était hier. Il venait d’entrer en terminal après des années d’errance. Il avait toujours été un enfant solitaire, bizarre disaient ses camarades. Il vivait dans un monde imaginaire et poétique où nul n’avait accès. Si la sexualité théorique n’avait aucun secret pour lui, ses expériences pratiques, elles, se limitaient à des pollutions nocturnes dont il ignorait la plupart du temps le déclencheur. Il avait lu quelques bouquins érotiques voire pornographique que ses parents avaient laissé traîner mais cela ne l’ennuyait profondément. A un âge où beaucoup de ses camarades avaient déjà franchi le pas, il se demandait toujours quel intérêt, ils pouvaient trouver à cela. Son corps sexuellement neutre le laissait tranquille et il ne s’était même encore jamais masturbé.

Il entretenait d’excellentes relations avec les filles et les rares personnes qui étaient pour lui ce qui ressemble le plus à un ami étaient de sexe féminin. Mais il n’éprouvait aucune pulsion sexuelle ni même sentimentale à leur égard.

Aussi, au matin de ce 19 septembre 1985 – jour générateur de toute cette histoire -, La décision qu’il prit était uniquement motivée par une curiosité « scientifique ». Il était 7 h 30 et il partait pour le lycée. Descendant de sa chambre, il se dirigeait vers la porte d’entrée quand il entendit, venant du salon, le rire de maman. Pas un rire normal ! Sans bruit, il s’approcha et resta dissimulé dans l’embrasure de la porte: sa mère lui faisait face. Son père la tenait enlacée, ses mains disparaissant sous un peignoir largement ouvert. Il ne s’attarda pas sur la nudité de sa mère. La nudité n’était l’objet d’aucun tabou à la maison. Ce qui l’intrigua plus, c’était son rire, son souffle rapide, ses yeux qui brillaient.

- Non, Roger ! Arrête ! Claude va descendre d’une minute à l’autre ! dit-elle, repoussant papa et remettant de l’ordre dans sa tenue.
- T’es chiante, Martine!
- N’importe comment, il faut que je sois à l’agence dans une demi-heure !

Roger bougonna quelques paroles incompréhensibles. Elle, avec un petit rire plein de promesses, lui répondit :

- Mais, cet après-midi, je peux être à la maison à trois heures, mon chéri ! Et aucun des enfants ne finit avant cinq heures ! Alors à toi de te débrouiller !
- Tu peux déjà te préparer…
- Je serai déjà au lit quand tu arriveras….

Claude entama un repli stratégique, remonta trois ou quatre marches qu’il redescendit bruyamment.

- M’man ! P’pa ! A ce soir ! et il sortit en claquant la porte !

La porte franchie, Claude savait qu’il assisterait au spectacle : il voulait comprendre. Avant même d’arriver à l’arrêt de bus, il avait trouvé l’excuse qu’il donnerait au Conseiller d’Education pour rentrer à midi et faire sauter les cours. Durant tout le trajet, son problème fut de trouver une cache dans la chambre, d’où il pourrait voir et entendre sans être découvert. Problème résolu à son arrivée au bahut.

A trois heures moins dix – quatorze heures cinquante-, il avait rejoint son poste d’observation. La chambre de ses parents avait une porte « officiellement » condamnée, donnant sur une pièce que la famille n’utilisait pas. Cette ouverture créait un réduit que sa mère avait dissimulé par l’ajout de lourdes tentures; réduit qu’elle avait aménagé en penderie et dont elle usait, également, comme débarras.

Claude, petit génie du bricolage, s’attaqua d’abord à la porte pour se réserver « une porte de sortie » justement. Bien sûr, les clefs avaient disparu depuis longtemps mais que ne fait-on pas avec une fourchette, un tournevis et de l’huile. Il vint à bout de la porte en une petite demi-heure, mise en conformité comprise : à savoir qu’elle était parée pour des utilisations à répétitions.

Il s’arrangea alors un petit coin douillet en déplaçant quelques cartons aux contenus incertains. Premier contact avec les vêtements féminins : en effet, sa tête se glisserait entre deux robes. Il avait pris un risque: il avait entaillé verticalement la tenture, entaille qui adroitement ouverte donnait une vue imprenable sur le lit. Risque calculé car sa mère n’était pas une affolée du ménage et il pensait – et la suite lui donna raison – qu’elle ne s’apercevrait jamais de cette petite manipulation.

A moins cinq, Martine entrait dans la chambre. Elle se déshabilla rapidement, plia ses vêtements et passa, une de ses petites culottes noires en dentelles qui, plus tard, allaient le faire tant rêver. Elle ouvrit le lit et se pelotonna frileusement sous les draps.

L’attente ne dura guère. Trois heures venaient juste de sonner que la porte d’entrée claquait, que Roger grimpait, quatre à quatre, les escaliers et entrait en trombe dans la chambre. En deux temps, trois mouvements, il éparpilla ses fringues aux quatre coins de la pièce et se trouva nu comme un ver, le sexe déjà tendu.

La vue de sa mère nue n’avait pas causé grande émotion à Claude mais la vision de son paternel, enfin surtout la vision de sa virilité – mais cela Clo le comprit plus tard -, déclencha en lui une émotion trouble, une certaine agitation dans son bas-ventre. Nous ne nous étendrons pas trop sur cette première séance amoureuse : en premier lieu parce que la trouille d’être découvert le préserva de toute excitation, ensuite parce que la manière dont ses parents firent l’amour cet après-midi-là fut très classique et n’était qu’une mise en image de ses lectures.

Ce qui le marqua le plus à cette occasion- hormis la bite de son père- c’est le bruit et le tumulte générés par cette « activité », deux éléments qui n’avaient pas retenu l’attention des « auteurs » qu’il avait fréquentés jusqu’alors. Pas les paroles car ils causèrent peu ou pas mais le bruit, les bruits. D’abord feutrés, du drap qu’on rejette, d’un oreiller qu’on déplace, de la bouche sur la peau, d’une main dans les cheveux, le crissement d’une culotte, chuintement d’une succion mammaire, soupirs.

Puis, intensification graduelle : froissement d’une culotte dont on se débarrasse précipitamment, grincement du sommier, clapotis provoqués par une main qui s’égare dans une vulve trop humide, gargouillement d’une
gorge trop bien remplie, gémissements syncopés, petits cris.
Paroxysme : Souffles qui se perdent, mélopée lancinante, trépidations matelassières spasmodiques, souffles qui se brisent, flop-floppement ininterrompu d’un vit s’actionnant dans un réceptacle débordant de liquide crémeux, râles d’un plaisir retenu.

Tumulte: au fur et à mesure, de l’avancée de leurs ébats, toute la pièce semblait entrer en mouvement. La crainte irraisonnée que le lit ne s’écroule, que leurs corps emmêlés roulent jusqu’à son abri le tenailla longtemps. Il avait l’impression que les robes qui l’encerclaient participaient, elles aussi, à cette vibration infernale. Puis après un double cri, ce fut le silence et l’apaisement, aussi impressionnants que l’agitation qui avait précédé

De ce premier acte de voyeurisme familial, Clo ne gardait aujourd’hui qu’un souvenir confus.
Seulement quelques flashs : la bite de son père : glaive immense dressé vers le ciel et prêt à pourfendre, on ne sait quel ennemi.

La bite de son père, encore, énorme transperçant le frêle abdomen de maman.

Comment cela était-il possible ? Comment ce machin démesuré pouvait-il pénétrer avec tant d’aisance le menu minou maternel ? A posteriori, l’expérience aidant, il comprit que le pénis paternel, s’il était d’une taille et d’une épaisseur plus qu’honorables – rien à voir avec son p’tit clito -, n’avait rien d’exceptionnel. Mais ce jour-là, il sortit de sa cachette, persuadé que son père avait un sexe monstrueux, en tout cas bien plus énorme que tous ceux qu’il avait côtoyés dans ses lectures.

Après ce premier succès, Claude s’enhardit. Les séances récréatives en mâtinées se révélèrent fort rares mais celles en soirée, s’annonçaient si peu discrètement qu’un petit curieux comme lui ne pouvait en rater les signes précurseurs.
Jamais, il ne se déplaçait inutilement. Il joua ainsi au voyeur régulièrement pendant un mois ou deux. Il abandonna non pas parce qu’il avait été surpris mais parce qu’il avait entrouvert une porte, une autre porte…
Pendant ces séances, Claude se comporta en ethnologue menant des observations quasi cliniques sur les procédures employées par ses géniteurs. Inéluctables et classiques procédures, où Papa Roger, de la bouche, de la main et parfois du (bout du) pied mettait Maman Martine en condition. L’étape numéro deux, tout aussi inexorablement, renversait les rôles : maman, par des moyens identiques à ceux de son mari, amenait celui-ci au bord de l’explosion. Claude découvrit ainsi la perfidie féminine : elle laissait croire au mâle qu’il dirigeait la manœuvre mais c’est elle qui, chaque fois, induisait ce que serait le combat final…

Son comportement bascula la nuit de Noël : la famille avait dignement fêté le réveillon et les parents étaient alcoolisés (légèrement mais pour des gens peu habitués, c’était très suffisant). Claude renifla la bonne affaire. Pendant qu’ils faisaient la vaisselle, que ses sœurs, avachies devant la télé, regardaient une quelconque débilité dont elles étaient friandes, il s’installa dans son repaire secret. Peut-être que s’il avait encore cru au Père Noël, il eût été se blottir dans son lit douillet et ce soir, au lieu de raconter son histoire, Clo dormirait, conventionnellement, dans le bras d’un cadre supérieur.
Mais Claude n’est pas allé se coucher…

Si l’on excepte le fait que Maman Martine semblait en condition optimum avant même d’entrer dans la chambre, les premières échauffourées ne furent guère différentes de ce qu’il connaissait. Tout lui semblait affreusement « normal » et il commençait à regretter son pieu lorsque Maman Martine, par une initiative inaccoutumée, rompit le ronron habituel : ses longs doigts fins s’infiltrèrent prestement entre les fesses paternelles et vinrent en taquiner l’anus.

Son père lui tournant le dos, Claude avait une vue imprenable sur les exactions de « la main de sa mère ». Au moment où l’ongle manucuré et verni à l’occasion du réveillon s’introduisit dans rectum de son mari, il sentit un mouvement singulier dans son bas ventre : sa verge gonflait outrageusement repoussant l’étoffe de son slip.

D’un geste instinctif, il la dégagea et la flatta de la main droite.
Le rouge lui montait à la figure alors que son pénis montait contre son ventre…
Un étrange sentiment l’envahit.
Il ne l’envahit pas très longtemps car les basses flatteries de sa dextre avaient eu un effet immédiat : sa paume et ses doigts étaient poisseux.

Il ne savait quoi faire de sa main, il n’avait rien pour s’essuyer et surtout, il ne pouvait détacher son regard de cette autre main qui poursuivait sa besogne : déjà l’incarnat de l’ongle avait disparu, elle avait plongé entièrement son doigt, le chat de sa bague de fiançailles appuyait fortement contre le cul de Papa Roger qui soupirait d’aise.

Claude fut stupéfié par l’aisance avec laquelle le médius pénétra à son tour. Une cuisse bien en chair lui dissimulait la tête de son père qui manifestement s’affairait en un endroit, très sensible, s’il en jugeait par les soubresauts du fessier maternel. Il lui semblait que les mains vigoureuses de Papa Roger s’occupaient ardemment des fesses de sa mère mais il ne pouvait en être certain. En tout cas, toutes ces menottes évoluaient dans le même tempo.

Son regard se focalisait sur le cul ouvert et sur cette main élégante qui s’y enfonçait presque entièrement.
Sa petite verge était à nouveau tendue.
Il avait baissé son slip pour se faciliter la tache.
Il se branlait du bout des doigts à l’unisson de la masturbation anale à laquelle il assistait.

Papa Roger avait arrêté ses caresses et s’abandonnait à celle de Maman Martine. Il gémissait, poussant des petits cris incompréhensibles. Soudain, Maman Martine changea de position : délaissant la bite, elle s’agenouilla face à son ventre.

Lui, toujours sur le côté, étendit sa jambe gauche, tandis qu’il posait la droite sur l’épaule de sa partenaire. Avant qu’il soit à nouveau assailli, Claude eut le temps d’apercevoir son trou du cul largement dilaté.
Largement dilaté, il l’était et quatre doigts joints n’eurent aucun mal à s’y enfourner. Pensée perturbatrice: heureusement que maman avait pris la précaution de tourner le chat de sa bague vers l’intérieur ! La main s’immobilisa puis maman initia un mouvement de torsion. Le corps agité de tremblements convulsifs, son père couinait littéralement de plaisir ou… de douleur ! Il crut que papa allait jouir mais c’était mal connaître Maman Martine…

Brusquement, elle retira sa main et dans un souple déplacement, se retrouva de l’autre côté du lit, à quatre pattes, la tête reposant sur l’oreiller, jetant son cul très haut, ouvert, offert.

- A moi maintenant ! Encule-moi vite ! Vite !

Ce fut les seules paroles qui furent prononcées ce soir-là. Roger ne se fit pas prier et son gros vit, rougeoyant, larmoyant, au bord de l’apoplexie, s’introduisit entre les deux globes charnus. Une exclamation de Martine, un « han » de Roger lui firent comprendre que le gland ayant écarté les parois de l’anus effectuait une percée significative.

Claude se masturba alors comme un forcené.

Le cri (faible) qu’il poussa en éjaculant fut couvert par les ahanements de son père et les supplications de sa mère. Sa main pleine de foutre poursuivit cette masturbation sauvage jusqu’à ce que les deux corps apaisés s’écroulent sur le lit. Alors que ses parents étaient partis pour des ablutions post-coïtales, il resta un long moment, anéanti. Quand il reprit le chemin de sa chambre, la main gluante et la tête pleine d’images, Claude ignorait que ce « spectacle » allait influencer tout son futur.
Ce fut la dernière fois qu’il assista aux ébats de ses parents…

- Lou, tu ne répéteras cela à personne ! Tu me le promets, dit-elle à son patron quand elle a achevé son récit. Seul, un ronflement lui répond. Tout à son histoire, Clo ne s’est pas rendu compte que ce mufle s’est endormi. Ça ne flattait pas ses talents de conteuse, aussi son histoire présentait-elle pas vraiment d’intérêts. Mais peut-être est-ce mieux, puisque c’était à Camille qu’elle se confessait

Seule et abandonnée par ce lâcheur ronflant, il ne lui restait plus qu’à dormir. Elle réintégra son shorty et sa nuisette et se coucha. Le sommeil la prit aussitôt.

PAS CHICHE 9
Please don’t let me be misunderstood

…Assise à sa coiffeuse, Clo finit de se maquiller. Elle doit être très vigilante quant à son apparence, ce rendez-vous est très important pour son avenir. Elle espère bien que ses qualités professionnelles, et elles seules, lui permettront d’emporter ce marché mais deux précautions valent mieux qu’une comme disait sa grand-mère. Elle a décidé de porter un de ses tailleurs stricts bien plus érotisants que n’importe quelle mini jupe, si associée à de la lingerie adéquate et quelques « rince-toi l’œil » discrets. Elle y a donc prêté beaucoup d’attention. Le tailleur étant de couleur crème, après de longues hésitations et de nombreux essayages, elle a opté pour des sous-vêtements blancs. Rouge lui semble par trop vulgaire, noire ferait trop pute et les dégradés de mauves dont elle raffole lui paraissent trop voyants. Donc du blanc… il faut qu’elle soit complémentairement virginale et salope !

Elle sélectionne finalement un petit coordonné slip/soutien gorge en tulle façon résille bordée de dentelles. Le soutif ampliforme à balconnets modèle parfaitement ses seins sans les écraser. La veste de tailleur portée à même la peau, habilement fermée, influencera certainement très favorablement son interlocuteur. Elle complète son opération séduction par des dim-up, fin voile extensible, couleur chair.
Arrivée au terme de son maquillage, elle brosse ses cheveux quand l’interphone grésille. Sa première réaction est de faire la sourde oreille. Mais peut-être est-ce son rendez-vous qui n’ayant rien compris se pointe chez elle. Elle ne peut ignorer ce coup de sonnette. Elle décroche le téléphone intérieur :

- Oui ?
- C’est Camille ! Je peux monter ?

Une voix qui doit être la sienne répond :

- Pas de problème ! Quatrième gauche !

Dans un état comateux, elle débloque la porte du hall.

- C… C… Ca… Cam…. Ca… mi… ye… Camille monte chez moi !
- Claude, tu as un rendez-vous !
- Quel rendez-vous ? Camille monte chez moi !
- Un rendez-vous important pour ton avenir !
- Qu’est-ce que tu veux que ça me foute ! Camille vient chez moi et je suis à moitié à poil. Elle va croire que je le fais exprès.

Elle réalise, qu’en effet, elle est à moitié nue. Elle se précipite dans sa chambre et enfile…

- Shit ! Qu’est-ce que je pouvais bien enfiler ?

Son lit est recouvert de lingerie : tous les slips, culottes, string, soutif, jusqu’aux porte-jarretelles qu’elle a sortis avant d’effectuer son choix… A part ça, pas une fringue décente à l’horizon. En désespoir de cause, elle s’engonce dans une espèce de peignoir/ robe de chambre/couverture réchauffante qu’elle met la nuit quand, seule au fond de son lit, elle a froid.
Ca commence bien: j’ai l’air complètement ridicule dans cet accoutrement.
Déjà, ignorant le carillon, on frappe à la porte. Jambes flageolantes, Clo atteint la porte toujours dans un état second. Incrédule, elle observe l’arrivante par l’œilleton : c’est bien elle!

- Mais qu’est-ce qu’elle vient faire chez moi ? Où a-t-elle déniché mon adresse ?

Sur ces interrogations, Clo ouvre la porte et reste là plantée, bouche bée, à manger des yeux sa visiteuse. Loin des extravagances vestimentaires du début de soirée, celle-ci porte, sur un jean tuyau de poêle élimé, un boléro tout simple mais très sexy qui dévoile ses seins plus qu’il ne les cache. Quant à un éventuel soutien-gorge, elle a dû l’oublier dans son tiroir.

- Bon, quand tu auras fini de me reluquer, tu penseras peut-être à me faire entrer !
- Désolée, entre bien sûr ! Les deux filles se retrouvent face à face dans le petit vestibule. Tendrement,

Camille effleure la joue de Clo.

- Pourquoi t’es-tu enfuie, hier soir ? J’avais envie de finir la soirée avec toi. Clo bafouille une réponse totalement incompréhensible.
- Ca ne fait rien, puisque je t’ai retrouvée !

Accompagnant ces mots, Camille lance les mains à la découverte du visage de Clo, lui prodigue de suaves caresses : les pouces, des sourcils passent, en un doux affleurement, sur les paupières closes, se rejoignent sur l’aile du nez pour se séparer de nouveau sur les lèvres.
Clo reste amorphe, sans mouvement, tétanisée.

Enfin presque! Son pénis, qu’elle voudrait faire disparaître, tente par tous les moyens de se redresser. Elle s’aperçoit avec terreur que le bout de sa queue a réussi à passer sous l’élastique de sa culotte. Conséquence: son gland frotte contre le tissu râpeux de son peignoir.

Ignorante de ses tourments, Camille intensifie son offensive : sa bouche, ayant retrouvé ses mains, couvre Clo de petits baisers.

- Tu sais que tu es très rigolote dans ce déshabillé de star ! Elle murmure cette remarque ironique alors que ses lèvres après avoir mordillé les lobes repartent dans le cou.
- Je vais te l’enlever ! A moins que tu n’aies quelque chose d’horrible à cacher ? À me cacher !

Evidemment que Clo a quelque chose à cacher ! À lui cacher ! Quelque chose qu’il lui est de plus en plus difficile à dissimuler d’ailleurs, sa culotte est devenue beaucoup trop étroite pour ce qu’elle contient : une boule d’un côté, une bite de l’autre, tout fout le camp.
La chute de la protection en pilou révèlera tout au grand jour ! Clo se cramponne comme elle peut à ce dernier rempart qui existe entre Camille et l’horrible vérité… Abdication de toute résistance, advienne que pourra ! Clo relâche son étreinte, mais l’autre abandonne son idée première. Sa main se faufile entre l’étoffe et la peau, entrouvrant le haut du vêtement.

- Tu es bien pudique pour une sale petite voyeuse ! A moins que tu aies une difformité honteuse, ricane Camille dans son oreille.

Clo est de plus en plus mal. A un moment ou à un autre, forcément, la vérité va éclater… A quoi cela sert-il de repousser l’échéance?

- Pour ce qui est de ton sein gauche, je peux te rassurer, il n’a aucune anomalie. La peau est souple, le téton érectile, très réactif même.

Ces commentaires ironiques résultent des travaux pratiques, palpations, que ses mains accomplissent de manière très sensuelle.

- Le droit n’est pas mal non plus ! Même élasticité ! Bonne réactivité ! A déguster sans modération !

Pour rendre la poitrine plus accessible, Camille, d’une main sure, a échancré l’ouverture de la robe de chambre dénudant entièrement les épaules. Plus rien ne la retenant, l’affreuse robe de chambre tombe. Instinctivement, Clo la bloque sur son ventre. Camille se recule pour mieux apprécier l’effet obtenu. Clo se sent nuche, ainsi statufiée, les doigts crispés sur ce bout d’étoffe, les tétons largement érigés distendant le tulle du soutif.

- Jolies épaules ! Et cette peau quelle texture ! Une peau de pêche ! Huumm, je crois que je vais adorer la butiner ! Un ventre très plat, sans rien de trop, ni rien de « pas assez » ! Dommage que je ne puisse en voir plus.

En prononçant le mot « plus », d’un geste dont la rapidité laisse Clo sans réaction, Camille la prive de son ultime protection. Dans un ultime geste dérisoire de défense, Clo croise les mains devant son sexe en éruption, tentant vainement de, encore un instant, un instant seulement,…

- Clo chérie, tu me prends vraiment pour une gourde ! Tu crois que je n’avais pas compris ! Tu as beau être très féminine, de passer inaperçue dans presque n’importe quelle occasion et pour 100 pour 100 des mecs. Tu oublies, un, que je suis une femme, deux, que je t’ai vue à la piscine, de près, de très près même. Si je t’ai recherchée, c’est à cause de ton ambiguïté, de ta bivalence. Ce qui m’a attirée, la concomitance de ça (elle lui caresse brièvement la poitrine) et de ça (elle lui empoigne carrément la bite)…


- J’avais si peur de te faire fuir…
- Je l’avais bien compris, mon chou, et c’est pourquoi, je suis venu te relancer. Maintenant que tu n’as plus à craindre de me faire fuir, laisse moi t’admirer, laisse moi t’aimer.

Clo se tient devant elle, en soutif et culotte, toujours aussi empruntée mais rassurée. L’autre n’a pas lâché son pénis. Bien au contraire, elle a déjà écarté la culotte et en a extrait entièrement ce gros clitoris. Le coquin sûr de l’approbation relève la tête. Avec dextérité, Camille déplace les deux boules de l’autre côté du slip et reconstitue le service trois pièces.

- Quelle mignonne petite bite… fuselée à souhait… On dirait une fusée avec à son faîte un spoutnik à tête chercheuse ! J’attends la mise en orbite; je suis certaine qu’elle ne pourra que me faire du bien ! Pas un de ces horribles machins surdimensionnés qui vous massacrent les chairs, vous les écrasent, les distendent ! Beurk ! Quel plaisir, tu vas me donner en faisant coulisser cette gentille petite queue dans mon temple d’amour ! Rien qu’à l’idée, j’en suis déjà toute mouillée.

Tout en discourant, elle exerce de douces pressions spasmodiques sur le sexe, sur les boules de sa vis à vit. Elle découvre le prépuce et son pouce sillonne avec douceur cette partie extrêmement sensible.

Clo n’en peut plus. Elle prend une première initiative: elle attire le corps liane de Camille contre elle, pose, timidement les mains sur ses fesses. Leurs bouches se cherchent (et bien entendu se trouvent). Camille, main toujours entre les cuisses, maintient sa ferme étreinte sur les couilles.

Bouches scotchées, langues exploratrices ! Ayant éprouvé la dureté de ses lunes, les mains curieuses de Clo s’invitent sous le boléro. Suivant le tracé de la colonne vertébrale, elles remontent jusqu’aux omoplates. Peau d’une femme, étrange parcourt initiatique, Clo a l’impression de se caresser.

Mais Camille n’a pas l’intention de se laisser conduire: c’est elle qui mène le bal. Attrapant fermement Clo par les fesses, elle la presse contre son bassin. Très fort ! La finaude s’est débarrassée de son jean en catimini. Son mont vénusien comprime le vit raide de désir contre son ventre. De la folie, Clo bande comme un cerf en rut alors qu’une FEMME se fourbit contre elle.

D’accord pas n’importe quelle femme ! Camille, la femme de son fantasme ! Mais qu’importe, l’effet reste bizarroïde. Surtout que cette femme prend toutes les initiatives, se comporte comme un mec ! Elle frotte son torse contre le sien. Ses ongles plantés dans les fesses, tour à tour, attirent et repoussent .La mince pellicule causée par l’étoffe du boléro accentue encore les sensations.

Poursuivant ses caresses, Clo comprend que Camille n’a pas seulement enlevé son jean : la petite culotte a fait partie du voyage. A son tour, elle prend du recul pour mieux admirer sa visiteuse et surtout son sexe. Un sexe de femme ! A l’exception de celui de sa mère auquel, même au plus fort de ses séances de voyeurisme, Claude n’avait guère prêté d’attention et ceux de ses sœurs pré pubères qui ne lui laissent aucun souvenir, elle n’en a jamais vraiment observé.

Mignon ! Pas d’autre mot ! Ce petit triangle de poils bruns bien entretenu (gazon anglais)! Faible protubérance qui explique l’appellation « mont » (Au mieux les Ardennes) ! Cette sombre fente verticale dont elle n’est malheureusement pas dotée (douloureuse infirmité), ouverture secrète et mystérieuse, luisante d’une humidité révélatrice!

Au pinacle de cette blessure verticale, un ridicule bourgeon pointant sous le capuchon symbole d’entière féminité. A cette minute, Clo est jalouse, jalouse de cette féminité génétique qu’elle ne possèdera jamais. Elle envie ce vagin sécréteur de sublime liqueur, cette chapelle incandescente où le pieu du pèlerin peut investir l’Eden. Fine mouche, Camille remarque
Son trouble et en comprend la cause évidente:

- Tu as tort, petite Clo ! Nous sommes tous incomplets ! Tu n’as rien à m’envier ! Tu es moins inachevée que moi puisque tu peux éprouver les deux faces du plaisir : être femme ou homme. Moi, je suis privée à tout jamais du plaisir de l’érection et de l’éjaculation ! Alors plutôt que d’avoir cette mine revêche, viens donc déguster ce fruit auquel je suis sûr tu n’as jamais goûté ! Car tu n’y as jamais goûté, n’est-ce pas ?

Cette question la tire de cette torpeur hypnotique dans laquelle l’a plongée la vision de cette chatte. Un « non » étranglé s’extirpe à reculons du fond de sa gorge.

- Et ben, nous allons remédier à ça. Je voulais me régaler de ton sucre d’orge mais j’attendrai un peu. Allons dans ta chambre, nous serons mieux.

Tout à leur découverte réciproque, elles n’ont pas décollé de l’entrée. Se tenant par la taille, les deux filles se dirigent directement vers la chambre. A la vue de toute la lingerie en désordre sur le plume, Camille éclate de rire.

- Et beh ! T’avais l’intention de séduire qui ?

Un bref instant, Clo se remémore cet important rendez-vous pour l’oublier aussitôt. Après avoir, sans précaution aucune, débarrassé le lit de tout ce fatras, elles s’installent confortablement. Adossée aux oreillers, Camille ouvre ses jambes, indiquant d’un geste sans équivoque à Clo, la place qu’elle doit occuper: entre ses cuisses.

C’est la journée des premières pour Clo: le cœur de la féminité comme elle ne l’a jamais imaginé. Cet abricot bien mûr prêt à être cueilli ! Le p’tit encapuchonné dont seul l’extrémité rondelette dépasse ! Des grandes lèvres, pas vraiment grandes d’ailleurs mais rebondies, bien en chair, en un mot pulpeuses! Des petites lèvres, douillets méandres, portes entrebâillées sur l’inconnue ! De cette cavité sourd LA cyprine ! Abondance qui recouvre les parois externes de ta vulve d’une couche luisante. D’une remarque fielleuse, Camille rompt le charme :

- Ma p’tite Clo, pour être une voyeuse, t’es une sacrée voyeuse ! J’aimerais un peu plus d’action, si c’est pas trop te demander.
- Camille, ne m’en veux pas pour mes maladresses mais tu es la première f…
- Justement, tu es bien tombée alors profite au lieu de rester béate comme si j’étais la Joconde.

