Devine qui vient diner ce soir… par Mondoi

Devine qui vient diner ce soir… par Mondoi

C’est la devinette que m’a faite mon épouse en rentrant du travail l’autre soir, alors j’ai joué le jeu, énumérant une à une nos connaissances anciennes et nouvelles, de notre ancienne vie et de celle actuelle, de nos différents boulots et villes de résidence, au bout d’une heure de remémore (moi l’nœud), je m’avouais vaincu et elle, fière de m’avoir fait me promener dans les méandres de nos souvenirs, m’annonçait la venue de Marco, ami commun de frasques mémorables du temps où l’on étaient jeunes et beaux, pétards, sexe et rock progressif, on avait coïtés ensembles avec ses improbables fiancées, ma femme le connaissait d’avant moi…

Nous étions sans nouvelles de lui depuis au moins 10 ans, il s’était marié puis avait divorcé puis était parti vivre à l’étranger dans une communauté d’anciens traders corrompus mais repentis, qui fabriquaient des prothèses pour les enfants amputés travaillants dans les mines, association dont faisait partie le Breton Bigouden qui s’était fait « gauler » à la place de ses chefs dans une affaire financière très louche… C’est à cette époque que l’on avait plus eu de nouvelle de lui, certaines de ses anciennes fréquentations véreuses racontaient qu’à vivre entre mecs, il était devenu sodomite, cela nous faisait rire, vu ses gouts pour l’anal…

Il était de passage en Bretagne à la recherche d’un agriculteur bio spécialisé dans la culture du petit pois afin de lancer sur le marché son idée géniale, des Petits Pois Farcis, vision délirante d’un produit totalement nouveau et distribuable à l’international qu’il avait eu un jour alors qu’avec ses potes, ils avaient fumés des champignons récoltés sur des bouses de Gavial du Gange, chair avec laquelle il comptait farcir ses petits pois, nous étions impressionnés mon épouse et moi, par l’ampleur de la tâche, surtout qu’il voulait faire cela manuellement pour obtenir le label Produit artisanal fait main, par des enfants amputés sauvés des mines…

Marco n’avait pas réellement changé, à peine étais-je partis parler cinq minutes au tel avec un collègue du boulot, qu’en revenant au salon, je le retrouvais en train de se faire sucer par mon épouse sur le canapé, d’un signe de tête interrogateur, il me demandait si j’étais d’accord, moi, d’un signe de l’index et du majeur réunis à la verticale sur mes lèvres, agitant la langue entre eux, je lui faisais comprendre qu’il devrait lui manger la foune en remerciement, quand à mon épouse, m’ayant entendue revenir, elle me faisait signe de me joindre à elle pour pomper notre ami car elle devait mettre la table et finir ses prépas en cuisine…

Bien que l’on soit déjà à l’apéro et que le gout d’une bite ne va pas forcément avec celui d’une douce boisson apéritive, je prend la relève de ma chérie et finis mon pote rapidement, aidé par le touché rectal que je lui fais, il ne tarde pas à me prévenir qu’il va jouir, sachant par les expériences du passé que je n’avale pas, il envoie sa giclé en miaulant, elle retombe sur le canapé, mon épouse revient de la cuisine pour annoncer que le repas est prêt, je part me laver le doigt et la bouche, Marco se reboutonne le futal en disant merci, voilà de bonnes retrouvailles, on va pouvoir manger un morceau, la bonne cuisine de mon épouse…

Après le repas, Marco a proposé à mon épouse et à moi même d’offrir le dessert, retour sur le canapé où ma femme s’est affalée en retroussant sa jupe, Marco s’est aussitôt agenouillé entre ses jambes pour lui caresser l’entrecuisse puis lui retirer la culotte déjà bien humide, elle a alors écartées largement les jambes pour l’inviter à venir lui brouter le minou, Marco s’est de suite occupé buccalement de ma femme, agenouillé et penché en avant, sa croupe tendue vers moi m’a donnée des envie, de la main j’ai flatté ses fesses puis mes doigts ont glissés dans sa raie pour effleurer son anus, il a tortillé du cul, m’invitant à continuer…

Il apprécie l’attouchement, alors je lui ouvre le pantalon pour le lui faire glisser sur les genoux, je lui caresse encore les fesses à travers son slip, massant sa rosette et descendant plus bas lui toucher le paquet à pleine main, sa queue se durcit, je la lui tripote ainsi que ses testicules puis glisse mon autre main sous le tissu pour lui toucher l’anus de la pulpe d’un doigt, il réagit en poussant sur son sphincter pour s’ouvrir et venir au devant de la pénétration qu’il semble attendre avec impatience, mon épouse soupire de plaisir en se faisant lécher, Marco lui a mit un doigt dans le petit trou, elle me regarde le préparer à l’enculade…

Je veux voir sa rondelle, alors je lui baisse rapidement le slip des deux mains et lui écarte les miches, son anus brunâtre au bourrelet plissé attire ma bouche, je le lui mange un instant y rentrant même la langue, il aime ça le cochon, il pousse encore pour la recevoir plus entière, je lui branle la bite en même temps que je lui salive copieusement l’orifice, ma queue en est raide de désir, je me redresse et la présente devant son trou mouillé, Marco se cambre pour m’offrir son cul, je lui rentre mon gland doucement puis d’un coup de rein, tout le reste, je l’enfile d’une traite, il pousse un râle prolongé, je sais qu’il aime être prit comme ça…

Mon épouse a relevée ses jambes en arrière pour que Marco lui mange l’anus, elle se masturbe pendant qu’il lui entre sa langue dans l’anus, je commence à aller et venir dans le rectum étroit de Marco, je re-salive sur ma tige pour qu’elle glisse parfaitement en lui, je le baise en le tenant aux hanches, il a commencé à s’astiquer le dard, ce n’est pas la première fois que je le sodomise, il aime cela depuis longtemps, il n’est pas homo, ni même bi, il aime le plaisir anal, surtout donné par une femme, mais parfois il aime s’en prendre une vraie, il est comme moi, d’ailleurs lui aussi m’a déjà fait le cul, la taille de sa verge me convient parfaitement…

Quand mon épouse se met à japper, c’est que son orgasme n’est plus loin, Marco en est à quatre doigts dans son vagin et le pouce branlant son clito, elle se lâche complètement et l’arrose de ses giclées merveilleuses, quelques instants après, c’est à moi de prendre mon plaisir en jutant dans le rectum de Marco, lui a déjà lâché sa purée et le canapé est bon pour le nettoyage, je me retire de son derrière et constate que le bougre m’a bagué le cigare, je pars vite me laver la queue, Marco m’a suivit pour se laver les fesses sur le bidet, il s’excuse pour la bague, il n’avait pas prévu de se faire sodomiser sinon il se serai fait un lavement avant…

Mon épouse arrive dans la salle d’eau à ce moment là de la discussion et me conseille de m’en faire un au cas où Marco est des envies de me prendre par derrière, d’ailleurs elle demande qu’on lui en fasse un aussi, au cas où il aurait la même intention envers elle, et nous voilà tous les trois à nous faire une douche rectale chacun notre tour, puis nous allons nous coucher mais pas ensemble, j’aime trop mes aises et ma femme aussi, il y a une chambre d’ami pour Marco, on verra bien demain pour se faire encore plaisir, pour moi, ça fait longtemps que je n’ai pas été sodomisé par un copain et je pense que je me laisserai faire par Marco …

Le lendemain matin, je me lève avec une forte envie de pisser, la place aux wc est déjà prise par mon épouse qui, porte grande ouverte, fait son pipi assise en suçant Marco, j’entre pour dire bonjour et faire ma miction entre les jambes de ma femme qui écarte les cuisses pour que je puisse viser proprement, tout en faisant mon pipi, je sens la main de Marco me peloter les fesses, il me caresse la raie et le petit trou avec douceur, je me dis que je vais y passer, mon épouse s’aperçoit de l’attouchement et, tout en essuyant avec la bouche les petites gouttes qui perlent de mon prépuce, me dit que je vais devoir être gentil avec Marco…

Elle se met à nous sucer tous les deux pendant que Marco me rentre déjà un doigt dans l’anus, je me met à bander et ma femme avale nos deux chibres, je souligne que l’on n’a pas encore prit le petit dèj, elle me répond qu’elle ferait bien le sien de notre sperme mais bon, le café n’attend pas et refroidit, l’air déçue, elle nous dit de remballer nos biroutes, Marco enlève son doigt de mes fesses et nous partons à la cuisine faire griller du pain, le début de pipe et le doigt m’ont mit en appétit, j’ai l’anus qui frétille et la teube qui reste bandée, je m’empresse d’avaler mes tartines et le café afin d’être dispo pour la bite de Marco…

A la fin du petit dèj, je suis déjà sous la table à lui sucer la queue, mon épouse nous demande de monter à la chambre pour qu’elle puisse regarder quand je vais me faire mettre, je sais qu’elle aime voir ça en étant allongée sous moi en soixante neuf, regardant mon œillet se faire pénétrer pendant que je lui mange la foune, elle me prépare l’anus avec de la pommade et à peine allongés, je sens la verge de Marco qui essaye d’entrer, je pousse comme aux wc et voilà son engin qui me perfore l’étroite ouverture pendant que mon épouse commente la saillie, elle dit à notre ami de me la mettre entière et de me faire le cul comme je le lui ai fais…

Il ne se prive pas de me buriner pendant que mon épouse me pompe et me branle le dard, je lui broute le minou pas lavé de la veille et qui sent le pipi, je lui rentre deux doigts dans sa petite porte, elle aussi aime ça se faire sodomiser, d’ailleurs, connaissant bien Marco, je m’étonne que ce ne soit pas encore fait, comme s’il lisait dans mes pensées, le voilà qui demande à ma femme de sortir de sous moi et venir à mon côté prendre la même position afin qu’il nous honore tous deux par sa présence rectale, à peine s’est elle lubrifiée l’orifice qu’il ressort de mes fesses pour aller l’enculer, elle a un gémissement en se prenant le dard…

Il va ainsi nous buriner le trou de balle pendant une vingtaine de minutes, quand il est dans ma femme, s’est moi qui la masturbe, quand il me sodomise, s’est elle qui me branle, et puis il y a la loterie de ne savoir qui des deux sodomites va se prendre sa purée, ma femme finit par jouir sous les ruades de Marco dans ses fesses, elle vide sa fontaine en giclant dans ma main, Marco vient se finir en me prenant encore, je me branle rapidement et je sens tout à coup son liquide m’arroser le conduit, au même moment j’éjacule sur le dessus de lit, mon anus est cassé et j’ai vraiment du mal à le tenir serré pour garder se lavement naturel…

Notre ami va ainsi rester la semaine, nous avons tant de choses à nous dire et à nous faire, mon épouse en sera comblée, recevant de nos bouches de multiples câlins auxquels s’ajouterons des doubles pénétrations, pour ma part, je donnerai autant que je recevrai, fellations matinales et soirées très anales, Marco est reparti avec un mal au cul, je ne vaux guère mieux du côté de mon trou de balle, nous allons faire carême mon épouse et moi-même, afin de reposer nos « anals » orifices…

FIN

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *