Le Bêtisier des histoires érotiques par Ursulin Neveway

 

Le Bêtisier des histoires érotiques
par Ursulin


Je sais c’est facile ! Depuis que je lis des histoires érotiques je m’amuse à noter et à collectionner les perles ! J’avais fait une première édition il y a deux ans pour Revebebe, celle-ci n’a rien à voir, et au lieu de me moquer bêtement de gens qui ont au moins le mérite de vouloir écrire, j’ai essayé d’être constructif. Je n’ai pas cité les récits sources et leurs auteurs (sauf pour les trois dernières mais celles-là sont très jolies) – Parce que tout le monde peut me tromper, et à ce titre je suis comme les autres. J’espère que vous prendrez autant de plaisir à lire ces quelques bêtises que j’en ai eu à les compiler. (sources : sites de Revebebe, de Vassilia, de Sophiexxx et quelques autres…)

***
 

Contresens – Confusion de mots
 

***

Le rythme bimestriel de mes coïts conjugaux ne pouvait me satisfaire
Pauvre homme ! D’autant que bimestriel c’est une fois tous les 2 mois, l’auteur confond sans doute avec bimensuel (2 fois par mois)

***

En courant je suis rentré en collusion avec les gros seins de Magali
Une Collusion
est une entente secrète, difficile alors d’avoir une collusion avec les seins de Magali sans que celle-ci le sache – Il faut employer « Collision » – De plus rentrer veut dire entrer de nouveau…

***

Quelles étaient les intentions de cette nymphomane ? Je me perdais en conjoncture.
Une conjoncture est concours de circonstances. Il faut ici employer « conjecture ».

***

Une décade a passé, Maria et ses gros nichons étaient à présent sortis de ma mémoire…
Il perd vite la mémoire, le mec, une décade c’est 10 jours par contre une décennie
c’est 10 ans

***

J’ai été obligée de me soigner pendant 8 jours, cet imbécile m’ayant provoqué un déchirement à l’anus.
Oin ! Un anus qui pleure ! Déchirement ne s’emploie qu’au figuré et signifie (par ex) un chagrin provoqué par une rupture. Au sens propre il faut employer déchirure.

***

Nora avait en plus une dentition parfaite.
La dentition est l’époque de la vie où les dents apparaissent ! Il faut employer le mot denture (c’est bien plus chic !). La denture de Nora ne gênait pas la fellation.

***

Je tiens à éclairer mes intentions ! Répondit Bertrand en cherchant son caleçon.
Éclairer c’est donner de la lumière. Le bon mot serait éclaircir, mais ça reste lourd ! Éclaircissez-moi vos intentions, Mireille !

***

Je me contentais d’affleurer les petits bouts de ses seins
Ce qui laisse supposer que ces seins étaient asymétriques… Affleurer c’est mettre à niveau deux choses contiguës. Il aurait fallu écrire effleurer

***

Mais son mari fit alors éruption dans la chambrette
Non ! éruption c’est une apparition de boutons ! Il a confusion (classique) avec Irruption

***

Je suis un peu sorcière, je t’ai préparé un filtre d’amour
Le filtre c’est pour le café. Pour les breuvages magiques c’est un philtre, et il n’y a rien à filtrer ! Bien qu’au Brésil on prépare des philtres d’amour en filtrant le café dans une culotte portée…

***

Ma tante et son amant hibernaient sur la côte à partir de décembre..
Oh ! ils sont donc restés engourdis pendant tout l’hiver. Hiberner est un terme de zoologie. (les marmottes hibernent). Demeurer l’hiver dans une région chaude, c’est hiverner

***

Ma première sodomie avec Valérie eut lieu dans des circonstances notoires !
Wha ! Donc tout le monde fut mis au courant. Notoire signifie connu de tout le monde, (confusion classique avec « notable« ) Ça reste très lourd, on pourrait tout simplement employer « remarquable »)

***

Ses yeux Papillonnaient de façon très suggestive en direction de mon sexe.
Autrement dit, ils sortaient de leurs orbites, et se baladaient dans l’air ! Papillonner signifie voltiger d’objet en objet comme un papillon. Le bon terme est papilloter

***

Je ne tenais pas à me faire remarquer travesti en femme dans cette rue très passagère
Confusion classique, passager signifie qui ne dure pas. On dit une rue passante ou très passante (ou tout simplement très fréquentée.)

***

Dans la prolongation de la rue, il y avait un petit chemin discret où je conduisis Christelle.
Confusion : Prolongation : extension dans le temps. Prolongement
: extension dans l’espace. « Tandis que la télé diffusait le match de foot, Mario me fit jouir deux fois pendant les prolongations »

***

Résonne-toi, Cédric, cette file ne va pas te sucer au bout d’une heure de drague !
Donc Cédric se couvre d’une armure et tape dessus pour que ça résonne ! Dans le sens de faire usage de raison il faut écrire : raisonner !

***

Valérie entièrement nue, me reçut dans un cadre somptuaire.
Ce doit être somptueux ! On parle de lois « somptuaires » quand celles-ci sont destinées à limiter certaines dépenses !

***

Dans ce restaurant côté, la tendresse de cette viande était remarquable…
En voilà un qui fait des gros câlins avec son entrecôte ! Ce qui est tendre au sens physique du terme se dit la tendreté (ça fait très branché)

***

Je continuais à besogner Fabienne quand tout d’un coup son mari franchit la porte !
La phrase est presque correcte, sauf que « tout d’un coup » signifie en une seule fois, effectivement le mari ne franchit pas la porte 36 fois, mais à l’improviste, et dans ce cas il faut employer « tout à coup« . De plus on ne franchit pas la porte, (ça fait vachement mal) mais le « pas de la porte » !

***

Voici ce qu’a dit cette coquine… Voilà, je vais t’expliquer comment je l’ai baisé…
C’est le contraire ! Voici s’emploi pour ce qui va être dit. Voilà pour ce qui vient d’être dit.

***

Son soi-disant aphrodisiaque ne me faisait même pas bander.
Aphrodisiaque serait donc une personne ! Soi-disant ne s’emploie que pour les personnes, (un soi-disant docteur) pour le reste on dira prétendu.

***

Je vous conterais ici quelques avatars de Catherine
La nuit elle se transforme en loup garou ! Un avatar est une transformation.

***

Je décidais de clôturer cette discussion.
Avec des barbelés sans doute ! il faut dire « je décidais de clore … »

***

Son père était très fortuné.
Attention à ce mot, il n’est pas synonyme de riche mais signifie favorisé par le sort… évidemment souvent ça se rejoint.

***

Notre érotisme s’installait dans un Traintrain quotidien .
Traintrain quotidien ne s’écrit pas, il faut écrire trantran !!!

***

Alors Maîtresse Anna décida de sanctionner son esclave.
On ne sanctionne pas quelqu’un, on le punit, et on sanctionne son comportement.

***

Les auréoles de ses seins étaient larges et brunes.
On dit aréoles ! « les aréoles c’est pour les seins, les auréoles c’est pour les saints ».

***

Je la sens bien au font !
Ça doit se passer dans une église parce que écrit avec un « t » il s’agit des fonts baptismaux. On va encore dire qu’on est anticlérical !

***

Evidement ! Répondit-elle ! en bombant la poitrine.
Autrement dit, elle donne à quelqu’un l’ordre d’évider, d’enlever de la matière à quelque chose. Evidemment (dans le sens de « bien sûr ») s’écrit avec deux m. Et ça les correcteurs ne vous le diront jamais !

***

Ma langue avança maintenant vers le pyrénée
Les Pyrénées sont une frontière naturelle entre la France et l’Espagne, le périnée est l’espace entre le sexe et l’anus.

***

Ce sujet est rabattu ! Répondit Clara, je ne veux pas que tu me sodomise.
Faute classique. Rabattu, vient du mot rabattre, terme de chasse, désignant le fait de ramener le gibier vers les chasseurs. Il faut écrire rebattu

***

J’ai dû la rejoindre seulement vers 17 heures car elle avait des courses à faire, mais ce ne sont là que des péripéties.
Non ! Une péripétie est un événement imprévu ! J’aurais employé « broutille »

***

« Je t’ai amené un petit gode spécial » dit alors Carole
Encore un gode à pattes ! La règle est complexe mais facile :
amener : venir avec quelqu’un
emmener : partir avec quelqu’un
apporter ! venir avec quelque chose
emporter : partir avec quelque chose
ramener, remmener, remporter, rapporter : même principe mais signifie le faire de nouveau.

***

Sylvie faisait commerce de ses charmes et était bien achalandée.
La phrase est (involontairement ?) correcte. Achalandé : qui a de nombreux clients, et non pas de nombreuses marchandises à proposer.

***

Ses gros seins ressemblaient à deux grosses mappemondes rapprochées.
Elle doit être plate, alors car une mappemonde est une carte plane. Ceci dit l’usage courant désigne aussi ce mot pour la sphère représentant le globe terrestre.

***

Vous n’êtes pas sans ignorer que Bernadette est une professionnelle ?
(faute classique) autrement dit : il l’ignore – Le bon terme est vous n’êtes pas sans savoir… mais autant éviter cette expression qui embrouille toujours !

***
 

Fautes d’accord
 

***

Marie-Claire me goba carrément la testicule.
On dit un testicule, je sais ça fait pas joli, mais vous écrivez une histoire érotique, je vous assure que personne ne sera choqué si vous employez le mot couille !

***
 

Erreurs sexologiques
 

***

Elle éjacula un jet de cyprine qui l’éclaboussa jusque dans les yeux
Ça pique en plus ! La cyprine s’écoule et ne s’éjacule pas ! Il y a chez certaines femmes (les femmes fontaines) un écoulement puissant provoqué par l’excitation du point G, mais ce n’est pas de la cyprine, et faut-il parler d’éjaculation ?

***
Que voulez-vous j’adore qu’on me pénètre le sphincter !
Oh là là ! Ça doit faire vachement mal ! Les sphincters (il y en a deux) sont les muscles en forme d’anneaux assurant la fonction ouverture/fermeture de l’anus. On ne pénètre pas un muscle, par contre on pénètre l’anus puis plus loin, on pénètre dans le rectum.

***

Je découvris son petit clitoris à l’intérieur de son vagin !
Encore un phénomène de foire, le vagin c’est la cavité interne dans laquelle on pénètre le pénis (ou autre chose) le clitoris n’est donc pas à l’intérieur mais plus haut.

***
 

Pléonasmes
 

***

Je lui pelotais les nichons sous un ciel constellé d’étoiles
Constellé : rempli d’étoiles : donc constellé d’étoiles c’est incorrect. Le ciel étoilé serait suffisant.

***

Alors ils refirent l’amour au milieu des dunes de sables
C’est évidement plus confortable que sur une dune de cailloux ! (toutes les dunes sont en sable)

***

Pascale et son amant marchèrent alors à pied jusqu’au petit hôtel.
Ah, bon ? ils n’ont pas marché à quatre pattes alors ?

***

Ils firent l’amour pendant une heure de temps
Une heure de temps, c’est quoi ? Une heure de dentiste ? Une heure de coiffeur…)

***

Tous furent unanimes pour enlever leurs fringues
Le pléonasme par excellence : il faut dire « tous furent d’accord » ou  » l’ensemble fut unanime »

***

Regarde, voilà nos amis qui arrivent c’est la voiture de Pauline, et Guillaume suit derrière !
Forcément, s’il suit, il est derrière !

***

C’est grâce à un hasard imprévu que j’ai connu Christelle !
Les hasards prévus c’est quoi ?

***

Pour que la soirée se termine en folie sexuelle, nous avions tout prévu d’avance.
En principe on prévoit toujours d’avance, non ?

***

J’avais fait une erreur involontaire en couchant avec Pauline ….
Sujet de philosophie, un erreur volontaire est-elle une erreur ?

***

Sa rencontre avec Mylène fut finalement un remède efficace contre sa timidité maladive.
Sujet de philosophie : Existe-t-il des remèdes inefficaces ? Oui, mais alors ce ne sont pas des remèdes… bon on recommence…

***

Ainsi Judy était un transsexuel, cette découverte l’acheva complètement
Peut-on achever quelque chose de façon incomplète ? ( de plus on dit une transsexuelle)

***

Nassera avaient des fesses callipyges.
Callipyge veut dire avoir des belles fesses. c’est donc un pléonasme. Il eut fallu écrire : Nassera était une femme callipyge. Mais ne vous prenez pas la tête, écrivez : « Nassera avait un beau cul » et tout le monde comprendra !

***

Sofia avait 40 ans au grand maximum.
Et au petit maximum elle avait combien ?

***

On a décidé qu’avec nos voisins, on se réunirait ensemble pour une nouvelle soirée coquine.
Essayez donc de vous réunir sans être ensemble !

***

Je sentais son odeur jusqu’à mon nez
En principe le nez ça sert à ça !

***

Alors d’un seul coup, de mon sexe tendu je la traversa.
Oh, là là ça doit faire mal ! Et de quel longueur est son sexe ? (traverser = aller de l’autre côté) – De plus cette forme insolite de passé simple n’existe pas !

***
 

Tautologie
 

***

Sa bite était cylindrique comme un cylindre.
Parce que cylindrique comme une pyramide, c’est moins évident !

***

Autres contresens
 

***

Le magasin de lingerie jouissait d’une mauvaise réputation
Jouir : contient l’idée de plaisir, on ne peut donc pas dire : jouir d’une mauvaise réputation. Quoique dans ce cas précis…

***

Je veux séduire Florence, je poursuis ce but depuis des années, et n’entend pas renoncer.
On ne poursuit pas un but, il n’a rien fait de mal et n’est pas en train de s’échapper, par contre on peut essayer de l’atteindre.

***

C’est simple, Christophe, tu n’as qu’une seule alternative, coucher avec moi ! Dit-elle le martinet à la main.
Impossible, les alternatives c’est comme les fesses, ça marche toujours par deux, c’est le choix entre deux choses. Il aurait fallu écrire « solution ».

***
 

Expressions transformées
 

***

Julia avait découvert le poteau rose, c’est là que Sébastien cachait les lettres de Patricia…
On doit dire « pot aux roses » Il s’agit d’une expression apparue au 13ème siècle et dont on ignore l’origine…

***

Ce petit con était fier comme un bar tabac, heureusement qu’il ignorait que sa femme le trompait avec tous les clients du restaurant.  L’expression d’origine « Fier comme Artaban » a été malicieusement déformée par Coluche (Frédéric Dard avait essayé sans succès « Fier comme un petit banc »). Provient d’un roman à succès (et aujourd’hui complètement oublié « Cléopâtre » de La Calprenède, paru en 1662 et qui a pour héros Artaban.

***

Il n’y avait pas plus de cravache que de beurre en branche
Il est vrai que le beurre en branche n’est pas commun, mais l’expression est fausse, en réalité il s’agit de beurre en broche !

***

Se souvenant d’Ali baba et des 40 voleurs, il cria « Suzanne, ouvre-toi ! » s’adressant ainsi au sexe endormi de Julie…
Ben, non, dans Ali-Baba, c’est Sésame, ouvre-toi ! L’expression célèbre date de la traduction des contes des 1001 nuits vers 1700.

***

Son caleçon paraissait vieux comme mes robes
Le langage populaire remplace peu à peu l’expression vieux comme Hérode (Hérode est mort en l’an 1) par celle-ci, qui n’a aucun sens !

***
 

Phrases surprenantes
 

***

Nous repartîmes à l’intérieur de la maison et allâmes danser avec les autres ! Je souhaitais inviter Marie, mais encore fallait-il que je la visse !
Exemple type de ce que peux donner une utilisation abusive du passé simple et de l’imparfait du subjonctif !

***

Elle s’habille très bcbg, et rien ne montre dans son allure qu’elle est une vraie gourmande et a une profession souvent en pantalon, doré.
Pas relu ?

***

Elle se kleenexe aussi la main.
Ah, les néologismes ! Moi je préfère me sopaliner !

***

Délaissant mon jus d’orange, je me retourne et entreprends de lui peloter les seins. Elle les a petits et ronds comme des pommes.
Obsédé par les fruits !

***

« Hum, viens, j’ai envie de sucer ton gros poireau (19 cm) »
Encore une qui ne quitte jamais son centimètre de couturière.

***

« Tiens-moi ça quelques instants, tu veux bien ? » Dit-elle en lui montrant ma verge.
Faut toujours rendre service !

***

La dilatation de son croupion m’étonna, alors je me risquais à y enfourner un 3ème doigt
Heureusement il y a des poètes

***

Sa rondelle était toute dilatée et je pus alors recommencer mon va-et-vient dans sa chatte complété de celui dans son cul.
Autre variante « poétique« 

***

L’humidité de ce trou témoignait d’une préparation à la vaseline.
Quel sens de l’observation !

***

« Je veux que tes mains pleines de salive me montrent ce que ton sexe attend de moi ! »
Vachement naturel la réplique, non ?

***

Ma complice pliée comme un portefeuille et moi en position de « push-up », je me suis à nouveau répandu en elle…
Comprenne qui pourra !

***

Serge bondit alors du lit comme un seul homme !
Quelle santé !

***

Je glissais sur une pente qu’il me fallait colmater
Ah, le colmatage des pentes !

***

Pour éviter de salir le carrelage, j’avalais goulûment !
Hé, oui, le sexe n’empêche pas les bonnes manières.

***

On lui avait donc volé ses culottes, Tina pensait qu’il ne pouvait s’agir que de l’œuvre d’un malfaiteur.
Dès fois que ce soit celle d’un bienfaiteur…

***
 

Et pour terminer, quelques jolies métaphores que j’ai bien aimé :
 

***

Les globes massifs pointent fièrement en avant comme deux torpilles d’albâtre. Un sauna très chaud (Régine)

***

C’est une petite blonde pulpeuse avec des seins auxquels on pourrait accrocher sa veste. Le gendre idéal (Gérald)

La verticalité de mon désir ne faiblissait toujours pas et, tel un piquet de tente, venait soulever le drap. Soirée studieuse (Luc)

***

Ursulin Neveway (c) 2003

Pour tout contact :
ursulin59@hotmail.com

Ce contenu a été publié dans Histoires, Textes divers, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Bêtisier des histoires érotiques par Ursulin Neveway

  1. Gardiner dit :

    Rien d’érotique, et si le début fait un peu « ayatollah de l’orthographe », la seconde partie renferme quelques drôles de pépites

  2. Forain dit :

    j’ai passé un agréable moment en lisant ce texte rigolo.

  3. Valentin dit :

    on se fend la poire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>