Clo avance la main, timidement, avec une anxiété visible.

- Tu sais, mon minou ne mord pas, tu ne risques rien !

En première approche, Clo effleure la petite crinière au-dessus du sexe.
Elle est encore en terrain connu.
Insensiblement, ses doigts se rapprochent du clitounet.
A peine frôle-t-elle celui-ci, qu’un tressaillement éveille le ventre de Camille.
Clo poursuit sa phase de découverte.
Prenant de l’assurance, plus franchement, sa main aborde les grandes puis les petites lèvres.
Délicatement, elle passe ses doigts à l’intérieur de celles-ci.
Dans un geste irraisonné, elle porte son index enduit des féminines secrétions à sa bouche. Elle le lèche avec gourmandise.

- Alors, tu aimes ? Interroge Camille d’une voix plus du tout ironique mais presque soucieuse.
- Délicieux ! Moins acre que le sperme, moins relevé ! Mais très parfumé, très agréable quand même, énonce Clo d’un docte ton de critique gastronomique.

Pour confirmer sa première affirmation, elle plonge l’index profondément dans la fente. La lubrification est telle qu’elle le ressort presque immédiatement enrobé de mouille. Elle le déguste à nouveau comme une friandise.

Son autre main plus intrépide et plus conformiste a poussé une reconnaissance jusqu’à ta porte de derrière. Elle découvre un anneau très serré, trop serré qu’elle ne peut franchir. Elle n’insiste pas se contentant de peser contre. Libérée de ses angoisses, ses caresses deviennent plus vraies, plus spontanées.
Camille a complètement changé d’attitude: plus de trace de moquerie sur le visage, elle se laisse aller sur les oreillers, yeux fermés. Sa bouche lâche de menus soupirs. Les brides de son boléro ont glissé mais ses seins sont encore dissimulés par ses mains.

Suite logique pour Clo: visage entre les cuisses; langue dans la chatte, s’abreuver à même la source. Elle lèche, lèche envoyant sa langue cueillir le nectar le plus loin possible. Langue encore plus profondément enfoncée, lèvres ventousées à d’autres lèvres. Bout de nez qui rencontre une petite excroissance avec laquelle il joue au bonjour Inuit.

Waouh ! Quel effet sur Camille! Tout son corps s’anime. Son bassin entame un mouvement très particulier d’avant en arrière, ses cuisses se contractent … Ses seins sont devenus très durs! Clo badine avec leurs pointes dressées, les roule entre pouce et majeur !

Soupirs se métamorphosent peu à peu en petits cris. La cadence du mouvement de hanches s’intensifie. Nez mutin qui accentue sa pression en rotation. Vagin se contractant autour de la langue qui le fouille. Soudain le corps se cabre, les hanches décollent de la couche et une coulée de cyprine importante inonde la bouche fouisseuse. Littéralement, Camille s’arrache aux caresses et hurle :
- PRENDS-MOI ! MAINTENANT ! Je veux te sentir en moi !

Avec empressement, Clo s’exécute. Manquant d’expérience ou plutôt ses expériences lui ayant donné d’autres habitudes, elles se retrouvent dans une position bizarre, limite inconfortable: jambes de chaque côté des hanches, en appui arrière sur ses mains, Clo tente de pénétrer sa maîtresse. L’introduction se déroule de la meilleure des manières. Elle commence à bouger doucement … Un temps puis…

- Qu’est-ce qui se passe ? demande Camille d’une drôle de voix.

Clo interrompt son mouvement.

- Je ne te sens pas !
- Comment ça ?
- J’ai l’impression que t’es tout mou !
- Hein ?

Clo a, il est vrai de drôle de sensations. Elle se dévagine. Quand elle baisse les yeux, elle ne peut que constater l’étendue du désastre : son petit kiki est tout tristounet, tout mou, 5 cm sur 1,5 en étant optimiste! Elle se sent ridicule ! Toute cette situation est ridicule! Elle éclate en sanglot, se cramponne à son oreiller l’inondant de ses larmes…

- Qu’est ce qui se passe ? Qu’est-ce que tu as ?

La voix est devenue subitement grave… masculine pour tout dire !

- Hey bébé ! Réveille-toi ! Tu fais un cauchemar !

Ce n’est pas la voix de Camille mais celle de Lou qui résonne à ses oreilles.
Les bras rassurant de l’homme entourent son corps. Dans un discours incohérent, entrecoupé de sanglots, elle lui raconte son cauchemar et, dans la foulée, lui reproche de s’être endormi hier soir avant la fin de son récit. Il lui réplique :

- Ma Clo, j’étais H.S. J’ai eu une dure journée et tu m’as achevé en me faisant jouir trois fois. Tu me raconteras la fin de ton histoire au p’tit dej. Une bonne nuit de sommeil et je suis en pleine forme.

En forme, il l’est déjà. Sa bite toute raide bat la mesure contre le shorty. Cela ne le retient pas longtemps. Sournoisement, il le roule, de façon à dégager ce si joli petit cul, juste assez pour ne pas qu’elle puisse s’ouvrir. Il complète son enfermement en coinçant la cuisse avec la sienne.

Avec sa douceur habituelle, il introduit son membre dans l’étroit interstice laissé libre. Le ressenti de cette bite se créant un passage entre les deux lunes resserrées !

Huumm, Clo ne se sent plus ! Le prépuce de l’envahisseur heurte l’anus. Toujours avec la même délicatesse, Lou accentue progressivement sa poussée. Les chairs, tout à l’euphorie onirique dont elles ne se sont pas encore arrachées, s’attendrissent pour lui faciliter la tâche.

Quand il est entièrement en elle, il commença à la limer, lentement, tendrement, à la langoureuse. Sa main a emprisonné son clito et le masturbe dans la même tonalité. Malgré ses caresses précautionneuses, Clo retrouve rapidement une érection maximale et, retournant dans son rêve, se déverse presque immédiatement dans le vagin de Camille…

Lou continue son petit galop matinal. Elle l’encourage en remuant son petit cul, en contractant son anneau. Il jouit tranquillement longtemps après elle. Son plaisir passé, sa bite toujours dans la chaleur de la nuit, Lou récupère de son effort matinal. Pendant ce temps, Clo cogite : elle réfléchit à son rêve, au sens de celui-ci. Elle en conclut que sa principale crainte est de ne pas pouvoir honorer cette file qui l’obsède et cela ajoute encore à sa confusion.

PAS CHICHE 10
Paroles, paroles, paroles

Ce même samedi quelques heures plus tard : Les deux amants sont attablés dans un restaurant. Situé à une quarantaine de bornes de Lyon, en pleine cambrousse et en bordure d’un étang de la Dombes, on y déguste les spécialités régionales (entre autre, cuisses de grenouilles ou poulet de Bresse aux morilles.). Lou ouvre les hostilités dès l’apéritif. Ce matin, au dej’, Clo lui a résumé la partie de son récit dont le sommeil l’avait privé. Maintenant, avant même l’arrivée de l’entrée il demande la suite.

- Comme je t’l’ai dit c’matin, quand j’eus… enfin quand j’ai cru que j’avais des pensées incestueuses envers mon père … Tu sais c’est compliqué dans ma tête… Aujourd’hui, je pense, je vis, j’agis et je réagis en tant que femme et ça m’est difficile de revivre cette période… Comprends-moi: pas difficile dans le sens douloureux mais simplement difficile de repenser à moi comme à un garçon. Et puis d’abord pourquoi veux-tu savoir ?
- Par curiosité et puis j’ai un petit talent d’écriture, je pourrais…
- Alors ça, t’as pas intérêt, je te l’interdis !
- Je plaisantais ! Non, la vérité est que j’aimerais comprendre ton parcours. Comprendre comment le petit Claude est devenu la charmante jeune personne que j’ai en face de moi.
- Personne pas femme, n’est-ce pas ! Tu ne me considères pas comme une vraie femme, avoue !
- Tu es bien plus qu’une femme puisque tu as, entre les jambes, ce petit truc en plus !
- Mais…
- Arrête ! Ne recommence pas à geindre! Narre-moi plutôt la suite de tes aventures !
- Mes aventures attendront un peu ! D’abord dégustons !

La serveuse, accorte comme toutes les serveuses, pose devant eux un plat de grenouilles à faire relever un mort. Religieusement, ils dévorent de concert et jusqu’à la dernière patte, arrosant ce met délicieux d’une petite roussette du Bugey pas craignos. Lou, la dernière bouchée avalée, ne lui laissant aucun répit reprend :

- Alors, la suite ?
- La suite… A partir de cette aventure, je regardais mon père autrement et je devins jaloux de maman. Ce que je vais te dire est horrible mais combien de nuits, combien de fois, ai-je rêvé/fantasmé que mon père me rejoignait dans ma chambre et que sa grosse queue me fouissait. Combien de fois me suis-je secoué la queue en sentant la sienne remuer en moi. Combien de fois me suis-je imaginé à ses genoux buvant à ce gros robinet. Pendant des mois et des mois, plusieurs années même, j’ai culpabilisé sur ces visions.
- Ca je peux le comprendre ! Ca a pas du être drôle tous les jours !
- Tu parles ! Je craignais de rester seul avec mon père : la dualité envie/peur. Envie qu’il se passe quelque chose mais encore plus peur. Bien sûr, tout cela n’existait que dans ma tête. Papa ne m’a jamais vu que comme son fils. J’en voulais à mort à ma mère. Au début, je la maudissais parce qu’elle était un obstacle entre mon père et moi, parce que c’est en elle que sa grosse bite s’agitait. Tu vois j’étais déjà vachement romantique. Alors que cette bite, j’aurais tant aimé qu’elle me fouaille les entrailles, qu’elle libère sa semence en moi. J’avais tant envie de savoir ce que tu ressentais quand tu avais du sperme tout chaud qui se déversait dans ton vagin… enfin dans tes intestins.
- Tu dis au début, donc ça a changé ?
- Oui, comment te dire… dans ma tête, mes fantasmes ont évolué, donc mes griefs ont changé : je lui en voulais pour ses nichons qu’elle remuait sous mon nez, ses deux grosses mamelles qui déformaient ses pulls et dont les fraises manifestaient par trop souvent leur présence à travers les mailles… pour son gros cul de nana dont le regard paternel suivait avec trop d’intérêt les balancements et surtout pour ce qu’elle avait entre les cuisses et que je n’aurais jamais. Si ma pôvre maman s’était doutée un jour de mes pensées à son égard… Mais elle et papa mirent mon comportement agressif, mes insolences sur le compte de la crise de l’adolescence à retardement.
- Et bien sûr ce n’était pas ça ?
- Non, pas du tout ! Tu t’en doutes un peu, non ?
- Tu sais, je suis très naïf…
- Ben voyons ! J’avais bien compris (du moins je le croyais) que cette attirance pour mon père, si elle relevait de l’inceste- ce que je savais être interdit- révélait aussi une nette tendance à l’homosexualité.
- Le moins qu’on puisse dire ! Un mec qu’a envie d’une bite, il est pas franchement hétéro ?
- C’est plus compliqué que ça ! Je ne me considère pas comme homo ! A la maison, on parlait très librement de sexualité et l’homosexualité était admise. Si tu veux, je n’avais pas d’a priori négatif par rapport à l’homosexualité pourtant, penser que je pouvais l’être me gênait.
- Comment t’es-tu rendu compte que c’était pas ça ?
- En fait, je n’ai pas eu de révélation. C’est venu progressivement. Je t’ai dit que la nudité n’était pas un problème, il n’en est pas moins vrai que comme nous étions arrivés à l’adolescence, mes parents évitaient de se traîner à poil devant nous. Par contre en sous-vêtements, c’était tous les jours. Quand mon paternel était en slip, j’essayais de voir, en tout cas, j’étais intéressé par ce que contenait son slip. Alors que maman, je regardais comment tombaient ses fringues, comment elles l’habillaient ou la déshabillaient. Combien de fois, folle de… pardon fou de jalousie, j’ai failli lui hurler : mais va donc te rhabiller, tu fais pute ! Si j’aime la dentelle et les petits dessous polissons, ce n’est pas un hasard, j’ai été à bonne école !

- Et quand as-tu réussi ton examen de passage ?
- J’ai franchi un pas, pour l’anniversaire de ma mère, en avril 86, le 18 pour être précis. Mes parents allaient manger au restaurant. Papa vautré devant la télé prenait son mal en patience. Maman, branle-bas de combat, se pointait toutes les trente secondes : – tu crois que ça, ça ira avec ça ?… ça, c’était le soutif, ou la culotte ou la jupe ou … enfin la totale… Ce cirque a duré une bonne demi-heure durant laquelle je me suis rendu compte que je connaissais pas grand chose des sous-vêtements de ma mère et des sous-vêtements féminins en général. J’étais bien plus intéressé par ce défilé de mode improvisé que mon père qui répondait par monosyllabes sans même quitter l’écran des yeux.
- C’est là que t’as su que tu voulais être une gonzesse ?
- Pas du tout ! Mais alors vraiment pas. Non. J’attendis que mes parents soient partis, j’allai chercher un catalogue de vente par correspondance. Je me réfugiai dans ma chambre. Bien au chaud, dans mon lit (et nu, j’suis sûr qu’ça t’intéresse !), je feuilletai le dit catalogue. Je trouvai rapidement la table de matières qui, bonne fille, m’indiqua où, je pourrai apercevoir toutes ces petites choses coquines. Je te jure que, ce soir-là, j’ai passé plusieurs heures à regarder, à lire, à décortiquer ces pages à m’en esquinter les yeux.
- Mon pauvre Bébé ! J’t’plains !
- Arrête tes conneries ! Cette nuit-là, j’ai découvert ou redécouvert des mots magiques comme string ficelle, mini-slip, dentelle, soie, satin, boléro, balconnet, corbeille, wonderbra… Wonderbra ça me faisait penser à Wonderwoman; il fallait sans doute avoir des pouvoirs extraordinaires pour en porter. Guêpière, bas à couture, résille, corset : ceux-là, ils avaient un air de nostalgie, la bicyclette bleue. Bonnets, au pluriel, s’il vous plaît, B, C, D, E voire F : là, il a fallu que je lise toute l’explication pour comprendre et je me demandai, pourquoi il n’existait pas de bonnets A.
- Pourtant simple Clo ! Si des bonnets A te suffisent, t’as pas besoin de mettre des soutifs ! Cqfd !
- Bonjour l’humour Macho. N’empêche que bien d’autres mots encore m’ont fait rêver en ce 18 avril 1986. Ils m’ont d’ailleurs fait rêver de nombreux autres soirs. Lorsque j’éteignis la lumière ces mots et les images/photos qui s’y associaient avaient envahi mon cerveau et j’avais une sacrée érection. Alors, pendant un long moment, j’ai passé et repassé ces mots/images tandis que ma main encerclant ma p’tite tige, la branlait lentement, un peu dans le tempo que tu avais ce matin. Chaque fois que j’allais jouir, j’arrêtais de bouger, attendant que la tempête s’apaise. Finalement, quand j’ai entendu mes parents rentrer, je me suis activé, tirant bien à fond sur ma verge pour enfin m’asperger le ventre de mon foutre.
- T’es pas vraiment originale, ma mie. Qui, ado, ne s’est pas branlé en regardant les pages de lingerie de La Redoute ou des Trois Suisses ou même de Daxon mais là faut être pervers.
- T’as rien compris ! Je ne regardais pas le corps des mannequins. Leur plastique ne m’intéressait pas, mais alors pas du tout ! Mais ces menues étoffes si aériennes qui les vêtaient…. Comme je te le disais, j’ai rêvé et bien entendu me suis masturbé de nombreuses fois sur ces mots/images mais, progressivement, mes visions se sont transformés: ces petites culottes, c’est mon petit cul qu’elles épousaient – je n’aime pas trop les strings car, il me prive de toutes les sensations produites par la matière sur mes fesses. Ces bas couleur chair ou résille, ce sont le galbe parfait de mes jambes qu’ils dessinaient et même ces merveilleux soutien-gorge à balconnets sans bretelles, ce sont mes seins qu’ils volumisaient avec leurs bonnets E, voire F. Avec l’imagination délirante de l’enfance, je m’imaginai une poitrine à la Jane Mansfield !
- Elle est pas de ta génération, c’tte bonne femme. Elle était déjà morte quand j’étais jeune.
- J’sais mais j’avais trouvé une de ces photos dans un vieux « Salut les copains » à mon paternel. Je ne voyais que ses deux mamelons énormes comprimés par une robe blanche dans laquelle elle avait du s’introduire grâce à un chausse-pied. Quelque part, j’attendais que les boutons éclatent et que ses loloches s’échappent et dardent leurs tétons démesurés sur moi…
- Si c’est la photo, à laquelle je pense, ce n’est pas Jane Mansfield mais Marilyn Monroe.
- Jane, Marilyn, qu’est-ce que ça peut foutre ? En tout cas, c’était une de ces nanas qu’avaient des loloches pas possibles.
- Arrête tes digressions ! Tu ne t’en es pas tenu à ça ?
- Avant de continuer, regarde ce que la serveuse – toujours aussi accorte- nous amène.

Un carpe farcie aux épinards et aux oignons, mijotant dans son vin blanc. Pendant quelques minutes, seuls les bruits de mastications perturbent le silence. Les deux amants restent muets… comme des carpes (désolé !). L’estomac bien calé, légèrement euphorique à cause de l’absorption conséquente d’alcool, Clo reprend son récit :

- Bon d’abord, où en étais-je ?
- Tes folles masturbations !!
- Mes folles masturbations ! Je fermais les yeux et je me voyais vêtue comme une salope. Salope, c’est un mot de mon vocabulaire actuel. A l’époque je me considérais comme un sale petit gamin vicieux. Dans mes rêves, j’essayais tout. Ma tête était un magasin de frivolités et mon cerveau, une véritable cabine d’essayage. Mon corps s’adaptait aux vêtements. Il me poussait des seins, mes hanches s’évasaient, s’amphorisaient. Toujours, le but ultime était de séduire Roger. J’en ai taché des draps. Parfois, je n’avais même pas besoin de m’astiquer la tige, une pensée, une image trop réelle suffisait à me faire partir à l’improviste.
- Quel genre d’images pouvait te faire partir ?
- J’sais pas… Du style, je venais de passer un superbe ensemble culotte, soutif et mon père, le pénis érigé entrait dans ma chambre. Tu peux imaginer la suite…

Instant de silence pour laisser imaginer voguer l’imagination de l’homme…

Attendant le dessert, Lou a allumé un cigare. A travers la fumée, Clo perçoit son regard brillant : Elle est sûre que son récit l’a excité, que si elle passe la main sur sa braguette elle va trouver un machin tout dur. Mais c’est un rest’o classe …
- Comme tu peux t’en douter, ces images ne m’ont pas satisfait très longtemps. J’avais trois femmes autour de moi, donc trois lieux où devaient forcément se trouver… Je savais que c’était chez ma mère que je trouverais la lingerie la plus coquine, mais j’avais quelques scrupules…
- Voir tes parents baiser, ça te gênait pas mais z’yeuter les soutifs de ta mère, ça te posait problème, releva malicieusement Lou.
- Ben oui ! Et puis surtout, j’craignais qu’elle s’en aperçoive !
- J’la sens mieux comme ça, ton explic…
- Donc j’ai commencé par me rendre chez mes sœurs (16 et 20 ans à l’époque). Déception totale ! Le bide ! Mes frangines avaient, l’une que des soustingues d’ado, tu sais de trucs limite petit bateau en coton. Et l’autre, que des soustingues de sportive qui compriment les seins pour pas qu’ils ne bougent… J’ai su par la suite qu’elle portait ce genre d’appareillage car elle avait honte du volume trop important de sa poitrine.
- Hi, hi ! Donc t’as été obligée de…
- Oui ! Ca te fait rire ! J’te jure que la première fois, ça ne m’a pas fait rire. J’avais attendu d’être totalement seul à la maison. Malgré cela, je balisai de me faire surprendre. A la première tentative, je n’ai fait qu’ouvrir des portes et regarder, qu’en prendre plein les yeux avec la trouille au ventre.
- T’as pas touché ? Tu ne me f’ras pas croire ça !
- A peine effleuré ! J’avais trop peur que ma mère s‘en aperçoive. Au bout de quelques minutes, j’étais de retour dans ma chambre pour une branle furieuse debout face à la porte miroir de mon armoire. J’étais tellement excitée par ce que je venais de voir qu’au bout de trente secondes, j’éjaculai contre la glace. Tu imagines, ces longues traînées blanches dégoulinant le long du vitrage. Calmé, j’ai pris un bouquin pour penser à autre chose. Mais l’oubli a été de courte durée. Une demi-heure plus tard, j’étais à nouveau devant l’armoire. Je choisis une petite culotte bordée par des volants en dentelle finement brodés. D’abord, je notai soigneusement…

Oups ! Bonjour le ridicule ! Clo sent le rouge me monter aux joues ! Lou ricane dans sa barbe. Complètement dans ses souvenirs, elle n’a pas vu arriver la serveuse avec les assiettes de dessert ! Elle attend pour servir. Depuis combien de temps se tient-elle plantée là ? Elle a sans doute entendu ses dernières phrases. Mais très professionnelle et toujours accorte, elle les sert comme si de rien n’était.

- Mange ton dessert, ma mie ! Tu verras ça te rafraîchira ! J’ai l’impression que t’as un peu chaud.

Malgré tout son métier, l’accorte serveuse ne peut éviter un sourire et Lou ne peut éviter la pointe de la godasse dans son mollet. Stoïque, il commence son dessert. Echaudée par l’épisode, Clo refuse de reprendre son récit avant d’avoir quitté le rest’o et adopte une moue boudeuse.

Lou l’entraîne ensuite dans un tour d’étang – promenade digestive, paraît-il. Avec ses mignonnettes chaussures à talon haut, son tailleur cintré, c’est génial. Les ornières, le pied !
Encore heureux, le terrain est sec. Le calvaire cesse dès que Lou a trouvé ce qu’il cherchait, à savoir, un coin retiré, à l’écart du passage. Ils s’installent dans un creux de terrain à l’abri des regards indiscrets. Aussitôt, Lou l’enlace. Clo pense qu’elle va subir un assaut champêtre, ce qui n’a rien pour lui déplaire ! Fausse joie !

- Bon maintenant qu’aucune oreille indiscrète ne peut t’espionner, je t’écoute !
- Ah bon ! C’est ce qui t’intéresse ?
- Pour l’instant oui ! Après on verra si tu dois être récompensée ou pas ! Alors que notais-tu quand notre accorte serveuse est arrivée?
- J’avais choisi une p’tite culotte…
- Oui, avec des volants en dentelle. Tu vois, je suis.
- Si tu n’arrêtes pas de me couper, j’ai pas encore fini
- Ah non ! J’ne voudrais surtout pas te couper, ça peut encore servir.
- Y’a des fois, t’es franchement con. Choisi… culotte… Mais avant de la toucher, j’avais regardé attentivement comment, elle était pliée. Aujourd’hui, on me traiterait de fétichiste mais c’était pas du tout ça. Simplement, ça faisait des nuits que je fantasmais sur ces bouts de tissu et là j’en tenais un dans mes mains. Je l’ai sentie, je l’ai promené sur tout mon corps (et oui encore une fois j’étais nu !) puis je l’ai enfilée. Je ne l’ai gardée que cinq secondes. Ma bite qui bandait déjà s’est mise à tressauter. J’ai cru que j’allais la souiller. Je l’ai vite reposée et je suis retournée une deuxième fois dans ma chambre pour … et oui, une deuxième fois. J’ai mis un peu plus de temps pour jouir mais pas vraiment beaucoup plus. Après avoir fait une toilette intime sommaire, j’y suis retourné.
- Attends ! Tu vas pas me dire que deux astiquages consécutifs ne t’avaient pas calmé.
- J’y suis retournée pour vérifier si dans mon affolement, j’avais pas fait n’importe quoi.
- Et ?

Lou est captivé par l’histoire et s’il risque pas de s’endormir, il n’a aucun geste annonçant des intentions « belli-queue-ses ». Non, il écoute, une main, amicale, dans le corsage de la narratrice et l’autre sur la bosse qui déforme son propre futal.

- Et, je repassais le slip. Mes deux astiquages, comme tu dis, ne m’avaient pas calmée car je bandais de nouveau mais de manière sereine, en quelque sorte. Aucun risque d’explosion, immédiate. J’allais me camper devant la psyché de maman. Tel Narcisse, je me contemplai de face, de profil et aussi de dos, enfin comme je pus. Si je n’attrapai pas de torticolis, ce fut miracle. Le plaisir que j’eus cet après-midi là à voir ma verge distendre le tulle explique le fait que je n’aie jamais voulu prendre d’hormones féminisantes… J’aime trop ce plaisir onaniste. Toujours plus loin ! Au bout de quelques minutes de parade, j’estimai qu’il me manquait certains attributs. Dans un tiroir, je dénichai la collection de bas. Ici pas de danger que ma mère repère quoique ce soit, tous ces voilages étaient jetés pêle-mêle. Le plus dur fut d’en trouver deux semblables, des auto-fixant chair. Je me délectai en les enfilant, la caresse de la soie sur mes jambes, indicibles. Je savais ou trouver des escarpins : dans mon poste d’observation traînaient plusieurs paires. J’avais des petits pieds…
- Tu as toujours des petits pieds !
- Oui mais les escarpins étaient un peu grands pour moi. Le trajet entre la penderie et le miroir fut épique, enfin comique surtout… Imagine un héron se déplaçant dans un pré !
- J’préfère pas…
- Je me regardais encore sous toutes les coutures. Au passage, j’avais récupéré un miroir plus petit pour pouvoir admirer mon cul moulé dans le tulle dentelé. Là aussi cette première vision… Il me manquait encore quelque chose.
- Et un soutif pour Claude !

- Désolé de te décevoir pas de soutif ! Ma mère avait une jolie poitrine, pas trop volumineuse, mais bien assez. Bonnets C ou D pour ta gouverne. Moi, je n’avais rien à mettre dedans. Non par contre de passer au concret m’avait donné une envie qui ne m’avait jamais effleuré jusqu’ici. Pour compléter, mon œuvre, il me fallait une robe. Tu te rappelles celles qui dormaient dans la penderie. J’en récupérai une et ce fut la cata !
- Ta mère est arrivée !
- Non ! La robe, je ne l’avais pas encore passée. Pas osé ! Face à la psyché, je la présentai devant mon corps. L’image que me renvoya le miroir à cette seconde précise déclencha un cataclysme. Je n’eus pas un geste à faire. Rien. Je partis en grandes giclées. Je ne sais par quel miracle la robe échappa au désastre mais la culotte ruisselait. J’étais dans la merde, ou plutôt dans le sperme. Je jetai les godasses dans la penderie, raccrochai maladroitement la robe à son cintre. En bas et culotte, je m’enfuis dans ma chambre, pleurant comme une madeleine. Mon chagrin apaisé, je pus constater l’étendue de la catastrophe : la culotte était trempée, le bas droit taché. Ben oui ! Ma bandaison avait distendu la culotte et avait ouvert un passage par lequel mon foutre avait coulé jusqu’à la partie élastique du bas. J’essayai de laver tout ça: résultat, je filai les bas et la culotte avait l’air d’une vieille fripe…
- Ma pôvre chérie ! Et tu t’en es tiré comment ?
- La vérité est que je n’en ai jamais entendu parler. J’ai conservé bas et culotte. Même que la culotte, lorsque je me suis retrouvé interne pour une seconde terminale – ben oui je pouvais pas passer mon temps à m’astiquer la tige et bosser au lycée -, je l’avais emmenée dans ma valise et je la portais de temps en temps pour dormir. Et cette petite culotte a déclenché l’étape suivante de mon parcourt initiatique. Mais c’est une autre histoire et si tu veux la connaître, il faudra être gentil, très gentil avec moi.

Lou sait se montrer très, très gentil: Clo a droit à son assaut champêtre. Jupe roulée sur les hanches, culotte simplement déportée sur la fesse gauche, Lou la baise gaillardement à la paysanne. Clo rentre chez elle comblée mais avec un tailleur bon pour le pressing.

Cette série a eu l’honneur d’être nommé Prix spécial saga pour 2006

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Pas chiche III – épisodes 8 à 10 par Domi_Dupont

  1. gentiet dit :

    très belle histoire bein raconté et sans vulgarité
    J’adore les travestis très féminisés et on sent que l’auteur aussi, et qu’il aime partager son fantasme

  2. supret dit :

    Histoire de merde, personnage sans aucun style bref aucune utilité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>