Plus queue… par Verdon

Plus queue… par Verdon

Plus queue…

Plus que son petit air de nature soumise,
Plus que ses lèvres épaisses grisées de gourmandises
Plus que l’effronterie de ses tétons pointus
Posés sur ses nichons durs comme des obus
Plus que sa croupe lisse fendue avec malice
Pour que des braves gars y glissent leur pénis,
Plus que ce délicieux petit bouton marbré
Que tant d’autres ont déjà abondamment sabré…
Ce qu’elle a de plus beau, c’est cette Chose en plus
Ce joyau, ce trésor, ce diable de phallus
Ce nœud de chairs vives qui dans son entrecuisses
La rend plus désirable que ne le fut Narcisse,
Donnant aux amoureux ce choix phénoménal
D’ajouter à la Femme, l’aisance d’être mâle
Offrant vice-versa ces joies alternatives
Si douces à pratiquer de façon impulsive.
La beauté du matos qui pend dessous son ventre
Provoque dans la bouche cette envie qu’il y entre
Car guimauve ou flamberge, qu’il soit mou ou qu’il bande
Il est là pour offrir le meilleur de ses glandes !

Mais la Belle peut s’attendre à n’être pas déçue
Quand des pines bandées s’emparant de son cul
Lui feront ressentir ces joies qui lui sont dues
Femelle consentante ou mec confondu
Privilégiant l’endroit pour être bien repu

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>