Nuit d’hôtel… par Extr_aime

1 – Prélude
Ce jour là, j’étais à Paris pour un séminaire d’une semaine.

Le temps de trouver mon hôtel, de m’installer et de constater que les chambres étaient équipées du satellite et proposaient un bon nombre de chaînes, et me voilà au restaurant pour apaiser ma faim.

Le premier soir, alors que je zappais en repensant à ma journée, je tombe intrigué sur la chaîne bien connue pour ne diffuser que des films érotiques et pornographiques après une certaine heure.

Je me laisse vite envahir par le désir et passe une nuit très agitée allongé sur mon lit…

Le lendemain, un peu distrait, je me prépare à repasser une nuit rose en regrettant seulement de ne connaître personne pour m’accompagner dans mes ébats solitaires… J’élabore un plan, en me disant qu’en rôdant dans les couloirs pendant les films et en écoutant aux portes, je repèrerais bien qui a choisi le même programme, et qui sait, peut être une femme?

La nuit arrive enfin, après m’être excité sur une première émission érotique je déambule dans les nombreux couloirs… J’écoute à chaque porte, en vain, jusqu’au numéro 312….

Pas de doute, les bruits sont bien ceux d’une femme en plein orgasme. Je frappe donc en inventant une excuse bidon (erreur de chambre avec celle d’un ami)…Silence, la télé ne fait plus de bruit, des pas…..la porte s’ouvre ! Hélas c’est un homme peu attirant qui me regarde surpris…

Je me retire donc déçu et fini par revenir devant la télé… en montant bien le son, histoire de faire partager mes goûts aux voisins ! Si fort que soudain on frappe à ma porte, une femme, la quarantaine, bcbg, rousse, assez grande, très maquillée, avec un air furieux:

« Dites vous ne pouvez pas baisser le son quand vous regardez vos cochonneries ??? »

Je m’excuse et lui dit que c’était la seule chose que j’avais trouvée pour ne pas aller aux putes ce soir…

Elle me regarde intriguée, me dévisage, et je sens une opportunité. Je l’invite à boire un verre pour me faire pardonner, elle accepte. Je coupe le son mais oublie volontairement d’éteindre la télé, on commence à parler et je vois bien que son regard se tourne de temps en temps vers l’écran. Je lui demande si elle est mariée, me dit oui mais que son mari est déjà couché depuis longtemps et qu’elle s’est ennuyée à mourir…

Je lui dis alors simplement que j’ai envie d’elle en lui posant la main sur la cuisse. Elle me fixe dans les yeux…nos regards se mêlent comme des langues avides de salive…

La nuit la plus folle de ma vie commençait….

2 Quand tout bascule
Elle me dit alors de la rejoindre dans sa chambre dans 5 minutes…

Ces 5 minutes me parurent interminables.

Enfin je me décidais. Je frappe. pas de réponse, j’entrouvre la porte…la télé est bien sur la bonne chaîne, j’avance…et soudain la porte claque derrière moi; je sursaute et me retourne… et je découvre, stupéfait, ma chère voisine vêtue en maîtresse de cérémonie, tout en cuir, une cravache d’équitation à la main. Elle portait ses bottines hautes, un bustier très décolleté…

Elle me dit de me branler devant elle en matant le film…au début intimidé je finis par accepter.

Me voila la bite à la main, installé confortablement au fond du lit et elle me tournant autour…

Elle passe alors sa cravache en douceur sur mon sexe qui raidit encore plus, surpris d’une telle intrusion.

Soudain elle fouille dans sa garde robe et sort une minijupe en exigeant que je la mette; après un premier refus timide je finis par accepter…intrigué par le côté vicieux de cette femme décidément troublante.

Elle est assise au pied du lit, me fait tendre mon cul en m’appuyant sur ses cuisses, et me fesse pour ne pas avoir obéi de suite; cette situation nouvelle pour moi commence alors à m’exciter sérieusement… et elle en abuse. Elle me fit lécher sa chatte, ce que je fis avec un plaisir non dissimulé. Puis elle me dit que toutes ces émotions avaient dû me donner soif, qu’il était temps de boire un peu…

A ma grande surprise elle s’absenta un moment dans la salle de bain, et revint avec un verre à la main…

Ma crainte s’avéra justifiée…cette couleur jaunâtre n’était pas celle de la bière… mais bien celle de son urine !

Décidé à aller au bout de l’expérience, je goutte en grimaçant…Surprise par ma détermination, elle me fait m’allonger nu sous ma jupe dans la baignoire vide, ce que je fais de plus en plus intrigué.

Elle s’accroupit alors au dessus de mon visage, et je comprends alors que le verre n’était qu’un avant-goût…mon fantasme le plus inavouable prenait corps… je me fis asperger de pisse bien chaude, ca coulait sur mes cheveux, ma joue, j’ouvris grand la bouche pour la boire !

J’en profitais pour la doigter, ce qu’elle me fit payer en me pinçant le sexe. Je lâchais donc vite prise…

Elle me releva brusquement et me fit mettre à quatre pattes les mains autour du pied des toilettes; elle m’attacha les poignets dans cette position inconfortable. Je dus bien attendre quinze minutes avant qu’elle ne revienne…un gode ceinture installé à sa taille.

Elle me demanda de le sucer, ce que je fis sans trop rechigner, en salivant bien dessus. Puis elle écarta mes fesses et me dis de les tenir ainsi, avant de me doigter violemment

« Alors petit cochon tu rêvais de m’enculer hein…mais sais tu au moins ce que ça fait ? »

Je la suppliais de m’épargner, ce qui me valut un coup de cravache dans le cul et… L’intrusion soudaine du manche dans mon anus !

Je hurlais aussi fort que l’actrice du film …

Et ce qui devait arriver arriva…le gode commença a explorer mon anus vierge… en même temps que sa main me branlait à toute vitesse. Je jouis ainsi dilaté et enculé par cette salope vicieuse…

Elle avait tout prévu, même de mettre un sopalin sous ma bite pour récolter, le sperme, afin d’enduire son gode pour me le faire sucer… la boucle était bouclée….j’étais devenu sa salope, ce qu’elle ne manquait pas de me rappeler.

Je passais le reste de la nuit à la baiser ensuite de façon d’abord plus conventionnelle, en n’oubliant pas son anus et son aspersion a son tour. À genoux devant moi dans la salle de bain… mais cela est une autre histoire…

Le matin, avant de partir, elle m’offrit une petite pipe dans sa voiture avant de me déposer au métro…

Ce contenu a été publié dans Confessions, Histoires, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Nuit d’hôtel… par Extr_aime

  1. Chandernagor dit :

    Un bon commencement, aussi fantaisiste qu’improbable, mais ce n’est pas bien grave, c’est excitant en diable et on se délecte en se disant qu’on est partie pour une longue séance de lecture et patatras, c’est déjà fini !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *