Rencontres par Verdon

Rencontres par Verdon

Rencontres

Pour moi c’est la franchise qui plus que blablabla
Décide d’une rencontre :  » tu veux ou tu veux pas ! « .
Une main audacieuse détermine la chose
Quitte à prendre la claque à laquelle je m’expose
Ou plutôt l’agrément de celle qui aime bien
Qu’on lui tâte hardiment le galbe de ses reins.
Faut pas en faire un drame, un cul vaut bien une claque
Ça permet d’écarter le fiasco ou l’arnaque.

Mais il est plus facile, car souvent femmes n’osent,
De chercher par ailleurs ce que couples proposent.
Ceux qui en général, recherchent un homme seul,
N’ont pas l’esprit obtus et femme n’est pas bégueule.
Elle est plutôt soumise, souvent simulatrice
Mais lui dans tous les cas est partant pour le vice.
Je sens ça rapidement et sais que dans le lit
Tant Dame que son Homme seront à mon crédit.

Je préfère en principe la Meuf obéissante
Sachant que le Mari n’aura qu’une seule attente
C’est que sa femme au cul joyeusement subisse
Bonnes vicissitudes et que Lui en jouisse.
Et ces gars, en principe, sont cocus bien heureux
Qui savent poliment flatter le boutefeu
De l’Amant dévoué qui peut même en bonus
S’offrir diversion en lui gâtant l’anus.

L’affaire vite réglée on se retrouve au lit
Entrain de tapoter le cul de la Chérie
Qui, Garce, fait exprès de se montrer revêche,
Allongée sur son mec, cul serré, têtes bêches,
Le gars qui la connait lui écarte les fesses
Pour guider ma chandelle dans son trou d’allégresse.
Et ravi il me voit lui glisser dans le fion
Ma pine nervurée, jusqu’à ras mes roustons.

Un doigt au cul, l’Apôtre me booste les couillons
Et je gave la Belle d’un généreux bouillon
Dont les débordements inondent le menton
Du mari qui patauge, le nez dedans son con.
La soupe terminée, j’enfile le pompier
Aux p’tits soins de Madame, comme un vulgaire gabier.
Ensuite comme il se doit, ce dernier me nettoie
Charmé par les séquelles de mes nobles exploits.

Mon temps s’est éloigné des saillies printanières
Mais à ce jour encore, je ne pleure misère
De-ci, de-là je trouve encore quelques pâtures
Où paissent vicieusement de gourmandes natures.
Et un vieux baroudeur sait bien à la manœuvre
Profiter des atouts d’une bonne main d’œuvre
Afin de partager de lubriques moments
Entre gens licencieux, pour j’espère bien longtemps.

(20/06/2018)

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *