La serre aux papillons par Nicolas Solovionni

Je m’appelle Cédric, je suis directeur d’agence bancaire. Ça classe, ça sur
une carte de visite, mais je n’en tire aucune gloriole. C’est mon troisième
poste, j’ai déjà occupé ces fonctions en banlieue parisienne et à Marseille…
Faut tout le temps qu’ils nous fassent bouger… mais cette fois je n’ai
vraiment pas le choix. A Marseille l’un de mes principaux assistants se
livrait à de joyeuses escroqueries sur le dos de l’entreprise. On m’a
reproché de ne pas l’avoir correctement contrôlé

Me voici donc à Morsac, 30 000 habitants, un trou ! Bon, je m’adapterais…
Avec le TGV, Paris n’est pas si loin et puis sans aller jusque là, chaque
ville à ses coquines, non ?

Parce que figurez-vous que je suis assez porté sur le sexe, et d’ailleurs la
chose vient de casser mon ménage. Je suis donc fraîchement divorcé, quant à
la petite garce qui en est à l’origine, si au lit elle était vraiment
experte, la vie commune se révéla très vite impossible !

J’ai donc emménagé tout seul comme un grand dans un bel appartement de
fonction dans un immeuble ancien. C’était, je me souviens, le premier lundi
de septembre que je devais débuter dans ce nouveau poste. Mon prédécesseur a
tenu à m’inviter au restaurant afin de me passer les consignes… consignes
locales pensais-je, car je maîtrisais maintenant très bien le job

- Vous verrez, ce n’est pas du tout comme Paris ou Marseille…
- Je m’en doute bien !
- Parcequ’ici tout de suite, vous allez faire parti du gratin…
- Ça m’importe assez peu, à vrai dire !
- Vous allez pourtant être obligé de l’assumer

Je commençais à m’inquiéter, et mon interlocuteur m’expliqua que j’allais
être systématiquement invité par les notables du lieu et que je devrais
évidemment rendre ces politesses…. L’enfer !

- Mais, enfin, je ne suis pas obligé ! Je peux toujours prendre mes
distances !
- Vous ferez ce que vous voudrez, mais si vous décidez de rester dans votre
coin, c’est la réputation de l’entreprise qui en pâtira, je ne vous le
conseille vraiment pas… Euh… Vous ne finissez pas votre plat ?
- Non, je n’ai plus très faim !

Comme à chaque fois que quelque chose se présente assez mal, je m’efforçai
de minimiser la situation…  » On verra bien !  » Me disais-je !

Ça pour voir, on a vu ! J’ai d’abord essayé de biaiser, mais sans grand
succès avant d’être entraîné dans une spirale infernale. Le midi, je pouvais
toujours refuser, prétextant un emploi du temps trop chargé… cela ils l
comprenaient fort bien, mais c’était pour mieux m’inviter le soir.

J’en ai soupé jusqu’à la nausée de ces dîners en ville. Oh ! Je mentirais en
disant qu’ils étaient tous systématiquement inintéressants, j’y reviendrais.
Mais toute cette beauferie rituelle me fut vite insupportable, des
conversations qui m’emmerdent, des allusions racistes ou des clichés
stupides auxquels je ne pouvais répondre que par un masque, les cancans, les
questions stupides  » vous faites quoi comme sport ?  » Je finis d’ailleurs
par m’inventer une maladie infantile pour éluder le sujet…  » Vous n’êtes pas
croyant, alors ?  »  » Peut-être franc-maçon, alors… remarquez, je vous
demande ça, ça ne me regarde pas ?  » Alors pourquoi ils me la posent ? Et
puis toujours les mêmes sujets :
- les voyages (je ne voyage pas)
- les bagnoles (je n’en vois que le côté utilitaire)
- la famille (je n’en ai plus !)
- le sport (je m’en fous)
- la télé (je ne regarde pas)
- La politique (au secours !)
- l’économie (au secours !)
- le boulot (au secours !)
Seuls surnageaient là-dedans des sujets comme l’informatique, la cuisine…
mais bon, on en a vite fait le tour… et c’est quand même là qu’on se rend
compte que ce gens là n’ont aucune culture générale. Je ne demande pas que
l’on discute tous les soirs de l’histoire des civilisations ou de la
sociologie animale… mais jamais un mot sur la nature, la littérature, le
théâtre, la musique, les arts… quant au cinéma ils n’en retenaient que les
acteurs…

Au bout de six mois j’avais donc fais le tour, et parfois plusieurs fois de
suite de toute la petite élite locale, j’avais consulté en m’efforçant
d’éviter de bailler, tous les albums photos, j’avais contemplé les
collections de ceci ou de cela et j’avais même eu droit à toutes les
anecdotes sur les toutous petits et gros de ces messieurs dames.

Je me suis aussi rendu compte que si je ne prenais pas très vite une
décision en ce qui concerne les week-ends, ceux ci risquaient de devenir
aussi lamentables que mes semaines. Pas un pas dans la ville sans croiser
monsieur machin ou madame truc, et évidemment plus le temps passait, plus je
connaissais de monde, et plus je risquais d’en rencontrer…. Alors me terrer
chez moi… Non ! Alors je filais à Paris, parfois j’y dormais à l’hôtel… Mais
cela ne me satisfaisait qu’à moitié, et si la vie culturelle me manquait, le
sexe me taraudait aussi, concilier les deux n’était pas évident, je donnais
priorité à ce dernier, et ne me sentant pas dans des conditions idéales pour
une drague classique, je me réfugiais dans les amours tarifiés, avec son lot
d’insatisfaction, mais quelques bons souvenirs malgré tout.

