La librairie – 3 – Soirée chez les libraires (Suite et fin) par Mikado

La librairie – 3 – Soirée chez les libraires (Suite et fin) par Mikado

Je traverse la salle et me dirige vers les cuisines, Mlle m’interpelle et me demande de baisser la musique car Claude a une déclaration à faire. Le pharmacien débute son discours par un long préambule sur son amitié envers Paul et Mlle, sur les nouvelles avancées de la pharmacopée…. Tout le monde se regarde sans comprendre où il veut en venir. Il insiste sur l’amitié qu’il porte aux cousins, sur l’amour que porte Mlle à Paul, sur sa frustration. Finalement il en arrive au fait, Paul ne bande ni pour les garçons ni pour les filles, il en est malheureux car s’il est bien pourvu au niveau bite il manque de vigueur et ce soir, lui et la pharmacopée vont remédier à tout cela. Arlette qui s’était éclipsée revient parmi nous avec une petite trousse médicale, elle me demande de tirer la longue table basse au milieu de la pièce et demande à Paul de s’y allonger. Aussi tôt dit aussi tôt fait. Elle ouvre telle l’assistante du magicien la trousse dont elle montre le contenu à l’assemblée, elle contient 2 seringues et des liens en caoutchouc.

Claude explique que le produit miracle, une fois injecté…..dans la bite de Paul, s’il état d’accord, allait provoquer une solide et durable érection. Paul regarde Mlle, elle acquiesce, il est d’accord lui aussi. Claude désinfecte le point de ponction, pique et injecte doucement le contenu de la seringue, il fait ensuite un garrot à la base de la queue de son ami. Les secondes passent et insensiblement nous voyons s’installer un début d’érection. Enfin nous voyons se dresser timidement cette énorme bite qui enfle et se redresse de plus en plus fièrement jusqu’à culminer à 30 bons cm sur une épaisseur considérable de plus de 5 cm.

Mlle s’est levée, elle s’approche, elle semble incrédule, elle ne dit mot et s’empare tendrement du sexe de son cousin. Elle le caresse, fait courir sa main de bas en haut, elle le masturbe puis approche son visage du gland turgescent et le lèche puis ses lèvre l’entourent et sa bouche glisse le long du membre tendu qu’elle englouti le plus possible et entame une longue fellation. Au bout de quelques temps son cousin lui demande de se mettre en levrette afin de la pénétrer. Mlle est à 4 pattes sexe largement écarté et luisant de mouille, Paul s’approche et introduit jusqu’aux couilles son énorme bite dans la chatte cyclopéenne de Mlle qui des les premiers mouvements de bassin se met à hurler de plaisir. Tout le monde regarde le spectacle et chacun envie un peu Mlle. Paul est aux anges il baise enfin sa cousine qui ne le prendra plus pour une larve, il prend un malin plaisir à la saillir comme une chienne, il semble infatigable, elle semble insatiable, si bien qu’au bout d’un moment excités par le spectacle les couples se reforment, Pierre baise Arlette pendant que Valérie se fait fister la chatte par Claude.

Nada attirée par les hurlements de louve de Mlle est venu dans le salon, seule dans son coin elle se caresse discrètement le bout des seins. Je ne peux m’empêcher de la regarder, remarquant mon regard elle se caresse avec plus d’insistance et moins de discrétion, elle me lance un clin d’œil qui vaut invitation. Je la rejoins et passant derrière elle je lui pétris les seins qu’elle a fermes et hauts. Ses mains, qui n’ont plus d’occupation commencent à me branler puis s’agenouillant elle me prend dans sa bouche. Elle suce divinement bien, elle alterne mouvements lents et rapides, ses mains malaxent mes couilles et rapidement elle introduit un doigt puis deux dans mon anus.

