Trio dans un camion Ma première expérience bi par Sexnotaboo

Trio dans un camion
Ma première expérience bi
par Sexnotaboo

Je m’appelle Luc, j’ai 48 ans, je suis marié depuis 15 ans. Jusqu’à l’an dernier, j’étais assez fidèle, hormis quelques aventures occasionnelles restées sans suite.

L’an dernier, sur les autoroutes du sud de la France, je me suis arrêté dans une station-service, pour faire le plein, me restaurer et me reposer un peu.

Une envie naturelle m’a conduit aux toilettes, où se trouve déjà un autre homme. A ce moment-là nous sommes seuls aux urinoirs et je ne sais pas ce qui me prend. D’habitude je me renferme toujours dans une cabine, même pour uriner. Ce jour-là, non seulement je ne m’enferme pas, mais en plus je vais uriner juste à côté de l’autre type alors qu’il y a une bonne dizaine d’urinoirs. En me soulageant, Je jette de discrets regards vers son sexe en partie visible. Quand je lève les yeux vers lui, je croise son regard. Gêné, je rougis et baisse les yeux, mais malgré moi je le regarde à nouveau. Il me regarde toujours, souriant et il recule d’un pas pour exhiber son sexe à ma vue.

« C’est ma queue que tu mates ? Elle te plait ? Tu serais pas un peu pédales sur les bords toi ??? »

Je suis honteux d’avoir été surpris comme un gosse faisant une bêtise, mais je ne peux pas m’empêcher de regarder sa bite qui commence à gonfler. Je ne sais plus où me mettre lorsqu’il reprend

« Fait voir la tienne salope !»

Je suis complètement pris au dépourvu, je ne sais plus quoi faire et pour finir, je réalise que mon sexe lui aussi se met à gonfler. Après une courte hésitation, je recule moi aussi et lui montre mon sexe nettement plus petit que le sien. (Aujourd’hui je me demande toujours ce qui m’a pris ce jour-là.) Nous sommes tous les deux tenant nos bites à la main en demi-érection, lorsque la porte s’ouvre, ce qui met fin à cette exhibition.

Remerciant le destin, je sors après m’être lavé les mains et je vais prendre un café à la machine. Lorsque je me retourne pour le boire, l’homme des toilettes est là juste derrière moi, très à l’aise et toujours souriant. Pour ma part, je me sens très mal à l’aise, j’ai l’impression que tout le monde nous regarde, que tout le monde nous a vus aux toilettes la bite en main, mais ce n’est qu’une illusion bien sûr. Il s’appelle Michel, il est à l’aise et très sympa et très sûr de lui. Il prend un café et engage la conversation, je sens malgré moi mon sexe gonfler en l’écoutant, car je pense toujours à l’interlude des toilettes.

Je n’entends pas ce qu’il me dit, car j’ai toujours en tête l’image de son sexe durcissant dans sa main, et je ressens à nouveau ce trouble étrange qui m’a fait bander tout à l’heure.

Je suis tiré de ma rêverie car il insiste pour avoir une réponse. Je m’excuse :

-« Pardon je pensais à autre chose, je n’ai pas entendu ».

Il sourit, me dit qu’il est chauffeur de poids lourds, et qu’on serait mieux dans sa cabine pour discuter. Je bredouille que je suis pressé, mais sans conviction, il insiste

- Allez arrête ton cinéma de jeune pucelle tu en crèves d’envie ça se voit comme le nez au milieu de la figure »

J’hésite toujours mais je fini par accepter. Il sourit

« C’est bon allez viens salope »

Je le suis en silence, le souvenir de son sexe dans sa main m’excite terriblement et maintenant je bande carrément.

Une fois dans la cabine de son bahut. Il tire les rideaux et sans hésitation se déshabille. Comme je ne bouge pas, il me demande ce qui ne va pas ? J’hésite, gêné, rouge de honte, je lui avoue que je ne sais pas ce qui m ‘a pris, je n’ai jamais fait ça et ne suis pas homo, Il a un grand sourire,

- « Je ne suis pas homo non plus, il n’y a rien de plus naturel, la preuve, regarde comme tu bandes ! » Répond-il en me demandant d’ouvrir mon pantalon pour sortir ma bite.

Comme j’hésite, il hausse le ton

« – Alors pédale tu la sors ta queue oui ou non ? »

Lorsqu’elle jaillit bien raide il me dit :

- « Ben mon salaud ! Tu es vachement excité, Tu vas voir ! Ça va te plaire ce que je vais te faire c’est sûr. Allez à poil cochonne ! »

Lui est déjà nu, moi, bien qu’honteux, gagné par l’excitation, je me mets à poil. Il commence à me masturber et me prend la main pour la poser sur sa queue. Je me laisse guider, acceptant de le branler, Son sexe n’est pas vraiment raide mais il durcit très vite dans ma main c’est très agréable au toucher et très excitant de sentir son sexe grossir dans ma main. Il me demande d’arrêter, puis me fait asseoir au fond de la couchette, se met à 4 pattes et prend ma queue raide dans sa bouche. A peine me suce-t-il que je me sens prêt à éjaculer, je lui dis, en pour qu’il se retire, mais à ma grande surprise, il continue à me sucer avec ardeur et je me vide dans sa bouche jusqu’à la dernière goutte. Lorsqu’il se relève, il a tout avalé. Il me sourit et s’installe, face à moi en m’indiquant clairement qu’il attend la même chose. J’ai honte, mais j’ai aussi très envie de sucer cette bite bien raide.

Comme j’hésite il tend la main vers moi, m’attrape par la nuque, et me tire vers lui tandis que de l’autre main tient sa queue raide et la guide vers ma bouche. :

-« Allez essaye, c’est très agréable tu sais, je suis sûr que tu vas aimer ça ma petite Salope ! Tu as la gueule d’une bonne suceuse »

Malgré la terrible envie de crier, et de m’enfuir qui me tenaille, je ne veux pas avoir l’air de paniquer. Je résiste pour la forme, mais la distance entre son sexe tendue et ma bouche diminue dangereusement. Je suis prêt à céder au moment où mes lèvres effleurent son gland mais je suis sauvé in-extrémis par des coups frappés à la porte du camion.

Quelqu’un frappe à la porte du camion et une voix féminine appelle

- « Michel ? Michel ? Tu es là ? Mon chéri ?»

Remontant son caleçon il va ouvrir la vitre en tirant le rideau de la couchette pour me cacher. J’entends la femme, qui dit :

-« Laisse-moi monter j’ai envie ! »

Michel répond qu’il veut dormir un peu mais ses arguments ne sont pas convaincants et la femme finit par s’imposer. Visiblement ils se connaissent bien. J’entends des frottements, des embrassades des soupirs puis la femme dit :

-« Tu n’es pas très amoureux ce soir ! Tu dois vraiment être fatigué ! Viens derrière je vais arranger ça ! »

Michel tente de s’y opposer ! Mais la femme sait ce qu’elle veut et le rideau s’ouvre en grand. La nouvelle arrivante me découvre nu comme un ver le sexe au garde à vous. En face de cette femme superbe en minijupe et décolleté d’où dégueulait une paire de seins magnifiques je suis saisi d’une honte sans pareille. La surprise que je lis sur son visage doit être l’équivalent de la mienne. Mon sexe retombe lamentablement, la femme doit ressentir mon trouble, car son regard va de mes yeux à mon sexe ramollit. Michel reste muet, pendant que la surprise de la femme se transforme en un sourire cochon et vicieux.

- Eh bien mon salaud, je n’aurais jamais cru ça ! de toi dit-elle à Michel, qui bredouille des explications incohérentes.

Elle me regarde à nouveau

-« Mais t’as pourtant pas l’air d’un Pédé toi » dit-elle en me prenant la queue pour me branler tout en montant dans la couchette,

J’étais gêné pour Michel, mais elle est si entreprenante que je me laisse faire. Curieusement, l’humiliation que j’éprouve face à elle, la honte terrible que j’éprouve fait naître en moi un trouble inconnu et suscite une nouvelle érection dans sa main experte.

Puis j’ose lui rendre ses caresses et la déshabiller. Michel ne semble pas jaloux, il remonte dans la couchette en réclamant sa part.

La femme, « Monique » se retrouve vite en bas et porte-jarretelle avec un string ficelle. Michel lui demande de rester comme ça, et elle nous suce tous les deux à tour de rôle prenant même les deux sexes en même temps dans sa bouche pulpeuse. Elle nous demande alors d’un air coquin de lui montrer ce que nous faisions ensemble avant son arrivée. Nous sommes penauds, comme deux collégiens surpris en flagrant délit.

Après une hésitation qui me paraît être une éternité, Michel me rappelle,

- « C’était à ton tour de me sucer ! ».

Je comprends que je n’ai pas le choix, la présence de la femme m’excite terriblement et je ne proteste pas, je bredouille juste que je ne l’ai jamais fait. Monique m’embrasse en me disant

– « Regarde comme c’est facile ! » et elle embouche complètement le sexe de Michel le suce quelques secondes avant de me tirer par la nuque, vers la bite raide.

Un dernier réflexe me fait résister un peu à cette traction, mais lorsque le gland violacé de Michel effleure mes lèvres, elles s’ouvrent docilement pour l’accueillir dans ma bouche impatiente.

- « Oui, Oui » dit Monique « c’est bien, oui comme ça ! Continue, tu vois comme c’est bon de sucer, oui, vas-y petite salope ! Suce bien ma cochonne ! Ça m’excite moi aussi, tu sais, suce bien petite pédale, ho ouii c’est trop bon de voir ça, ça m’excite un max, je mouille à fond de te voir téter petit pédé ! »

Ses insultes, humiliantes m’excitent terriblement, ma queue est devenue raide et très dure, ce qui me vaut des moqueries humiliantes supplémentaires

- « Quelle pute ce mec, j’y crois pas ! C’est une vrai pédale, il bande en te suçant, Où tu l’as trouvé cette cochonne, jamais vu une suceuse aussi gourmande ! Tu devrais l’enculer, je suis sûre qu’elle va adorer ça cette petite pute ! On devrait l’habiller en femelle et l’envoyer aux autres camions ! À poil, juste avec des bas un porte jarretelles, sous un imper ! »

Plus elle parlait plus je bandais,

« Regarde Michel, ça la fait bander cette salope, plus je l’insulte, plus elle bande ! La chienne !»

Cette grosse salope avait raison, pendant que je suce la bite de Michel, en l’écoutant, les images défilent dans ma tête, le fait d’imaginer les situations qu’elle décrit m’excite de plus en plus.
Tout à coup, je sens frémir Michel et je devine qu’il va éjaculer au moment où il exprime son plaisir

- « Putain que c’est bon, il suce bien ce salaud ouiiii je vais jouir, il suce mieux que toi je….euuuh….ho…ho….ouiiii…i je viens ! ouiiii je viiiieeennnns je vais juter oh ohlala Putain que c’est bon, ce qu’il me fait …. Ça y est j’éjacule hooouuiiiiii »

Soudain sa queue se contracte et je reçois une grosse giclée de sperme chaud, épais et gluant dans la bouche. Sans y être obligé, je garde sa bite dans ma bouche et après une courte hésitation j’avale tout comme l’avais fait Michel précédemment. Monique me dit

- « Laisse m’en un peu petite chienne gourmande partage avec moi » en m’embrassant à pleine bouche

Elle guide ma main vers sa moule gluante, en me disant

- « Regarde salaud dans quel état tu m’as mise c’est de te mater en train de sucer qui me fait mouiller comme ça ! »

Elle est en effet vraiment trempée, c’est une vraie fontaine qui coule entre ses cuisses. Elle me dit

- « Allez, mon cochon, c’est à mon tour de jouir maintenant ! Vas-y, baise-moi ! Encule-moi ! fait ce que tu veux ! Mais fait moi jouir autant que lui, »

Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais envie de la faire languir et je me suis jeté la tête entre ses cuisses trempées pour la lécher comme un fou. Elle a eu 2 orgasmes avant de me supplier de la prendre avec ma queue. Je me suis relevé pour lui ordonner

- « Tourne toi salope ! »
- « Oui oui vas y traite moi comme une chienne baise moi, comme une pute, soulage toi dans mes trous, vide tes couilles ! Éjacule-moi partout ! Donne-moi tout ton sperme ! »

Son dialogue m’excite autant que son cul et je ne résiste pas longtemps avant d’éjaculer. Je sors de sa chatte pour gicler sur ses reins et la raie de ses fesses.

Elle éclate de rire en disant

« T’est dégueulasse ! Et maintenant qu’est-ce qu’on fait ! Hein ? Salaud maintenant que tu m’as bien arrosée ? »

Je suis un peu confus mais elle reprend son ton autoritaire

« Tu sais ce que tu vas faire petit cochon ! Tu vas lécher pour nettoyer ce que tu as fait ! »

Sans hésiter je me penche sur elle et je lèche ses reins, la raie de ses fesses et son anus tout gluant de mon sperme. Michel, qui mate bande à nouveau en se caressant Monique se met à 4 pattes devant lui en lui demandant de la prendre en levrette, Monique criait

- « vas-y Michel, décharge dans mon con, vide toi bien les couilles, l’autre salope me léchera la moule pour nettoyer ton foutre. » ils jouissent tous les deux ensembles et lorsque Michel a éjaculé, elle me fait coucher sur le dos et vient poser sa moule dégoulinante de mouille et de sperme sur ma bouche. Immobilisé entre ses cuisses, la bouche écrasée par sa moule gluante, je n’ai pas d’autre choix que de lécher, sucer et avaler le mélange de foutre et de mouille qui coule de son trou.

Depuis cette expérience, je suis devenu un adepte de la bisexualité, j’ai fait l’expérience de la sodomie, j’adore les femmes mais j’aime aussi les hommes. Ce que je préfère, toutefois ce sont les trios deux hommes et une femme surtout lorsque la femme est autoritaire et super salope pour diriger les ébats.

cricrigdn@gmail.com

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Trio dans un camion Ma première expérience bi par Sexnotaboo

  1. Chapisot dit :

    C’est pas mal, un peu convenu tout de même

  2. lulu dit :

    Très bon , j’en rêve, enculer une femme et moi même pris par un homme hum jamais fait mais tellement envie merci de ce récit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>