Gazette 580 – France

580 Décembre 2016 – France

« J’ai toujours su rebondir tout au long de ma carrière« , a commenté Brigitte Lahaie récemment. Après quinze ans (2001–2016) de bons et loyaux services sur les ondes de RMC à répondre aux auditeurs sur leurs problèmes sentimentaux et sexuels, l’animatrice de « Lahaie, l’amour et vous » a en effet été remerciée. La case horaire est désormais occu­pée par Roselyne Bachelot. (Hoh ! Hou ! la vilaine !) Mais, depuis, Brigitee a retrouvé une émission sur Sud Radio aux mêmes horaires (14–16 h) et traitant des mêmes thèmes. « Je vais pouvoir mieux vous transmettre tout ce que j’ai appris, écrit-elle sur son blog. Vous allez pouvoir vous exprimer librement et je suis sûre qu’ensemble nous allons faire encore un grand chemin. » C’est à croire qu’il y avait des problèmes de censure précédemment.

Et la censure, Brigitte Lahaie la connaît bien : « Faut dire que je l’avais bravée avec mon corps ! », écrit-elle sur son blog. Dans les années soixante-dix, à peine âgée de 20 ans, la dame s’est imposée comme l’une des actrices phares du cinéma porno, avec une plastique à part. De 1976 à 1980, elle a imposé ses courbes de jeune fille saine, type fermière normande, dans une trentaine de films seulement, dont les chefs-d’œuvre tels que La Clinique des fantasmes (Géard Kikoïne) ou Les Petites écolières (Claude Mulot). A la même époque, à côté du X, elle fait quelques incursions dans les séries Z, telles Le diable Rose (Pierre B. Reinhard) et même dans des film d’auteurs érotiques comme Henry et June (Philip Kaufman).

Mais l’actrice, qui a les dents longues, décide de changer de genre et de s’orienter vers le cinéma traditionnel. Quelques apparitions aux côtés d’Alain Delon ou Jean Lefebvre auront raison de ses velléités. D’autant qu’elle est souvent reléguée à incarner la jeune fille qui ne porte pas de culotte, dans Diva (J.J.Beineix), ou une strip-teaseuse dans I… comme Icare (Verneuil)…

Contrairement à certaines de ses consœurs (assez peu mais ils font du bruit), Brigitte Lahaie n’a jamais renié son passé. Et c’est même ce qu’elle a mis en avant pour animer avec succès sur les ondes de RMC son rôle de conseillère conjugal. Et pour cause :  » La révolution sexuelle n’a toujours pas eu lieu. Nous sommes passés du devoir de se reproduire au devoir de jouir », déclare-t-elle au Figaro. Au chapitre de sa reconversion réussie, figure aussi sa participation aux Grosses têtes et sa collaboration avec les éditions de la Musardine.

Ces mêmes éditions viennent fort opportunément de publier un calendrier 2017* avec les photos sculpturales de la belle blonde. Une mise en lumière de son côté rebondi. Cela dit on ne fait pas de pub

Ce contenu a été publié dans Gazette, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Gazette 580 – France

  1. Barny dit :

    Brigitte fut mon idole en ces années ou le porno était bon. J’aimait bien aussi Karine Gambier et Marilyn Jess

  2. milodec dit :

    J’avais raté cette news. C’est intéressant ! Chapeau bas madame Lahaie, vous avez donné ses lettres de noblesses au porno ;)

  3. alban334 dit :

    Grand bravo , grand merci et grand respect pour Brigitte Lahaie qui sait nous démontrer qu’on peut être une belle femme libre , libertine et respectable .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>