Coquine Léah – 4 – Dans le parc par Eric 3

Coquine Léah – 4 – Dans le parc par Eric 3

En cette superbe journée estivale, Léah a accompagné Charles au pique-nique annuel de son club de voitures de collection. Bien que n’étant pas particulièrement passionnée par ce sujet, c’est toujours avec plaisir qu’elle retrouve la société de certaines de ses amies à ces occasions, d’autant que le superbe cadre du parc d’un château de la région qui leur est prêté, se prête particulièrement à la douceur de vivre.

De plus, la lettre qu’elle a reçue avant-hier de Franck la met de particulièrement bonne humeur. Un an et demi que celui-ci avait disparu de sa vie, pour aller poursuivre ses études au Canada. Cette annonce l’avait fortement démoralisée au début, puis ils avaient entamé une relation par l’intermédiaire de messageries, fréquemment agrémentée de petits colis coquins de sa part. Malgré cela, et surtout du fait de sa découverte de son état de future mère, leur relation s’était distendue. Parallèlement, elle avait entamé une aventure avec son amie Hélène, qui lui laissait bien des souvenirs émoustillants ! Ah, cette scène dans la cabine d’essayage, ou Hélène s’était subrepticement glissée alors qu’elle était en sous-vêtements (Pourtant, elle ne se croyait pas franchement sexy, son ventre commençant à montrer des rondeurs évidentes !)… Il faudrait qu’elle raconte cela à Franck ! En omettant les détails sur son état toutefois…

Etrangement, elle n’avait jamais parlé à Hélène du goût qui lui était venu de se mouiller. Il faut dire qu’elle n’arrivait pas à dissocier ces jeux du souvenir de Franck, et les pratiquer avec une autre personne lui aurait paru la pire des trahisons.

– Tiens ! Mais qui est ce beau jeune homme là-bas près de là Jag blanche ? On dirait Franck, c’est impossible il n’arrive que Mercredi ! Décidément je vois Franck partout en ce moment

Ah Mercredi… Encore 3 longues journées et elle ira le chercher à l’aéroport… Elle a du mal à imaginer ces retrouvailles !

– Tiens mais c’est Hélène qui discute avec lui, il a des allures de propriétaire, non décidément ça ne peut pas être lui ! Allez c’est l’occasion de faire connaissance

Elle traverse donc le parc, et s’en va retrouver son amie.

– Bonjour ma chérie ! Je vois avec plaisir que tu es venue également !
– Tiens ! Bonjour Léah ! On ne te voyait plus beaucoup ces temps-ci, trop occupée à pouponner ?

En s’embrassant, Hélène arrive a lui voler un petit baiser sur la bouche. Eh ! Mais on est en public !

– Je vois que tu as retrouvé ta taille de jeune fille !!

Effectivement, Léah sent les mains se son amie qui s’attardent un peu plus qu’il n’est décent sur ses hanches… Elle se dégage doucement.

– Mais qui est donc ce jeune homme avec qui tu discutais ?
– Ah, je vois que tu n’as pas l’œil dans ta poche petite coquine ! Il me faisait l’honneur de sa toute nouvelle voiture. Tu veux que je te le présente ?

Et, joignant le geste à la parole, Hélène entraîne son amie vers le jeune homme en question.

– Mon amie a particulièrement remarqué votre voiture

En voyant le jeune homme se retourner, Léah croit qu’elle va s’évanouir ! Mais oui c’est bien lui aucun doute possible ! Il ne faut pas qu’elle montre son trouble, vite trouver quelque chose à dire ! Et manifestement il ne l’aide pas, restant la bouche bée sans prononcer un mot !

– Eh bien vous étiez plus éloquent tout a l’heure jeune homme ?

Heureusement Hélène vient à la rescousse ! Bravo la discrétion ma petite Léah, espérons que personne d’autre n’a rien remarqué !

– Oh excusez-moi ! Je ne sais pas par quel bout commencer ! Oui, beau modèle hein ? Je viens d’en hériter de mon oncle !
– Superbe legs qu’il vous a fait là !
– Et puis elle a une histoire peu banale : il l’avait achetée neuve en 1969 après avoir gagné aux courses, vous vous rendez compte ? Elle a presque deux fois mon age !
– Effectivement, vous voilà flanqué d’une maîtresse plutôt âgée !

Subitement, Léah sent une main lui prendre la taille.

– Ah, ma chérie, justement je voulais te présenter mon fils, tu sais je t’en avais un peu parlé ! Mais je vois que vous avez déjà fait connaissance !

Son fils !! Mais comment est-ce possible ? Maintenant elle se rappelle soudain cet enfant dont lui a parlé Charles un jour, fruit du premier mariage de celui-ci… ça pour une coïncidence !!

– Eh bien oui, il était justement en train de me raconter l’histoire de sa voiture ! Mais je n’avais absolument pas fait le rapprochement avec le décès de ton frère cet été !

– Eh soit bien sage avec ma femme, hein, Franck ! Je te la confie.
– N’aie crainte papa, tu la laisses en de bonnes mains

Et Charles s’éloigne, retournant lécher le cul de son patron qui lui présentait sa petite merveille de vulgarité récemment acquise.

– Eh bien … Franck ! On peut se tutoyer je suppose maintenant ?
– Eh certes, Léah… tu n’es plus une inconnue maintenant, ma belle-mère !
– ça pour un choc ! Ça faisait longtemps que tu n’avais plus vu ton père je crois ?
– Eh oui… 15 ans, on s’est retrouvés a l’enterrement de mon oncle
– Eh, te voila investi de la responsabilité de ma personne, de part l’autorité paternelle maintenant !
– Eh oui, mais avec ordre d’être sage !
– Pour l’après-midi seulement…Mais il va falloir que je t’abandonne un moment, sais-tu où sont les toilettes ?
– Dans le petit pavillon là-bas… Mais elles ne sont pas très propres !
– Qu’en sais-tu ? Y aurais-tu suivi une de tes conquêtes ?

Et, sans attendre sa réponse, Léah se dirige vers le petit pavillon en question… En y pénétrant, elle est assaillie par une odeur qui corrobore parfaitement les affirmations de Franck ! Berk ! Elle ne va quand même pas faire pipi là, c’est dégoûtant ! Elle ressort du local illico, pour apercevoir Franck qui se dirige d’un pas tranquille vers elle !

– Je t’avais prévenue… Heureusement le parc est grand, pour ma part j’ai trouvé un endroit discret pour me soulager

Voilà une suggestion qui mérite d’être suivie ! Décidément ce garçon n’aura pas mis longtemps à refaire naître chez elle des idées qu’hier encore elle considérait comme folles, et faisant partie d’un passé enterré !

– Eh bien pour un garçon, c’est assez naturel, mais pour moi tu n’y songes pas ?
– Mais tu oublies que j’ai promis à mon père de veiller sur toi ! Qu’as tu à craindre ?
– Et d’être sage !
– Allons vers le fond du parc, il y a là-bas des petits bosquets très discrets !

Sentant sa vessie la presser de plus en plus, Léah se range à cet avis, et ils se dirigent vers le fond du parc. Elle a de plus en plus de mal à se retenir ! Ooops !

– Eh bien Léah ? Que t’arrive-t-il ? Tu marches de plus en plus lentement !
– Ecoute… J’ai trop envie je ne peux plus tenir !! Arrêtons-nous-la, et surveille que personne ne vienne !
– J’espère que personne ne nous verra ! Accroupis-toi, je pense que ce buisson devrait te cacher suffisamment

A la crainte d’avoir été remarqués, Léah ne peut empêcher un nouveau petit jet de lui envahir la culotte ! Elle ne se fait donc pas prier pour obéir à Franck et s’accroupit sans autres manières. Oh et puis hein, puisque que le mal est fait ! Et elle décide alors de garder son sous-vêtement en place pour laisser sa vessie se vider ! hummm quel délice !

– Eh mais dis ! Tu m’avais promis de faire le guet !
– Moi ? Ah mais pas du tout, c’est à mon père que j’ai promis de veiller sur toi !
– Et t’appelle ça veiller sur moi, me mater en train de faire pipi ?
– Eh oui… J’espérais te prévenir suffisamment tôt que tu avais encore oublié d’enlever ta culotte, mais je n’ai pas eu le temps !
– Petit salaud, va, je suis sure que tu n’as même pas essayé !
– C’est quand même pas de ma faute si Madame est si distraite !
– Et dire que tu avais promis à ton père d’être sage ! C’est du propre !
– Et qu’ai-je donc fait ?

Evidemment Léah est bien en peine de répondre… Ce qu’elle aurait souhaité qu’il fasse, ça oui elle ne le sait que trop ! Mais elle ne peut s’empêcher de le rendre responsable se sa souillure ! D’ailleurs cela ne lui arrive jamais qu’avec lui !

– Il faut que tu enlèves cette culotte maintenant, tu ne peux pas retourner te balader au rassemblement comme ça !
– Et pourquoi pas ? Et puis qu’en ferai-je ? Je n’ai pas mon sac et tu n’as pas mérité que je te fasse un si joli petit cadeau !

Lorsqu’elle se lève, elle sent encore quelques gouttes lui couler le long des cuisses ! Mhhh quelle douce sensation que de sentir sa culotte trempée sur ses fesses quand elle marche ! Heureusement, Franck la rassure sur l’état de sa robe qui n’en laisse rien paraître !

Lorsque la fin de l’après-midi arrive, et qu’il est temps de ramener les belles mécaniques dans leur garage, son sous-vêtement a eu le temps de sécher, malgré les autres petits accidents qu’elle n’a pu s’empêcher de provoquer, notamment quand ce gros visqueux de patron de Charles lui a fait des avances fort déplacées ! Se croit-il donc tout permis ? Elle espère qu’elle a su le remettre à sa place avec assez de diplomatie ! Ah re-voila Hélène… doit-elle lui parler de l’attitude de son mari envers elle ?

– Tiens te revoilà ! Depuis que je t’ai présenté ce jeune homme, je ne vous ai plus vus !
– Oh ! C’est amusant, c’est le fils de Charles ! On a passé un après-midi formidable !
– Son fils ? Quel dommage ! Vous avez eu l’air de plutôt vous plaire d’emblée !
– Nous plaire !? Allons allons que vas-tu imaginer ? Tu es vraiment trop perverse !
– Moi, perverse !? Je t’ai pourtant bien vu faire du gringue à Raymond !
– Du gringue ? Mais c’est plutôt lui qui m’a fait du rentre-dedans !
– A te regarder, tu n’y avais pas tu tout l’air insensible pourtant !
– ça n’a rien à voir avec lui, c’est tout a fait autre chose !
– Autre chose ? Et quoi donc dis-moi…?

Et Hélène de froncer le nez tout en dardant un regard inquisiteur sur les cuisses de Léah !

– Il y a une drôle d’odeur tu ne trouves pas ? Comme si les toilettes avaient décidé de polluer tout le parc !
– Oh tu trouves ? Je n’avais rien remarqué !

Léah est devenue rouge de honte, elle ne sait plus ou se mettre ! Heureusement Franck arrive à ce moment.

– Tiens re-bonjour Madame ! Dis-moi Léah, Papa est parti, il m’a demandé de te raccompagner
– Oh vraiment ? Tu vas me faire l’honneur de ta belle voiture alors ?
– Eh oui ! Papa me prête son garage d’ailleurs, heureusement je ne sais pas ou je l’aurais mise !
– Bon Hélène, je vais te dire au revoir, on se voit toujours Jeudi matin pour faire des courses ?
– Bien sur !! J’ai d’ailleurs repéré un nouveau magasin de lingerie, tu m’as l’air d’en avoir besoin !

Et de lui lancer un regard appuyé !

– Besoin ? Oh euh… Peut-être oui

En se faisant la bise, Hélène lui chuchote quelque chose à l’oreille qu’elle ne comprend pas vraiment, mais ou il est question de petite cochonne qui aurait besoin d’une culotte propre ! En montant dans la voiture de Franck, elle ne peut s’empêcher de donner à celle-ci une vision alléchante de ses dessous, en préparation de leur prochaine séance de shopping.

– Allons, chauffeur ! A la maison
– Bien Madame ! Madame a passé un bon après-midi ?
– Excellent ! Mais il est temps que je rentre me changer pour le dîner !

Eric le 2 Janvier 2006

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Coquine Léah – 4 – Dans le parc par Eric 3

  1. Chandernagor dit :

    Léah en mode retour, beaucoup de pistes mais aucune n’est exploités. Décevant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *