Licenciement par Angéla

Licenciement par Angéla

Licenciement

Monsieur, est-ce que j’ose vous dire ?
Je n’entends plus vos mots ! Je vous respire…
Votre douce odeur me grise et m’attire,
Et votre chemise entrouverte m’invite à tous les délires.
J’imagine mes mains lentement vous dévêtir,
Oh ! Poser sur votre peau mes lèvres brûlantes de désirs…
Hélas ! Je vois bien que vous n’êtes pas prêt à consentir,
Puisque vous me montrez la porte et me priez de sortir !

Angela

Ce contenu a été publié dans Histoires, Poèmes, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Licenciement par Angéla

  1. Chandernagor dit :

    Le poème m’a fait mourir de rire et l’illustration m’a fait bander la bite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *