Une petite histoire à la gloire de mon amour à moi… par Fred01

(Et merci à Tonton Georges)

Sieste. Chaud. Trop chaud. J’étouffe sous cette couette. Comment fait-elle
pour supporter une couette par cette chaleur? Elle dit que c’est le poids
sur elle qu’elle aime. Je repousse, je me bats et débats des pieds et la
couette s’envole. Merde. Elle n’en a plus sur elle. Mmm… Caraco rouge,
petite culotte assortie. Un côté qui lui rentre dans la raie. Spectacle
gratuit. Elle dort. Moi, de moins en moins. Je me relève et j’admire.
Cheveux défaits, épaules nues, dos en pente douce. Ma main survole sans
atterrir. La chute des reins, ça c’est une trouvaille. J’ai toujours aimé le
toboggan. Ma main passe et repasse. Oserais-je ? Evidemment, j’ose. Cinq
doigts se posent. En douceur. As du pilotage. Et font du toboggan. Up and
down. And back up again. And back down again. Ben, ouais elle est
anglophone. On baise en anglais. On s’engueule en anglais aussi. So what now
? Je rabats vers le centre le côté de la culotte qui cache l’autre fesse.
Mouvement. Moaning. La main décolle. Puis se repose. Et s’insinue. La fêlure
était congénitale ? Down her crack my finger wanders. And passes over her
hole. Bliss. Smiley face. Do you know the difference between « light » and
« hard »? Well, you can sleep with a light on… Comprend qui veut. Ou
comprend qui peut. Moi, ça me fait rire. Et c’est de circonstance vu que je
ne peux plus dormir, et pour cause… Je m’allonge. Plus à l’aise. La main
gauche sur son cul et la droite glisse dessous. Down her crotch. Hold it.
Full hand. I love it. Tenir son sexe à pleine main comme ça. Mmm.. A travers
la culotte. J’adore. Instinct de possession? Hands off! This is MINE.
Probablement. Et alors? Et pendant que le petit doigt de la main gauche joue
à frotti-frotta, Open Sesame, le majeur de la droite cherche. Et trouve. Sur
le tableau de bord de son sommeil des voyants imprévus commencent à
clignoter. And the brain cells start sending messages :

« To the attention of Mr Hips : Would you be so kind as to start moving
forward and backward in a highly suggestive way. Thank you ever so much.
Yours sincerely. Mr Brain ».
Qui a dit que mon pénis n’était pas un os ? Stop bragging, matey. En tout
cas, l’espoir renait. Continue, mec. Doucement, tendrement, faut pas la
réveiller trop vite.

« You’re waking me up, you bastard. »

J’arrête tout net.

« Carry on, please, I’m awake now. »

Si c’est un ordre, Your Majesty… Je zob-tempère. Une main devant qui la
tient tout entier, avec un doigt qui caresse au bon endroit. She wiggles my
finger back into place when I lose hold of her clit. Et de l’autre côté, que
se passe-t-il ? Chez les enfants de chœur le malin s’insinue… And talking
about sneeking in… Mon doigt entre doucement et elle soulève son cul pour
m’aider. She loves being fingered on both sides. Je ne vais pas m’en
plaindre ! Lui fourrer un doigt dans le cul, quel bonheur ! Elle s’arrête et
se redresse.

« I need a wee »

Promises, promises… Elle se lève et va vers la salle de bain. Merde, je
reste là comme un con. Ca s’annonce mal… Well, my fingers are just coming
out of dirty places, aren’t they? J’ai rien d’autre à faire, alors
profitons-en. Par lequel commencer ? Celui qui sort du petit trou d’abord.
Elle est très propre et il n’a probablement pas beaucoup de goût. It’s just
the idea that turns me on. Mmmm. A l’autre maintenant. Son sexe a un goût et
une odeur absolument délicieux. She says people know they’re made for each
other when they like each other’s smells. En ce qui me concerne, c’est
réussi. They say it smells fishy. Well, hers doesn’t at all. Smells and
tastes more like cinnamon, if you ask me. La cannelle ? C’est idiot, mais ça
me fait penser à ça. Ridicule, bien sûr, mais son sexe a un goût et une
odeur tellement particuliers et tellement bandants ! Tiens, cataracte en
salle de bain. Dommage… I wish in vain… Chasse d’eau. Soudain un félin
entre et monte dans le lit à 4 pattes. No knickers and feeling horny. Mais
dites-donc, c’est prometteur, ça.

« Hel-looo ! »

Arrêt au pied. Le mien. Pas celui du lit. Toe-job. Like Hugh Grant in his
car ? Bonne entrée en matière, si je puis dire… Big toe sucked like a
cock. Mmmm. Elle lâche le doigt de pied et remonte. Trouve un objet de
taille plus respectable. Surtout depuis quelques instants… Blow job. She
licks the whole shaft and I’m in heaven. C’est pas le paradis, ça dis-donc?
Hélas elle lâche aussi mon sexe. Et continue à monter.
« I’m a naughty girl, you know. Forgot to wipe myself. Would you please clean
me with your tongue ? »

Alors-là, mon sexe m’interpelle et m’engueule :

« Non, mais ça commence à bien faire. Mon p’tit gars, tu te prends pour qui ?
Rocco ? Que les choses soient bien claires : tu as un pénis extensible
JUSQU’A UN CERTAIN POINT. Et ce point extrême est atteint. Alors ne me
demande pas de grandir et durcir encore. Pour moi, c’est fini. Plus
possible. Y’a plus la place. Je peux plus. »

Je lui intime l’ordre de la fermer et de faire son boulot. Elle grimpe au
mur. Au sens propre. Enfin, propre… Et présente son sexe à mon regard.
Gouttes de rosée qui perlent sur les poils. Quelle poésie ! Je n’ai pas
l’occasion de continuer à me prendre pour l’ami Victor car elle se rapproche
de ma bouche. My skilful tongue catches the drops. Salty.
« I must have weed on my thighs, as well. They’re wet. »

Et c’est vrai, ses cuisses sont humides et je lèche, lèche, lèche.

« I think I need to go again. »

Retour aux sources ? Labia on lips. Légères contractions et le divin liquide
envahit ma bouche. Short squirts. Yummy, yummy, in my little tummy. Elle n’a
plus grand chose à donner. Je me délecte de ce qu’il lui reste à offrir.
Then when the spring is dry, I go up to her clit. Elle ondule, Dudule. Her
fanny still tastes salty. Miam.

« I’m a very naughty girl. I didn’t wipe myself and I weed on my thighs and I
weed in your mouth and I need a good spanking, don’t I ? »

Elle adore se faire fesser. Moi, au début, j’avais du mal. Mais bon, on
s’adapte… Et j’avoue que maintenant, je ne rechigne pas. Surtout quand
elle se met le cul en l’air, bien écarté comme ça. Alors là, moi je craque.

« Spank me, please. Spank me. NOW ! P L E A S E !!! »

Je frappe. Doucement. Sur la fesse gauche. Faut que ça claque. Pas trop
fort. Don’t hurt, just sting.

« Yes ! »

Fesse droite. Smack.

« Yeees ! Carry on, spank me, please ! »

Thighs, cheeks, left, right, top, bottom. Mes deux mains claquent. Purr,
purr. Puis je frappe au milieu. Les doigts claquent sur son anus.

« Ahh, Ohh ! »

Elle est surprise mais se cambre encore plus. M’offre son cul.
Belote, Rebelote et dix de derche. La balle au centre. Je donne quelques
coups sur son petit trou, puis je descends vers son vagin.

« Ahhhh. Yeeesss ! »

Point trop n’en faut. Je repars à l’assaut des fesses. Des cuisses. Puis au
centre encore.
« YEEEESSSS ! »

Et la dernière fois ne fut qu’une caresse. Ma main passe et repasse
doucement les endroits fessés. Puis j’y mets la langue. Vers ce petit trou
si accueillant. Je le mouille et y introduis ma langue. Elle s’ouvre tout
grand. Mais non, pas ma langue, idiot… Un doigt. In and out. In and out.
Deux doigts.

« Fuck me, please, fuck me. I want to be screwed NOW ! Please! »

Which way shall I go ?

« In my arse, please, fuck me in the arse, P L E A S E !!! »

Bon, vos désirs sont des ordres. Et je l’encule. Une proposition pareille ça
ne se refuse pas. Elle pousse des cris. Sodomie, plaisir intense chez elle.
Court mais intense. Et on jouit presque en même temps. Je lui emplis le cul
de sperme. Puis je me retire et je lui lèche le cul. Encore bien ouvert. My
own semen oozing out. Elle adore quand je la lèche après avoir joui en elle.
Elle se retourne d’un coup.

« Let me lick you now.  »

Je passe au dessus d’elle et lui présente mon pénis à lécher. Yes, slightly
limping, I must admit… C’est normal, non ? Qu’est-ce que tu préfères ?
Avant, pendant ou après ? Avant, parce que après, c’est pendant. Très drôle.
Remarque, la voir me sucer la bite qui sort de son p’tit trou, ça fait
remonter l’ascenseur très vite.

« I’m thirsty. Don’t YOU need a wee-wee too, by any chance ? »

Je l’adore. Bon, pisser quand on a la trique, c’est dur. Faut de la
concentration. Come on, matey, you can do it ! Et effectivement, j’y
parviens et je pisse par petits jets dans sa bouche. Elle adore les goûts
différents. Mon sperme, elle raffole. Mon sexe qui sort de son vagin ou de
son cul. Nos pisses. Yum, yum. C’est ça, l’amour. Bon, ça se tarit, faute de
concentration sans doute. C’est chaque fois pareil, il y a une autre
fonction qui reprend rapidement les choses en main. Intéressante formule…
Justement, maintenant elle me caresse les couilles… Quand je pense à
Fernande… Dans le sens pipi —> trique, c’est plus rapide. Sa main droite
me tient les couilles et la gauche cherche derrière. Je l’aide un peu et
elle enfonce un doigt dans mon cul. Extase. Je me réjouis et rejouis
(subtilité linguistique dur à lui faire comprendre…) et elle garde mon
sperme dans sa bouche. Yeah, yeah, I got the message… I come down to kiss
her and we have a sperm-exchanging kiss. Elle adore ça. Si ça lui fait
plaisir, je vais pas la décevoir.

Ring !!!! Ring !!!! Merde, téléphone.

Bon, salut, je vous raconterai la suite un autre jour.

Fred

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>