Vicky par Kelya

Chapitre 1 : Contact sur le net
Mon copain venait de me laisser pour une autre. J’ai eu énormément de peine,
je me suis enfermée sur moi-même. Je « chattais » de plus en plus sur
Internet… sans trop savoir d’ailleurs ce que j’y cherchais… Puis un soir,
j’y ai fait la connaissance de Vicky. On a parlé un peu de tout, mais comme
très souvent sur le net, la conversation a bifurqué sur le sexe. Les choses
allèrent alors assez vite. Elle me confia sa bisexualité et me demanda si de
mon côté j’étais intéressée par ce genre de choses

- Je ne sais pas, je ne l’ai jamais fait ! Répondis-je alors.
- Mais si avais l’occasion d’essayer ?
- Je ne dis pas non, en fait, je n’en sais rien !
- Ecoute, je te propose une chose, je t’envoie ma photo, et toi tu fais
pareil, si on se plait, on peut peut-être aller plus loin ! Me proposa
Vicky.

Nous n’habitions pas si loin l’une de l’autre et le lendemain soir, je
l’invitai à venir chez moi. Elle accepta tout en précisant que ce serait une
rencontre d’essai et qu’elle n’aurait pas beaucoup de temps. Elle vint vêtue
d’un jean très moulant et d’un tee-shirt laissant voir subtilement ses
jolies formes… Moi, j’étais en culotte et en nuisette. Pas de
soutien-gorge, rien d’autres ! Vicky l’avait bien remarqué… Elle me
regardait avec envie, l’ambiance était électrique !

- Bonjour, je suis Vicky !
- Ça je m’en doute bien ! Rentre donc !
- Tu es très belle !

J’allais répondre je ne sais plus quoi, mais je n’en ai pas eu le temps.
Vicky s’est approchée de moi, je savais ce qui allait se passer, je l’ai
accepté et nos lèvres se sont soudées. Nos langues se frôlaient, doucement,
puis presque violemment. Je sentis les mains de Vicky soulever ma nuisette,
puis me l’enlever… Elle me massait les seins, me les pressait. Je me
décidai à lui enlever son tee-shirt et découvrit un joli soutien gorge en
dentelle. Je n’ai pas tardé à lui enlever ce soutif et lui presser à mon
tour les seins fortement. Je la sentis très excitée et je lui baissais son
jeans, sous lequel elle n’avait pas mis de petite culotte… Ma main
descendit sur ses fesses, pour découvrir son vagin déjà tout mouillé. Je
pris son jus dans ma main et massa ma visiteuse avec son jus. Puis je me mis
à la lécher… N’en pouvant plus, elle enleva ma culotte et me serra
fortement la chatte. Elle trouva rapidement mon clitoris, le pressa, il
durcit. Je mouillai… Vicky m’a couché sur le plancher et elle commença à
me lécher mon sexe. Je criais !! Je sentis sa langue pénétrer dans mon
vagin… Je branlais de plaisir et lui tenais bien la tête entre mes cuisses
pour ne pas qu’elle arrête…

Oh ! Mais elle n’a pas arrêté !!

Elle buvait mon jus, qui ne cessait pas de couler. Puis elle vint se coucher
sur moi, m’embrassa, me pressa les seins… Elle me mordillait les mamelons.
Et je me suis retrouvée sur Vicky. Je descendais tout en la léchant… Et je
me retrouvais le nez devant son sexe que je caressais doucement et
violemment avec mes mains débutantes. Elle était toute mouillée. Vicky
criait des « Continue !! » J’introduisis ma langue dans son vagin, puis je la
retirais, pour la réintroduire aussitôt, je fis ce petit manège plusieurs
fois de suite. Vicky était au septième ciel!!! On s’est arrêté là pour cette
soirée mais ce n’était pas fini. . Elle est partie après m’avoir invité à
passer une fin de semaine à son chalet…

Chapitre 2 : Arrivée au chalet
Alors, comme prévu, nous nous sommes retrouvées au chalet de Vicky pour la
fin de semaine. Elle était venue me chercher chez moi, ce n’était pas tout
près, et j’avais malgré tout, une certaine appréhension de me retrouver dans
un endroit quasi désert. Mais je me rassurai en pensant à la sensuelle femme
qui m’accompagnait. Arrivé sur les lieux, elle me fit, comme le veulent
bonnes manières et traditions visiter les lieux. En les découvrant, je
m’amusais à scruter tous les endroits qui étaient susceptibles d’accueillir
nos ébats.

Elle me demanda ensuite si j’avais faim ?

Oh mais j’avais faim mais pas juste de bouffe ! Ah la maudite, elle me
faisait languir et elle le savait ! J’avais si hâte qu’elle s’approche de
moi…

Mais elle devait avoir d’autre projet, elle s’en alla vers le coin
kitchenette et en rapporta du pain et de la confiture. Puis elle prétexta
une envie de pisser. Lorsqu’elle fut sortie de la salle de bain, j’avais
devant moi une Vicky toute nue que je mourrais d’envie de dévorer. Elle
s’avança vers moi, m’embrassa tendrement… Puis, elle prit de la confiture,
s’en étala sur son sexe et m’ordonna d’essuyer ce « dégât ». Elle ne m’a pas
suppliée ! Vicky s’assit sur le bord du comptoir. Alors, je lui écartai les
jambes et commençai à la lécher… Elle avait mis de la confiture jusque
dans son vagin et même dans son anus ! J’ai tout léché… Vicky ne se
contenait plus. Ahhh elle serrait la tête et s’accotait sur mon visage. Elle
jouissait ! Je relevai ma tête, l’embrassai. Puis je montai sur elle, je
m’assis sur elle. J’enlevai mon chemisier, puis mon soutien-gorge. Elle
pressa mes seins…

Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh j’en voulais encore plus !
Puis je sentis sa main dans ma petite culotte… Alors j’enlevai cette
culotte ! On s’est ôté de sur le comptoir pour se retrouver debout, collées
l’une contre l’autre. Elle me dit de me coucher sur le divan et d’écarter
mes jambes au maximum. Puis elle s’approcha et amena sa chatte toute
mouillée contre la mienne… Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh ! Nos chattes se
frottaient doucement puis violemment. On pouvait crier autant que nous le
voulions puisque personne ne nous entendait ! Alors je me lâchais, je
hurlais et ça excitait Vicky ! J’avais envie de la manger toute crue
tellement je l’aimais!!
Puis épuisées, nous nous sommes endormis l’une contre l’autre, par terre,
mortes de fatigue.

Chapitre 3 : Lendemain au chalet
Le lendemain matin, je me réveillai la première. J’ai toujours
été une lève-tôt. J’allai sur le bord de la porte-patio et contemplais la
neige qui tombait. Il y avait un lac derrière le chalet de Vicky, il était
bien dommage que nous soyons en hiver car j’aurais aimé me baigner avec
Vicky. Se sera pour l’été prochain, me dis-je, alors !

J’allai à la salle de bain, souhaitant prendre une douche j’ouvris alors ce
que je croyais être une sorte de garde-robe mais je découvris une nouvelle
pièce adjacente à celle-ci et découvrit un bain-tourbillon ! Quelques
secondes plus tard, je sentis les bras de Vicky m’enrouler voluptueusement,
et de sa voix sensuelle me proposa :

- Tu aimerais qu’on prenne un bain toutes les deux ?

Sans attendre ma réponse, elle fit couler l’eau et démarra le tourbillon.
Elle m’invita à pénétrer dans cette eau très chaude… Elle vint me
rejoindre et s’assit face à moi. Je fus un peu déçue qu’elle se place si
loin de moi, elle le remarqua, elle jouait, alors elle descendit sous l’eau
et je sentis ses mains caresser mes jambes sous la surface. Vicky réapparut
hors de l’eau, son visage à quelques tous petits centimètres du mien.
J’approchai mes lèvres des siennes et nous nous sommes embrassées
passionnément. Mes mains se promenèrent sur son corps et s’attardèrent sur
ses fesses. Je les caressais, les pinçais…

Puis je descendis en la chatouillant une main vers sa chatte. Je sentis que
Vicky aimait mes caresses. Me voilà enfin sur sa chatte, je trouvai son
clitoris et le titillais. Vicky me serrait très fort, ce qui signifiais que
je lui procurais du plaisir. Lentement, j’approchais ma main de son vagin et
j’introduis deux doigts, puis trois… Je fis des mouvements de va-et-vient
qui faisait hurler Vicky de plaisir. Elle pressa maintenant mes seins alors
que moi, de mon autre main, je m’attaquais à son anus. Je fis tourner mon
index plusieurs fois autour de son petit trou, ce qui augmentait son
plaisir. Puis mon index s’introduit dans son anus, je fis quelques
mouvements de va et vient et j’introduis un deuxième doigt puis un
troisième…

Vicky se tordait de plaisir et laissa aller sa jouissance que je sentais
retenue depuis quelques minutes. Elle s’écroula sur moi, sa tête sur mes
seins. Je continuai à lui faire des caresses tout le long de son corps.

Quelques minutes plus tard, elle leva la tête pour m’embrasser avec passion.
Ses mains côtoyaient ma poitrine qu’elle pressait. Mes seins raidissaient de
plaisir. Ses mains descendaient doucement sur mon corps déjà tout excité par
les caresses qu’elle me donnait. Elle sentit mon excitation et ne me fit pas
languir, elle pénétra immédiatement deux ou trois doigts dans mon vagin.
Dans un réflexe, mes jambes s’enroulèrent autour de son corps, lui disant de
continuer. Des va-et-vient me fit immédiatement jouir…

Nous sommes sorties du bain et nous nous sommes dirigées main dans la main
vers le salon. Nous nous sommes assises sur le divan, toujours collées l’une
contre l’autre. Je me suis assise sur elle, face à face. Elle mit ses mains
sur mes fesses et moi mes bras étaient autour de son cou et nous nous
embrassions avec fougue et amour

Nous ne sommes pas allées plus loin car la sonnerie de la porte retentit à
ce moment là, nous dérangea…

Chapitre 4 : Jonathan et Frédéric
… Vicky, toujours nue, se dirigea vers la fenêtre située à côté de la
porte et regarda discrètement s’enquérant de l’identité de l’opportun, puis
parut rassuré et toujours à poil alla ouvrir. Et tandis que j’essayais de
couvrir ma nudité avec une serviette de bain qui traînait là, je vis deux
sympathiques messieurs entrer. Vicky me les présenta :

- Kelya, je te présente Jonathan et Frédéric… Je leur avais demandé de
passer vers midi… Vous êtes en avance les gars !
- Je sais, répondit Jo. On s’était dit qu’on pourrait peut-être faire les
courses ?

Jo est un blond musclé, environ 5’8″( 1 m 70 ) avec des yeux verts,
magnifiques ! Fred a le teint basané et les cheveux noirs. Il mesure environ
5’10″(1 m 80) et il n’est pas très baraqué.

Croyant, ou plutôt voulant croire que nous écoutions la télévision, (allumée
mais que personne ne regardait) nos deux compagnons s’installèrent sur le
divan. Je regardai Vicky, nous étions nues, pas eux… Elle s’approcha de
moi et me dit glissa à l’oreille :

- Et si nous leur faisons un petit spectacle ? Je lui souris…

Elle prit la télécommande et éteint la télévision. Les gars lâchèrent un
hypocrite soupir de désappointement. Vicky se mit face à la télé et commença
à se dandiner. Puis, elle me fit signe de venir la rejoindre. Elle m’attira
vers elle et on s’embrassa. Nous nous caressions mutuellement et en passant
ma main entre les jambes de Vicky, je remarquai qu’elle mouillait, moi aussi
d’ailleurs… J’eus alors la surprise de voir les gars se caresser
mutuellement les cuisses. Vicky me dit discrètement

- Je m’occupe de Jo, prends Fred…

Je m’approchai donc doucement de Fred qui, visiblement, n’attendait que ça.
Je m’assis sur lui et l’embrassa tendrement. Pendant ce temps, je sentis ses
mains me parcourir le dos sans descendre plus bas. Je lui enlevai son
pull-over et couvrais son torse de baisers. Fred caressa mes seins d’une
main et approcha l’autre de mon endroit intime. Sous son jeans, je sentais
que son pénis allait bientôt manquer de place. Je dis donc à Fred de se
lever et je lui enleva tranquillement son jeans en prenant soin d’embrasser
tout ce que je pouvais. Le pénis de Fred était en pleine érection, j’y
déposais une langue coquine qui eut tôt fait d’en accroître encore la
raideur, mais, ce pénis je mourrais d’envie de le sentir en moi. Fred
s’assit et je m’agenouilla sur lui. Son sexe me pénétra. Je fis des
mouvements avec mon bassin qui aidait au pilonnage de mon vagin. Fred se
cabra et éjacula en moi. Je me laissai tomber sur lui, son pénis toujours en
moi.

Reprenant nos esprits, nous aperçurent alors Vicky et Jo embarqué dans des
ébats qui n’avaient rien à envier à ceux que nous venions de, sauf qu’eux,
ils le faisaient debout, Vicky ayant les jambes autour de Jo. Nous nous
sommes alors approchés d’eux. Je me plaçai sous Vicky, la caressai et lui
léchai l’anus alors que Jo pénétrait dans son vagin. Je me demandais bien ce
qu’allait entreprendre Fred, les possibilités n’étant pas vraiment infini.
C’est alors qu’il se plaça juste derrière Jo et, son sexe étant de nouveau
en érection, il encula son ami. Moi, j’introduisis mes doigts dans l’anus de
Vicky et je pus rejoindre en elle le pénis de Jo, puisque seule une mince
paroi nous séparait. Vicky eut une énorme cri de jouissance. Jo la laissa
tomber sur moi, par terre.

J’entourais Vicky de mes bras et mes jambes et lui donna des petits bisous
dans le cou. Je vis les deux gars qui étaient maintenant en soixante neuf.
C’était la première fois de ma vie que je voyais deux hommes faire l’amour
ensemble et j’étais particulièrement excité de les voir se sucer le sexe
mutuellement.

Quelques minutes plus tard, Jo s’approcha de moi et me murmura :

- Dis donc ma belle, est-ce que tu déjà fait sodomiser ?
- Ben, non, mais il y a un début à tout !

Mon ancien copain avait déjà voulu qu l’on essaie mais j’avais refusé. Je
savais que Jo devait l’avoir fait souvent, il avait de l’expérience. Je lui
offrit donc me dépuceler mon petit trou… la seule condition étant qu’il se
recouvre comme il se doit d’un petit préservatif. Je me mis à quatre pattes,
comme une chienne. J’étais déjà toute excitée de l’étreinte que je venais de
donner à Vicky. Et le pénis de Jo stimulé par les caresses que lui prodigué
Fred se portait plutôt bien

Jo se mit donc derrière moi, par dessus-moi. Je sentis son gland frotter mon
anus. Vicky, sachant que mon cul était vierge, aida Jo à me pénétrer.
Lorsque le pénis de Jo me pénétra, je sentis une douleur si terrible… que
je hurlais ! Mais le temps que dure mon cri, et le pénis de Jo était
complètement entré dans mon cul. Il fit des mouvements de va-et-vient tout
en me tenant les cuisses pour bien me tenir. J’étais incontrôlable,
j’adorais ce qu’il me faisait ! Puis, il se cabra et éjacula dans mon cul…
Vicky s’approcha et s’amusa à me lécher mes fesses dégoulinantes de sueur et
de mouille. Fred était assis sur le divan et se masturbait… Il s’approcha
et moi et m’embrassa. Puis il me dit :

- Tu as bien fait ça, Tu as vu, je suis tout excité…

Je me lançai alors dans ses bras, croyant avoir la force de repartir vers de
nouvelles fantaisies, mais tout ce que je réussis à faire c’est de poser mon
visage sur son épaule et de m’y endormir, complètement épuisée…

Kelya

Ce récit a déjà fait l’objet d’une publication sur le site québécois
sophiexxx, aujourd’hui disparu. Le récit à été un peu remanié pour cette
double réedition (revebebe en juillet et vassilia en octobre 2002)

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>