La soumission de Marie 1 – Séance de photos par Marie01

La soumission de Marie
1 – Séance de photos
par Marie

Bonjour, je m’appelle Marie, et je viens vous raconter comment j’ai découvert et pratiqué la soumission féminine.

J’avais toujours fantasmé sur des images de films dans ma jeunesse où l’on voyait des jeunes femmes attachées à des poteaux, en attendant que le bon cow-boy la délivre des méchants.
Je suis de formation juriste, et j’ai l’habitude de négocier des contrats avec d’autres sociétés. Pendant une de ces négociations, j’avais en face de moi, dans l’équipe de négociation adverse, un autre juriste, homme, de 35 à 40 ans environ, assez beau garçon. Pendant toutes les réunions je n’avais cessé d’être perturbé par son regard lourd et inquisiteur, cherchant presque à me déshabiller, et me donnant l’impression de me dire : “ un jour tu seras à moi ”.

Le dernier jour de la négociation, nous bûmes tous ensemble un peu de Champagne pour fêter la bonne conclusion de nos affaires et parlèrent de tout et de rien ensemble. Mon homologue avocat, appelons le Gabriel, vint vers moi pour me dire comment il avait apprécié négocier avec moi, et pour me féliciter pour mon travail. Puis il me dit :

– “ Bous nous sommes opposés pendant près de 3 mois, acceptez-vous de déjeuner demain avec moi (un samedi) pour parler d’autres sujets que professionnels ? ”

Un peu étourdie par l’alcool et l’ambiance j’acceptai et lui donnai rendez-vous chez lui le lendemain.

Le lendemain matin je m’habillais d’une robe noire assez moulante qui mettait bien en valeur mes seins, de bas noirs, et des dessous en dentelle ; Je ne sais pourquoi mais j’avais le sentiment que ce serait un jour particulier pour moi.

J’avais une certaine appréhension en sonnant, mais l’accueil fut très chaleureux et Gabriel me mis tout de suite à l’aise.

Je découvre une petite maison en plein cœur de Paris, meublée avec beaucoup de goût. Je suis tout de suite attirée par des photos de femmes nues dans des poses très belles. Gabriel remarque mon trouble mais ne dit rien.

Le repas chez lui fut très agréable, et je découvris un homme charmant, très cultivé, mais je sentais toujours son regard lourd sur mon corps. Au café, je lui posai une question sur ces photos

– “ C’est moi qui les fait ” me répondit-il.
– “ Et avec qui ?
– “ Avec des jeunes femmes qui acceptent de servir de modèle. Venez, je vais vous en montrer d’autres puisque vous semblez intéressée.

Et il sort un album recueil de ces œuvres. Parmi elles une qui me trouble particulièrement, celle d’une femme totalement nue, les yeux bandés, appuyée contre une poutre en bois légèrement penchée, les mains attachées dans le dos. Gabriel s’aperçoit de mon trouble.

“ Si vous voulez, je vais vous montrer où je l’ai faite. ”

Et il m’entraîne dans un escalier qui descend dans sa cave. Nous rentrons dans une pièce, aux murs de pierre, à la lumière tamisée, décorée curieusement. Des rideaux noirs semblent cacher des objets ou des décorations, des poutres d’où pendent des chaînes et des cordes, une curieuse table basse et dans un coin cette fameuse poutre de la photo.

J’avoue que je suis très surprise et troublée, comme prise dans un piège dont j’ai à la fois envie et qui me fait peur. Sous le regard de Gabriel. Je me dirige vers la poutre et m’adosse dessus comme sur la photo, puis je regarde Gabriel en lui disant :

– “ C’est ainsi qu’elle était ? ”.
– “ Oui, mais elle était nue ” dit-il en me regardant fixement.

Je ne sais quoi répondre.

“ Mais elle était nue ” me répète-t-il.

Et comme tétanisée par cet ordre et sous son regard, je me redresse, et commence à enlever un à un tous mes vêtements. Puis me remets dans la position initiale contre la poutre, vêtue de mes seuls souliers à talons.

Gabriel ouvre alors un placard, prend une chaîne, se dirige vers moi sans un mot, prend mes mains et les attache ensemble derrière la poutre.

