Branlette par Verdon

Branlette par Verdon

Branlette

Prends donc ma pine dans la main
Fait lentement des va et vient
Laisse glisser de bas en haut
Tes doigts divins contre ma peau,
Pour dégager de son fourreau
Le gland gros comme un bigarreau
En le tenant comme un poulbot
Qui pisse dans le caniveau !

Branle ma queue à pleine main
Tripote-la avec entrain
Agite le bout de mon sexe
Entre le pouce et ton index
Pour faire grimper entre mes reins
Ce plaisir qui fait tant de bien.
Et fait bander le fier serin
Autant qu’un superbe gourdin !

Fait coulisser avec ta main
Le prépuce du bel engin
Et câline de l’autre main
Les rondes boules de mes couilles
Tandis que ton index fouille
Ce médaillon entre mes fesses
Où je perçois tant d’allégresse
En l’étroitesse où il progresse !

Surtout ne change pas de main
Car je sens que le moment vient
Vu que j’ai les balloches pleines
Et beaucoup de sang dans les veines.
Ton doigt vicieux qui fait du zèle
Boute le feu en ma cervelle
Car le p’tit trou où il s’insère
Comme un étau sur lui se serre !
Serre ma pine avec ta main
Le jus arrive à fond de train
Lorsqu’en mon cul ton doigt friponne,
Ho ! Que la sensation est bonne
Quand mes roustons gonflés à bloc
Qui sous ma pine s’entrechoquent
Laissent échapper leur contenu
Au bout de ma verge tendue !

Plaque mon sexe avec ta main
Bien à fond contre ton bassin
Pour faire jaillir le chaud butin
Sur le cuivre de tes tétins
Bandés comme des petits nains,
En ciselant des serpentins
Argentés, sur le parchemin
De la peau douce de tes seins !

Guide mon sexe avec ta main
Entre tes lèvres de carmin
Pour consommer tout le trop plein
Du joli membre turgescent
Qui, dans ta bouche où il descend
Offre à tes joues toutes en rondeur
Le flot bouillant de sa liqueur
Que tu savoures avec bonheur !

Presse mes bourses entre tes mains
Comme on presse de gros raisins
Pour en extraire tout le bon vin,
Et siroter jusqu’à la fin
La dernière goutte de tanin
Pour se soûler du jus divin !

Câline enfin avec tes mains
Mon boute-joie qui plein de larmes
Tout doucement rabat son charme
Pour s’endormir entre tes seins
Doux comme un chat qui n’a plus faim
…………………………….
………Et puis ne plus penser à rien !


(10/03/2010).

+0+0+

(Pour honorer toute branleuse
Les Dames, les Trans, les amoureuses
Sans oublier tous ces galants
Dont le poignet a du talent).

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>