Dossier masturbation par Eddy et Hélèna Sevigsky

Je continue de penser que la masturbation est l’un des meilleurs passe-temps possibles (Jamie-Lee Curtis)

Le dossier étant assez long, nous avons créé trois pages : l’une pour les généralités, une pour les techniques masculines et une autre composée par Hélèna pour les techniques féminines.

Un peu d’étymologie pour commencer. Le mot masturbation vient des mots latins manus et turbare, ce qui signifie : Mettre en mouvement avec la main… Et non pas du latin sturbare qui voudrait dire « souiller avec la main ! », comme le prétendent quelques cornichons qui feraient mieux de revoir leur latin ! Cela dit, même si ces derniers avaient raison, cela ne changerait rien au problème et ne nous empêcherait nullement de nous donner du plaisir… avec la main !

La masturbation peut être solitaire, collective ou réciproque. Nous parlerons surtout de la solitaire et nous contenterons d’évoquer les autres

Le contexte psycho sociologique :
Il y a grosso modo quatre attitudes envers la masturbation :

Le refus doctrinal (souvent religieux) : Passons, mais toutefois à l’intention de ceux qui s’imaginent que certains combats sont maintenant gagnés, lisez l’encadré de fin d’article… qui a de quoi réveiller notre anticléricalisme latent !

Le refus « culturel » : conséquence du matraquage séculaire du premier. On va trouver des tas de bonnes raisons pour ne pas le faire, et au-delà de l’humoristique :  » ça rend sourd,  » on va avoir :  » Ça rend impuissant « ,  » ça rend homosexuel « ,  » ça détruit la moëlle épinière « ,  » ça rend fou… « . Passons ! De toute façon cette attitude devient de plus en plus anecdotique

Le refus « structuro-familial » beaucoup plus pervers, et beaucoup plus répandu qu’on pourrait le penser ! Le raisonnement est en gros le suivant : il est admissible voir normal qu’un jeune se masturbe, mais une fois en couple cela n’a plus de raison d’être !

Il faudrait qu’on nous explique la philosophie de ce genre d’attitude ! Car enfin, il est tout à fait toléré de se faire parfois un petit plaisir tout seul, soit en s’achetant quelque chose de bon à manger, soit en s’achetant une fringue ou un objet ou tout ce que vous voudrez. Alors pourquoi l’auto-plaisir deviendrait-il d’un coup non admissible en se voulant sexuel ????
Quant au mépris qu’ont certaines personnes pour les masturbations adultes (n’oublions pas que le terme de branleur reste une insulte) il est lui-même méprisable (très beauf, voir macho)

La quatrième attitude dira simplement que la masturbation est une activité sexuelle parmi d’autres. Ce sera évidemment la nôtre !

Techniques de masturbation masculine et Techniques de masturbation féminine (il est conseillé de lire d’abord ces deux chapitres techniques avant de lire la suite de cet article)

La masturbation collective:
A ne pas confondre avec la masturbation réciproque (mais la masturbation collective peut devenir réciproque…)

En théorie elle peut être hétéro ou homo, chacun se branle sans toucher à l’autre mais les coups d’œils réciproques sont les bienvenus. En pratique elle est surtout masculine dans certains cinémas, salles vidéo, saunas, etc.…
Par contre elle peut être hétéro dans certaines autres relations liées aux technologies modernes (téléphone, webcam…)

A ce propos, sur les sites de chats on peut faire de la cyber branlette et il n’est pas si difficile que ça -contrairement à quelques idées reçues- de trouver un partenaire du sexe de son choix. C’est assez amusant et on peut le faire avec ou sans vidcam !
En fait, il suffit de chercher et notre patience est toujours récompensée. Par contre pas la peine d’avoir recours à des sites d’entraîneuses qui vont nous faire payer une prestation médiocre la peau des fesses.

La masturbation réciproque
L’un masturbe l’autre : ce peut être une suite logique mais non obligatoire de ce qui précède ! Nous n’épiloguerons pas, tous les conseils techniques décrits plus haut vont évidemment s’appliquer ici.

A noter que l’inter masturbation est une façon très judicieuse de gérer les pannes dans un couple ! Mais voilà : à l’aube du 21ème siècle, certains en cas d’échec préfèrent se retourner de l’autre côté du lit et de mettre à ronfler plutôt que d’envisager une saine et amusante branlette à deux ! Comme vous le voyez, tous les problèmes ne sont pas réglés encore aujourd’hui !

Pour certains auteurs, notamment anglo-saxons, lorsque c’est réciproque ce ne serait plus de la masturbation. Alors ils ont inventé un nouveau mot : le « petting ». Vraiment n’importe quoi !!!

Il faut en fait considérer que la masturbation fait partie des jeux érotiques et qu’elle doit pouvoir s’intégrer sans problème à vos pratiques érotiques à deux.

Nous ne nous attarderons pas trop. Peut-être ferons-nous un jour un dossier complet sur la masturbation réciproque, ? Sachez donc que les techniques manuelles sont quasiment les mêmes que pour la solitaire et que s’y assimilent :

La branlette espagnole (ou cravate de notaire) masturbation du pénis entre les seins

La branlette grecque, dont on parle assez peu mais qui se pratique (masturbation du pénis entre les globes fessiers) mais sans pénétration

La branlette italienne, surtout pratiqué par les couples gays (masturbation entre les cuisses du partenaire, le plus près possible de la fourche, on fait ça face à face ou l’un derrière l’autre). Synonyme: coït intercrural.

La branlette thaïlandaise, pratiquée avec les pieds et extrêmement prisée des fétichistes de cette partie du corps

Les tribades (ou la double fourche, ou le casse noisette) qui n’est qu’une façon parmi d’autres permettant à deux femmes de se frotter mutuellement leur sexe l’un contre l’autre.

Par contre ne s’y assimilent pas ce que techniquement on appelle pompeusement les pratiques bucco-génitales, en fait le bon vieux « 69 « . Les fellations et autres cunnilingus (la « pipe » et le « broute-minou » pour ceux que les termes techniques agacent). Car on rentre là dans les rapports sexuels proprement (oui, oui !) dits et on déborde du sujet.

 

Conclusions
La masturbation est une pratique sexuelle courante. La lier de façon systématique à un dérèglement ou à une frustration n’a aucune base valable.

La masturbation permet de mieux connaître notre corps, y compris d’en découvrir des zones insoupçonnées. A ce titre la masturbation peut être considérée comme un « investissement plaisir » pour la suite de la vie.

La masturbation est une thérapie anti stress tout à fait efficace (et en plus c’est bon pour la circulation du sang et pour le teint de la peau)

Les personnes qui se masturbent ont une vie sexuelle plus remplie, plus active, et pendant plus longtemps. (Rapport Kinsey )

 

Bonne branlette !

 

____________________________


Annexe pas drôle
Relevé sur un site chrétien, ce texte est rigoureusement authentique. Nous avons juste enlevé ce qui paraissait redondant. Il s’agit donc d’une femme qui pose une question à un prêtre

 


 

LA MASTURBATION EST-ELLE TOUJOURS DÉFENDUE?

Question de la dame

C’est un sujet démodé et délicat… Lorsque j’étais adolescente, la masturbation était un péché mortel dont il fallait se confesser. Je ne commettais pas cette faute, mais j’avais très peur et j’avais des battements de cœur quand j’entrais au confessionnal. Notre curé était un épouvantail.

Lorsque le mari a quitté le foyer, est-ce que la jeune femme délaissée, qui ne veut pas sortir avec d’autres hommes, est en santé et a quelquefois des désirs sexuels normaux, peut parfois se masturber sans être obligée de confesser cet acte intime et personnel qui ne dérange ni ne scandalise personne? Je me dis que c’est son corps.

De même une femme dont le mari n’a pas de santé et qui ne la touche pas depuis des années. Je sais que beaucoup de femmes se posent la question sans oser en parler, par pudeur.

Réponse du cureton :

Je préférerais ne pas devoir répondre à de telles questions. Je connais la doctrine, mais je connais aussi les problèmes concrets d’hommes et de femmes. Je ne veux pas fausser les consciences. Je ne veux pas, non plus, culpabiliser les personnes scrupuleuses ou délicates. Toutefois, je réponds à votre question, car elle m’est souvent posée.

Dès l’abord, je signale la bonne volonté de ces personnes qui évitent une faute beaucoup plus grave, celle de l’adultère.

La masturbation, quel que soit notre état de vie, demeure en soi un désordre et, disons-le, un péché. L’Eglise a cru bon de le rappeler. Il faut réagir contre la publicité qui ne voit dans l’acte masturbatoire qu’un geste anodin et naturel.

Notre corps nous appartient-il? N’appartient-il pas plutôt à Dieu? Certains actes secrets peuvent ne scandaliser personne, mais ils peuvent offenser Dieu. Il y a des fautes contre le prochain, contre soi-même et des fautes contre Dieu.

Certaines circonstances atténuent la gravité de la faute. Ainsi, une habitude mauvaise prévient jusqu’à un certain point ou totalement la liberté de la volonté. Une habitude mauvaise, créée par une répétition d’actes, se remplace par une bonne habitude, créée par des victoires sur la tentation.

Même si la faute en soi est dite sérieuse, rappelons-nous qu’il faut connaissance suffisante et plein consentement de la volonté pour qu’il y ait faute grave. Tel n’est pas toujours le cas.

En évitant ce qui nourrit les tentations, les lectures érotiques et les films pornographiques, ayez une approche positive, sans dramatiser. Aimez le Seigneur, et priez-le. Priez aussi Marie, la toute-pure. Approchez-vous des sacrements. Dévouez-vous pour le prochain. Que votre vie soit équilibrée ! Ayez la maîtrise de vous-même, dans une certaine ascèse. Tenez-vous occupée, car « l’oisiveté est la mère de tous les vices ». La ferveur de votre vie chrétienne vous éloignera de cette tendance sensuelle facilement égoïste. Le sexe n’a pas été créé dans ce but. Soyez ferme devant la tentation, mais calme. Vivez joyeusement votre vie d’enfant de Dieu.

 


 

On reste confondu ! D’une part l’hypocrisie genre je préférerais ne pas devoir répondre mais je réponds quand même… mais surtout l’argumentation : on ne se masturbe pas parce qu’on offense Dieu ! Le pauvre chéri ! Je le trouve bien délicat ! S’il n’y avait vraiment dans le monde que des branlettes pour l’offenser, la vie serait sans doute meilleure sur terre !

L’anticléricalisme n’est plus a la mode, nous dit-on, j’ai bien envie de la relancer la mode quand je lis des conneries pareilles… Et puis puisqu’il faut tout préciser, en la matière, il n’y a pas que le pape pour mettre la masturbation à l’index (hi ! hi !) et ne même pas savoir de quoi on parle. Amen ! Je n’ai pour ma part aucun conseil à recevoir d’ignares qui ont mis 400 ans à reconnaître que la terre était ronde !

© vassilia.net, Hélèna Sevigsky et Edvard Stokien 2002 -
nous remercions Frédérique pour ses corrections et suggestions
Vous pouvez bien entendu, réagir sur ce texte, contributions, trucs et astuces, témoignages, histoires, images etc… il y a un forum pour cela…

Ce contenu a été publié dans Documentation, masturbation, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Dossier masturbation par Eddy et Hélèna Sevigsky

  1. Garyzen dit :

    La réponse du curé, bel exemple de jésuitisme est à pisser dans son froc !

  2. PeterPan dit :

    Instructif ! on croit tout connaitre, hé bien non !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>