J’étais ainsi devenue sa prisonnière, comme dans la photo et mes fantasmes de jeunesse. Je ressens une excitation extrême. Gabriel prend alors une cravache et tout doucement commence à m’en caresser le corps avec le bout : il joue avec mes seins, puis descend lentement vers mon nombril, et mon sexe avec lequel il joue longuement, puis remonte et recommence. Je sens le plaisir monter en moi.

Ensuite, je le vois saisir un appareil photo, et commencer à me prendre sous tous les angles, de loin, de près, et tout particulièrement en s’intéressant à mon sexe ouvert, que je ne pouvais lui dissimuler, sauf risquer de tomber et me faire mal. J’avais à la fois honte et une furieuse envie de le voir continuer.

Puis il prit un foulard noir, me banda les yeux et continua sans doute ses photos car je n’entendais plus que le bruit du déclencheur.

Soudain le silence.

Puis une, deux mains commencent à me caresser le corps, d’abord les seins qui sont longuement pétris, les tétons pincés et tirés, le ventre en descendant très progressivement vers le pubis, et enfin, oh ! Jouissance ultime, le sexe, le clitoris qui deviennent un jouet sous ses doigts. Je sens ces derniers me palper, tirer mes lèvres et pénétrer lentement dans mon vagin, puis en ressortir brusquement et recommencer encore et encore. Le plaisir monte inexorablement en moi. Malgré ma position, le fait qu’un quasi inconnu domine mon corps et en fasse sa chose comme jamais il n’avait été traité, le plaisir est extrême et je sens que je suis au bord de l’orgasme, j’ai le sexe totalement humide de plaisir.

Juste au moment où je sens que je vais exploser, il arrête tout, me défais le bandeau des yeux, me libère les mains et me redresse. Il m’invite alors à remonter dans le salon où nous avons commencé l’après-midi, mais sans me permettre de me rhabiller. Puis il m’annonce qu’il aimerait continuer à faire des photos de moi nue. Et c’est ainsi, que je dus prendre toutes les positions qu’il m’ordonnait, certaines artistiques d’autres plus osées ou suggestives ou exhibitionnistes sous son objectif implacable qui ne voulait rien ignorer de ma nudité ou de mon intimité. J’étais toujours totalement soumise à ses ordres et mon corps était devenu un véritable jouet-objet. J’étais dans un état second.

Puis lors de la dernière pose il me dit de me pencher en avant, les jambes écartées, et d’appuyer mes coudes et mes avant-bras sur une table, de façon à avoir le corps droit jusqu’au bassin et le dos totalement horizontal. J’avais donc les fesses ouvertes et offertes. A nouveau des photos, puis il me banda les yeux.

Photos.
Et silence.

Tout à coup je sentis quelques légers coups de cravache sur mes fesses. Je ne puis m’empêcher de tressaillir.

– Restez immobile me dit-il.

Au bout de quelques coups la cravache commença à se promener sur mon corps, titillant mes seins, mon pubis, passant le long de la raie des fesses, glissant sur mes lèvres, pénétrant ensuite mon sexe. Je recommençais petit à petit à jouir. Puis ce furent ses mains qui recommencèrent leur manège, me palpant partout, seins et sexe furent tout particulièrement sollicités.

Enfin je sentis quelque chose de chaud me pénétrer, s’enfoncer un peu et aller et venir. C’était son sexe, qui allait et venant de plus en plus vite et de plus en plus loin. Ses mains agrippèrent mes seins, à la limite de les arracher, et le plaisir monta, monta, monta, jusqu’au moment où je ne pus retenir mon orgasme, et lui criais de continuer. Il jouit longuement en même temps que moi. Il se retira, m’ôta le bandeau, m’indiqua où était la salle de bain pour me laver et me redonna ma robe, mais sans les sous-vêtements.

Je ressortis au bout d’une dizaine de minutes propre, et nue sous ma robe.

– “ Vous avez été extraordinaire ” me dit-il. “ Félicitation pour une débutante. Je vous montrerai le résultat des photos, si vous souhaitez revenir chez moi après cette expérience ”.

Puis nous nous séparâmes, lui avec un grand sourire, moi tout étourdie de cette première soumission à un homme, et pleine de plaisirs nouveaux et étranges.

Ai-je décidé de continuer et de le revoir ?
La suite à un prochain épisode.

Marie

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La soumission de Marie 1 – Séance de photos par Marie01

  1. Augustine dit :

    C’est bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *