Les pérégrinations érotiques d‘un buveur de bière Par Alexis Defond-Rossignol

Les pérégrinations érotiques d‘un buveur de bière
Par Alexis Defond-Rossignol

 

Prologue

- Garçon tu nous remets ça ! La même chose !

Le garçon de café au teint blanchâtre nous resservit pour la troisième fois nos demis débordant d’une mousse qu’il rasa de sa spatule d’un geste très professionnel.

- Tu m’as dit l’autre fois que tu ne croyais pas aux horoscopes ! Qu’il me dit Marcel !
- Ce n’est pas de l’horoscope ! C’est l’influence de la Lune, ça n’a rien à voir !
- Elle fait quoi la Lune ?
- Ben, elle fait les marées, c’est déjà pas mal !
- Si ça se trouve ce n’est même pas vrai !
- Mais si c’est vrai, c’est scientifique !
- Pfeu ! Les scientifiques, alors pourquoi la Méditerranée elle n’a pas de marée ?
- On s’en fout, Marcel, ce n’est pas le sujet !
- C’est quoi déjà le sujet ?
- Le sujet c’est que quand c’est la pleine lune, je suis en rut… je bande encore plus que d’habitude !
- Ça me fait penser aux films avec les loups-garous !
- Tu dis ça en rigolant mais c’est le même phénomène !
- Qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir ?
- Alors elle ne t’intéresse pas mon histoire ?
- Quelle histoire ?
- Mon histoire de cul !
- Si ! Si !
- Je te la raconte ou pas ?
- Raconte ! Raconte !
- Allez viens t’asseoir !
- Ok c’est ma tournée !
- Dis Marcel, comment je suis ?
- Hein ? Normal, pourquoi ?
- Non, décris-moi !
- Te décrire ? T’as oublié comment tu étais ?
- Mais non, con ! C’est pour les lecteurs !
- Ah, bon ! Alors sachez, amis lecteurs, qu’Alexis, mon copain est grand, brun, qu’il a d’épais sourcils, des lèvres charnues, de beaux yeux sombres et la peau mate, le type comment dire…
- Espagnol ?
- C’est ça, espagnol !
- Olé ! C’est tout ?
- Non, il est coiffé à la Clark Gable, toujours très élégant, la quarantaine, sportif, et un joyeux compagnon de table…
- Et puis…
- Et puis il adore les femmes !
- Olé ! Et maintenant écoute bien, Marcel, ouvre bien grande tes portugaises et vous amis lecteurs faites-moi le plaisir de vous laisser narrer ces anecdotes tirées de mes pérégrinations nocturnes (et diurnes également)

1 – Le récit d’Alexis

C’était une nuit de pleine lune, et en rentrant à la maison, j’avais une grosse envie de sexe. D’habitude quand ça m’arrive j’attrape un bouquin de cul qui traîne sous la table de nuit de ma femme pour me branler. Mais là, j’ai eu envie de cul pervers et sans limites… Alors quand elle est rentrée, je lui ai dit de s’habiller sexy, que j’allais l’emmener à Paris au restaurant. Je l’ai même surveillée tandis qu’elle s’habillait, dirigeant ses choix vers des bas noirs, une longue jupe et un chemisier… lorsqu’elle a attrapé une jolie culotte dans son armoire, je lui ai dit que ça elle n’en aurait sûrement pas besoin. Ignorant ses questions, je l’ai enlacée pour le plaisir de la caresser sans culotte, passant mes doigts dans sa raie : génial !

- Elle est comment ta femme ?
- Comment ça comment ?
- Blonde, brune, rousse ?
- Mais je te l’ai déjà dit !
- Mais les lecteurs, Alexis, les lecteurs !
- Monique est blonde (fausse), bientôt la quarantaine, taille moyenne, un visage d’ange, de beaux yeux bleus, une belle et forte poitrine, et la voix pleine de miel !

Nous sommes donc partis en voiture, je n’ai pas pu m’empêcher de lui caresser les cuisses et la chatte pendant le voyage. Puis nous sommes arrivés pas trop loin de la rue St Denis…

2 – Cinoche

Je l’ai emmenée au restaurant japonais, on a bien mangé, on a parlé de tout et de rien, puis à la fin du repas, je lui ai proposé un ciné… Elle aime bien le cinéma ma femme… Alors je l’ai emmenée dans l’une des dernières salles qui passe encore des films cochons en boucle. Nous nous sommes assis au fond de la salle, deux pervers se trituraient mutuellement le manche. Mon cœur qui ne s’attendait pas vraiment à ça avait l’air plutôt surprise et assez contente. Elle a posé la main sur ma braguette et m’a caressé la queue. J’ai placé ma main sur ses cuisses qu’elle a écartées en grand, puis j’ai remonté sa jupe. Ne pas avoir de culotte à dépasser, c’est vraiment un plaisir, elle ne quittait pas l’écran des yeux, mais je voyais bien qu’elle appréciait d’avoir ma main sur la motte et un doigt dans la chatte. Quand elle a voulu sortir mon sexe de mon pantalon, j’ai refusé. D’après mon plan, ça n’était pas la dernière étape de la soirée, j’allais attendre un peu pour en profiter pleinement. Pour ne pas céder à la tentation, je suis passé entre ses jambes et j’ai collé ma bouche à sa chatte. Le goût de son excitation était meilleur que d’habitude, elle regardait le film, les mains dans mes cheveux, et souriait. Sur l’écran, une jolie blonde un peu rondelette se faisait prendre par le cul et suçait un black avec un braquemart géant. J’entendais les soupirs de ma femme se mêler aux cris étouffés de cette salope américaine, c’était très excitant… Ma langue a accéléré sur son clito, ses hanches se sont mises à onduler au rythme de la musique, de plus en plus vite, et Monique a fini par jouir en gémissant très fort. J’ai reçu un flot de mouille dans la bouche que je me suis empressé de savourer. Le black a éjaculé dans la bouche de la fille, les gémissements de tout ce monde m’ont donné une autre idée…

Nous nous sommes levés, de la mouille coulait le long des jambes de ma femme, j’ai passé mes doigts pour ne rien perdre, je lui en ai même fait goûter un, elle l’a léché en me regardant d’un air pervers, je me suis dit que ce serait le moment ou jamais d’exécuter cette fameuse idée. Mais voilà que ma tendre me dit avoir une forte envie de pisser. Elle m’a demandé de l’accompagner aux toilettes du ciné car elle n’avait pas trop confiance. On est entré, ça ne sentait pas très bon et un mec était en train d’en sucer un autre, tandis que trois autres types les regardaient en se masturbant. Deux d’entre eux se sont alors avancés vers Monique. Elle a pris peur et nous nous sommes enfuis.

- Ce n’est pas très sentimental, ton truc ! Qu’il me fait observer le Marcel
- Je sais, mais mes sentiments, je n’en fais pas profiter tout le monde, par contre mes excitations je peux les faire partager !
- C’est de la porno pure, alors ?
- Oui, mais je le revendique ! J’ai lu une critique sur un site Internet qui disait que les ébats sexuels étaient plus difficiles à écrire que ce qu’il y a autour !
- Autour il y a des poils !
- Qu’est-ce que tu es con, dès fois !
- Faut bien rire !
- Tout doit pouvoir exister, le porno en tant que partie chaude d’un récit quelconque, mais aussi le porno pur, du moment que ce n’est ni crade ni dégradant…
- Continue, Alexis !
- La règle c’est « pas de ghetto ! »
- Continue, Alexis, j’ai compris.

3 – La boite

Le cœur un peu accéléré, nous sommes sortis du ciné, et ne pouvant contenir son envie de pisser, elle s’est accroupie entre deux voitures en stationnement. Deux types s’arrêtèrent pour la mater.

- Et alors ! Dit-elle en les interpellant. Vous n’avez jamais vu une femme en train de pisser ?

Les deux hurluberlus un peu vexés s’en allèrent sans insister, je restais donc le seul mateur ! Voici un privilège intéressant ! Elle n’avait rien pour s’essuyer, pas grave ! Je l’ai emmenée ensuite dans une rue un peu plus loin (où j’étais déjà allé avant de la rencontrer). Un vieux rideau de velours rouge cachait l’entrée, je l’ai écarté et j’ai fait entrer ma femme. Elle a marqué un temps d’arrêt devant ce qu’elle découvrait, un escalier d’où venait de la musique, gardé par deux baraqués en costumes. Ils lui ont souris et m’ont fait un signe de tête et nous sommes descendus.

En bas, en plus de la musique, nous entendions des cris de plaisir et de jouissance. Une belle asiatique nue s’est approchée de ma femme, un téléphone portable à la main et lui a expliqué que le prix d’entrée était une photo de sa chatte. A mon grand étonnement, ma femme ne s’est pas démontée, elle s’est retournée, s’est penchée bien en avant, les jambes écartées et a remonté sa jupe pour que la belle hôtesse puisse voir à la fois son cul et sa moule. L’asiatique a fait sa photo, l’a immédiatement envoyé sur une imprimante et l’a épinglée au mur près de centaines d’autres… La pièce suivante était très sombre, un bar occupait la partie gauche et le reste était meublé de divans rouges sombres sur lesquels des clients, nus ou habillés (ou un peu les deux), buvaient, parlaient ou baisaient… Ma femme s’est retournée vers moi, ses yeux pétillaient, sa langue est passée sur ses lèvres et elle m’a embrassé à pleine bouche comme jamais elle ne l’avait fait.

- J’ai besoin d’un alcool fort ! Me dit-elle.

Nous avons alors pris un verre au bar avant d’aller s’asseoir sur un divan libre au fond de la pièce. Sur le divan le plus proche de nous, une jeune femme à quatre pattes se faisait prendre par derrière et elle semblait aimer ça, une jolie femme, probablement antillaise avec un visage très doux, des petites lunettes et des cheveux bouclés. Le visage figé d’étonnement, ma femme s’est mise à la fixer. J’allais lui faire une réflexion lorsque la jeune femme l’a vu et a pris le même regard éberlué. Elle s’est retournée vers le mec lui disant d’aller se finir avec quelqu’un d’autre et elle est venue s’asseoir près de Monique qui n’avait toujours pas bougé. Et là, elles se sont mises à parler en même temps. J’ai cru comprendre que c’était une amie d’enfance de ma femme. Dès fois le monde est petit ! Et bien, elle pourrait m’en ramener tous les jours des amies de ce genre là…

Je les ai laissées à leurs souvenirs pour aller faire le tour de la boite. J’ai ainsi découvert qu’il y avait plusieurs pièces dans lesquelles l’activité principale était la même : le CUL ! J’ai même été entrepris par une femme assez mûre qui a sorti ma queue et s’est mise à la sucer. Je l’ai laissée faire un peu, puis je suis parti, elle s’est retournée vers un autre et a recommencé à sucer… j’ai été faire un tour aux toilettes, j’avais envie de pisser. Surprise, une belle femme complètement nue et aux formes sculpturales se faisait pisser dessus par deux mecs. Ça avait l’air de lui plaire, et comme je m’approchais de l’urinoir, elle m’a fait signe que je pouvais aussi l’asperger. La chose n’était pas très facile parce que j’étais assez excité par la chose, et que pisser en bandant ce n’est vraiment pas évident, mais je fini par y arriver. L’un des deux hommes lorgnait à fond sur ma bite, et à un moment sa main s’approchait impunément de mon organe. J’hésitais un peu sur la conduite à tenir, mais finalement je le laissais faire, il me branla quelques instants, mais je lui fis signe que je ne tenais pas à jouir si vite, ni dans de telles conditions

- Je te la suce un peu alors ? Juste un peu !
- Juste un peu d’accord !

Me voici en train de me faire tailler une pipe par un mec, on aura tout vu ! Et non seulement je n’ai pas honte, mais ça aurait plutôt tendance à m’exciter. Il va falloir que je consulte mon sexologue ! Ou plutôt non, je ne consulterais personne, je fais ce que je veux de mon corps, du moment que je n’emmerde pas le monde, et que l’on ne m’emmerde pas.

Lorsque je suis revenu dans la pièce centrale, je suis allé chercher un autre verre, Monique et sa copine étaient toujours en train de parler. Je suis retourné près d’elles, j’ai roulé une pelle à Marie-Laurence, la blackette, amie de ma femme, pour lui dire bonjour et je me suis installé derrière Monique. Elles étaient en train de se raconter ce qu’elles faisaient là. Marie-Laurence expliquait :

- Je viens presque une fois par mois, avec mon mec du moment. Je prends mon pied et j’aime vraiment ça !

Pendant qu’elles parlaient, j’ai passé mes mains sur les seins de Monique qui m’a laissé faire, alors je lui ai enlevé son chemisier, son soutien-gorge et sa jupe. Elle s’est retrouvée en bas et escarpins. Elle racontait à son amie la séance de cinéma que nous venions de vivre. Je me suis levé et je me suis mis devant elles en disant que je m’ennuyais. Elles se sont regardées et excusées auprès de moi, puis, avec un sourire coquin se sont occupées de me déshabiller. J’ai eu vite fait moi aussi de me retrouver à poil. Monique tenait ma bite dans sa main et a attrapé le cou de Marie-Laurence et l’a poussée vers moi, j’ai senti sa bouche glisser sur ma queue, sa langue sur mon gland et je regardais ma femme, qui d’un air vraiment vicieux me faisait sucer la bite par une amie d’enfance… Là-dessus, un mec est arrivé en souriant, Marie-Laurence a arrêté de me sucer pour nous présenter :

- Voici Corentin, c’est le mari d’une de mes amies, Florence, qui doit être un peu plus loin.

Corentin est un petit moustachu très dégarni et au visage très jovial. Marie-Laurence lui a demandé d’aller chercher sa femme pour nous présenter. Elle s’est remise au travail avec l’aide de Monique jusqu’à ce qu’ils reviennent.

Florence était très bien faite aussi, une grande fille à la peau un peu pâle, les cheveux assez courts décolorés auburn. Nous nous sommes embrassés (finalement, je crois que se faire une pelle pour se dire bonjour est une bonne idée), puis elle s’est assise à côté des deux autres pour les aider à me bouffer la queue. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé de se faire sucer par trois jolies filles, mais c’est une expérience à tenter et à retenter… Corentin les a fait mettre à genoux sur le divan toutes les trois et pendant qu’elles essayaient d’emboucher ma bite, il s’amusait à rentrer dans l’une d’elles puis ressortait, puis passait à l’autre et ainsi de suite. Ce jeu-là nous amusait tous les cinq. Marie-Laurence s’est levée, puis avec un air coquin a installé la bite de Corentin dans la chatte de ma femme et la mienne dans celle de Florence. A genoux, l’une dans le sens contraire de l’autre, elles regardaient avec des yeux vagues leur mari baiser l’autre. Monique regardait à tour de rôle ma bite entrer entre les jambes de Florence et mon visage (je devais avoir l’air d’un gamin devant un tas de cadeaux à Noël). Marie-Laurence passait de l’une à l’autre, leur caressant les fesses, les seins ou les embrassant à pleine bouche. Monique n’a pas tardé à jouir, bientôt suivie de Florence. J’ai alors attrapé Marie-Laurence qui me plaisait bien et je l’ai allongée sur un divan à côté, puis je me suis allongé dessus et je l’ai pénétré. Sa moule était accueillante et j’aimais bien le contraste entre l’intérieur de sa chatte rose et très mouillée et sa belle peau noire couleur de chocolat à croquer. A un moment de nos ébats, la bite de Corentin est passée près de mon visage, me provoquant un trouble bizarre. Je pensais qu’il s’agissait d’un hasard, mais sa bite restait là à quelques centimètres de ma bouche.

- Suce-le ! Me dit Florence, il adore aussi se faire sucer par un homme.

Je me mis à le sucer un petit peu, puis Florence et Monique prirent le relais et sucèrent Corentin jusqu’à ce qu’il leur jouisse sur le visage, puis elles ont chacune léché les restes de foutre sur le visage de l’autre… Je n’aurai jamais imaginé ma femme capable de ça, de sucer un mec devant moi, d’avaler son sperme, de se faire baiser parmi tant de gens et de trouver ça bien. Et encore moins d’embrasser une autre femme, de lui caresser les seins ou de lécher son visage à la recherche d’une dernière goutte de foutre. Elle s’est ensuite installée à califourchon sur le visage de Marie-Laurence pour se faire faire un nettoyage en règle. Corentin et Florence l’ont suivi et l’ont embrassée et caressée pendant ce temps. J’ai joui très vite sur le ventre de Marie-Laurence qui criait son plaisir, et les deux autres sont allées chercher mon foutre dans ses poils avant de le partager avec elle.

Devant ce tableau, Corentin eu vite fait de retrouver une forme correcte et moi aussi. Nous nous sommes jetés sur les femmes et avons chacun pris la femme de l’autre. Cette fois ci, Florence s’est mise au-dessus de moi, s’empalant sur ma queue. C’était un vrai plaisir de la voir vraiment, de lui embrasser les seins et le cou pendant qu’elle bougeait de plus en plus frénétiquement sur mon sexe. Corentin avait repris ma femme en levrette et je devinais à son visage qu’il y trouvait son compte, elle aussi d’ailleurs. Marie-Laurence profita de ma position pour venir s’asseoir sur moi. J’écartais d’un doigt ses lèvres pour poser ma langue sur son clito. Les deux filles se sont mises à aller et venir de plus en plus vite, haletant de plus en plus fort et nous avons joui tous les trois en même temps, je sentais de la mouille de femme me couler en même temps sur le menton et sur les couilles.

Ensuite elles ont échangé, Florence est venue m’embrasser et récupérer ce qu’elle pouvait de la mouille de Marie-Laurence et celle-ci est partie nettoyer ma queue de mon sperme et de la mouille de Florence. Je vis alors le visage de Monique curieusement déformé, Corentin la pilonnait toujours par derrière et je devinais que cette fois-ci, il assaillait son petit trou. Curieusement, ça ne m’embêta pas qu’elle se fasse enculer pour la première fois par un autre, mais à partir de maintenant, elle ne pourrait plus me le refuser. Avec Florence et Marie-Laurence, nous nous sommes approchés d’eux. Monique, dans un souffle, me dit qu’elle n’imaginait pas ça si bien. Je lui ai demandé de s’expliquer pour le plaisir de lui faire dire des mots cochons. Elle me dit qu’elle aimait se faire enculer et baiser par tous les trous. Je lui répondis que j’étais content que ça lui plaise, puis, encore pour le plaisir de faire un truc pervers, j’ai léché la pointe des seins de Florence en la regardant dans les yeux. Monique avait l’air de prendre du plaisir à me voir faire ça, j’étais content.

Lorsque Corentin a joui dans son cul, Monique a poussé un énorme cri de jouissance et s’est affalée sur le divan. Nous sommes restés là, tous les cinq, pendant quelques minutes, les uns sur les autres avant d’avoir la force de bouger, comme si le cri de Monique nous avait tous vidés de notre énergie. Marie-Laurence n’avait même pas la force de se lever pour pisser et se pissait allégrement dessus. Du coup Corentin sorti de sa torpeur et entrepris de lui lécher son ventre et ses cuisses trempées d’urine ! Quel cochon, ce Corentin. Puis nous nous sommes rhabillés et nous sommes partis. Dehors devant la boite, nous avons échangé numéros de téléphone et adresse. J’ai embrassé Florence et Marie-Laurence pendant que Corentin prenait Monique dans ses bras. Sur le chemin du retour, nous n’avons pas dit grand-chose, mais nous savions tous les deux le plaisir qu’avait pris l’autre, du plaisir pour le plaisir.

4 – Chez Marie-Laurence

Le mercredi suivant, Marie-Laurence vint manger à la maison, nous avons passé une bonne soirée et elle nous a invités chez elle pour son anniversaire le samedi suivant. Elle précisa, le sourire aux lèvres, que Florence et Corentin seraient là…

Le samedi, avant d’aller chez Marie-Laurence, nous sommes repassés rue Saint-Denis, effectivement, Monique avait une bonne idée de cadeau à acheter à son ami d’enfance, un double gode ceinture c’est à dire que de part et d’autre de la ceinture il y avait deux godes dont l’un pour pénétrer dans la chatte de la fille qui mettrait la ceinture. Lorsque nous sommes arrivés chez Marie-Laurence, Florence et Corentin étaient déjà là. Les filles avaient fait des efforts pour être sexy sans être vulgaires et étaient vraiment très belles. J’espérais que la soirée serait aussi sympa que la précédente. Nous avons pris l’apéro en discutant comme on le fait toujours dans ce genre de repas, rien ne laissait suggérer dans nos paroles ou dans nos gestes la séance de samedi dernier ou la partouze qui, je l’espérais, allait clôturer cette soirée-là.

Ce n’est qu’au dessert, après avoir bien bu, que les allusions salaces et les promesses lubriques sont apparues. Nous sommes passés au salon et Marie-Laurence a déballé ses cadeaux, la ceinture gode lui a manifestement fait plaisir, ainsi qu’à Florence qui voyait tout l’intérêt d’un ustensile de ce genre. Corentin et sa femme avaient jeté leur dévolu sur une série de sous-vêtements très excitants. Une guêpière blanche tout en dentelle, un soutien-gorge tout petit et un slip encore plus minuscule et enfin un body noir en dentelle, fendu entre les jambes et ouvert au niveau des seins de manière à ce qu’on puisse les atteindre sans être gêné. Corentin eut alors une idée lumineuse, il me regardait et dit :

- Viens, nous allons la préparer pour nos femmes…

Marie-Laurence nous a suivis jusque dans sa chambre. Nous l’avons déshabillée et caressée partout. Une fois nue, nous l’avons allongée sur le lit et pendant que je lui pétrissais et embrassais les seins, Corentin lui léchait la chatte, Marie-Laurence haletait, ondulant des hanches sous les coups de langue. Lorsqu’il s’arrêta, elle en voulait encore, mais la suite serait beaucoup plus… « orgasmique ». Nous lui avons passé le body, puis posé la ceinture, faisant bien attention que le petit bout lui entre bien au fond du minou.

Elle était magnifique, perchée sur des hauts talons, les seins sortant de la dentelle et une queue bien tendue entre les jambes. Nous sommes retournés au salon, Florence et Monique attendaient sagement notre retour en discutant. Elles se sont tues et Marie-Laurence a pris le commandement des opérations. Elle a ordonné à nos épouses de nous mettre à poil lentement. Ce qui fut fait de manière très sensuelle, j’ai pu remarquer que nous étions tous les deux très excités. Ensuite, sur ordre de Marie-Laurence, elles nous ont sucées. Puis nous avons dû les déshabiller et les lécher.

Marie-Laurence a ensuite voulu que les filles se mettent à quatre pattes sur le canapé et que nous les prenions lentement dans la chatte. J’ai enfilé ma queue dans le sexe de ma femme déjà tout chaud en regardant Florence sourire en sentant celle de son mari entrer en elle. Lentement, en suivant le même rythme, nous avons limé nos femmes, puis Marie-Laurence nous a ordonnés de nous asseoir, elle s’est mise derrière Florence et a rentré son sexe en elle. Florence grimaçait en sentant passer ce membre en plastique plus large et plus long qu’une queue humaine. Puis Marie-Laurence, en faisant une remarque sur l’utilité du gode lui rentrant dans la chatte pendant qu’elle baisait, a accéléré. Elle s’acharnait sur Florence de plus en plus vite en caressant le cul de ma femme. Elles gémissaient de plus en plus fort, Marie-Laurence enfourna un doigt dans la moule trempée de Monique qui semblait désirer aussi le gode. Un orgasme puissant arracha Florence à la queue de Marie-Laurence qui vint la planter dans Monique. Elles jouirent en même temps, s’affalant sur le canapé. Florence a enlevé la ceinture de Marie-Laurence et je l’ai aidée à se l’installer.

Puis elle s’est assise sur le canapé et a demandé à Marie-Laurence de venir s’installer dessus. Elle ne s’est pas fait prier, bien que ses mouvements soient lents et lourds après son orgasme. Elle s’est empalée dessus, Florence lui léchait les seins. Monique s’est emparée de ma queue et m’a conduit vers le cul de Marie-Laurence, puis plaçant mon gland sur son trou du cul serré m’a ordonné de l’enculer. Son trou était étroit, mais en y allant doucement, j’ai réussi à tout lui entrer. Marie-Laurence, la tête dans le cou de Florence étouffait des gémissements. Je sentais le gode dans sa chatte, à travers la fine paroi. Monique a ensuite attrapé Corentin et l’a conduit de l’autre côté du canapé, puis a demandé à Marie-Laurence d’emboucher sa queue bien tendue.

Une bite dans chaque trou, cette dernière a commencé à s’agiter, elle gémissait de plus en plus fort. Soudain, tout son corps s’est tendu, elle s’est cabrée dans un cri et est retombée sur Florence sans pouvoir bouger. Je n’avais jamais vu quelqu’un perdre connaissance d’avoir trop joui. Je l’ai portée sur un fauteuil à côté et j’ai fait signe à ma femme de s’installer. Elle ne s’est pas fait prier, mais j’ai eu du mal à lui entrer ma queue dans le cul tellement elle s’agitait sur le gode. Florence a posé ses mains sur ses fesses et les a écartées pour m’aider. Ma bite est entrée toute seule, d’un coup, Monique ne bougeait plus, elle semblait profiter de la situation. La bite de Corentin dans la bouche, la mienne dans le cul et un gode dans la chatte, elle gémissait et criait.

Corentin a joui le premier, déversant tout son foutre dans la bouche de ma femme qui embrassa ensuite Florence pour partager avec elle la semence de son mari. J’ai ensuite inondé les intestins de ma femme avec mon sperme et les deux filles ont joui quelques instants plus tard. Nous sommes restés longtemps sans bouger, puis Marie-Laurence s’est réveillée. Les filles l’ont emmenée dans la salle de bain. Corentin et moi nous nous doutions qu’elles allaient y faire des bêtises, Marie-Laurence pénétra la première dans la baignoire et resta debout, mais demanda aux deux autres filles de s’asseoir de part et d’autre d’elles. Puis elle se mit à pisser, aspergeant Monique et Florence d’une abondante douche dorée. Monique avait l’air très surprise, mais Florence en redemandait, recueillant même l’urine dans le creux de sa main pour la laper. Puis Marie-Laurence et Florence intervertirent leur position.

Corentin et moi bandions comme des cerfs, et je pensais à me jeter dans cette mêlée humide quand je sentis la main de Corentin se placer sur mon sexe chaud. Il m’invita à faire de même avec sa propre queue. Nous voici donc en train de nous branler mutuellement, moi qui traitais de pervers les deux mecs du cinéma qui faisait pareil l’autre jour ! Comme quoi il ne faut jamais dire fontaine ! Corentin se mit ensuite à genoux devant moi et se mit à me sucer, je me laissais faire, mais je n’étais pas au bout de mes surprises :

- Je veux que tu m’encule ! Me dit-il soudain !

Et sans attendre de réponse, il partit chercher un préservatif qu’il m’installa sur ma queue, il se pencha ensuite en avant et écarta ses fesses. Sans trop essayer de comprendre dans quoi je m’embarquais, je pénétrais assez facilement dans ce cul masculin que je labourais consciencieusement. C’est à ce moment-là que nos trois grâces (ou nos trois garces) sortirent de la douche et nous surprirent ! Monique faisait une drôle de bobine mais Florence prenait cela du bon côté !

- Regardez comme ils sont mignons !

Quand même, Monique n’arrivait pas encore à s’y faire !

- Faudra m’expliquer ! Tu as trois femmes à ta disposition, je ne suis pas jalouse, et il faut que tu aille enculer un mec ! Tu es devenu pédé ou quoi ?
- On fait bien des trucs entre nous, intervint Marie-Laurence, alors pourquoi, eux ils n’auraient pas le droit ?
- Ben oui, elle a raison, reprit Florence, regarde mon Corentin comme il apprécie, d’ailleurs je ne vois pas pourquoi le plaisir anal serait réservé aux femmes !
- Bon, bon ! Admit Monique !

Excité par l’étrangeté de la scène et par les encouragements des filles, je me mis à décharger dans le cul de Corentin qui ânonnait de plaisir. C’est alors que je vis Marie-Laurence s’harnacher à nouveau avec son gode ceinture et s’approcher subrepticement de moi !

- Hé ! Qu’est-ce que tu fabriques ? Lui demandais-je
- Je ne fabrique rien, je vais t’enculer !
- Alors, là certainement pas ! Protestais-je
- Allez les filles on l’attrape !

Je vis débouler alors Florence ce qui n’était pas une surprise mais aussi ma femme, ce qui en était une, aidées par Corentin ils m’immobilisèrent. Je ne luttais plus, puisqu’elles voulaient que je passe à la casserole, je me laissais faire et sentit bientôt le bout de caoutchouc du gode forcer mon petit trou, y pénétrer, et me limer !

- Alors qu’est-ce que ça te fait ? Demanda Monique devenue curieuse.
- Ce n’est pas désagréable !

Après cinq bonnes minutes de ce traitement, Marie-Laurence me retira le gode et se mit devant mes yeux ébahis à le lécher avec gourmandise.

- Ben quoi, il y a juste un peu de merde ! Ce n’est pas mauvais.

Après tout cela on a tous pris une douche (une vraie) et on s’est rhabillés. Nous sommes partis après avoir invité nos joyeux complices le mois suivant à la maison.

5 – Poses photos

Après ce jour-là, nos ébats ont été grandement stimulés, nous parlions beaucoup pendant l’amour, et nous étions plus pervers et plus directs. Mais ce qui m’a vraiment étonné, c’est quand, deux semaines après, Monique est rentrée un soir et m’a montré une annonce. Un photographe cherchait des modèles pour faire des photos pornos rémunérées. Un Euro la photo, ce n’est pas beaucoup, mais les séances peuvent être amusantes. Monique, les yeux pleins d’envie demanda à ce que l’on réponde à cette annonce.

- Encore une séance de cul amusante, pensais-je,

Alors j’ai accepté à condition qu’elle s’occupe de tout. Elle s’est effectivement occupée de tout et le photographe vint trois jours plus tard. Vers 20 heures, j’allais ouvrir après son coup de sonnette et je découvrais une assez jeune femme, dans les 20 ans, brune typée et assez jolie avec un corps que je devinais parfait sous sa longue robe. Elle portait deux gros sacs de reporter et une valise en métal brillant.

- Bonjour, dit-elle, je m’appelle Rachida.

Je la détaillais un peu plus précisément.

- Bonjour, vous êtes le photographe ?
- Oui, pourquoi, je n’en ai pas l’air ? Répondit-elle en souriant.

Je la fis entrer d’un geste.

- Et bien… Disons que je m’attendais plus à voir apparaître un vieil homme à l’air vicieux et pas une jolie femme…

Elle rit et posa son matériel dans le salon, découvrant la pièce d’un regard intéressé. Monique arriva, aussi étonnée que moi de découvrir le sexe du photographe. Rachida nous expliqua qu’elle prenait beaucoup de plaisir à faire des photos d’ébats amoureux et qu’elle se servait de son métier pour vivre ses fantasmes. Elle nous inspecta brièvement, puis nous trouvant manifestement à son goût, elle déballa son matériel. Cela fait, elle accepta un café que Monique venait de préparer et nous expliqua notre rôle. Je devais tout d’abord aller mettre un pantalon en toile, une chemise et une veste. Monique devait s’habiller sexy avec une longue jupe, un chemisier et des escarpins, et porter en dessous des sous-vêtements blancs ou bleu bien affriolants. Le temps que nous allions nous changer, elle avait transformé le salon en studio.

Elle expliqua ensuite le scénario, je devais jouer un représentant en sous-vêtements, arriver à la maison avec une valise dans laquelle j’aurais mis des sous-vêtements. J’allais les faire essayer à Monique, ma cliente, puis lorsqu’elle verrait mon excitation, elle devrait la soulager… Nous fîmes une photo de moi à l’entrée de la maison, ma valise à la main. Puis une autre ou je déballais des culottes et des soutiens-gorge à Monique, qui devait rougir en les voyant. Après cinq ou six photos d’approche, elle me fit signe de venir près d’elle. Tout en expliquant la prochaine photo, elle descendit ma braguette et sortit ma queue. Je voyais sa main caresser mon sexe et il ne mit pas beaucoup de temps à prendre une épaisseur très correcte. Elle le rangea dans mon pantalon avec un sourire et me dit de m’asseoir, les jambes un peu écartées de manière à ce que l’on voie ma bite sous le tissu fin du pantalon.

Monique dut ensuite poser sa main sur la bosse de mon pantalon. Clic.

Puis sortir ma bite par la braguette. Clic.

Puis la prendre dans sa bouche. Clic.

Passer sa langue sur la longueur. Clic. Clic.

Et ensuite enlever ma ceinture et baisser mon pantalon. Clic.

La pipe dura un bon moment le temps que Rachida trouve à chaque fois une bonne position pour prendre la photo. Pendant qu’elle se déplaçait, je la voyais souvent passer sa main sur son entrejambes. Lorsque je fus nu, elle nous fit prendre une pose, enlacés, Monique contre la table en chêne de la salle à manger. Puis allongée, la jupe relevée jusqu’à la taille. Clic

Ma bouche sur le tissu blanc de son string. Clic

Le string enlevé dans la même position. Clic

Ma langue sur sa chatte. Clic.

Monique était très excitée. Je lui entrais un doigt tout en goûtant son clitoris. Clic. Clic.

Je la léchais avec le plat de la langue. Clic.

J’entrais le bout de ma langue dans sa chatte et commençait à espérer de pouvoir la baiser. Elle nous fit arrêter, Monique devait me pousser vers le canapé et se déshabiller complètement puis venir se fourrer ma queue dans la chatte. Clic. Clic. Clic.

Elle était accroupie sur ma queue, bougeant le cul pour bien se la mettre au fond. Clic. Clic.

Rachida était le plus près possible du cul de ma femme, je sentais sa présence entre mes jambes. Clic

J’ai pris les fesses de Monique et les ai écartées pour ne rien cacher à l’appareil. Clic

Elle m’a dit de lécher les seins de ma femme. Clic.

Puis elle a demandé à ma femme de se retourner. Clic.

Monique, empalée sur ma bite me tournait le dos. Clic.

Gémissant, elle allait de plus en plus fort. Clic.

Rachida lui a demandé de se toucher la chatte pendant que ma queue la fouillait. Clic. Clic.

Puis elle a demandé à ma femme si elle voulait bien se faire enculer, cette dernière ne s’est pas fait prier. Elle s’est levée puis rassise lentement, je tenais ma queue pour qu’elle lui entre dans le cul. Clic

Les jambes bien relevées pour tout montrer à l’appareil, Monique était assise sur moi, ma bite au plus profond dans son petit trou. Clic. Clic. Clic.

Voyant que je n’y tenais plus, Rachida m’a demandé d’éjaculer sur les seins de ma femme. Clic

Nous nous sommes mis en position. Clic

- J’adore voir du sperme sur les seins a-t-elle dit. Clic

J’ai éjaculé. Clic.

Lui inondant la gorge. Clic.

La vallée entre ses mamelons tout durs. Clic.

Le bout des seins. Clic.

Rachida était maintenant tout près de nous, après un dernier clic, elle a étalé mon foutre sur la poitrine de ma femme, la caressant avec le sperme. Puis se levant et nous tournant le dos, je vis qu’elle léchait sa main comme une gourmande qui s’est mise du chocolat plein les doigts. Nous nous sommes rhabillés, elle semblait contente de la séance. Elle nous a remercié chaleureusement, puis est partie en nous promettant de revenir la semaine suivante nous montrer les photos et nous payer.

6 – Séance de projection

Pour la séance de projection, nous avions invités Corentin, Florence et Marie-Laurence. Lorsque Rachida est arrivée, elle a eu l’air surpris de voir tant de monde et n’a pas osé nous parler des photos. Monique l’a emmenée à l’écart et lui a expliqué que nous n’avions plus rien à cacher à nos trois amis. Corentin avait emprunté un projecteur à un ami à lui, Rachida les a classés et nous avons éteint la lumière. Elle a passé les diapos très lentement, chacun faisait des commentaires. Marie-Laurence et Corentin ont fait les dialogues… Moi, j’étais assis à côté de Rachida qui tenait la télécommande du projecteur dans une main. A la photo où Monique me caresse la queue, je me suis penché vers Rachida et je lui ai susurré à l’oreille :

- Ça recommence… Tu peux peut-être faire quelque chose pour moi ?

J’ai attrapé sa main et je l’ai glissé vers ma braguette qu’elle a ouverte. Tout en passant les photos, elle m’a branlé la queue. Vers la fin de la séance, j’allais bientôt jouir, elle s’est baissé et a reçu mon foutre dans la bouche… Ensuite, nous avons rallumé la lumière, Rachida arborait un grand sourire, et les autres filles qui n’avaient pas manqué notre manège avaient l’air contentes aussi. Elles se sont mises à questionner Rachida sur ses habitudes sexuelles. Les questions étaient si crues qu’elle rougissait, mais elle a tout de même répondu. Vers onze heures, Marie-Laurence lui a ordonné d’un ton très dur :

- Met toi à poil, on va voir comment tu es faite et si une nouvelle comme toi supporte des trucs de grande…

Rachida avait l’air très gênée, mais elle s’est exécutée. Les trois filles se sont prises au jeu.

- Mais c’est qu’elle est pas mal foutue finalement !

Elles l’ont examiné comme du bétail.

- Pas très poilue… Tu t’épile ?… Réponds quand on te parle !
- Oui…

Même Monique arrivait à garder son calme et à avoir l’air méchant. Corentin et moi nous sommes servis un verre et avons regardé le spectacle. Rachida, nue, devant trois femmes plus âgées de dix ou quinze ans avait vraiment l’air d’une très jeune fille. Le visage rouge mais les seins durcis, elle devait être excitée aussi. Elles recommencèrent les questions :

- T’aime sucer des bites ? Te branler ? Avaler le sperme ? Te faire baiser ? T’as déjà léché une chatte ?

Rachida regardait ses pieds et répondait à l’affirmative.

- T’es une jeune salope ?
- Oui !
- Tu fais ça pour le plaisir ou pour l’argent ?
- Pour le plaisir.
- T’as déjà baisé avec plusieurs personnes ?
- Non !
- Et tu voudrais essayer ?
- Oui !

Les filles étaient déchaînées, les questions fusaient, Rachida rougissait encore.

- On t’a déjà attachée ?
- Non !
- On t’a déjà pissé dessus ?
- Non !
- Et toi tu as déjà pissé sur quelqu’un ?
- Oui, une fois !
- Tu t’es déjà fait enculer ?
- Non.
- Tu veux essayer ?
- Oui.
- Vas voir les mecs et supplie-les de t’enculer !

Elle s’est approchée de nous et nous a timidement demandé de l’enculer. Nous nous sommes regardés.

- Pas ce soir, a répondu Corentin.
- Je vous en prie, je voudrais me faire enculer, j’en ai envie…

Rachida s’est mise à genoux.

- Si t’es gentille ce soir, on t’enculera la prochaine fois…

Finalement ce jeu m’amusait aussi…

- Je veux bien être gentille…

Elle se prenait aussi au jeu. Les filles sont venues la relever. Puis se sont déshabillées, Marie-Laurence a fait signe à Florence et Monique de s’asseoir près de nous et s’est elle-même assise sur le fauteuil en face du canapé. Elle a écarté les jambes et a tendu la main vers Rachida qui s’est approchée et s’est agenouillée entre ses jambes. Puis elle a penché la tête vers la chatte offerte. De l’endroit où j’étais assis, je voyais la tête de Rachida bouger entre les jambes de Marie-Laurence et son cul bien fait. Marie-Laurence a été longue à jouir, mais la jeune femme ne s’est pas plainte, elle a léché jusqu’à ce que Marie-Laurence explose sur sa langue. Puis Marie-Laurence s’est levée et Florence l’a remplacée. Rachida a continué à lécher jusqu’à ce qu’elle jouisse à son tour, et enfin, Monique est allée s’asseoir sur le fauteuil. Et Rachida l’a amenée à la jouissance avec sa langue et ses doigts.

Elle a dû lécher sans s’arrêter pendant plus d’une heure ! Corentin l’a fait asseoir sur le fauteuil et l’a léché à son tour jusqu’à ce qu’elle jouisse, mais ça n’a pas été trop long. Ensuite les filles l’ont emmenée prendre une douche, et comme la dernière fois Corentin et moi nous avons maté, nous régalant, la bite tendue, de la douche dorée que les trois filles infligèrent à la mignonne petite beurette. Cette fois ci c’est moi qui pris l’initiative de branler la belle queue de Corentin et de la prendre dans la bouche. J’aurais bien voulu qu’il m’encule, cette expérience me manquait, mais je suis timide je n’ai pas osé lui demander.

7 – Week-end en bord de la mer

Après cette soirée, nous n’avons pas revu nos amis pendant deux mois. Les impératifs de chacun nous ont empêchés de nous réunir. Mais nous nous appelions régulièrement et nous avons fini par combiner un week-end dans une maison au bord de la mer. Nous devions nous rejoindre là-bas le vendredi soir. Marie-Laurence qui s’était occupée de tout avait même réussi à joindre Rachida. C’était une belle maison des Côtes d’Armor en Bretagne. Nous sommes arrivés juste après Marie-Laurence. Florence. Rachida et Corentin arriveraient un peu plus tard. Le temps n’était pas beau et la mer déchaînée, nous avons fait un feu dans la cheminée et préparé à manger.

Lorsque les trois derniers sont arrivés, Rachida avait l’air plus sûre d’elle, un peu comme si elle était maintenant intégrée dans le groupe. Il faut dire qu’après de coup de la dernière fois, il ne pouvait plus lui arriver grand-chose. Après le repas, Corentin et moi avons fait la vaisselle. Les filles avaient exigées que nous la fassions déguisés en femmes. Elles nous ont alors maquillés le visage, rouge à lèvres et fard à paupières compris, puis elle nous ont fait mettre à poil et habillé d’un simple tablier. Cela les a distrait quelques minutes, puis elles nous laissèrent. On s’est alors amusé en se passant les plats à se frôler bite contre fesses et nous n’avons pas tardé à bander sérieusement. C’est Corentin qui craqua le premier, et jetant le tablier me tendit sa bite en me demandant de la sucer. Je pris son beau sexe dans ma bouche et lui suçais tout, le gland, les couilles, la verge, en me régalant de cette texture si douce. Comme il voulait me sucer aussi, on s’est étalé sur le carrelage un peu froid de la cuisine et nous avons fait un soixante-neuf. Je m’apprêtais à demander à Corentin de m’enculer mais nous avons été interrompu par l’arrivé des femmes :

- Encore s’écria Marie-Laurence ! Tout à l’heure vous nous ferez un petit spectacle mais en attendant il y a du boulot.

Les quatre femmes avaient décidé que nous dormirions tous dans le salon. Nous avons donc descendu tous les matelas de la maison après nous être assurés que nous serions récompensés de nos efforts. Puis Rachida a sorti deux grosses valises desquelles elle a sorti quatre caméras. Je crois qu’elle était de mèche avec Marie-Laurence pour préparer ce coup-là. Elle a embauché Corentin pour les installer, chacune dans un coin de la pièce et nous a expliquée qu’elle ferait un montage des meilleurs moments de ce séjour.

Lorsqu’ils eurent fini, elle sortit encore une surprise de sa valise : ses meilleures photos… Nous nous sommes installés confortablement, mais pendant la projection, personne n’a osé prendre l’initiative. Certaines de ses photos étaient très réussies. Toutes montraient un couple faisant l’amour, dans toutes les positions, sous toutes les coutures. A un Euro la photo, il y en avait pour une petite fortune…

Après ce hors d’œuvre, ma foi très appétissant, Corentin et moi avons proposé aux filles de faire un concours de strip-tease où nous ferions office de jury. Ces effeuillages nous ont tous excités et après que la dernière soit passée, elles se sont toutes jetées sur nous. Florence et Rachida se sont précipitées sur moi, laissant Corentin à Marie-Laurence et Monique. Elles m’ont allongé et Rachida s’est assise sur mon visage et avant que j’aie pu commencer quoique ce soit, elle s’est mise à me pisser abondamment dessus. Je fus d’abord surpris puis me laissais prendre au jeu en avalant de larges goulées de ce bien curieux breuvage. Une fois son pipi terminé, j’ai commencé à donner des coups de langues à sa chatte qu’elle tenait ouverte avec une main, et j’ai senti Florence enfourner ma queue. Rachida s’est penchée pour la rejoindre et elles se sont partagé mon bâton. Le jus de Rachida me coulait dans la bouche, je caressais ses fesses dures et douces.

A côté de moi, Marie-Laurence et Corentin se partageaient la moule de ma femme, donnant chacun son tour un coup de langue sur son petit bouton. Puis ils ont échangé, je regardais ma femme lécher une autre femme et j’ai failli avoir un orgasme juste en pensant à ce concept. Florence et Rachida avaient délaissé ma queue pour se fourrer la langue dans la bouche, je me suis dégagé et j’ai forcé Rachida à s’allonger. Puis, mettant un doigt dans son trou humide, j’ai fait signe à Florence de goûter ce nectar. Des halètements commençaient à se faire entendre. Du jus de femme me coulait sur la main, j’ai fait coulisser mon doigt dans son minou, puis je l’ai présenté devant les lèvres de Florence qui l’a enfourné en soupirant de plaisir. Rachida a attiré mon attention et m’a dit qu’elle voulait sentir ma bite. Je me suis installé entre ses jambes, Florence a attrapé mon sexe tendu et l’a posé à l’entrée de la chatte de Rachida, puis elle a imprimé un mouvement lent et ample à mes reins. Ma queue est entrée lentement et facilement dans ses chairs.

A côté, il se passait quelque chose de bizarre, Monique avait passé le gode-ceinture et baisait Marie-Laurence par-dessous pendant que Corentin lui bouffait le petit trou à grands coups de langue. J’ai eu envie d’enculer cette petite salope de Rachida, je me suis retiré d’elle et je lui ai dit de se retourner. Elle l’a fait, mais ses yeux montraient bien qu’elle n’était pas rassurée. Florence s’est allongée sous elle et s’est mise à lui parler pour la rassurer, puis elle a écarté ses fesses avec ses mains. Plongeant une dernière fois ma queue dans sa moule pour bien la lubrifier, j’ai posé mon gland sur la rosace de son petit trou.

Lentement, très lentement, je l’ai pénétrée. Son trou du cul encore vierge m’opposait une certaine résistance, mais je savais que j’y arriverais. Deux ou trois fois, Rachida s’est raidie, mais j’ai continué, et lorsque tout mon sexe fut entré dans son rectum elle poussa un soupir de soulagement. Les autres s’étaient arrêtés pour assister au spectacle. Les trois filles murmuraient des encouragements à Rachida. Je suis ressorti pour y retourner tout aussi lentement. C’est une baiseuse née, son cul s’est tout de suite habitué à ma queue et j’ai pu accélérer. Elle raidissait les cuisses pour que je puisse entrer le plus profond possible. Du coin de l’œil, j’ai vu ma femme la regarder avec envie. Marie-Laurence s’est mise à sucer Corentin qui l’a repoussée pour proposer sa bite à Rachida. Il se faisait sucer par Rachida, les yeux fermés et Florence lui léchait les couilles. Monique s’est occupée de Marie-Laurence.

J’ai continué à défoncer le cul de ma petite salope. Elle haletait, étouffée par le mandrin de Corentin, mais elle avait l’air d’aimer ça. J’ai encore accéléré, elle répondait maintenant à mes coups de boutoir en lançant son cul vers moi, en rythme. J’ai vu Corentin jouir, sûrement dans sa bouche, et elle a joui à son tour, poussant de grands cris. Je sentais son anus me serrer de plus en plus fort. J’ai joui aussi, je lui ai inondé l’intestin. Après moi, Marie-Laurence est arrivée aussi à l’orgasme sous la langue de ma femme. Je me suis allongé sur Rachida, la queue toujours à l’intérieur et je me suis endormi. Lorsque je me suis réveillé, j’étais toujours sur Rachida qui dormait, Marie-Laurence dormait dans les bras de Corentin, mais Monique et Florence n’étaient plus là. J’ai embrassé Rachida qui s’est réveillée. Elle s’est levée pour prendre une douche et je l’ai accompagnée. Nous avons passé tous le week-end à baiser comme des fous. Les quatre salopes en demandaient toujours plus. Rachida a pris beaucoup de photos. Je suis rentré très fatigué…

8 – Activités professionnelles

- J’aime bien ton histoire, qu’il me dit le Marcel
- Ça t’excite ? Hein ! Obsédé !
- Non, ce n’est pas ça ! Mais ce que tu racontes c’est sain, je veux dire tout le monde est d’accord, ce que je n’aime pas c’est les histoires où il y a de la contrainte, mais toi c’est pas ton genre !
- Tu sais, je ne suis pas un saint !
- Il n’y a pas de saint, mais pourquoi tu dis ça ?
- Parce que justement une fois, et c’est un peu la suite de cette histoire, j’ai baisé une femme par la contrainte, je n’en suis pas fier du tout, mais bon je me suis rattrapé après, enfin c’est ce que je me dis pour me donner bonne conscience !
- Raconte !
- Je t’ai dit que j’en étais pas fier !
- Faute avouée est à demi pardonné, et j’ai l’impression que tu n’es pas si méchant que ça !

Ça s’est passé la semaine suivante, au boulot. Le Directeur n’étant pas là, je le remplaçais pour un entretien d’embauche avec un informaticien, je ne savais pas qu’il aurait de si jolies jambes cet informaticien… Cette très jolie jeune femme se prénommait Li-Anne. Elle était métissée asiatique avec les yeux en amande et un corps élancé. Elle portait un tailleur clair, un chemisier et des petites chaussures à talons. Elle était vraiment très bien faite et je dois dire que ses grands cheveux raides et ses lunettes m’attiraient encore plus. Nous avons discuté du poste et de son CV, mais au bout d’un moment, je me suis lancé :

- Vous savez que vous n’êtes pas la seule personne que je vais rencontrer cette semaine pour ce poste ?
- Oui, j’imagine qu’il est très demandé…

Elle me regardait un peu étonnée

- Et pourtant, vous me plaisez, vous êtes jolie !

Elle rougit, j’enfonçais le clou :

- Et vous avez l’air de savoir ce que vous valez…

Je laissais ma phrase se terminer en la fixant. Elle prit l’air de quelqu’un qui vient de faire un choix crucial et me répondit :

- Je suis prête à tout pour ce poste, j’en ai besoin !
- Vraiment tout ?… Vous êtes mariée ?

Ce que je fis me déplus, j’abusais de ma position et ma question l’assomma, elle venait de vraiment réaliser où je voulais en venir. Je faillis revenir en arrière, mais je ne fis pas et elle me balbutia un « oui  » peu convaincu. Je ne pus m’empêcher de relancer :

- Vous ne portez pas d’alliance pourtant…

Elle ne savait plus quoi répondre, et comme un salaud je profitais de la faiblesse de ma proie :

- Mais si vous promettez d’être gentille, je crois que je pourrais vous avoir ce poste.
- C’est dégueulasse ce que vous faites !

Elle pleurait presque.

- Je ne vous force pas ! Vous êtes libre ! Vous n’êtes pas obligée ! Et si vous ne faites rien vous aurez peut-être ce poste quand même, mais disons que vous aurez plus de chances si vous êtes coopérative…

Elle ne répondait pas, j’ai fait le tour du bureau et je me suis accroupi devant elle. Elle m’a regardé. J’ai posé mes mains sur ses genoux, que j’ai un peu écartés.

- Vous aimez bien ça, non ? »

Elle ne répondit toujours pas, mais elle me fit un sourire que je pris pour un encouragement, et alors que je ne m’y attendais absolument pas, je reçus une superbe baffe en pleine poire. Et avant que j’ai pu réagir j’en reçu une deuxième. Alors elle se leva, et se dirigea vers la sortie !

- Revenez, vous avez le poste ! Lui criais-je

Elle stoppa sa course :

- Non ? Vous plaisantez !
- Pas du tout, je suis désolé, je ne sais pas ce qui m’a pris, je crois que je ferais n’importe quoi pour me faire pardonner !
- Bon, alors d’accord, je suis d’accord pour oublier cet épisode.
- D’accord !
- Remarquez, j’ai failli me laisser faire !
- N’en parlons plus !
- On en parlera plus, mais pour l’instant j’ai envie de parler… Je voulais ce boulot à tout prix, même à celui-là, et puis j’ai réalisé que si je disais « oui » une fois, ça n’arrêterais plus !
- Je ne peux même pas vous dire que vous avez tort… parfois on ne sait pas comment on réagit !
- Ne culpabilisez pas, je suis aussi salope que vous, puisque j’ai envisagé de céder !
- Et maintenant que vous êtes embauché, que nous savons que nous pouvons être abjects tous les deux, puisque nous avons su nous arrêter à temps, si nous faisions l’amour comme ça, pour rien, juste pour le plaisir ?
- Vous êtes fou !
- Je sais, laissez tomber !
- Non, revenez près de moi !

De nouveau, je me suis accroupi devant elle. Elle m’a regardé. J’ai posé mes mains sur ses genoux, que j’ai un peu écartés. Et d’elle-même, elle les écarta un peu plus.

- Ça se voit que tu aimes ça !

Nous nous sommes embrassés, mes mains sont passées dans la veste de son tailleur et je le lui ai enlevé. Elle s’est levée pour se coller contre moi. J’ai enlevé aussi sa jupe et son chemisier, il ne lui restait plus qu’un tout petit slip qui lui entrait dans la raie des fesses et un soutien-gorge qui maintenait ses petits seins en poire. Je l’ai écartée et j’ai ouvert mon pantalon, sortant ma queue. Puis, la tenant par les épaules, je l’ai forcée à plier les genoux

- Je suis sûr que tu aimes ça aussi, avoir une bite dans la bouche !

Pour seule réponse, elle a englouti mon sexe, serrant bien ses lèvres sur le manche. Elle le prenait bien au fond, jusqu’à sa gorge et, ses mains libres, enleva mon pantalon et mon caleçon. Elle me pompait le dard d’une manière très franche, caressant mes couilles d’une main et sa chatte de l’autre. Sa langue passait dessus, dessous, sur tout le long. Lorsque j’en ai eu assez, je l’ai relevée et elle s’est penchée sur mon bureau.

- Mets la moi bien au fond…
- Depuis que j’ai rencontré ma première bite, j’ai toujours aimé ça

Je lui enfournai ma bite dans sa moule bien lubrifiée. Son minou était serré, mais habitué à se faire pilonner. Je l’ai attrapé par les hanches et j’ai accéléré. Ses halètements se mêlaient aux bruits de succion de sa chatte. Elle m’encourageait, me disait que ma bite lui faisait du bien et que finalement je ne devais pas être si méchant que ça, qu’elle était contente de son choix. De mes mains, j’ai écarté ses fesses et j’ai caressé son anus d’un doigt. Elle répondait maintenant par des coups de reins, engloutissant ma queue le plus possible. Je sentais qu’elle allait venir, son vagin se resserrait par à-coups sur ma bite. J’ai accéléré encore et, au moment de sa jouissance, j’ai enfoncé le majeur sans ménagement dans son cul, elle a crié encore plus fort. J’ai tout de suite giclé au fond de sa chatte, crispé contre le bureau. Nous avons repris notre souffle et nous sommes rhabillés, puis nous avons rempli les formulaires d’embauche. Au moment de la raccompagner, nous nous sommes embrassés et je lui ai donné ma carte de visite. Elle m’a alors confirmé qu’elle était célibataire, expliqué qu’elle était dans un hôtel (elle vient de province) et je lui ai proposé de l’héberger jusqu’à ce qu’elle trouve un appartement.

9 – Hébergement

Li-Anne a accepté ma proposition et nous sommes partis tous les deux dans ma voiture vers son hôtel où nous avons refait l’amour, puis à la maison. En chemin, je lui dis que j’étais marié, elle m’a regardé comme si j’étais un mutant et j’ai fini par lui dire qu’elle serait bien à la maison. Arrivés là-bas, Monique nous a ouvert avec un grand sourire.

- Bonjour ma chérie, je te présente Li-Anne, qui est nouvelle au boulot et à qui j’ai proposé d’habiter un peu à la maison.

Monique a continué à sourire, a salué Li-Anne mais n’a rien répondu. Une fois installés au salon, je leur ai servi un verre. Puis après un petit moment de silence, Monique a regardé Li-Anne dans les yeux et m’a demandé à brûle pourpoint :

- Elle suce bien ?

Li-Anne a rougit fortement, baissant les yeux. Voyant la lueur amusée dans les yeux de ma femme, j’ai répondu :

- Divinement… Li-Anne ma chère, veux-tu lui montrer ta technique ? »

Elle m’a regardé encore plus étonnée. Monique s’est levée et est venue me déboutonner le pantalon. Puis, une fois ma bite sortie, elle a regardé Li-Anne qui ne savait vraiment plus à quel saint se vouer. Finalement, elle s’est penchée vers ma queue et, sous le regard inquisiteur de ma femme, elle a embouché ma bite encore molle et l’a amenée à une fermeté plus convenable. Monique lui souriait et s’est mise à lui caresser les cheveux.

- Ne t’inquiète pas ma belle, si tu es ici c’est que tu aimes ça, mais nous n’abusons pas… Nous partageons les plaisirs du corps avec ceux qui aiment.

Li-Anne a relevé la tête, lui a souri et s’est remise à son noble ouvrage : Me tailler une pipe. C’est alors que le téléphone s’est mis à sonner. J’ai répondu. Lorsque j’ai eu raccroché, j’ai expliqué à Monique :

- C’est Rachida, son frère est tombé sur le film du week-end en Bretagne et l’a mise dehors dans une fureur noire, je vais la chercher… Li-Anne, tu vas avoir une copine de chambre.

Je me suis levé sans la laisser finir. J’ai vu dans les yeux de ma femme qu’elle prendrait bien ma place, mais je ne suis pas resté pour vérifier, j’ai sauté dans la voiture pour aller chercher Rachida. Celle-ci était en pleurs en bas de son immeuble, toutes ses affaires à côté d’elle. J’ai tout mis dans le coffre et je l’ai ramenée à la maison. Elle pleurait :

- Il a regardé la cassette de Bretagne… Il est tombé juste au moment où vous m’avez prise tous les deux, toi et Corentin… Ça l’a mis dans une fureur dingue, il m’a crié qu’il n’y aurait pas de pute sous son toit et m’a dit de partir. Alors il est allé dans ma chambre et a jeté mes affaires dans le couloir. Juste mes vêtements, mes appareils photos et ma collection…

- Encore un hypocrite, ce mec ! On va t’accueillir à la maison tant que tu en auras besoin, ne t’inquiète pas. »

J’ai fait ce que j’ai pu pour la consoler. Lorsque nous sommes arrivés, elle était calmée et il faisait nuit. Li-Anne et Monique étaient devant la télé, pleurant comme des bêtasses devant un film triste… Je leur ai laissé Rachida et j’ai débarqué ses affaires directement dans la chambre qu’elle allait partager avec Li-Anne. Quand j’ai eu fini, ça allait mieux, Li-Anne et Rachida avaient fait connaissance. Monique était en train de leur raconter le jour où elle s’était fait virer de chez elle et où je l’avais recueillie.

Le lendemain, je travaillais et je ne les ai revues toutes les trois que dans la soirée. Elles avaient l’air de bien s’entendre et de s’amuser. Je les ai emmenées au cinéma et au restaurant. Arrivés à la maison, nous avons pris un thé et Li-Anne (qui n’avait peut-être pas encore tout compris) a demandé ce qu’il avait de spécial ce week-end en Bretagne. Rachida a éclaté de rire et est montée dans sa chambre chercher le film. Nous nous sommes installés devant la télé. Le début de la cassette ressemblait à n’importe quel film souvenir, mais lorsque l’image est passée sur tout le monde en train de baiser, j’ai vu Li-Anne rougir. Mais lorsqu’elle a vu à l’image Rachida brouter la chatte de Florence, j’ai cru qu’elle allait partir en courant. Les filles l’avaient vu aussi, Monique s’est levée et est venue derrière elle pour lui masser les épaules, Rachida qui était assise à côté d’elle a posé la main sur sa cuisse.

Li-Anne avait l’air ne pas arriver à détacher son regard de la télé où l’on voyait maintenant Monique sucer Corentin. J’ai accéléré la bande jusqu’à ce que la caméra revienne sur Rachida qui, cette fois, léchait Marie-Laurence en mettant un doigt dans sa chatte. La main de Rachida pelotait maintenant les seins de Li-Anne, se faufilant sous son Tee-shirt. Monique lui caressait les épaules et le cou. Ses mains sont venues remplacer celles de Rachida qui sont descendues vers les cuisses de Li-Anne. Elles l’ont déshabillé et se sont déshabillées. Li-Anne ne réagissait pas, elle regardait le film que je veillais à laisser sur des scènes de sexe. Monique m’a demandé d’éteindre la télé et elles ont fait allonger Li-Anne. Puis elles se sont penchées toutes les deux sur elle, dévorant son corps avec la langue.

Je me suis mis nu aussi et j’ai commencé à me branler devant ce spectacle. Rachida est passée entre ses jambes et s’est penchée vers son sexe à peine velu. Lorsqu’elle a posé sa bouche dessus, Li-Anne a repris vie, lui a attrapé les cheveux et a essayé de l’en empêcher. Je me suis levé et j’ai pris ses mains dans les miennes. Rachida a repris son avance vers l’entrejambe de Li-Anne qui me souriait. Monique léchait ses seins, promenant ses mains sur tout son corps. Lorsque Rachida a posé le bout de sa langue sur le clitoris de Li-Anne, elle a cessé de se débattre et s’est mise à en demander plus. Elle voulait que Rachida la baise avec sa langue, que Monique lui titille encore le bout des seins et elle voulait ma queue. Je la lui ai présentée près de ses lèvres et elle l’a engloutie. Monique et Rachida ont continué un peu, puis Rachida s’est allongée à côté et Monique a pris le bras de Li-Anne pour l’installer entre ses jambes. Elle s’est penchée vers le petit minou bien épilé de la beurette et regardait d’un air très intéressé les chairs roses et le trou béant et mouillé. Elle a posé un doigt et l’a fait entrer, Monique s’est installée à côté et a approché son visage du sien. Li-Anne n’osait plus bouger, Monique a passé sa langue sur ses lèvres qui se sont ouvertes et leurs langues se sont mélangées.

Enfin, Li-Anne a posé timidement le bout de sa langue sur la chatte de Rachida, Monique la caressait. Moi, voir cette jeune femme à genoux en train d’en lécher une autre, ça m’a donné une idée perverse. Je me suis installé derrière elle. Je lui ai écarté les fesses et j’ai posé ma langue sur son petit trou bien fermé. Monique est allée s’asseoir sur la bouche de Rachida que Li-Anne léchait avec entrain. Maintenant, les trois filles gémissaient, je me suis relevé et j’ai posé ma queue contre le trou de Li-Anne. Comme je l’avais fait pour Rachida quelques semaines avant, je l’ai enculée, doucement, lentement. Elle a été prise de panique, mais Rachida l’a tenue par les cheveux pour qu’elle continue à la lécher. Je n’ai pas mis longtemps à tout lui rentrer, elle avait l’air d’apprécier. J’ai commencé à lui ramoner le cul de plus en plus vite et j’ai joui assez rapidement. Li-Anne a eu juste après moi un orgasme ravageur, puis Rachida s’est mise à crier et enfin Monique, sous la langue maintenant experte de la petite bretonne.

Ce soir-là, nous nous sommes tous retrouvés dans le même lit et je me doutais que Li-Anne et Rachida allaient devenir un couple à part entière dans nos ébats en groupe.

10 – Une dernière pour la route

Deux semaines plus tard, nous avons présenté Li-Anne à Marie-Laurence, Florence et Corentin. Elle a découvert ce soir-là d’autres plaisirs qu’elle ne connaissait pas, deux queues en même temps dans différents trous. Corentin et moi nous sommes amusés à n’oublier aucune configuration possible. Mais aussi une langue de femme sur chaque trou et les seins. Elle a également goûté le sperme pour la première fois et a apprécié. Le dernier arrivant du groupe ainsi constitué a été David, Marie-Laurence l’a rencontré à son boulot. Sa première soirée a dû être mémorable, Marie-Laurence avait demandé à Li-Anne, Rachida, Florence et Monique de venir lui faire une petite fête. Marie-Laurence lui avait bandé les yeux, puis s’était déshabillée et lui avait demandé de la caresser. Puis elle est sortie de la pièce et l’une des filles est arrivée pour prendre sa place. Il s’est aperçu à la troisième que ce n’était pas Marie-Laurence et a enlevé son bandeau. Les filles rigolent encore de la tête qu’il a faite lorsqu’il s’est rendu compte qu’il tenait Rachida dans ses bras et que trois autres femmes qu’il ne connaissait pas gouinaient sa copine… Mais il a été très content de la surprise et en a bien profité.

La soirée d’après, nous étions là Corentin et moi, et nous nous sommes bien amusés. Trois hommes et cinq femmes, ça permet certaines combinaisons inédites… Les vacances suivantes, nous sommes tous partis dans la maison de campagne de David. Nous avons passé les deux semaines presque tout le temps nu. C’est à la fin de ces vacances que Li-Anne et Rachida nous ont demandées de les accompagner en Hollande pour se marier. Ce que nous avons fait avec plaisir, puis elles ont proposé à ceux qui voulaient d’acheter une maison et d’y habiter tous… Avec Monique nous ne nous sommes pas joints à cette expérience… pas encore ! Un jour peut-être…

Nos amis vivent tous les six dans une belle maison de banlieue depuis maintenant trois ans. Le sexe fait partie de leur vie, chacun fait ce qu’il veut avec les autres, mais ils ont été obligés de limiter les pièces aux quatre chambres et au salon télé. Pour arrondir les fins de mois, ils ont créé un site Internet payant où ils fournissent photos et films de leurs ébats, et par lequel les filles se proposent comme modèle pour des séances photo porno (activité qui marche de plus en plus) et vendent leurs culottes propres ou portées, sèches ou mouillés (ça aussi ça marche bien !). Parfois des clients demandent aux filles d’aller plus loin et propose de l’argent contre du sexe, elles ont refusé au début, puis se sont dit qu’il n’y avait aucun mal à faire la pute si personne ne les forçait à le faire et si la prestation se passait dans le respect mutuel.

Epilogue

- Alors Marcel ?
- C’est malin, avec tes histoires, j’ai la queue toute raide maintenant !
- Ah, oui ! Fait voir !
- Comment ça fait voir ? Tu ne vas pas me dire que ça t’intéresse aussi ?
- Je m’intéresse à tout !
- Autrement dit, tu me demandes cela dans un but culturel ?
- Oui !
- Ben tu te cultiveras une autre fois. Mais n’empêche, j’aime bien tes histoires, on sent que c’est vrai !
- Pas de bol, Marcel, c’est de la pure invention, j’ai bien une femme, mais ma vie sexuelle est un désert permanent, je n’ai pas de maîtresse, et je n’ose pas aller voir les putes.
- Non ?
- Si ! C’est pour cela qu’exiger qu’une histoire soit véridique est débile ! Je n’ai rien, je ne suis rien, alors qu’on me foute la paix et qu’on me laisse le droit de délirer PUISQUE C’EST LA SEULE CHOSE QUI ME RESTE !

FIN

(c) Alexis Defond-Rossignol 2001, légèrement révisé en 2017

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les pérégrinations érotiques d‘un buveur de bière Par Alexis Defond-Rossignol

  1. Darrigade dit :

    Il est dommage que cela devienne un peu répétitif, sinon c’est vraiment très excitant puisque tout y passe ou presque. De plus le récit est émaillée de réflexions plutôt intéressantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>