Sublime Yolande par Pierre Bayet

Sublime Yolande par Pierre Bayet

Yolande entre dans le living. Ses talons résonnaient depuis la cuisine, annonçant à Bidule, son soumis, l’arrivée de sa maîtresse. Ce dernier se tient à genoux la tête basse en signe de dévotion. Yolande s’approche de Bidule et vient placer ses jolis pieds sous le visage de son esclave. Du bout de son gros orteil, elle relève le menton de Bidule, qui peut enfin contempler sa Déesse.

Yolande est sublime, elle s’est maquillée et porte un ensemble sexy et des chaussures à hauts talons. Autour de son cou, elle a mis le fin collier que son esclave lui a offert pour Noël. Un long foulard court autour de son corps élancé, que de nombreux bijoux viennent mettre en valeur. Dans ses mains, Yolande tient une cravache qu’elle fait claquer pendant que Bidule la contemple.

Très vite Bidule se prosterne à nouveau aux pieds de sa maîtresse et, tandis qu’il embrasse avec amour le pied gauche, Yolande griffe son dos avec le talon de son escarpin droit. Bidule est aux anges. Yolande est fière et goûte à la toute puissance de sa séduction. Elle s’installe dans le divan. Bidule la suit, toujours à ses pieds.

Dans le divan, Yolande étend ses longues jambes devant son soumis qui n’en peut plus. Elle l’autorise enfin à toucher son corps de déesse. Bidule porte sa bouche vers les jambes magnifiques de sa maîtresse et amoureusement, pose de petits baisers du bout des pieds vers les genoux, sur les cuisses lisses pour terminer face au petit trésor. Yolande l’arrête net. Elle veut le voir suppliant devant son infinie beauté. Bidule la regarde. Elle est belle… Yolande sait quel tourment elle fait subir à son soumis, mais cela fait partie de son jeu. Elle le manipule simplement par sa beauté.

Yolande agrippe Bidule par les cheveux et entraîne sa bouche sur son ventre. Bidule baise le petit ventre de Yolande et remonte lentement vers son cou. Yolande la tête en arrière, goûte pleinement aux attentions dont elle est l’objet. Elle sent aussi l’effet qu’elle a sur son esclave, dont la verge vient maintenant frotter sa jambe. Elle sait qu’il fera tous ses désirs et qu’un claquement de doigts suffira à le mettre à ses pieds.

Yolande est de plus en plus excitée. Elle griffe le dos de son soumis avec ses ongles et l’entraîne à nouveau vers le bas.

« Baise ma culotte ! ».

Bidule s’exécute avec plaisir et va embrasser le morceau de soie, dernier rempart vers l’infini trésor. Très vite Yolande lui ordonne d’aller plus loin et le petit bout de tissu glisse maintenant sur les longues jambes de Yolande.

Bidule honore sa maîtresse qui, de sa cravache, impose le rythme de ses caresses. Bidule est entièrement dévoué à Yolande et lèche le petit clitoris qui se gonfle à chaque passage de sa langue. Yolande creuse les reins pour imposer sa chatte à son esclave. Elle crie, il la satisfait. Il s’épuise, elle impose le rythme par des coups de cravache et le mouvement de son bassin. Bidule n’en peut plus mais sa maîtresse en veut encore et encore. Ses cris encouragent son esclave qui se soumet à son plaisir. Quand Yolande est repue, Bidule retombe à ses pieds et attend le bon vouloir de sa Déesse.

Yolande regarde son soumis à ses pieds. Elle est fière de voir un homme ainsi l’adorer. Bientôt elle se lève. Bidule la suit en baisant ses pieds à chaque pas. Elle le manipule et l’amène ainsi jusqu’aux toilettes.

« A genoux, esclave ».

Tandis que Yolande s’installe pour se soulager, Bidule vient placer sa tête entre ses jambes. De petits jets saccadés coulent dans la cuvette. Bidule n’en peut plus, il voudrait la boire. Yolande le sait et lui interdit d’aller plus loin. Lorsqu’enfin Yolande s’est soulagée, Bidule peut la lécher pour la nettoyer. Bidule est à genoux devant Yolande. Il tient sa verge en main tandis que sa langue nettoie la chatte de sa Déesse. Il est aux anges et bientôt des giclées de sperme s’échappent de son dard et se déposent sur les jambes de sa maîtresse. Quand Yolande est bien nettoyée, elle maintient Bidule en position et lui impose de lécher la semence qu’il vient de déposer sur son corps sacré. Bidule est heureux.

pierrebayet@tiscali.be

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Sublime Yolande par Pierre Bayet

  1. Chandernagor dit :

    de la domination sans prise de tête, dommage qu’il n’y ait pas un épisode gode-ceinture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *