Domination trans par Ginto

 

Domination trans
par Ginto


Depuis un certain temps, un fantasme me taraudait l’esprit, j’avais envie de me faire attacher et dominer mais je ne m’étais pas encore décidé sur le type de maitresse (Femme ou Transsexuel).

En naviguant un peu sur la toile et surtout sur quelques sites d’annonces de professionnels du domaine, j’ai choisit une dominatrice Transsexuel que je nommerais Maitresse C.

Dans son annonce « elle » décrivait ses gouts, ses spécialités, ses instruments et indiquait qu’elle possédait une croix de Saint-André (c’est d’ailleurs ce qui a décidé mon choix).J’ai soigneusement noté son numéro de téléphone en me disant que si j’avais un après-midi de libre je pourrais aller rencontrer cette Maitresse.

Et donc récemment, il y a environ 2 semaines, alors que j’étais sur le chemin pour un rendez-vous avec un client pour le boulot, celui-ci vint à s’annuler. Du coup je me suis dit que par cette magnifique et chaude après-midi d’aout, il était bien dommage de retourner à mon bureau et j’avais un fort désir de découvrir cette expérience de domination. Je téléphonais donc à Maitresse C pour connaitre son adresse et ses disponibilités. Par chance elle était justement disponible, nous priment rendez-vous pour une heure plus tard. N’étant pas très loin de chez elle, je me suis installé à une terrasse de café l’histoire de prendre un petit rafraîchissement et d’en profiter pour regarder passer le gens (j’adore faire cela).

Trois quart d’heures se sont écoulés, je décide donc de partir vers le domicile de Maîtresse C, je lui téléphone en arrivant au bas de son immeuble afin d’avoir le code d’entrée et de connaitre son étage. Une fois dans l’ascenseur, je commençais à ressentir une légère angoisse, qu’allait elle me faire ? Vais-je avoir mal ? Et surtout est ce que ça va me plaire ?

Je me suis dis qu’il était trop tard, je le désirais ce fantasme, allez en avant….

J’ouvris la porte de l’ascenseur, sur le palier, une porte s’entrebâillât, j’entrais. La pièce était plongé dans une semi obscurité, les volets clos, deux trois bougies pas ci, une petite lampe dans un coin, un lit, un canapé et cette fameuse croix. Maîtresse C était grande, vêtue de grandes cuissardes noires en vinyle, un bustier noir sur lequel tombait sa grande chevelure rousse et un string noir, Après lui avoir réglé « son petit cadeau », elle me demanda, mon prénom, ce que je connaissais sur la domination et surtout si je l’avais déjà pratiqué. Je lui indiquai que c’était la première fois et que ne souhaitais pas repartir de chez elle avec de nombreuses traces (et oui je suis marié).

Elle m’ordonna sèchement de me mettre nu, ce que je fis immédiatement, elle me fit mettre à genoux et m’entoura le cou d’un collier en cuir attaché à une laisse. Ensuite, elle me dit de me mettre à quatre pattes et alla s’asseoir sur lit en me tirant par la laisse. Elle m’ordonna de lui lécher ses cuissardes des pieds jusqu’aux cuisses en me fouettant légèrement le dos et les fesses. Elle se leva du lit, en tirant sur la laisse me dit de me mettre à genou, pris ma tête entre mains, approcha son visage du mien et me dit

« Tu vas bien me sucer petite salope »

Elle se pencha encore pour branler ma queue qui était déjà bien dure.

Elle se releva, écarta son string pour en sortir une longue queue épaisse, d’une main elle reprit ma tête et de l’autre elle tenait sa queue et me dis

« Allez, suce salope ».

J’ouvris la bouche pour prendre cette colonne de chair et commença à la sucer, plus je la suçais plus elle grossissait. Par moment elle tenait la tête et me l’enfonçais profondément, ce qui me provoquait des haut-le-cœur.

Ensuite elle s’est à moitié couchée sur le lit, jambes écartées, m’a fait monter puis en tirant sur la laisse m’a guidé vers son sexe pour que je le reprenne en bouche. Je me trouvais a quatre pattes et d’une main elle tenait fermement la laisse et de l’autre m’assénais quelque coups de fouet sur le dos et les fesses. Elle s’enfonçait au plus profonds de ma gorge, j’avais du mal à avaler cette grosse queue trempée de salive (je crois même ne jamais avoir salivé autant).

Au bout d’un moment elle me releva ma tête, me regarda droit dans les yeux et me dit

« Tu es une belle salope qui suce bien, maintenant on va voir la suite »,

Elle me dit de me mettre debout, à coté du lit, elle vint s’asseoir devant moi, me pinça les tétons, puis avec le manche du fouet me caressais le sexe qui était toujours bandé.

Elle passa un doigt sur le bout de mon gland pour essuyer le liquide séminal qui y perlait et me mit le doigt dans la bouche pour le lécher. Elle se baissa, lécha mon gland puis prit mon sexe dans sa bouche pour me sucer un peu.

Elle me dit de me retourner pour voir mes fesses, elle les caressa doucement avant de les fesser avec ses mains (ce n’est pas douloureux, mais ça surprend) ensuite elle reprit le fouet et alternais entre une claque sur les fesses avec la main et un coup de fouet. Elle écarta légèrement mes fesses afin de promener un doigt sur mon anus, puis elle me demanda de me courber en avant, avec ses deux mains elle écarta mes fesses au maximum et je sentis quelques coups de langue. Elle tenait toujours mes fesses écartées et y cracha, ensuite j’ai senti un doigt me pénétrer, ressortir, rentrer et cela plusieurs fois.

Elle se releva et rapprochant sa bouche de mon oreille me dit

« J’aime beaucoup ton cul et je suis sur que j’y serais bien ».

…puis se colla à mon dos en se frottant, je sentais son sexe se promener dans ma raie, elle prit mon sexe en main et fit quelque va et vient afin d’en garder sa dureté, puis me caressa les couilles d’abord délicatement, puis en les pressant dans le creux de sa main (sensation douloureuse sur le coup, surtout effet de surprise), reprit ma queue et refit quelques va-et-vient.

Tout en me tirant par le sexe, elle m’emmena devant la croix, me fit mettre à quatre pattes, le visage collé au sol et le cul bien en l’air. Elle me donna quelques coups de fouet sur le dos, puis les fesses et pour finir sur les cuisses et les mollets.

Soudain je senti quelques gouttes tomber sur mes fesses, quelque chose de brulant, c’était de la cire de bougie, étonnement, ça ne brule pas la peau, ça chauffe et ça surprend. Elle me redonna quelques coups de fouet et recommença à me verser de la cire sur les fesses, les cuisses et les mollets.

Elle me dit de me relever et de me mettre face à la croix. Elle me prit le bras gauche et me l’attacha sur la croix, puis me prit le bras droit et fit de même, je me retrouvais avec les deux bras en l’air, je ne pouvais plus fuir ou me débattre, ce qui me provoqua encore plus d’excitation. Ensuite elle me posa un bandeau noir sur les yeux en me couvrant aussi les oreilles, c’est à cet instant que je me suis réellement sentit comme un objet à sa disposition.

Elle me caressa les fesses, remonta sur les hanches, les cotes, pour arriver sur mes tétons et les pinça, un frisson me parcouru tous le corps, j’avais la chair de poule mais bandais toujours fortement. Puis ses mains descendirent vers mon ventre, puis ma queue, elle me masturba un peu, puis, plus rien, je ne sentais plus sa présence derrière moi.

J’essayais de tendre l’oreille mais le bandeau m’empêchais de d’entendre ce qui pouvait se tramer, angoisse et excitation en même temps. D’un seul coup, elle me fouetta les fesses, je fus tellement surpris que je me mis sur la pointe des pieds, elle continua de me fouetter ainsi une bonne dizaine de fois, puis me caressa les fesses avec ses mains avant de me fesser avec le plat de la main, elle me caressa à nouveau les fesses et plus rien, plus de contact. D’un seul coup je sentis sa langue sur mon téton droit, puis me le suça et me le mordit, elle fit de même avec le téton gauche, puis me posa une pince avec une chaîne sur les deux tétons, une douleur vive et très particulière m’envahi. Elle se remit à me fouetter les fesses encore une bonne dizaine de fois, puis vint tirer sur les chaînes accrochées à mes tétons et me fouetta à nouveau les fesses.

Puis plus rien pendant quelques secondes ou peut être plusieurs minutes (difficile à dire …), elle me fit écarter les jambes et me demanda de me cambrer afin de bien mettre mon cul en arrière (pas très simple avec les bras en l’air et attaché a la croix).

Elle écarta mes fesses et me lécha l’anus pendant qu’une de ses mains me branlait, puis cessa de me branler pour tirer sur les chaines attachées à mes tétons, ce qui m’obligea à me cambrer encore plus. Elle cessa de lécher l’anus, mais continuait à tirer sur les chaînes en m’insultant et disait « que j’étais qu’une petite salope qui allait se faire défoncer ». Elle me donna une claque sur les fesses et s’éloigna de moi (comme j’avais toujours le bandeau sur les yeux, je ne savais pas ce qu’elle pouvait bien faire), j’en profitais pour me redresser un peu. Puis je l’entendis revenir, elle tira à nouveau sur les chaines afin que je me cambre et en me disant :

«Je ne t’ai pas dis de te redresser petite salope ».

Soudain, je sentis quelque chose de froid se répandre sur mon anus, son doigt me massait mon œillet puis y pénétra doucement, ressorti, puis re-rentra, plusieurs fois de suite, elle me remit du gel, je sentis deux doigts me pénétrer, me masser, puis trois, puis plus rien. D’un seul coup, elle tira sur les chaînes, mes tétons me faisaient mal, elle continua à tirer sur les chaînes et me disait

« Mets ton cul en arrière »,

Je sentis quelque chose qui venait d’abord effleurer mon anus, puis qui cherchait à rentrer, je ne savais pas encore ce qui cherchait à me pénétrer, en tous les cas c’était plus gros que son doigt.

Elle me dit à l’oreille

« Je vais te dilater ton p’tit cul avec ce Plug, comme ça je pourrais mieux te défoncer avec ma grosse queue ».

Elle tira à nouveau sur les chaînes et fit pénétrer la totalité du Plug dans mon cul, j’avais les tétons broyés et le cul en feu. Elle lâcha les chaînes, fit quelques va-et-vient avec le Plug, de son autre main elle prit ma queue pour la branler en cadence. J’avais la queue bandée au maximum et le cul qui me brulait toujours, puis elle lâcha ma queue pour serrer mes testicules dans sa main, je sentit même un coup de langue sur ma joue, elle enfonçât le Plug au plus profond de mon cul et me lâcha les testicules.

Je me sentais totalement souillé, à sa merci, impuissant de toute action. La douleur de Plug commençait à s’estomper, elle me retira les pinces des tétons et me les lécha doucement.

Soudain, je sentis le Plug grossir progressivement, puis, diminuer, en fait elle tenait dans sa main une poire qui lui permettait de le gonfler ou le dégonfler. Elle recommença à la gonfler, dégonfler encore et encore. Puis elle le laissa complètement gonfler, j’avais l’impression d’être déchiré de l’intérieur, elle prit ma queue dans sa main pour me masturber (je bandais comme un fou), elle lâchât ma queue et déclencha le moteur du Plug. Les vibrations calmaient la douleur, ça devenait même très agréable, elle dégonfla le Plug en le laissant toujours vibrer au plus profond de mon cul, puis le regonfla complètement, les vibrations répercutaient jusque dans mes testicules, je commençais à avoir très mal à ma queue à force de bander comme ça, mais je prenais vraiment beaucoup de plaisir. Avec les vibrations, je n’avais plus mal au cul et j’avais l’impression que j’allais éjaculer tout le foutre que contenais mes couilles.

Elle dégonfla le Plug, arrêta les vibrations et le sorti de mon cul. La douleur de mon anus réapparue, je devais avoir le trou complètement dilaté, pour calmer un peu cette douleur, elle me remit du gel lubrifiant, en me doigtant avec trois doigts. Je sentis son souffle chaud contre mon oreille, toujours avec ses doigts dans mon cul, elle me dit

« Maintenant que ton cul est bien ouvert, je vais te l’éclater encore plus avec ma grosse queue, j’adore défoncer les p’tites putes comme toi ».

Elle me détacha de la croix puis me retira le bandeau que j’avais sur les yeux, me fit mettre a quatre pattes et me dit de la suivre, elle s’assit sur le lit, prit sa grosse queue dans sa main et me dit

« Suce ma bien ma belle salope, c’est ce qui va te défoncer ton p’tit cul ».

J’ouvris la bouche en grand pour accueillir sa grosse queue, je la léchais dans tous les sens, l’aspirais à fond, c’était vrai qu’elle avait une très grosse queue (elle me dit par la suite 23 cm).

En fait à ce moment la, j’étais tellement excité par ce qui s’était passé avant que je n’avais qu’une envie, c’était de me faire prendre par cette grosse et magnifique bite.

Elle me dit de monter sur le lit et de me mettre à quatre pattes face contre le lit et le cul bien en l’air, elle se leva m’asséna quelque coups de fouet sur le cul, l’histoire de ne pas oublier qui commande.

Je sentis à nouveau du gel sur mon anus (qui entre parenthèses n’avais pas du beaucoup se refermer) , elle me mis à nouveau au moins trois doigt pour bien faire rentrer le gel, je me sentais à nouveau complètement humilié, le cul en l’air, pénétré par quelqu’un que je ne connaissais pas, mais bon, quelque part je l’avais cherché…

Elle me mit quelques claques sur les fesses pour me remettre en condition et me dit à haute voix :

« C’est le moment que je préfère, avoir un beau p’tit cul pour y fourrer ma grosse queue »

Ensuite, je sentis son gland glisser sur mon anus, puis elle tapotait son gland sur mon cul, comme pour me fouetter avec.

Puis, elle prit sa queue dans sa main et me l’enfonça au plus profond de moi (j’étais plus que dilaté, car elle est rentrée sans mal). Je sentais cette grosse queue me labourer le cul et je trouvais ça bon, j’étais même étonné de ne pas avoir mal, je dirais même dire que j’aimais quand elle était au fond de mon cul et que je sentais ses couilles venant percuter les miennes et que sa grosse queue entrait au plus profond de mon fondement.

Elle a du me bourrer le cul pendant au moins un quart d’heure, et plus ça allais, plus je sentais sa queue qui grossissait dans mon cul et plus je prenais du plaisir, j’avais l’impression qu’a chaque fois qu’elle me pénétrait j’allais jouir, « j’avais vraiment l’impression qu’à chaque coup de sa queue j’allais éjaculer », et pourtant je voyais ma bite toute petite, car je ne bandais plus, mais je ressentais un plaisir que je ne connaissais pas, j’étais en train de découvrir une jouissance totalement différent de l’éjaculation classique.

J’étais presque dans un état de transe, ou je lui disais

« Vas y, défonce moi, c’est trop bon », et plus elle me « cassait » le cul, meilleur s’était et pourtant je na bandais plus.

C’était la première fois que je me faisais prendre aussi vigoureusement les fesses et j’aimais ça. Plus elle me bourrait le cul, plus je lui disais d’y aller encore plus et plus fort, je sentais en moi la jouissance venir, jusqu’au moment ou j’éjaculais « sans même bander », je voyais un filet de sperme sortir de ma bite et être totalement comblé, c’était un plaisir que je n’avais jamais connu avant. Je n’avais jamais éjaculé sans bander, je dirais que du bonheur. Puis elle se retira de mon cul, enleva son préservatif et mit sa queue dans ma bouche, je me retournai pour m’asseoir sur le lit et me mis à la sucer rapidement, j’avais envi e de la voir jouir, je l’ai sucée et branlée jusqu’à qu’elle me jouisse dans la bouche et sur ma poitrine et me sexe, qui lui par contre avais repris un forme honorable. Du coup, elle vit que je bandais à nouveau, elle me prit en bouche et me suça jusqu’à ce que j’éjacule dans sa bouche. Ensuite nous avons pris un douche ensemble, mais nous avons été très sages…

Je suis parti de chez elle, le cul encore bien dilaté et heureux et je pense que je vais aller la revoir, c’était trop bon…

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Domination trans par Ginto

  1. krouchev dit :

    Trop factuel

  2. Baruchel dit :

    L’écriture est maladroite et c’est plus un compte-rendu de séance qu’une véritable histoire, mais ça reste un peu excitant si on est sensible au thème

  3. amidou dit :

    J’aurais bien aimé être à la place du narrateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>