La soumission de Françoise par Florent37

J’ai découvert le plaisir que peuvent procurer les rapports Dirigiste -
Soumise en 1996.
Libertin depuis toujours, je fréquentais avec une certaine assiduité les
soirées échangistes organisées dans les environs de Tours.
Je m’adonnais également, avec des fortunes diverses, aux rencontres minitel.
Je croisais cependant sur un serveur régional une femme d’une quarantaine
d’années. Nous avons très rapidement sympathisés et nous sommes aperçus que
nous fréquentions tous les deux les mêmes soirées. De confidences en
confidences, mise en confiance, elle m’avoua son désir de réaliser un de ses
plus anciens fantasmes, être soumise à un homme.
D’un naturel très serviable, et très attiré par l’idée de totalement diriger
le corps d’une femme, nous passâmes de longues soirées au téléphone, afin de
préciser nos fantasmes communs, nos désirs et, plus importants encore, nos
interdits…
Si nous n’avions ni l’un ni l’autre été séduits par nos physiques
respectifs, (de taille moyenne et blond, elle me préférait les grands bruns,
brune et assez forte, je me languissais de petites blondes affectueuses…),
cela ne constituait aucunement un handicap majeur lors de nos soirées à  »
thème « .

Nous décidâmes de nous voir un soir chez moi. Elle sonna avec cinq minutes
de retard. Je l’avais observée de ma fenêtre, hésitante dans sa voiture.
Allait-elle oser enfin affronter ses désirs les plus intimes et les plus
inavouables ?
J’ouvris donc la porte. Elle se tenait devant moi, les yeux baissés, comme
je le lui avais demandé. On sentait qu’elle était très émue, son corps ne
parvenant totalement à dissimuler un léger tremblement.

-  » Souhaites-tu toujours m’appartenir ?  »
-  » Oui « , répondit-elle, après quelques instants d’hésitation
-  » Entre  »

J’adoptais volontairement une attitude très sobre, sans aucune amabilité,
souhaitant ainsi augmenter encore son trouble, sa gêne…
Dès son entrée, elle prit dans son sac le martinet que je lui avais demandé
d’apporter et me le présenta comme une offrande, apposé sur ses deux mains.

-  » Relève ta jupe  »

Je l’avais prévenu que je souhaitais, dès son entrée, prendre possession de
son corps. Elle devait donc me présenter son sexe, afin que je vérifie son
excitation…
Elle était particulièrement mal à l’aise, mais releva sa jupe, me dévoilant
ses deux grosses fesses. Comme prévu, elle ne portait pas de culotte. Son
sexe, plutôt poilu, était trempé. Elle n’avait pas eu besoin, comme je lui
avais soumis l’idée, de se caresser dans sa voiture.
Elle m’avoua que, depuis notre dernier appel convenant de ce rendez-vous,
elle demeurait constamment excitée. Qui plus est, l’interdiction que je lui
avais donnée de se masturber avait décuplé son désir.

-  » Tu as cinq minutes de retard !  » dis-je en lui administrant une fessée
très appuyée, qui la saisit sur place.

Elle eut bien une demie – seconde la volonté de se rebeller mais, se
rappelant qu’elle m’était soumise depuis son entrée chez moi, elle se mordit
la lèvre et ne dit mot.

-  » Penche-toi en avant sur le canapé !  »

Elle avait compris, et, relevant totalement sa jupe, dévoilant ses deux gros
globes laiteux, se pencha.

-  » Tu vas compter avec moi tes vingt fessées de punition, et je ne veux pas
t’entendre !  »

Elle oublia, comme je le pensais, de compter la fameuse  » numéro zéro  » et
se trouva ainsi vexée que je le lui rappelle. J’alternais l’intensité des
fessées, souhaitant découvrir peu à peu ses capacités, l’adaptation entre
fantasme et réalité étant parfois plutôt difficile…
Quelle épreuve pour elle. Ses grosses fesses rougissaient mais sa principale
humiliation consistait à s’exhiber ainsi sans aucune pudeur devant moi.
Elle, si mal à l’aise avec son corps, sa sexualité, se montrait, nue,
soumise, et l’idée de m’exposer sa féminité et, plus encore, ses désirs, ses
pulsions, sans aucune gêne, sans crainte de mon opinion, lui permettait
enfin de se sentir femelle. Elle ne paraissait plus, elle était, enfin !

Une fois sa punition terminée, je plongeai ma main entre ses
cuisses. Elle m’appartenait. Son corps était à moi.
C’est ce qui lui plaisait.
Elle était très excitée et je n’eu aucune difficulté à introduire deux
doigts dans son sexe. Je ne faisais preuve d’aucune tendresse, d’aucun geste
affectueux avec elle.
Je pinçai ensuite ses deux grosses mamelles. Son visage se déforma sous la
douleur. Ses tétons se durcirent. Elle avait les seins très sensibles et ce
mélange de douleur physique et d’excitation décuplait son plaisir.
Elle se mit à gémir de douleur. Je la giflai immédiatement !

-  » Tais-toi, je ne dois pas t’entendre !  »

Des larmes perlèrent sur ses joues…
Après avoir alterné pincements et mordillements, je la remerciai de ses
efforts en flattant ses seins, en léchant tendrement le bout de ses seins.
Elle gémit de nouveau. Elle était totalement excitée et ses yeux semblaient
me supplier de la faire jouir.
J’allai chercher une corde. J’enserrai ses deux seins dans celle-ci et la
nouai dans son dos. La douleur devenait beaucoup plus intense.
Lorsqu’elle me vit arriver avec plusieurs pinces à linges, elle ne put
s’empêcher de parler.

-  » Oh non, s’il te plait, non pas ça !  »

Elle connaissait la règle du jeu. Tant qu’elle ne prononcerait pas le mot
que nous avions choisi l’un et l’autre, rien ne m’empêcherait de continuer !
Je plaçai donc la première pince sur son sein. Elle commença à se
trémousser, se contorsionner et reçut une magistrale fessée en punition !
Elle réussit à rester quasiment impassible pour la seconde pince.
Je pris du recul.

-  » Tu es superbe comme cela, tu voulais souffrir te voilà servie, et ce
n’est qu’un commencement ! Ton corps m’appartient, n’oublie pas ! « .

Elle m’avait avoué souhaiter souffrir avant de pouvoir jouir. C’était bien
le cas !
Je pris le martinet.

-  » Tu n’as pas respecté le silence prévu tout à l’heure pour la première
pince. Vingt coups de martinet !  »

Elle ne put s’empêcher de se retourner et de me supplier d’arrêter.
Le premier coup la saisie ! J’attendais. Rien ne venait. Je lui rappelai
donc qu’elle devait à chaque fois compter les punitions qu’elle recevait.
Elle n’oublia pas le  » 0  » au coup suivant !
Ses fesses rougissaient. A la onzième, elle ne put s’empêcher d’interposer
ses mains entre les lanières et son fessier dodu.

-  » Dix de plus !  »

Elle se mit à pleurnicher, se contorsionna.

-  » Arrête de pleurer ! Tu as souhaité être ma soumise, tu l’as choisi. Si
tu veux être ma femelle, oublie ta douleur et je serai fier de toi !  »

Ces paroles la requinquèrent. Je ne l’entendis plus, excepté pour décompter
les nouveaux coups qui s’abattirent sur ses fesses, ses reins, son sexe, ses
jambes.
La punition infligée, je me rapprochai d’elle. Nos corps se frôlaient. Elle
sentait mon souffle dans son cou et je percevais de mon côté l’excitation
qui était la sienne, le murmure de ses gémissements, les tremblements qui
secouaient son corps.
Je lui fis face, ouvrit sa bouche et y glissa le manche du martinet.
Nos regards se croisèrent. Les paupières humides, le regard craintif,
inquiet sur la nouvelle punition que redoutait désormais son corps à chaque
instant.
J’étais fier d’elle et le lui fit comprendre dans ses quelques secondes de
complicité totale où nous pouvions, elle et moi, lire au plus profond du
corps, du désir de l’autre.
Mes ongles commencèrent à parcourir ses épaules, alternant caresses et
griffures. Je tournais autour d’elle, la proximité de nos deux corps
renforçant encore son sentiment d’impudeur. Elle était à moi et jamais elle
ne l’avait autant ressenti qu’à cet instant.
Pendant que je lui griffais lentement le dos, ma main gauche caressa ses
seins, son ventre, puis frôla son pubis pour s’arrêter plus longuement sur
ses cuisses.
Son bassin venait à la rencontre de mes doigts. Je lisais le désir dans tout
son corps.
Je la fessais et commençais, enfin, à caresser son clitoris. Elle gémit
immédiatement et laissa échapper le martinet.
L’intensité de la claque qui suivit la pétrifia. Elle fut surprise par cette
punition qui lui rappela sa condition.
Je repositionnai le martinet et pendant que je la fessais, caressai de
nouveau son clitoris, en lui ordonnant de se concentrer.

Mon index la frôlait, l’excitait, alternant les pressions plus ou moins
fortes. Je m’insinuai peu à peu dans son sexe, écartant ses grandes lèvres
sur lesquelles je m’arrêtai quelques instants.
Elle se trémoussait et tout son corps réclamait cette pénétration qui ne
venait pas. Mes doigts repartirent vers ses seins et je percevais un soupir,
mélange d’excitation et de déception.
Elle fut donc particulièrement surprise par les deux doigts que
j’introduisis dans sa chatte trempée. Deux autres les rejoignirent
immédiatement.
Elle avait un sexe plutôt large et, trempé, il facilitait la pénétration.
Mon pouce, quant à lui, continuait à caresser son bouton.
Malgré les coups qui continuaient de s’abattre sur son fessier, je percevais
la montée du plaisir la submerger très rapidement.

-  » Maître, Maître, je, je … je vais jouir !  »

Je retirai immédiatement ma main de son sexe. La frustration qu’elle
ressentit à cet instant fut plus insupportable que bien des coups reçus
depuis son arrivée chez moi…

-  » Tu connais notre accord, ton corps et ton plaisir m’appartiennent ! Je
suis le seul à pouvoir profiter sans gêne de ton corps, de ton sexe. Tu dois
me demander l’autorisation d’être une salope et d’en jouir !  »
-
Je savais que ces mots la comblaient ! Elle fantasmait sur cet abandon, sur
ce don de son corps, de sa sexualité, de son plaisir, à un homme dont les
ordres ne souffraient aucune contestation.
Je devenais le maître de son corps, de ses désirs, des fantasmes qu’elle
m’avait confiés. Aucun obstacle ne pouvait, comme dans sa vie monotone,
l’empêcher de s’accomplir, d’être enfin la femelle qu’elle avait toujours
rêvée de devenir !
Elle oubliait, enfin, son physique, l’insupportable poids du regard des
autres.
Elle s’abandonnait. Elle ne s’était jamais sentie aussi vivante, femme, que
ce jour là.
Je lui ôtai les pinces et flattai ses tétons. Elle grimaça un peu de
douleur. Son corps tremblait. Elle se sentit submergée par l’émotion et ne
put cacher de nouvelles larmes.
J’enlevai la corde et détachai ses seins, totalement cramoisis.

-  » A quatre pattes !  »

Elle s’exécuta immédiatement. J’écartai plus encore ses chevilles avec mes
pieds. La vue de son sexe m’était totalement offerte et elle le savait. Elle
devinait mon regard sur sa chatte…
Je m’accroupis. Je pouvais humer ses odeurs intimes. J’observai les poils
humides, témoins de son état d’excitation total.
J’enfouis de nouveau mes doigts dans sa chatte. Elle s’abandonnait enfin
totalement, sans aucune gêne.

-  » Oh oui !  »

Après quelques instants, elle me prévint de la proximité de son orgasme.
J’interrompis de nouveaux immédiatement mes caresses et lui fit de nouveau
face, accroupi.
Nos regards se croisèrent de nouveau. Elle baissa les yeux.
Je la fis se redresser, tout en demeurant accroupie. J’écartai ses cuisses
et lui fit croiser ses mains dans le dos. Mon index, seul, commença à
tourner sur son clitoris. Immédiatement ses gémissements reprirent. Elle se
tortillait. Elle sentit très vite qu’elle allait jouir.

-  » Oh Maître, Maître, laissez moi jouir !  »
-  » Comment ?  »
-  » S’il vous plait, Maître, Maître, laissez moi jouir !  »
-  » Tu as envie de jouir, tu aimes ça baiser et jouir ?  »
-  » Oh oui Maître, j’aime ça, j’aime baiser, je suis une salope ! Je suis
votre salope !  »
-  » Je veux t’entendre jouir, je veux lire le plaisir dans tes yeux  » lui
dis-je, en relevant son menton.

Elle s’abandonna enfin, criant son plaisir, hurlant sa féminité.
Quelle intensité, quelle complicité, quelle perversion dans son regard…
Nous étions unis, liés par cet instant de pure magie, ce moment où elle
osait, enfin, être elle-même, vivre, jouir de ce corps qu’elle n’avait pas
choisi, qu’elle tentait de renier, de modifier depuis quarante ans.
Elle se dévoilait, elle s’acceptait.

Je la laissai savourer ces instants.
Le jeu reprenait, et j’endossai de nouveau mon rôle.

- » Assieds-toi sur cette chaise, et montre-moi ta chatte !  »

De nouveau elle baissa les yeux.

-  » Tu es ma femelle, sois fier de l’être, regarde-moi !  »

Plus encore que son sexe, je voulais qu’elle dévoile son âme, ses envies,
qu’elle assume sa sexualité.

-  » Parle-moi de toi, de ton sexe. Raconte-moi tes premiers émois sexuels,
tes premiers attouchements, ta première partie de baise  »

J’étais volontairement vulgaire, je souhaitais effacer toute trace de
distinction entre elle et moi. Elle ne devait plus écouter son esprit, son
éducation, mais son corps, son sexe, son cul.
Elle me raconta sa vie sexuelle…
Après avoir pris possession de son plaisir, je prenais possession de son
histoire de vie.
Je posais les questions les plus intimes, sans aucune gêne, sur le plaisir
qu’elle parvenait parfois à glaner, sur ses difficultés à draguer les hommes
qu’elle convoitait, à supporter le regard moqueur des gens.
Elle avait compensé, très jeune, le fait que son corps ne corresponde pas
aux canons physiques habituels par une plus grande liberté de mœurs.
Mais, sa réputation la rattrapa rapidement et elle recueillit très vite les
regards inquisiteurs des autres filles. Elle fut de plus surprise un jour
très dévêtue par ses parents.
Sévèrement réprimandée, elle rentra dans le moule. Mariage insatisfaisant,
deux enfants, divorce, absence quasi totale de sexualité, masturbation
fréquente mais frustrante.

-  » Désormais, tu es une salope, une femme qui aime baiser ! Alors
montre-moi, et sois fière de ton corps, de ton cul !  » lui dis-je, en lui
tendant un gode de très belle taille, après qu’elle se soit étendue sur mon
lit.

Elle suça le gode comme je le lui avais demandé.

-  » Vas-y, sois sensuelle, abandonne-toi, flatte cette queue qui va te faire
jouir !  »
Elle s’appliqua. Elle commença ensuite à se branler, jouant avec ses petites
lèvres, me dévoilant sans aucune gêne sa chatte. Sa main droite caressait
désormais son clitoris, glissant peu à peu plusieurs doigts dans son sexe
trempé.

-  » Vas-y, baise-toi !  »
L’impudeur de la situation et la vulgarité de mes propos accentuaient
encore, si besoin était, son excitation.

Le gros gode la pénétra d’un seul trait. Elle commença à gémir. Ses doigts
accéléraient leur rythme. Elle poussa des petits cris. Elle osa me demander
l’autorisation de jouir. De nouveau, je lui intimai de croiser mon regard,
ce qui décupla son plaisir.

-  » Ne t’arrête pas, continue de te baiser !  »

Sa main droite laissa son clitoris se ressourcer mais sa main gauche
activait toujours le gode.
Et la montée du plaisir fut très rapide !

-  » Lentement, savoure, attends !  »

Je me déshabillai devant elle et commençai à mon tour à me masturber.
Quelques secondes après je la rejoignis sur le lit et m’allongeai à ses
côtés. Ma voix, les insanités que je proférai ne tardèrent pas à la faire
jouir de nouveau.
Là encore, je l’obligeai à continuer de se baiser.
Je l’obligeai ensuite à se mettre un doigt dans le cul. Je la savais vierge
de ce côté là.
L’excitation et l’anxiété se mêlaient donc, mais elle m’obéissait. Elle
continuait le jeu…
Elle se tourna comme je lui demandais. Elle me présenta de nouveau son cul.
Pendant qu’elle continuait de se branler, de se baiser, ma bite coulissa le
long de la raie de son cul. Sa respiration s’accéléra.
Mon glanda caressa l’étroit passage, puis força lentement son petit trou.
Elle se contractait mais la montée du plaisir était trop forte et reprenait
le dessus.

-  » Oh oui, encule moi, oui, défonce moi le cul !  »

Elle s’abandonna à moi dès que je l’eus entièrement pénétrée, dévoilant
totalement sa féminité. Sa croupe ondulait devant moi. Je la limai avec
vigueur, claquant mes cuisses au creux de son cul. Je malaxai ses seins dans
chaque main. Elle ballottait d’avant en arrière, secouée de spasmes et de
soubresauts. Elle s’abandonna enfin de nouveau, savourant sa nouvelle
condition, celle d’une femme jouissant de son corps, de sa sexualité.
Je jouis sur son opulente poitrine.

Françoise rencontra l’âme sœur quelques semaines après…

Je ne rencontrai pas de nouvelles complices de jeux dignes de ce nom pendant
plusieurs mois, jusqu’à Véronique, avec laquelle j’allais trouver, pendant
trois ans, une totale osmose, parvenant à nous dépasser l’un et l’autre dans
la perversité et l’amour…

Florent – florent37@wanadoo.fr

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>