Le bon cocu par Verdon

Le bon cocu par Verdon

Le Bon Cocu…

Lorsque l’Amant fait fête, devant lui, à sa Dame,
Tout Cocu bien content qui de plus est honnête,
Peut se féliciter, sans aucun état d’âme,
D’être par celui-ci, invité à la fête
Pour jouir du spectacle de voir son infidèle
Se faire aimablement baiser devant ses yeux
Ou même volontiers, chahuter la rondelle,
Jetant à la volée, des regards vicieux
Chargés de complaisance au Maître qui la nique
Et autant de défi au Mari authentique.

Elle se doit, c’est normal, de prendre son plaisir
Afin de contenter son généreux fouteur
Venu chercher ici davantage de bonheur
Car une seule épouse ne pouvant lui suffire
Il vient rendre service à d’autres délaissées
Dont le Mari, bien sûr n’est pas très empressé,
Ou n’a peut-être plus l’outillage adéquat
Pouvant valoriser les ardeurs débordantes
De l’épouse affamée qui gémit sous les draps
Devant une biroute bien souvent pantelante.

A service rendu, un autre est bienvenu
Et quand Dame est enfin à son aise repue
Il est de bon principe qu’à Cocu bienséant
On puisse alors offrir la pine de l’Amant
Encore nappée des crèmes de leurs belles ardeurs,
‘En bouchée’, s’il vous plaît, pour mieux la savourer
Puis dans le cul sans doute, pour bien le remercier
De s’être à leurs affaires si gentiment plié.

(20/06/2017)

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>