Tout à coup un barrissement interrompt les ébats de tous les couples, Paul et Mlle jouissent à l’unisson des flots de sperme s’écoule le long des cuisses de Mlle, Paul redouble d’ardeur et Mlle hurle de plus belle, son orgasme est tel qu’elle éjacule et pisse en même temps, le spectacle est à la fois surréaliste et excitant. Nada me prend par la main et me conduit vers les canapés ou nous nous allongeons pour nous caresser à l’aise. Mes mains courent des seins au sexe de ma partenaire, heu… devrais-je dire mon partenaire car ce n’est pas un clitoris que je caresse mais une bonne bite bien raide. Je lui retire sa djellaba et admire un corps de femme avec des formes de femme et une bite en érection. Son corps et totalement épilé sauf un petit triangle de poils noirs juste à la naissance de son sexe. Je ne peux m’empêcher de la caresser de la bouche et des mains, les seins, le ventre le sexe, les fesses tout y passe. Je n’en peux plus j’ai envie qu’elle me pénètre, je m’allonge sur le dos écarte haut les cuisses et lui offre ma chatte anale qu’elle pénètre violement et sans efforts. A chaque mouvement ses couilles s’écrasent contre mes fesses, j’aime cette situation où une femme dont je caresse la poitrine souple et chaude me pénètre avec sa bite bien vivante que je sens frémir au plus profond de moi. Je vibre de plaisir et râle comme une jouvencelle.

J’entends Mlle parler manifestement de moi avec Arlette :

 » ….si ce petit cochon aime la bite nous allons lui en donner…. « .

Quelques instants plus tard voilà Mlle qui annonce à la cantonade que mon cul est à disposition de ces messieurs, elle demande sèchement à Nada d’éjaculer rapidement et de retourner en cuisine. Nada accélère son va et vient mais pas assez vite au gout de Mlle qui  » la stimule  » en cinglant ses fesses et son dos de coups de martinet rageurs ; enfin elle jouit et je sens son sperme chaud envahir mes entrailles. Mlle me relève rapidement en me tirant par les cheveux et m’offre, croupe relevée, aux males de l’assistance, sur la table du salon. J’ai le cul en feu et il réclame de la bite. En attendant le premier de ces messieurs elle me fesse sèchement à coup de martinet tout en proposant à Pierre d’ouvrir le bal.

Je sens rapidement sa queue contre ma rondelle et sans attendre il s’enfonce jusqu’aux couilles me traitant de petite lope, de pute qui mérite d’être défoncée sans égards. Il me pilonne tout en me claquant violemment les fesses. Je ne ressens pas trop la douleur tellement je suis excité, être utilisé ainsi comme vide couilles me met en quasi transe. La situation semble plaire à Valérie qui encourage son homme, je sens que cette excitée caresser les couilles de son mec quand elle se rend compte de mon érection.

 » Tu ne dois pas bander petite lope  » me dit elle et aussi tôt la voilà qui me tord les couilles, la douleur est violente mais ma fierté m’interdit de hurler, l’effet est immédiat je ne bande plus…

Pierre fini par jouir en moi, il se retire et comme dans la chanson dit  » au suivant « . Le suivant doit être Paul car le calibre est conséquent, heureusement j’ai le cul rempli de sperme, çà aide. Lui aussi me pilonne jusqu’aux couilles, je sens sa queue loin en moi, c’est bon je ne suis plus qu’un cul… Comme j’apprécie sa pénétration je remue de la croupe, il demande à Mlle de me calmer. Sans se faire prier celle-ci m’assène quelques coups de martinet sur le bas du dos, oups je n’ai pas intérêt à montrer mon plaisir…. Encore quelque coup de boutoir et il m’inonde, j’ai l’impression que ses flots de foutre ne s’arrêteront jamais, qu’il est intarissable, il se retire et je reçois encore quelque jets de sperme sur les fesse et les cuisses. Claude dit  » à mon tour de défoncer cette chatte de pute « , je souris en mon fort intérieur car après l’engin de Paul son clito ne risque pas de me faire chavirer… Je n’aurais pas dû avoir cette pensée car ce salop ne me queute pas, non, il me fiste poing fermé. J’ai beau être préparé, çà ne passe pas sans mal, la douleur est vive mais je me dis qu’il faut que çà passe. Son poing est enfin passé, il enfonce son avant bras et lui imprime mouvements de rotation et va et vient, la douleur fini par se transformer en plaisir. Tout le monde dans l’assistance apprécie l’exploit et Mlle m’autorise en récompense à me laisser aller à mon plaisir, Je demande à Claude d’accélérer le mouvement, de déculer pour mieux me reprendre poing fermé, ce qu’il fait à chaque aller retour, c’est trop bon, je hurle de plaisir et éjacule à mon tour. Mlle appelle la grosse Leila et lui demande de faire le ménage. La bonne se met à me lécher goulument l’anus, les fesses les cuisses et lorsque elle en a terminé de moi et lèche consciencieusement le sperme étalé sur la table.

Je n’en peux plus j’ai le cul en feu d’avoir pris des coups, je passe mes mains sur mes fesses pour me masser et j’en profite pour vérifier l’état de ma rondelle, j’ai le cul béant tellement il a été défoncé et du sperme mêlé de sang s’en échappe encore. Rachel me prend par la main m’entraine vers un canapé en me disant  » tu as été parfait et courageux, viens je vais prendre soins de toi… « . Elle s’absente quelques instants puis revient munie d’une trousse d’où elle retire une crème dont elle d’enduit l’anus,  » c’est un raffermissant  » me dit-elle puis puisant une crème dans un autre pot elle m’en enduit les fesses, le dos et les cuisses ce qui soulage instantanément les brulures du martinet. Ses mains sont douces et la crème me procure une sensation de fraicheur, Rachel me masse le dos les épaules, puis les cuisses, l’intérieur des cuisses, elle en profite pour tester l’élasticité de mon anus qui, dit-elle, se referme. Elle me caresse les couilles, j’ai un peu de recul car elles sont encore douloureuses du traitement infligé par Valérie. Rachel s’en rend compte et dit :  » la salope paiera en temps utile…  » Puis me dit avec douceur  » courage ! Mes massages et la crème vont de soulager, tu as assez donné pour ce soir ; maintenant reste avec moi. Nada va faire son spectacle tu verras c’est particulier.  »

Quelques instants après Nada vêtue en danseuse orientale nous exécute une lancinante danse assortie d’un lent striptease. Une fois nue elle s’allonge sur le tapis et commence à se caresser, les seins, le ventre les cuisses qu’elle relève haut puis en souplesse elle courbe son corps et entame une auto fellation. Ses mains soutiennent écartent ses fesses et caressent sa chatte anale si bien qu’en quelques minutes elle se fiste tout en se suçant. Le spectacle est hallucinant, je me mets à bander à nouveau. Sans rien dire Rachel se lève écarte ses cuisses et lentement approche son anus de ma queue qui sans problème entre dans cette grotte chaude et humide. Une fois pénétrée à fond elle reste assise sur moi sans bouger et entame de lentes contractions du rectum, l’effet est indescriptible, c’est doux et donne l’impression de vagues électrisantes remontant le long de mon sexe. Elle s’introduit ensuite deux doigts dans la chatte et me masse doucement le gland tout en se caressant, cette femme est diabolique… Je me plaque contre elle, mais mains caressent sa poitrine, j’aime sentir ses petits seins flasques rouler entre mes doigts, se tétons sont érigés et je prends plaisir à les pincer sans violence excessive. Par-dessus son épaule je peux profiter du spectacle donner par Nada, sa tête va et vient le long de sa bite et une de ses mains est entièrement enfoncée dans sa chatte. Elle accélère le mouvement de sa bouche et Rachel celui de ses contractions et de la pression de ses doigts. Nada gémit du sperme s’échappe de sa bouche, Rachel raffermit encore plus ses contractions et en augmente encore le rythme ce qui provoque ma jouissance et la sienne car je sens gicler sur mes cuisses des flots de cyprine.

La soirée touche à sa fin chacun est repus de sexe de nourriture et d’alcool. Les invités regagnent tour à tour la sortie sans oublier de remercier leurs hôtes pour la qualité de la soirée.

Je me suis moi aussi habillé, et je demande à Mlle et à Paul s’ils ont besoin d’aide pour ranger et nettoyer le salon. Mlle me répond que non, qu’elle et son cousin ont été très satisfaits de mon travail et de ma disponibilité mais qu’il ne sera pas la peine de revenir mardi à la librairie. Elle me tend un chèque couvrant mon salaire jusqu’à la fin du mois d’aout ainsi qu’un  » petit supplément « . Je lui exprime ma surprise car il me reste encore plus d’une semaine de travail, elle me sourit pour la première fois et me dit  » ce soir tu as changé d’employeur « . C’est alors que Rachel s’avance me prend par le coude et me demande de bien vouloir l’accompagner….

Fin de l’épisode

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La librairie – 3 – Soirée chez les libraires (Suite et fin) par Mikado

  1. Claire dit :

    J’avais lu les chapitres 1 et 2 il y a quelque temps et n’avait pas remarqué ce chapitre 3
    Il est inférieur aux précédents puisque privés des audaces qui en faisaient le sel.
    Et puis l’obsession dimensionnelles des grosse bites, ça va bien cinq minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *