Avez-vous déjà fait pipi dans un lavabo ? (Question aux femmes) par Diane01

 

Avez-vous déjà fait pipi dans un lavabo ?
(Question aux femmes)
par Diane

Je vous le conseille, ça ne laisse jamais les hommes indifférents : soit ils vous giflent en vous traitant de cochonne, soit ils vous en redemandent… C’est à tenter si la précarité du lieu peut l’excuser, quitte à faire la mise au point préalable ou demander la permission…

Par exemple, au cours de vos pérégrinations coquines et/ou touristiques, vous vous êtes déjà retrouvée dans un petit hôtel de campagne où les WC ne sont pas dans la chambre et qu’une petite envie vous réveille au cours de la nuit. Là, que faites-vous ?

Moi j’y ai droit chaque fois, je dors nue et la fraîcheur du lieu…

Sûr pour monsieur, ni vu, ni connu, il se soulage dans le lavabo. Mais pour nous, c’est moins facile et heureusement, il y a la technique de la chaise. J’explique pour ceux qui ne connaissent pas encore : Il suffit donc de placer une chaise (solide), le dossier contre le lavabo et de monter dessus (la dite chaise) et s’asseoir sur le dossier, les fesses dans le vide sur la vasque. Le dessin est superflu et si vous n’êtes pas seule, votre compagnon vous pardonnera le réveil intempestif pour vous aider à escalader et servir de tuteur. Vous pouvez même lui demander d’appeler le petit chat en vous chatouillant le pubis pour faire venir…

Une autre méthode, mettant encore plus votre partenaire à contribution, c’est de lui demander de vous soulager comme le font les mères chats avec leurs petits, en buvant le liquide à la source, vous, couchée sur le dos dans le lit, les jambes écartées… C’est plus risqué pour les draps. Cela dépends de votre conformation physique et de votre habileté à ne faire que des petits coups pour que votre aspirateur ne s’étouffe pas ou laisse échapper des gouttes. Pour réussir l’opération, il ne faut pas, non plus, attendre d’être à la limite de la catastrophe car adieu le contrôle. Il est même certainement souhaitable de s’être entraîné avant, dans un lieu moins risqué. C’est à proscrire si votre compagnon de couche est une compagne, car le supplément de liquide va aussi lui faire déborder sa propre vessie, et là vous n’avez rien gagné ! si ce n’est que finir la nuit à recommencer l’exercice en permutant alternativement les rôles ou vous résigner à trouver ensemble les toilettes dans la nuit.

Je donne tous ces détails avec un petit sourire car je me souviens d’une aventure arrivée à une copine qui ignorait ces précautions et qui avait voulu régler son petit problème seule.

Elle avait pris le parti de s’asseoir directement sur le lavabo. Mais le scellement de l’ustensile n’avait pas été prévu pour les rondeurs de la demoiselle et boom ! La fille s’est retrouvée le cul dans la cuvette, sur le plancher, avec pour terminer son réveil, la douche froide sortant de la tuyauterie arrachée par la chute. Le vacarme a fait tâche dans le calme de la nuit, sans compter l’inondation dégoulinant à travers le plancher sur les étages inférieurs. Il est des moments où l’on envie une petite souris grise pour pouvoir se cacher derrière la plainte… Elle ne nous a pas dit, si au moins, elle avait fait pipi cette fois là !

Ce contenu a été publié dans Documentation, uro, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>