Premier coup de l’An par Mondoi

Premier coup de l’An par Mondoi

Pour la Nouvelle Année, tous le monde se souhaite des ceci-cela, hypocritement ou sincèrement, personnellement, j’aime entrer dans cette année nouvelle avec la réalisation d’un de mes vœux, un souhait réalisable sans être ordinaire et qui marque le coup…

Dans les phrases stéréotypes de cette avalanche de bons vœux, il y a cette fameuse expression détournée que tous le monde a entendu au moins une fois dans sa vie, « je te la souhaite Bonne, Longue et Vigoureuse… », alors cette nouvelle année, j’ai décidé de l’illustrer par une mise en pratique réelle de cet adage détourné…

Comme j’ai terminé l’année précédente en ayant été visité analement qu’une seule fois par une vraie verge, aux douze coups de minuit, l’envie de faire plaisir à quelqu’un et de me faire plaisir aussi m’a titillée la rondelle, je devais commencer l’année en m’en prenant une Bonne, Longue et Vigoureuse dans les fesses…

Pour arriver à mes fins assez rapidement, j’ai cherché mentalement parmi les connaissances de mon entourage, à qui je pourrai bien demander un tel service, étant hétéro à tendances sodomites épisodique, je ne suis pas entouré de gays ou de bisexuels, me satisfaisant souvent des sodomies faites sur moi par les femmes ou moi-même…

En réfléchissant, je me suis souvenu d’un gars qui vient faire des audits épisodiquement dans l’entreprise où je travail, ce gars ne s’est jamais caché d’être homo, il a fait son « coming out » devant plusieurs d’entre nous, hommes et femmes, précisant même qu’il était plus Actif que Passif, c’est lui qui pénétrait et non le contraire, ça tombait bien…

Ce gars, appelons-le Paulo, ce gars mesurait un 1,80 m et faisait de la muscu pour s’entretenir, disait-il, à voir ce qu’il affichait sous la braguette, l’engin avait l’air d’être coordonné à sa carrure, Paulo s’amusait à tester les hommes en amenant les conversations sexe vers des sujets plus intimes comme par exemple, le doigt dans le cul…

Il prétendait que les hommes qui aiment se faire toucher l’anus par les femmes, étaient des bi ou des homos qui se cachaient, il l’affirmait même, en ayant rencontrés et dépucelé analement, ça rougissait grave parmi les collègues qui ricanaient bêtement en prétendant qu’ils n’étaient pas de ce genre et que la sodo c’était crado…

Pour moi, c’était décidé, j’allais le brancher pour qu’il me fasse le cul pour la nouvelle année, bien qu’étant un peu angoissé par la taille de son engin que j’avais aperçu comme étant volumineux sous le pantalon car bien qu’aimant les godes, j’en restais toujours à des longueurs et volumes moyens, gardant ainsi la sensibilité de la première fois…

Reprenant le travail le 3 janvier, je cherchais de suite à savoir s’il était là et je le trouvais avec d’autres autours de la machine à café, chacun offrait ses vœux à chacun et à sa façon, quand vint mon tour avec Paulo, je lui glissais que tout ça était bien joli mais que je ne voyais pas beaucoup de vœux se réaliser, du moins immédiatement…

Intrigué par ma réflexion, Paulo vient me parler un peu plus tard en me disant qu’il faut savoir attendre pour la réalisation des vœux, ne pas être trop gourmand et aussi ne pas penser qu’à soit, ce à quoi je lui réponds qu’il y a des vœux de petite taille qui peuvent être réalisés de suite en faisant plaisir à plusieurs personnes et gratuitement…

Il rit de ma réponse et veut en savoir plus, je lui donne l’exemple d’un homme marié qui souhaite faire l’amour avec une femme marié à un autre, c’est son vœu, cela peut se réaliser dans les jours ou semaines qui viennent et les deux y prendront du plaisir, Paulo acquiesce, il a déjà eu ce genre de vœux envers des gars, un par un ou tous ensemble.

Ensuite il me demande si j’ai une amante en vue, là je suis obligé de lui parler de mon vœu du moment, j’en profite pour lui remémorer ses discutions au sujet de la pratique du touché rectal dans le couple hétéro et lui avoue aimer cela, voir plus, il semble surpris et me dis qu’il n’imaginait pas cela pour moi, me pensant hétéro convaincu…

Je ne le détrompe pas au sujet des femmes mais lui précise que j’ai déjà goutté à la chose avec un homme après avoir testé tout ce qui peut être rentré par derrière pour le plaisir anal, je lui dis que je ne suis pas attiré par les hommes mais que je ne déteste pas, quand l’envie me titille l’anus, de me faire fourrer et sodomiser par un gars…

Ma franchise le laisse un instant sans voix, puis il se reprend en me demandant s’il a bien compris, mon vœu pour la nouvelle année est de me faire enculer…?
Je lui réponds par un hochement de tête, il me demande si j’ai trouvé quelqu’un pour me le faire, je lui dis que oui et que s’est lui, s’il accepte bien sur car il est en couple…

Il semble désappointé par ma révélation à froid et ma surprenante demande mais je vois aussi que le devant de son pantalon commence à être déformé par un début d’érection, les formes de sa verge se dessinent maintenant le long de sa cuisse, il me répond qu’il travaille seul tard ce soir dans les locaux et que je peux passer le voir…

Et bien voilà, la réalisation de mon vœu pour la nouvelle année est sur le bon chemin, finie la journée, je rentre chez moi le pas léger et la rondelle frétillante, à mon épouse je raconte qu’il y a un audit au travail et que je dois y retourner ce soir, je vais me prendre une douche et me fais un lavement afin d’être bien propre de partout…

Après avoir rapidement mangé, je ressors pour aller à mon rendez-vous avec lubrifiant et préservatif dans ma sacoche, je sonne à l’interphone et c’est Paulo qui m’ouvre en me demandant si j’ai un endroit préféré dans l’immeuble pour faire ça, je lui dis que mon bureau fera l’affaire, on n’est pas là pour se faire des papouilles, juste pour baiser…

Je monte l’escalier devant Paulo et déjà il me caresse la raie de plusieurs doigts, s’arrêtant sur mon anus qu’il effleure agréablement, je pousse légèrement sur mon sphincter pour commencer à m’ouvrir, arrivé dans mon bureau, Paulo sort sa queue de son pantalon pour me montrer sa taille, au cas où cela soit trop gros pour mon petit orifice…

Effectivement, son engin, sans être complètement bandé est déjà impressionnant, il me demande de le sucer quelque peu pour en avoir un réel aperçu et bien que je lui redise que je ne fais pas de papouille, je ne résiste pas à le prendre en bouche pour le durcir complètement, sa verge fait au moins vingt centimètres sur quatre ou cinq de large…

Heureusement, en le décalottant, je vois que son gland est en pointe avec une couronne peu prononcée, pas mafflue comme le mien, je le pompe un instant en lui massant les bourses, elles sont dures et velues, je les imagine pleine de foutre bien que pour l’enfilade j’impose la capote, je n’aurais pas le plaisir de me faire asperger le rectum de foutre…

Sa belle bite à durcie comme du bois dans ma bouche et en la regardant, je sais que je vais me faire défoncer, mon vœu se réalise, Bonne, Longue et Vigoureuse, j’ai choisi de m’installer sur le fauteuil club qui sert aux gens que je reçois dans mon bureau, là, s’est moi qui vais recevoir dans les fesses, je lui tends mon cul, il me baisse le slip…

Après m’avoir complimenté sur ma façon de le sucer, il enfile le préservatif et commence à me lubrifier l’anus, ses caresses sont douces et appliquées, je ressens de suite le savoir faire du connaisseur, il sait préparer et dilater, je pousse pour m’ouvrir et lui ordonne de me fourrer de suite, il pointe son gland sur mon entrée et me le rentre…
Les premiers centimètres sont agréables comme un gros suppositoire, c’est la suite qui me fait sentir la largeur de sa queue au ralenti, elle m’écartèle l’entrée et m’élargie l’intérieur puis son cheminement dans mon rectum est comme un envahissement, je suis rempli entièrement…

Paulo a un soupir de satisfaction, il me dit que mon cul est étroit et qu’il aime ça, il bouge doucement en moi pour que je m’habitue à sa présence volumineuse, la petite douleur sourde du début de l’enculade s’efface progressivement, je me branle mollement entre pouce et index, attendant le reste de son morceau de viande…

Paulo me prévient qu’il n’a pas tout rentré et me demande si je veux tout prendre, je lui dis de me faire le cul comme un homme, alors il me saisit aux hanches pour me retirer son morceau et me le remettre, je pousse un râle, le retrait m’a donné l’impression de me vider d’un énorme bronze et l’enfilade m’a de nouveau rempli…

S’en suit une série de va-et-vient langoureux, il me baise en douceur, plusieurs fois il retire sa queue pour me la remettre, cela m’éclate la rondelle, j’aime être enculé de cette façon, je fais de même quand je sodomise, je lui dis qu’il encule bien, il répond  » à ton service… »

Il vat me tringler pendant au moins vingt minutes, alternant ruades et lents mouvements de hanches, il me dit plusieurs fois que je suis « bonne » et que je mérite, je lui dis qu’il est un bon enculeur et qu’il mériterait que je lui fourre le cul en remerciement, il me redit qu’il est actif mais que je peux le finir à la bouche et sans capote si je veux, je lui dis que je n’avale pas…

Sous ses coups de bite, j’ai déchargé avant lui, Paulo m’a mis une secouée rapide pour lâcher sa purée dans la capote en poussant des petits râles de plaisir, quand il s’est retiré de mon rectum, ça m’a fait comme un grand vide, il m’a dit que j’étais grave ouvert et qu’il voyait dedans, je ne sentais plus les bords, sauf quand il m’a essuyé l’anus en me remerciant…

Quel beau début d’année…

FIN

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Premier coup de l’An par Mondoi

  1. Verja dit :

    On s’y croirait, ça m’a rappelé quelques bon souvenirs, je ne me suis pas fait ramoner le cul très souvent mais chaque fois cela fut fabuleux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>