L’appel de la mature par Olivier_P

Il y a des jours où les journées de boulot sont vraiment pénibles,
compliquées ou tout simplement ennuyeuses. Mais il y a d’autres fois où il
se produit un événement tout à fait singulier qui rend la journée
excellente, et c’est d’une de ces journées que j’aimerais vous parler. Une
journée où tout a dérapé, en particulier mon pantalon…

Je travaille dans les assurances, je vends des produits et je gère mon
propre portefeuille de clients, des gens que je connais en général très
bien. Or, ce jour-là, je reçois au bureau un coup de fil d’une dame que je
ne connais pas : elle est en fait une amie d’une de mes clientes et voudrait
contracter une assurance pour son habitation. Je lui propose de passer au
bureau mais elle me demande, avec beaucoup de précipitation, de passer chez
elle.

- Nous serons plus à l’aise pour discuter, me dit-elle.

Je ne me fais pas prier (après tout, ça me permettra de m’éclipser du
bureau) et elle me donne son nom, adresse… et son âge, me précisant bien
qu’elle a 43 ans ! Je ne relève pas vraiment, concentré sur l’affaire et lui
promets de passer la voir dans l’après-midi.

Nous sommes alors en juillet et c’est avec les fenêtres de la voiture
ouverte, profitant de la chaleur estivale, que je me rends chez Nicole, ma
nouvelle cliente. Selon l’adresse, elle vit à la campagne et c’est avec un
peu de difficulté que je trouve sa maison, un charmant petit pavillon
entouré d’un grand jardin. J’arrive devant la porte et je sonne.

L’homme qui m’ouvre est bedonnant, la cinquantaine, vêtu d’un short et de
pantoufles. Devant mon air surpris, il me demande qui je suis.

- Je suis l’assureur, lui réponds-je. J’ai rendez-vous avec une certaine
Nicole.
- Entrez, ma femme ne va plus tarder.

Suis-je bête ! C’est bien sûr le mari de ma cliente ! Je le suis et il me
fait pénétrer dans un salon plutôt cossu, décoré avec goût d’une
bibliothèque et d’un bar assez bien garni. C’est d’ailleurs en sirotant une
petite bière que je commence à discuter de l’assurance habitation avec
l’homme. Mon hôte est très sympathique et sait précisément ce qu’il veut. Au
bout d’une petite demi-heure de discussion, nous signons le contrat et
l’affaire est faite.

- Si vous voulez bien m’excuser, me dit mon nouveau client, je vais vous
laisser quelques instants pour discuter du contrat avec ma femme.

Il s’absente et me laisse seul dans le salon. Ne sachant que faire pour
tromper mon attente, je commence à examiner les photos au mur. Et je tombe
sur deux photos de Nicole. C’est apparemment une femme bien conservée, au
joli minois et aux courts cheveux auburn. Parmi ces photos, la première est
très classique, une photo de vacances la montrant en short révélant des
cuisses fermes, une taille fine mais des hanches rondes.

La deuxième photo est beaucoup moins classique puisqu’on y voit Nicole
penchée en avant, seulement vêtue d’une fine blouse de mousseline noire qui
ne cache rien de ces deux petits seins. Elle ne porte pas de culotte et
semble se frotter les fesses sur le mur avec un petit sourire pervers sur
les lèvres. On dirait une photo prise lors d’une soirée de partouze et je
commence à me sentir d’autant plus mal à l’aise que le mari peut revenir à
tout moment.

Un bruit derrière la porte du salon me fait sursauter et je risque un coup
d’œil par l’entrebâillement. Je n’arrive pas à croire ce que je vois : une
femme (sûrement Nicole) me tourne le dos dans le couloir. Complètement nue,
elle fait des étirements et se promène les fesses à l’air, de magnifiques
fesses généreuses qu’elle caresse de temps en temps. Avec une trique
épouvantable, je me rassieds dans le salon et tente de camoufler ma gêne et
ma bandaison. En d’autres lieux, je lui aurais sauté dessus, mais je suis au
boulot et le mari est là, alors du calme.

J’entends qu’on s’approche dans le couloir et je me lève pour saluer mon
interlocuteur et filer en vitesse, mais c’est Nicole qui entre dans le
salon. Elle n’est vêtue en tout et pour tout que d’un t-shirt blanc qui ne
cache pas le fait qu’elle ne porte pas de soutien-gorge en dessous. J’en
suis à me demander si elle porte au moins une culotte quand elle me tire de
ma rêverie.

- Bonjour, je m’appelle Nicole, c’est moi que vous avez eue au téléphone.

Je la salue en nous nous asseyons. Elle croise les jambes et allume une
cigarette. Ses petits pieds nus sont très mignons et je me concentre sur
eux, ignorant la tenue de mon hôtesse qui ne laisse aucune place à
l’ambiguïté : ce n’est pas un vêtement pour rester dans son jardin mais
plutôt celui d’une femme qui veut baiser ou qui en revient. D’ailleurs son
attitude délurée est très provocante, elle se cambre et se penche en avant
pour que je puisse voir ses nichons par le col trop large, rendant son
t-shirt véritablement obscène. Je reconnais le style de Nicole : une salope
qui a envie de se faire mettre et le fait comprendre sans beaucoup de
subtilité.

- Ca vous plait comme boulot, me demande-t-elle ?
- Beaucoup, ça permet de rencontrer beaucoup de gens.
- Et de pénétrer dans leur intimité ? Me demande-t-elle en tirant sur sa
cigarette d’une façon très subjective.
- Ca dépend jusqu’où.
- Bien foutu comme vous l’êtes, vous avez sûrement dû rencontrer des femmes
qui ne voulaient pas de vous qu’une simple assurance, me dit-elle.

En disant cela, elle décroise ses jambes et me dévoile sa chatte glabre aux
grandes lèvres. En même temps, elle me sourit d’une manière vorace qui finit
de me faire comprendre qu’elle ne me laissera pas partir sans la baiser. Je
ne me laisse pas démonter.

- Vous accueillez souvent des assureurs pour vous les taper ?
- Vu la bosse que tu as dans ton pantalon, mon petit salaud, tu en as envie
autant que moi.

Elle est vulgaire et très entreprenante. Mais si elle veut niquer, elle a
trouvé à qui parler. La tutoyant comme elle vient de le faire, je repars à
l’attaque.

- T’es une drôle de petite salope !
- Oui, c’est vrai, je suis une salope, me répond-t-elle avec un ronronnement
vicieux, mais c’est tellement bon de sucer de jeunes bites de temps en
temps.
- Et ton mari, il ne dit rien ?
- Il prend son pied quand je lui raconte comment j’ai baisé un inconnu,
avoue-t-elle avec un sourire gourmand.

Ne sachant trop quoi répondre, je regarde autour de moi et je retombe sur la
photo de Nicole à poil. J’ai dû m’y attarder un peu trop longtemps car elle
rigola doucement.

- Elle te plaît ma photo ? Elle te fait bander ?
- Pas mal du tout, lui dis-je.
- Alors, me demande-t-elle, tu viens me baiser, oui ou non ?
- Je vais t’épuiser, sale pute… lui réponds-je en ne croyant pas que j’ai
dit ça à voix haute.
- Ouais, c’est ça.

Elle se lève, s’approche de moi et me roule un pèle. Son baiser est baveux,
le baiser d’une chienne en manque. Elle me fouille la bouche avec sa langue
qu’elle entoure autour de la mienne. Elle s’interrompt bientôt et commence à
caresser ma bite à travers le tissu du pantalon, la faisant grossir au fur
et à mesure de son exploration. Elle commence à marmonner en même temps.

- Hmmm…. Oui… c’est là, c’est bon, hein ?… Alors tu veux m’épuiser avec ta
grosse queue, hein ?… Tu veux baiser ma chatte, hein, mon salaud… hmm….
Allez, fous-toi à poil.

Je ne me fais pas prier et je jette ma chemise et mon pantalon. J’ai un peu
de mal à ôter mon slip et je me couche sur le divan pour l’enlever. C’est
bientôt chose faite et le fin tissu libère une queue énorme, bandée au
maximum. Nicole a comme un mouvement de recul, sans doute impressionnée que
je puisse bander autant. Elle regarde le mat de chair et, obscénité suprême,
elle commence à se pourlécher les lèvres alors que j’agite ma bite pour lui
faire prendre une bonne épaisseur

- Oui, me dit-elle d’une voix rauque, mets-toi à l’aise.

Elle s’approche et attrape ma queue qu’elle commence à branler avec force,
comme si elle voulait me faire juter le plus vite possible pour s’abreuver
de mon foutre. Ses mouvements de va-et-vient se font de plus en plus rude et
je gémis bientôt de plaisir, excité par la branlette de cette experte ès
débauche.

- Hmmm… c’est bien hein… t’as bon à ta queue, hein ?
- Oh oui, fais-je dans un souffle, branles-moi bien, sale chienne.

Et pour branler, elle branle, elle sait y faire. Des ondes de plaisir
irradient tout mon membre alors que je regarde cette salope qui a presque
l’âge de ma mère faire coulisser cette queue gorgée de plaisir entre ses
doigts, un sourire gourmand et pervers sur les lèvres.

- Je te suce un peu ? Me demande-t-elle alors qu’elle déroule déjà une
capote sur mon sexe.

Je la laisse faire et c’est bientôt sa bouche brûlante et humide qui
remplace sa main autour de ma bite. Elle commence sa petite gâterie avec une
langue agile qui me titille le bout du gland. Je commence à chavirer,
tellement sa succion est bonne. Elle le fait d’une manière très bruyante, de
manière à m’exciter, ce qu’elle fait très bien. Elle pompe, lèche mon gland
d’une manière très perverse, du bout de la langue. Elle sort parfois ma bite
de sa bouche pour m’embrasser le frein ou pour me mordiller la bite.
Recroquevillée face à moi dans le divan, elle ne me quitte pas des yeux, me
lançant des coups d’œil et tortillant son superbe cul au rythme de la pipe,
se dandinant les fesses d’un côté à l’autre, m’empêchant de les caresser
autrement que du bout des doigts. Elle est une experte de la pipe et on sent
qu’elle aime la bite et qu’elle me sucerait jusqu’à en avoir mal aux
gencives. Quelle salope !

Sans prévenir, elle se place en 69, sa bouche tétant toujours ma queue.
J’introduis ma langue dans sa chatte et commence à la laper. Je sens que sa
fellation s’arrête un peu et un long soupir s’échappe de sa poitrine, signe
que le traitement que je lui fais subir lui plaît. Alors qu’elle recommence
à me sucer, je m’attaque à ses fesses douces et potelées, les léchant, les
suçant, les mordillant, faisant preuve de la même fièvre qu’elle alors
qu’elle me suce le gland et qu’elle lèche mes couilles. Elle m’étouffe
bientôt sous sa chatte et je sens ses sécrétions vaginales me dégouliner sur
le menton, excitée qu’elle est par ma langue qui va et vient dans sa chatte.

Elle s’interrompt tout d’un coup et, tortillant du cul à quatre pattes
devant moi, elle me regarde par-dessus son épaule. Apparemment, elle en veut
encore…

- Allez, mon petit salopard, viens me baiser, défonce ma chatte avec ta
grosse bite.

En me disant cela, elle s’est assise à l’autre bout du divan et, me
regardant de ses yeux de chienne ruisselante de désir, elle replie ses
jambes et commence à enfoncer un doigt dans son sexe qu’elle entreprend de
fouiller avec beaucoup d’obscénité. Je m’approche d’elle, écarte encore un
peu plus ses cuisses et présente mon gland cramoisi à l’entrée de sa vulve.

D’un coup sec, je la pénètre et Nicole hurle de douleur et de plaisir, son
glapissement résonnant dans toute la maison. Elle me regarde avec de grands
yeux ronds, ne s’attendant pas à sentir une telle bite dans son ventre.

- Oh, mon dieu… ohh… ohhh… quelle queue !… Baise-moi, t’arrête pas, salaud,
baise-moi comme une grosse salope.
- Mais c’est ce que tu es ! Dis-je de manière brutale, en lui expédiant une
claque retentissante sur les fesses.

Je prends ses jambes et les remonte, mettant son cul et sa chatte en bonne
position, je la prends et la baise comme un animal, comme une gazelle prise
au piège par un sauvage fou de sexe. Je la lime, lui explore la chatte et
commence des va-et-vient de plus en plus violent, pour faire mal à cette
petite salope, qu’elle apprenne qu’elle peut tomber sur pire qu’elle en
matière de dépravation.

Je la tire, la pénètre, le salon envahi de ses glapissements de ravissement
et des bruits onctueux de succion alors que ma bite rentre et sort de sa
chatte mouillée à l’excès. Elle émet des grognements de satisfaction alors
que mes couilles vont et viennent sur les parois de son vagin. J’aime la
baiser, poussant ma queue au plus profond de cette chatte mature qui a reçu
la visite de tant de mecs qu’elle voulait baiser. Je la prends, han, han,
pénétrant au plus profond de ses parois vaginales. Elle crie, halète, me
demande d’aller toujours plus loin. Je sens qu’elle va bientôt prendre son
pied. Mes couilles sont pleines et je ne vais pas tarder à jouir moi-même, à
juter dans le ventre de cette vieille pute.

- Ooohhh… ooohhh, je te sens… je vais venir… je viens… Saute-moi, nique-moi…
je jouis, je jjjoouuiiiisss…. AAAHHH !!!

J’ai alors éjaculé dans sa chatte, lâchant de longues et puissantes giclées
dans sa cramouille. Suante, presque haletante, Nicole se dégage et
s’effondre sur le divan, épuisée d’avoir été baisée avec tant de fougue.

- Oohhh, tu m’as bien baisée, sale enculé ! Me dit-elle avant de se lever et
de se promener nue dans le salon comme s’il s’agissait de la chose la plus
naturelle du monde alors qu’il y a peu, nous ne nous connaissions même pas
encore.

Elle remet son t-shirt, dans lequel elle sue abondamment et quitte la pièce
sans même me jeter un regard.

Alors que je vais me rhabiller, elle s’arrête dans l’encadrement de la porte
et se penche en avant, se caressant le cul contre la porte en feulant comme
une tigresse, me donnant un tableau vivant de la fameuse photo cochonne qui
trône dans le salon. Elle me regarde d’un air vicieux qui me laisse
comprendre qu’elle en veut encore, je reste nu, ma queue recommençant à se
gonfler de plaisir et je la rejoins. Je passe une main sur sa chatte et
introduit un doigt entre les lèvres, lui titillant le clitoris avec le
pouce. Elle ondule mais me prend la main et me dirige vers sa chambre.

La pièce est plongée dans l’obscurité, une lumière rosée transformant cet
espace en nid à baise. Mal à l’aise, je m’aperçois que le mari de Nicole est
assis dans un coin de la pièce, à poil, la queue bandée dans la main qu’il
branle doucement en ne nous quittant pas des yeux sa femme et moi. Nicole se
love derrière moi et commence à me malaxer les fesses.

- Couches-toi sur le lit, me dit-elle d’une voix rauque et chaude.
- Oui, mais… et ton mari ?
- COUCHES-TOI SUR LE LIT, CONNARD !

En me hurlant ses insultes aux oreilles, elle me donne une énorme et
douloureuse claque sur les fesses. Son mari se met à se branler plus
durement, excité par la soudaine brutalité de la situation.

Nicole me pousse et je tombe sur le lit. Avant que j’ai eu le temps de
réagir, elle s’assied sur mon dos et commence : elle me malaxe les fesses
puis les frappe de plus en plus fort. C’est très douloureux mais en même
temps tellement bon, je n’en reviens pas ! J’ai envie qu’elle arrête et
qu’en même temps elle tape plus fort. Le petit manège tourne à la fessée.
J’ai les fesses en feu mais c’est excitant. Elle frappe, griffe, me crache
sur les lobes et m’insulte en même temps.

- TU M’AS BAISEE COMME UN SALAUD, HEIN ? TU AS AIME ME CRACHER TON FOUTRE
DANS LE VENTRE, HEIN ? A MON TOUR DE T’HUMILIER, CONNARD D’ENCULE !!!
- Hmmm… oui… AIE… encore…
- TA GUEULE ET PRENDS CA !!!

Elle finit de me faire mal en me giflant un grand coup. Pendant ce temps,
son mari se branle à toute vitesse, à trente centimètres de nous, le regard
brillant d’extase.

Nicole s’est levée. Je me retourne, le fessier brûlant et douloureux, et je
vois Nicole ouvrir un placard. Ce que je vois est incroyable : dans ce
placard se trouve la vraie panoplie de la salope SM : tenues de cuir,
fouets, godes, etc… La vieille vicieuse enfile alors une ceinture gode de
belle taille et m’attrape par la nuque, me forçant à me mettre à quatre
pattes et à poser la bouche sur l’engin.

- Suces ! Me dit-elle d’une voix calme mais autoritaire.

Je me mets à sucer la pine de cuir. C’est gros, c’est dur et ce
n’est pas désagréable, d’autant que le regard vicieux de Nicole accompagne
ma performance. Elle pousse des petits cris, ponctuant ma succion par des  »
hhmmm…oui, c’est bon, hein ?  » et des  » vas-y, suces-moi bien petite salope
« . Pendant ce temps, son mari est derrière moi et à plaquer sa bite sur mon
cul, coinçant son membre sur la raie de mes fesses et continuant une espèce
de branlette espagnole. Face à ce traitement, je sens que je ne vais pas
tarder à exploser ? C’est lorsque le mari de Nicole envoie de longs jets de
sperme sur mes fesses et mon dos que je me mets à gémir. Nicole retire alors
son gode de ma bouche et me jette sur le lit. Couché à côté du mari, elle se
jette comme une affamée sur ma queue et me la lèche jusqu’à ce que j’éjacule
à gros bouillons sur son visage. Nous sommes restés là tous les trois dans
la pénombre, Nicole nettoyant nos queues de sa langue agile, buvant notre
foutre jusqu’à la dernière goutte.

Lorsque j’ai quitté mes nouveaux clients, raccompagné à la porte par son
mari, celui-ci m’explique que tout cela est un coup monté, qu’une autre de
mes clientes, amie de Nicole, me trouve très à son goût et qu’elle en a
parlé à Nicole, la faisant fantasmer et qu’elle voulait me baiser.

Le mari m’a alors avoué de quelle cliente il s’agissait et je me suis promis
de lui en toucher un mot… Mais ceci est une autre histoire.

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’appel de la mature par Olivier_P

  1. Julio dit :

    n’importe quoi mais c’est excitant quand même

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>