La Baronne par Verdon

La Baronne par Verdon

Un jour que bourré du désir
De prendre en cul une Baronne
J’ai enfilé Madame Elvire
Qui me semblait fort polissonne
Et dont la fesse vagabonde
N’avait que faire du grand monde.
Je lui lapais le trou d’usage
Le nez dans sa boîte à péage
Pour préparer la dame bonne
A se faire prendre comme une cochonne

Assise au bord de sa couchette
Elle relevait bien ses guiboles
Pour que je lèche sa rosette
Et rigolait comme une folle
Car chatouillant sa boutonnière
Je lui faisais quelques misères.
Mais c’est alors qu’elle a pissé
Un sacré jet très épicé
Et sur mon nez éclaboussé
Je me suis pris une rincée
Du noble jus de sa vertu,
Qui cascadait entre ses fesses,
Et que j’ai bu jusqu’à l’ivresse
En lui lapant le trou du cul.

Elle jouissait la digne garce
De me faire si belle farce.
Bien que surpris par ce délire
J’ai pris pourtant bien du plaisir
A siroter la source chaude
Au goulot de son petit trou.
Hé putain lequel d’entre nous
N’aurait-il, même d’une ribaude
Su profiter de l’occasion
Pour enfiler son hallebarde
Au bon milieu de la cocarde
Qui décorait son joli fion.

Faut dire que ma bonne pisseuse
Bien qu’elle soit une précieuse,
Aimait autant qu’une roturière
Se faire prendre par le derrière.
Car grande Dame ou bien servante
Au cul ne sont pas différentes
Pour peu qu’elles aiment qu’un boute-joie
Leur fasse plaisir en cet endroit.
Et la noblesse qui se lâche
Est bien souvent bonne à la tâche
Lorsqu’en cachette de son Prince
Un bon Quidam se la décoince.

Elle m’a offert sa fleur anale
D’une façon aussi banale
Que toutes ces Dames du trou d’en face
Quand vous payez très cher la passe.
Sauf que là c’était pour la gloire
Et l’entretien de son pétoire
Qu’un mari con, même pas chochotte
Vouait à faire seulement des crottes.
Mais la bonne Dame, si bien née
Qui n’avait pas besoin de sous
Voulait avoir à son p’tit trou
Quelques plaisirs très raffinés.

Sortie toute droite de son anus
Ma pine eut droit à un bonus
Car distinguée et connaisseuse
La Dame était bonne suceuse
Qui de mon gland empanaché
De nos humeurs savoureuses,
S’est fait de gaillardes bouchées.

Le lendemain elle a eu droit
A un bouquet, ça va de soi
Tout aussi grand que nos émois.

01/07/2019

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La Baronne par Verdon

  1. Messidor dit :

    Une bonne gauloiserie truculente comme je les adore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *