Voluptés matinales par Verdon

Voluptés matinales par Verdon


Voluptés matinales

Impertinent, tôt me réveille
Le balancier de mes amours
Pour m’inviter à faire un tour
Entre tes fesses qui sommeillent.

C’est un malin qui bande bien
Tout impatient du bon moment
Où s’ouvrira ce coin charmant
Dissimulé entre tes reins.

A mon horloge il est minuit
C’est mon taquin qui me l’indique
Qui de façon très impudique
Pointe tes hanches engourdies.

Ce n’est plus le temps de dormir
Ouvre ton cul, ma pine bande
Qui obstinée cherche, gourmande,
Ton Paradis pour se lotir.

Laisse passer, tu vas aimer
Ce bel élan dur et têtu
Tant impatient et affamé
Par l’impudence de ton charnu.

Ouvre l’entrée de ton pertuis
Qui se camoufle sous ton ventre
Ferme tes yeux, c’est bon ça entre,
C’est mon serin qui s’introduit.

Sens ce plaisir entre tes reins,
Il est si gros, il fait du bien
Jouis putain, pousse des cris !
La nuit n’est pas encore finie…..

(02.03.2012)

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *