La Rencontre par Fétichic

Cela faisait maintenant presque deux ans que durait leur relation. La
rencontre s’était produite dans un magasin de chaussures que Sophie avait
ouvert récemment. La sexualité de Sophie sortait un peu de l’ordinaire.
Bisexuelle avertie, elle était surtout attirée chez ses amantes et amants
par leurs pieds. Un fétichisme qui se rencontre ordinairement chez les
hommes, mais malheureusement assez rarement chez les filles. Sa passion
occupait une grande partie de sa vie, et c’est naturellement que
professionnellement elle s’orienta vers la vente de chaussures où là 24 h
sur 24 elle pouvait assouvir son fétichisme.

Un jour d’été Nathalie à la recherche d’une paire de sandales assez sexy
pénétra dans le magasin de Sophie. Une amie lui avait indiqué l’adresse et
lui avait garanti que là elle trouverait des chaussures sortant de
l’ordinaire. Bien sûr, Sophie très portée sur ce genre d’accessoires
n’hésitait pas à partir à l’étranger chez les plus grands fabricants pour
découvrir des chaussures et des bottes que personnes d’autres qu’elle ne
pouvait vendre, de ce fait elle tenait la boutique la plus sexy de la région
avec un choix extraordinaire que beaucoup d’autres commerçants lui
enviaient.

Nathalie est une superbe fille de 36 ans avec des jambes interminables.
Toujours très à la mode elle n’hésite pas à investir beaucoup d’argent si
elle craque sur une robe des chaussures ou tout autre accessoire
vestimentaire. Une très belle fille qui n’a jamais fait le bonheur d’un
homme étant donnée quelle assume pleinement son homosexualité. C’est pour
cela que dès qu’elle entra dans le magasin de Sophie, elle tomba
instantanément sous le charme de celle-ci, et n’eut qu’une envie, celle de
l’embrasser. Sophie aussi ressenti un picotement au niveau des reins et
instinctivement ses yeux descendirent vers les pieds de Nathalie et son cœur
se mis à battre en imaginant que d’ici quelques minutes elle allait pouvoir
les caresser en les habillant de ses plus beaux modèles.

- Bonjour ! Lança Nathalie pleine d’émotion. J’avais une petite idée sur ce
que je voulais, mais après avoir vu tant de belles choses dans votre
vitrine, je suis complètement perdue, il va falloir que vous m’aidiez !
- Avec plaisir ! Répondis Sophie. Comme l’été est relativement chaud et que
vous avez des pieds magnifiques, qu’il serait dommage de cacher, je vais
vous proposer quelques paires de sandales et de mules très ouvertes qui
mettront encore mieux vos pieds en valeur. Je vous en prie prenez place sur
ce siège, je reviens tout de suite !

Nathalie sentit le rouge lui monter aux joues, il lui semble que cette fille
lui fait du charme en la complimentant sur la beauté de ses pieds. Mais
peut-être prend-elle ses désirs pour des réalités. Elle attend avec
impatience la suite des évènements. C’est avec plus d’une dizaine de boites
que Sophie réapparaît et qu’elle pose devant sa cliente. Elle commence à les
vider et à présenter à Nathalie des sandales et des mules toutes plus belles
les unes que les autres. Toutes possèdent un talon vertigineux et sont
faites de telle manière que le pied doit paraître entièrement nu uniquement
enchâssé entre de fines lanières passant sur le coup de pied ou sur la
naissance des orteils. Nathalie les admire une à une et les trouve toutes
très érotiques. Elle peut constater que la fabrication est de première
qualité, et qu’il est rare de trouver ce genre de produit dans une boutique
classique. Elle se dit que le prix doit être en conséquence, mais
qu’aujourd’hui elle est prête à faire des folies.

- Voulez-vous en essayer une paire ? Lui propose Sophie.
- Oh! oui, avec plaisir, elles sont toutes magnifiques, et je crois que je
vais avoir du mal à choisir !
- Ne vous inquiétez pas, vous avez tout votre temps et je vous aiderai dans
votre décision  » lui répondit Sophie en plongeant ses yeux dans ceux de
Nathalie, ce qui accentue encore un peu plus son trouble.

Sophie s’agenouille devant sa cliente en écartant les jambes plus que
nécessaire, geste qui ne passe pas inaperçu aux yeux de celle-ci. Doucement
elle prend la jambe de la jeune fille au niveau de la cheville, l’attire
vers elle et avec l’autre main entreprend de retirer l’escarpin en le
dégageant d’abord du talon puis avec une lenteur extrême le retire
complètement en découvrant les orteils délicieusement manucurés. Enfin elle
peut admirer ce pied magnifique complètement dénudé. Elle le trouve
merveilleux et elle doit faire un effort terrible pour le pas le couvrir de
baisers.

A partir de là, les essayages se suivent, Nathalie fait quelques pas dans la
boutique et revient s’asseoir sans pouvoir prendre de décision tant la
beauté des modèles proposés l’éblouit. A chaque changement de chaussures, la
température monte d’un cran. Nathalie une fois revenue sur son siège se
détend complètement et laisse ses pieds aux bons soins de Sophie. Celle-ci
prend chaque fois plus de temps pour déchausser et rechausser sa cliente.
Ses mains d’une douceur extrême caressent maintenant littéralement le dessus
du pied, glissent sur les orteils sous prétexte de fermer une bride ou
d’ajuster une lanière. Nathalie commence à sentir l’excitation naître au
bout de ses doigts de pieds, remonter le long de ses jambes et arriver à son
sexe qu’elle sent couler de plus en plus. Maintenant elle est sûre que cette
diabolique vendeuse si sensuelle s’en rend compte et qu’elle fait tout pour
l’amener au plaisir.

Les poses de Sophie sont aussi de plus en plus indécentes. A chaque fois
qu’elle s’agenouille devant sa cliente, ses cuisses s’ouvrent de façon
complètement impudique ce qui permet maintenant à Nathalie d’admirer un
string tellement minuscule qu’il cache à peine un sexe qui ne demande qu’à
être caressé. La tension est palpable, la respiration des deux jeunes filles
est maintenant plus saccadée. Pendant un échange de sandales le pied dénudé
de Nathalie vient s’appuyer à l’intérieur de la cuisse de Sophie ce qui eu
pour effet de les faire sursauter toutes les deux, mais aucune ne veux
rompre ce contact si sensuel.

- Elles sont vraiment toutes superbes ! Bredouille Nathalie pour cacher son
trouble.
- Merci, mais elle n’ont de valeur, que quand elles sont portées par des
pieds aussi adorables que les vôtres. On ne vous a jamais dit que vos pieds
sont un appel aux baisers ?

On est maintenant dans le vif du sujet se dit Nathalie. Et dans un état
second, elle s’entend répondre :

- Vous êtes très douce, alors si vous voulez les embrasser, pourquoi pas !

Sophie qui n’attendait que cet instant, le cœur battant à tout rompre et les
mains tremblantes, attire ce pied délicieux à ses lèvres est commence à le
couvrir de baisers et sans plus se gêner enroule une langue gourmande
autours des orteils savoureux.

- Viens m’embrasser ! Arrive à articuler Nathalie.
- Attends une minute  » répond Sophie qui se lève et courre verrouiller la
porte du magasin et baisser les rideaux.

A cette heure personne ne devrait plus les déranger. Elle prend Nathalie par
la main et l’entraîne à l’arrière de la boutique dans une pièce qui lui sert
de bureau ou un profond canapé les accueille. Sophie prend la direction des
opérations, elle déshabille sa compagne en un instant et l’aide à
s’allonger.

- Laisse-moi faire, je vais te faire visiter des lieux où tu n’es jamais
allée !

Nathalie est dans un tel état d’excitation qu’elle est prête à tout
accepter. A genoux devant Nathalie, Sophie commence du bout des doigts à
tracer sur ce corps offert des courbes imaginaires. Sans appuyer, elle
contourne les seins en prenant soin d’éviter les mamelons. Elle les caresse
en dessous où la peau est si sensible avant de remonter dans le sillon qui
les sépare. Puis sa main glisse sous les aisselles avant de revenir sur le
côté de la poitrine qui maintenant se soulève de plus en plus rapidement.
Son autre main entreprend de faire le tour de son mont de vénus toujours en
l’effleurant et en frôlant à peine les lèvres d’un sexe qui s’ouvre sous la
caresse. Après ce petit traitement ô combien agréable, les mains descendent
à l’intérieur des cuisses, toujours par petites touches, ce qui a pour effet
de faire gémir Nathalie encore un peu plus fort. Et c’est tout naturellement
que Sophie arrive aux genoux ou elle n’oublie pas le creux juste derrière,
puis les mollets, et enfin les pieds objets de sa convoitise depuis le début

Tous en léchant, suçant, embrassant des talons à la pointe des ongles ces
pieds délicieux, elle retire une de ses chaussures et approche son pied du
sexe trempé de son amie. Son gros orteil découvre le clitoris qui à son
contact double de volume. A partir de là elle va imprimer sur ce bouton
d’amour des petites touchettes de plus en plus rapidement. Une vague de
plaisir commence à inonder Nathalie, entre cette langue qui lui envoie des
décharges électriques et ce pied qui lui donne l’impression que son clitoris
va exploser, elle sent qu’elle ne va pas tarder à partir.

Comme si Sophie l’avait ressenti, en un quart de seconde, elle pivote sur
elle-même et approche la bouche de ce sexe brûlant. Sa langue s’enroule
autour du clitoris et l’aspire, tandis que sa main écarte les grandes lèvres
dont elle caresse l’intérieur. L’orgasme est ravageur et Nathalie part dans
un dédale de plaisir qui lui semble sans fin.

Les caresses de Sophie se font plus calmes, mais sans s’arrêter
complètement. Sa bouche prend possession du sexe littéralement inondé, sa
langue pénètre le plus possible à l’intérieur, et son nez appuie
suffisamment sur le clitoris pour l’empêcher de reprendre une taille
normale. Sa main masse l’anus de son amante et son index y pénètre
facilement tant le plaisir à tout détrempé. Son pouce force son vagin, et
elle entreprend un massage délicat de cette paroi si fragile qui sépare les
deux orifices. Avec ce traitement, Nathalie qui redescend à peine sur terre
repart immédiatement dans une succession d’orgasmes qui la vide
littéralement de toutes forces. Elle a l’impression que l’ouragan dure des
heures, et quand elle reprend ses esprits, Sophie est couchée sur elle, la
tête dans le creux de son épaule, et lui lèche amoureusement de dessous du
bras.

- Je n’ai jamais connu une chose pareille, c’était fantastique, mais toi tu
n’as pas eu de plaisir ! !
- De te voir chavirer de la sorte m’a quand même donné deux orgasmes, mais
tu sais nous avons la vie devant nous pour recommencer, la prochaine fois
c’est à toi de jouer !

Enlacées tendrement, collées par leurs sueurs mêlées, elles s’endorment
immédiatement.

Aujourd’hui encore, leurs ballades dans le labyrinthe du plaisir se font
toujours avec autant d’intensité.
E-mail: j-louis25@wanadoo.fr

La rencontre 8832
Par Fétichic

Cela faisait maintenant presque deux ans que durait leur relation. La
rencontre s’était produite dans un magasin de chaussures que Sophie avait
ouvert récemment. La sexualité de Sophie sortait un peu de l’ordinaire.
Bisexuelle avertie, elle était surtout attirée chez ses amantes et amants
par leurs pieds. Un fétichisme qui se rencontre ordinairement chez les
hommes, mais malheureusement assez rarement chez les filles. Sa passion
occupait une grande partie de sa vie, et c’est naturellement que
professionnellement elle s’orienta vers la vente de chaussures où là 24 h
sur 24 elle pouvait assouvir son fétichisme.

Un jour d’été Nathalie à la recherche d’une paire de sandales assez sexy
pénétra dans le magasin de Sophie. Une amie lui avait indiqué l’adresse et
lui avait garanti que là elle trouverait des chaussures sortant de
l’ordinaire. Bien sûr, Sophie très portée sur ce genre d’accessoires
n’hésitait pas à partir à l’étranger chez les plus grands fabricants pour
découvrir des chaussures et des bottes que personnes d’autres qu’elle ne
pouvait vendre, de ce fait elle tenait la boutique la plus sexy de la région
avec un choix extraordinaire que beaucoup d’autres commerçants lui
enviaient.

Nathalie est une superbe fille de 36 ans avec des jambes interminables.
Toujours très à la mode elle n’hésite pas à investir beaucoup d’argent si
elle craque sur une robe des chaussures ou tout autre accessoire
vestimentaire. Une très belle fille qui n’a jamais fait le bonheur d’un
homme étant donnée quelle assume pleinement son homosexualité. C’est pour
cela que dès qu’elle entra dans le magasin de Sophie, elle tomba
instantanément sous le charme de celle-ci, et n’eut qu’une envie, celle de
l’embrasser. Sophie aussi ressenti un picotement au niveau des reins et
instinctivement ses yeux descendirent vers les pieds de Nathalie et son cœur
se mis à battre en imaginant que d’ici quelques minutes elle allait pouvoir
les caresser en les habillant de ses plus beaux modèles.

- Bonjour ! Lança Nathalie pleine d’émotion. J’avais une petite idée sur ce
que je voulais, mais après avoir vu tant de belles choses dans votre
vitrine, je suis complètement perdue, il va falloir que vous m’aidiez !
- Avec plaisir ! Répondis Sophie. Comme l’été est relativement chaud et que
vous avez des pieds magnifiques, qu’il serait dommage de cacher, je vais
vous proposer quelques paires de sandales et de mules très ouvertes qui
mettront encore mieux vos pieds en valeur. Je vous en prie prenez place sur
ce siège, je reviens tout de suite !

Nathalie sentit le rouge lui monter aux joues, il lui semble que cette fille
lui fait du charme en la complimentant sur la beauté de ses pieds. Mais
peut-être prend-elle ses désirs pour des réalités. Elle attend avec
impatience la suite des évènements. C’est avec plus d’une dizaine de boites
que Sophie réapparaît et qu’elle pose devant sa cliente. Elle commence à les
vider et à présenter à Nathalie des sandales et des mules toutes plus belles
les unes que les autres. Toutes possèdent un talon vertigineux et sont
faites de telle manière que le pied doit paraître entièrement nu uniquement
enchâssé entre de fines lanières passant sur le coup de pied ou sur la
naissance des orteils. Nathalie les admire une à une et les trouve toutes
très érotiques. Elle peut constater que la fabrication est de première
qualité, et qu’il est rare de trouver ce genre de produit dans une boutique
classique. Elle se dit que le prix doit être en conséquence, mais
qu’aujourd’hui elle est prête à faire des folies.

- Voulez-vous en essayer une paire ? Lui propose Sophie.
- Oh! oui, avec plaisir, elles sont toutes magnifiques, et je crois que je
vais avoir du mal à choisir !
- Ne vous inquiétez pas, vous avez tout votre temps et je vous aiderai dans
votre décision  » Lui répondit Sophie en plongeant ses yeux dans ceux de
Nathalie, ce qui accentue encore un peu plus son trouble.

Sophie s’agenouille devant sa cliente en écartant les jambes plus que
nécessaire, geste qui ne passe pas inaperçu aux yeux de celle-ci. Doucement
elle prend la jambe de la jeune fille au niveau de la cheville, l’attire
vers elle et avec l’autre main entreprend de retirer l’escarpin en le
dégageant d’abord du talon puis avec une lenteur extrême le retire
complètement en découvrant les orteils délicieusement manucurés. Enfin elle
peut admirer ce pied magnifique complètement dénudé. Elle le trouve
merveilleux et elle doit faire un effort terrible pour le pas le couvrir de
baisers.

A partir de là, les essayages se suivent, Nathalie fait quelques pas dans la
boutique et revient s’asseoir sans pouvoir prendre de décision tant la
beauté des modèles proposés l’éblouit. A chaque changement de chaussures, la
température monte d’un cran. Nathalie une fois revenue sur son siège se
détend complètement et laisse ses pieds aux bons soins de Sophie. Celle-ci
prend chaque fois plus de temps pour déchausser et rechausser sa cliente.
Ses mains d’une douceur extrême caressent maintenant littéralement le dessus
du pied, glissent sur les orteils sous prétexte de fermer une bride ou
d’ajuster une lanière. Nathalie commence à sentir l’excitation naître au
bout de ses doigts de pieds, remonter le long de ses jambes et arriver à son
sexe qu’elle sent couler de plus en plus. Maintenant elle est sûre que cette
diabolique vendeuse si sensuelle s’en rend compte et qu’elle fait tout pour
l’amener au plaisir.

Les poses de Sophie sont aussi de plus en plus indécentes. A chaque fois
qu’elle s’agenouille devant sa cliente, ses cuisses s’ouvrent de façon
complètement impudique ce qui permet maintenant à Nathalie d’admirer un
string tellement minuscule qu’il cache à peine un sexe qui ne demande qu’à
être caressé. La tension est palpable, la respiration des deux jeunes filles
est maintenant plus saccadée. Pendant un échange de sandales le pied dénudé
de Nathalie vient s’appuyer à l’intérieur de la cuisse de Sophie ce qui eu
pour effet de les faire sursauter toutes les deux, mais aucune ne veux
rompre ce contact si sensuel.

- Elles sont vraiment toutes superbes ! Bredouille Nathalie pour cacher son
trouble.
- Merci, mais elle n’ont de valeur, que quand elles sont portées par des
pieds aussi adorables que les vôtres. On ne vous a jamais dit que vos pieds
sont un appel aux baisers ?

On est maintenant dans le vif du sujet se dit Nathalie. Et dans un état
second, elle s’entend répondre :

- Vous êtes très douce, alors si vous voulez les embrasser, pourquoi pas !

Sophie qui n’attendait que cet instant, le cœur battant à tout rompre et les
mains tremblantes, attire ce pied délicieux à ses lèvres est commence à le
couvrir de baisers et sans plus se gêner enroule une langue gourmande
autours des orteils savoureux.

- Viens m’embrasser ! Arrive à articuler Nathalie.
- Attends une minute  » répond Sophie qui se lève et courre verrouiller la
porte du magasin et baisser les rideaux.

A cette heure personne ne devrait plus les déranger. Elle prend Nathalie par
la main et l’entraîne à l’arrière de la boutique dans une pièce qui lui sert
de bureau ou un profond canapé les accueille. Sophie prend la direction des
opérations, elle déshabille sa compagne en un instant et l’aide à
s’allonger.

- Laisse-moi faire, je vais te faire visiter des lieux où tu n’es jamais
allée !

Nathalie est dans un tel état d’excitation qu’elle est prête à tout
accepter. A genoux devant Nathalie, Sophie commence du bout des doigts à
tracer sur ce corps offert des courbes imaginaires. Sans appuyer, elle
contourne les seins en prenant soin d’éviter les mamelons. Elle les caresse
en dessous où la peau est si sensible avant de remonter dans le sillon qui
les sépare. Puis sa main glisse sous les aisselles avant de revenir sur le
côté de la poitrine qui maintenant se soulève de plus en plus rapidement.
Son autre main entreprend de faire le tour de son mont de vénus toujours en
l’effleurant et en frôlant à peine les lèvres d’un sexe qui s’ouvre sous la
caresse. Après ce petit traitement ô combien agréable, les mains descendent
à l’intérieur des cuisses, toujours par petites touches, ce qui a pour effet
de faire gémir Nathalie encore un peu plus fort. Et c’est tout naturellement
que Sophie arrive aux genoux ou elle n’oublie pas le creux juste derrière,
puis les mollets, et enfin les pieds objets de sa convoitise depuis le début

Tous en léchant, suçant, embrassant des talons à la pointe des ongles ces
pieds délicieux, elle retire une de ses chaussures et approche son pied du
sexe trempé de son amie. Son gros orteil découvre le clitoris qui à son
contact double de volume. A partir de là elle va imprimer sur ce bouton
d’amour des petites touchettes de plus en plus rapidement. Une vague de
plaisir commence à inonder Nathalie, entre cette langue qui lui envoie des
décharges électriques et ce pied qui lui donne l’impression que son clitoris
va exploser, elle sent qu’elle ne va pas tarder à partir.

Comme si Sophie l’avait ressenti, en un quart de seconde, elle pivote sur
elle-même et approche la bouche de ce sexe brûlant. Sa langue s’enroule
autour du clitoris et l’aspire, tandis que sa main écarte les grandes lèvres
dont elle caresse l’intérieur. L’orgasme est ravageur et Nathalie part dans
un dédale de plaisir qui lui semble sans fin.

Les caresses de Sophie se font plus calmes, mais sans s’arrêter
complètement. Sa bouche prend possession du sexe littéralement inondé, sa
langue pénètre le plus possible à l’intérieur, et son nez appuie
suffisamment sur le clitoris pour l’empêcher de reprendre une taille
normale. Sa main masse l’anus de son amante et son index y pénètre
facilement tant le plaisir à tout détrempé. Son pouce force son vagin, et
elle entreprend un massage délicat de cette paroi si fragile qui sépare les
deux orifices. Avec ce traitement, Nathalie qui redescend à peine sur terre
repart immédiatement dans une succession d’orgasmes qui la vide
littéralement de toutes forces. Elle a l’impression que l’ouragan dure des
heures, et quand elle reprend ses esprits, Sophie est couchée sur elle, la
tête dans le creux de son épaule, et lui lèche amoureusement de dessous du
bras.

- Je n’ai jamais connu une chose pareille, c’était fantastique, mais toi tu
n’as pas eu de plaisir ! !
- De te voir chavirer de la sorte m’a quand même donné deux orgasmes, mais
tu sais nous avons la vie devant nous pour recommencer, la prochaine fois
c’est à toi de jouer !

Enlacées tendrement, collées par leurs sueurs mêlées, elles s’endorment
immédiatement.

Aujourd’hui encore, leurs ballades dans le labyrinthe du plaisir se font
toujours avec autant d’intensité.

j-louis25@wanadoo.fr

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>