Brocéliande insolite par Serge Virinoviev

Brocéliande insolite par Serge Virinoviev

Brocéliande insolite

Au château imaginaire surgi tel un mirage
En cette nuit hors du temps j’ai été invité,
Moi le gueux bien vivant avide de lubricité
A participer à une fête médiévale peu sage.

Gloire soit donc rendue à l’enchanteur Merlin,
Au roi Arthur et à son épouse Guenièvre,
Pour ce raout insensé suscitant une fièvre
Que nul scribe ne couchera sur papier vélin.

Les vaillants chevaliers courtois et raffinés
Râlant de plaisir en forêt de Brociélande
Sont agités et il n’en est aucun qui ne bande,
A forniquer tous en cœur bien déterminés.

Les fées malicieuses ne sont pas en reste
S’offrant volontiers à tous ces fiers gaillards
Levant leurs glaives et exhibant leurs dards,
Emoussées elles aussi de façon manifeste.

Autour des Chevaliers de la Table Ronde
Chacun baise qui veut, comme il le veut,
Devant le monarque qui point ne s’émeut
Ayant banni stoïcien les âmes pudibondes.

Atour de la forêt de Paimpont l’on dort
Et pas un breton lambda ne peut se douter
Que près d’ici ses aïeux aiment à se tripoter,
Hormis moi de ce monde au premier abord.

Les Korrigans furent chargés des ripailles,
Des sangliers, des chapons en abondance,
Les convives purent s’empiffrer à outrance
Vautrés par terre ou avachis sur la paille.

Lancelot sodomisa hardiment la Fée Viviane,
La Dame du Lac qui jeune l’enleva et l’éleva,
Pour lui sa longue robe brodée elle releva
Ouvrant ses fesses, le rêve d’une nymphomane.

Les Fées du Pays Gallo de Sapho nostalgiques
Se lutinèrent leurs jolies chattes enflammées,
De leurs bourgeons de chair durcis affamées
Elles chérirent Lesbos en Pays d’Armorique.

Au pied du donjon j’ai vu Gauvain et Perceval
Nus tous deux se chevauchant en levrette,
Observés par les Fées des Houles guillerettes
Pour qui deux mâles s’enculant était un régal.

Les épiant elles se masturbèrent à l’unisson
Tout comme se branla la douce Fée Mélusine
Venue aux confins des Monts d’Arrée en voisine
Chercher l’ivresse et se repaître de frissons.

De Morgane je dois vous parler également,
La demi-sœur du roi jalouse de son épouse,
Ravie de s’être intégrée dans cette partouze,
A l’affût d’une bite pour la sucer goulûment.

Ce n’est pas là de la littérature arthurienne,
Nous sommes bien loin de la Quête du Graal
Et si cet épisode peut vous sembler immoral
Qu’importe ma plume n’étant pas cartésienne.

Serge Virinoviev

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Brocéliande insolite par Serge Virinoviev

  1. asiabelle dit :

    Il est bien joli ton poème, m’sieu !

  2. filochar dit :

    Bien tourné, bien trouvé et plein de petites choses qu’on aime bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>