Laura Soif par Jean-Sébastien Tiroir

Laura est une grande femme d’une trentaine d’année, elle a de magnifiques yeux bleus, ses cheveux châtains d’où émergent quelques rares mèches blondes sont maintenus sur le haut de la tête en une coiffure très moderne. Elle arbore un sourire conquérant. Ceux qui la connaissent, ne s’y frottent pas, ils savent sa réputation de nymphomane, mais savent aussi que c’est elle qui choisit. Grande amateur d’art moderne, il lui arrive souvent d’être conviée à des vernissages. Ce soir Machisko expose ses œuvres, des machins incompréhensibles dans un dégradé de vieux rose. Elle s’ennuie. Elle est vêtue ce soir d’un tailleur bleu foncé légèrement rayé de blanc. La coupe croisée en est très stricte. Les amateurs de décolletés en seront pour leurs frais.

Elle s’en est draguée deux, ce genre de situation l’excite. L’un s’appelle Kurt, c’est un allemand très décontracté, genre sportif aux cheveux court L’autre est Arnaud, type beaucoup plus réservé, la peau un peu mate et ses longs cheveux très bruns sont attachés avec un catogan.

C’est ce dernier qui essaie de faire la conversation, il est évidemment question de Machisko !

- Un fumiste, l’art moderne en est inondé !

Le ton est péremptoire, Arnaud se tait

A peine entrée chez-elle, elle attaque, pas de préliminaire, pas de petit verre, pas de musique douce, on ne s’assoit même pas ! Laura a déboutonné deux boutons de sa veste de tailleur et en écarte les pans toisant Arnaud ! Ce dernier ne comprend pas où est passé le chemisier, il y en avait tout simplement pas, il a une superbe vue à présent sur un magnifique soutien gorge en soie bleue dont la partie supérieure s’orne de fine dentelle noire. Aucun des hommes ne prend d’initiative, subjugués par le charisme de leur hôtesse. Laura retourne la partie dentelée du soutif afin de libérer ses mamelons déjà érigés Elle laisse choir ensuite sa jupe de tailleur sous laquelle ne logeait aucune culotte, et elle se penche en avant et tandis que Kurt lui pelote son magnifique petit cul superbement cambré, elle a déjà dégrafé la ceinture d’Arnaud, lui faisant glisser caleçon et pantalon, et attaque avec la bouche sa bite déjà bien bandée.

- Elle est courte mais elle est bonne ! Diras-t-elle un peu plus tard.

Elle s’assied à présent sur le canapé. Kurt a à son tour libéré sa longue bite. Laura s’en empare et esquisse quelques mouvements de masturbation, mais c’est celle d’Arnaud qu’elle garde en bouche, lui astiquant les couilles de son autre main. Cette autre main sera bientôt attirée par son propre sexe qui dégouline de mouille. Elle n’en peut plus, elle veut jouir comme une folle. Elle change de bite et suce maintenant celle de Kurt, demandant à Arnaud de venir la prendre, ce qu’il s’empresse de faire.

Mais présentement elle préfère sucer Arnaud que Kurt et demande aux deux hommes d’intervertir leur position, elle se met en position chevauchante sur Kurt et recommence sa fellation sur Arnaud. Ce n’est pas une  » avaleuse de bite « , elle à la mâchoire plutôt petite, elle préfère travailler le gland.

- C’est ce qu’il y a de meilleur à sucer !

Elle s’amuse à le mordiller, faisant sursauter son propriétaire. Elle change de position et demande à Kurt de se placer sur le côté  » en paresseuse « , puis en levrette couchée, sa fellation sur la bite d’Arnaud ne faiblit pas, elle la déguste, elle se régale, elle se goinfre ! Sa main astique son clito. D’un coup elle n’est plus là, elle ne sait plus où elle est partie ! Elle se tétanise soudain et elle pousse un hurlement de jouissance, puis son corps est atteint d’impressionnants soubresauts tandis que ses cuisses dégoulinent de mouille. Elle a joui, pas les mecs ! Elle se reprend assez vite.

- J’ai soif ! Donnez-moi à boire !

Déjà Kurt se précipite vers la cuisine, mais Laura à une autre idée en tête, elle demande à Arnaud de venir avec elle dans la salle de bain. Elle retire à présent son soutien gorge, mais elle garde son porte-jarretelles assorti et ses bas. Kurt les rejoints avec trois bières et un décapsuleur.

- Pose ça là ! Pour l’instant, vous allez me pisser dessus !

Elle dit cela avec un air si malicieux, une si belle coquinerie affichée dans le visage, que Kurt n’hésite même pas et tandis que la femme s’est accroupie, il lui dirige son jet de pipi sur sa belle poitrine.

- Je t’ai dis que j’avais soif ! Connard !

On ne lui dit pas deux fois à Kurt, et il réoriente le jet vers la bouche ouverte de Laura. Arnaud a plus de mal à démarrer, il se demande où il a mis les pieds mais il n’ose plus reculer, quelques gouttes finissent par émerger de son gland. Laura s’en empare afin de les laper à la source, décidément elle à une grosse préférence pour la bite à Arnaud. Elle revient au jet de Kurt qui lui ne tarit pas, elle en avale une goulée et pendant ce temps serre les dents, faisant dégouliner le trop plein sur son corps, une fois, la bouché avalée, elle desserre les dents et s’applique à recevoir le jet directement au fond de son gosier.

Il fallait bien qu’à un moment le jet de Kurt se tarisse. Alors elle le suce, lui mordille le gland. Arnaud, lui, semble avoir repris des ressources et libère un long jet. Laura se retourne et lui présente ses fesses

- Vas-y ! Fout-m’en partout !

Son cul et ses cuisses sont trempés. Elle se retourne !

- Les seins maintenant !
Il l’arrose

- Je veux encore en boire !

Son urine a été longue à venir mais dorénavant il n’arrête plus, il lui vise la bouche, ça dégouline de partout tellement le flot est abondant. Kurt en remet de son côté une petite lampée. Laura a maintenant saisi la bite d’Arnaud et s’en servant comme d’une douchette dirige le jet vers toutes les parties de son corps. Kurt se branle. Laura a pitié de lui et lui léchouille le gland. Arnaud s’aventure du coté de la chatte.

- Tu as aussi t’as soif ?

Il a un mouvement de recul.

- Tu as déjà essayé ?
- Non !
- Ben alors qu’est que tu attends ?

Son excitation ne prête pas à la réflexion, il lèche le minou rasé de Laura d’où quelques gouttelettes jaunes ne vont pas tarder à émerger. Il goutte, il est surpris par le goût qui n’a rien de repoussant. Il la lèche au milieu de sa pisse, il n’en peut plus il en redemande. Il s’applique à la faire jouir, ce qu’elle fit bientôt pour la deuxième fois de la soirée.

- J’ai la chatte brûlante, arrose-la-moi !

Arnaud trouve encore l’énergie de repisser et dirige le jet vers la chatte brûlante de Laura avant de finir n’importe comment sur son corps. Pendant tout ce temps Laura n’a pas lâché sa fellation sur la bite de Kurt. Et bientôt ce dernier éjacule dans sa bouche. Arnaud implore qu’on lui fasse pareil, il se branle, il est au bord, Laura va pour le prendre en bouche, mais le simple contact de sa main sera de trop, il éjacule sur le corps mouillé de Laura.

Elle regarde l’image que lui renvoi son miroir, celle d’une belle femme complètement trempée tenant dans chaque main une bite encore bandée. Une femme rayonnante de plaisir et de bonheur

Elle lâche la pine de l’Allemand.

- Alors tu nous les débouches tes bibines ? On a soif !

© Jean-Sébastien Tiroir – 1996 – revu et corrigé en 2000
monsieur_tiroir@hotmail.com

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>