Toujours est-il qu’en ce début de printemps, je me morfondais, j’en étais à
prendre des antidépresseurs, et dossier médical à l’appui, je lançais
message sur message à ma direction en leur demandant de m’attribuer un poste
ou je ne serais pas obligé de me livrer à toutes ces pitreries. On m’a
d’abord envoyé promener, il a donc fallu que je fasse jouer quelques appuis,
et on a fini par me promettre un poste à Lyon, on ne m’a pas dit quand mais
ça aide à tenir…

Sylvia et Roger B… faisaient dans cette faune de petits bourgeois médiocres,
figure d’exception. Ils tenaient un petit commerce d’articles de pêche qui
marchait bien mais qui ne les débordait pas trop, et ils s’occupaient de
l’amicale des commerçants du centre ville. La relation était donc
professionnellement incontournable, mais curieusement nous ne nous sommes
pas fréquentés tout de suite. Nous nous étions rencontrés un soir chez des
relations communes et nous nous étions trouvés suffisamment d’affinités pour
décider de se revoir! Passionné de jazz et d’opéra, leur conversation était
parfois passionnante. Mais surtout il avait Sylvia, il faut que je vous la
présente

Sylvie est une grande femme, 1 m 75 probablement, le port altier, souriante,
les puristes pourraient sans doute dire qu’elle est légèrement forte, disons
simplement qu’elle avait une belle charpente. Peu de fesses, mais une
poitrine avantageuse. Elle est blonde décolorée, les cheveux coupés en
boucles au carré, elle a des yeux bleus de rêve, un teint de pêche et un
sourire désarmant.

J’avais l’impression que plus je la voyais, plus la tenue de Sylvia devenait
suggestive. J’aimais ces robes qui laissaient ses belles épaules dénudées.
Quant aux décolletés, j’avais dû mal à dompter mon regard pour l’empêcher de
trop y plonger. Mais je dois être un piètre dompteur, elle s’en aperçut.
Ce soir-là au milieu du dîner, j’avais eu besoin de me rendre aux toilettes.
Sylvia m’y attendait à la sortie :

- Je vois que mes seins vous intéressent…
- Je…
- Chut ! Je vous donnerais, peut-être un jour l’occasion de les voir
beaucoup mieux, mais soyez patient et ne prenez aucune initiative.

Elle me laissa là, les joues piquées au fard, s’enferma à son tour dans les
toilettes, non sans m’avoir lancé un clin d’œil complice.

Inutile de vous dire que je faisais tout mon possible pour multiplier les
occasions de la revoir. Et j’attendais patiemment un signe, puisqu’il me
fallait patienter… Mais rien ne se passait. Je devenais fou. Tous les jours
je consultais mon répondeur, guettant un message de Sylvia…

Peut-être après tout s’agissait-il d’une tactique pour avoir la paix ? Non !
Je ne la  » voyais  » pas comme cela. Je me masturbais en pensant à elle,
allant jusqu’à pendant mes escapades parisiennes du week-end fantasmer sur
son corps pendant que je besognais quelques filoutes.

Sa simple vue me chavirait, et de plus en plus, tandis que parallèlement,
son mari Roger dévoilait une de ses facettes qui ne me disait rien que
vaille. Il se passionnait pour des pseudos théories assez proches de
l’occultisme. Et s’il avait l’intelligence de rejeter (d’ailleurs avec une
certaine force) tout ce qui rassemblait à de la divination ou de la
réincarnation, il avouait s’intéresser à la télépathie, à la téléportation
et à d’autres balivernes du même genre. Cela contrariait mon esprit
rationaliste, mais je m’efforçais d’en minimiser l’importance.

Et puis, ce soir là

- Mais si on peut très bien voyager dans l’avenir, le problème c’est qu’on
ne peut pas en revenir ! Répliqua Roger à je ne sais quel propos.
- Alors, à quoi bon ? Lui fis-je remarquer.
- Ça nous permettrait de nous réfugier dans un monde meilleur !
- Ouais ? Pas si évident, il faudrait déjà que l’humanité survive ! Et puis
vous allez y aller comment ?

Je ne sais pas ce qu’il avait l’intention de me répondre, mais je
continuais, tout content de lui montrer que moi aussi je connaissais le
sujet, du moins à ma manière

- En fait, je connais la théorie, il faut aller se balader dans l’espace à
une vitesse proche de celle de la vitesse de la lumière ! Tout simplement !
Mais vous vous rendez compte de la technologie que cela suppose ?
- Mais non ! Rétorqua t-il, passionné par son propos. Il ne faut pas se
laisser enfermer dans des schémas, je veux dire tout considérer que sous
l’angle technologique. Il faut essayer de poser le problème autrement.

Bon, je le sentais parti pour une théorie fumeuse propre à me fatiguer. Par
pure politesse, je lui demandais néanmoins d’expliciter son propos

- Il n’y a pas qu’un avenir, il y en a une infinité, et c’est bien pour cela
que prétendre le prévoir est absurde. Tous les avenirs possibles existent :
Regardez quand vous prenez une décision, par exemple au restaurant, on va
vous demander  » dessert ou fromage ?  » vous prenez le dessert, mais le monde
dans lequel vous avez choisi le fromage, il existe !
- Permettez-moi d’être sceptique ! Répondis-je avec un sourire de
circonstance.

Il faut toujours rester correct dans ces cas là, sinon c’est l’autre qui
vous prend pour un imbécile. Se souvenir de la règle d’or des discussions à
thèmes :  » l’interlocuteur ne change jamais d’avis pendant la discussion  »
alors à quoi bon perdre son temps, plutôt que de le contrer, il était plus
amusant de le pousser aux extrêmes limites de son raisonnement, le faire
douter de ses propres paroles.
Si j’avais su !

- Je vais prendre un autre exemple, imaginez que vous mourriez d’envie de
coucher avec ma femme, c’est une supposition, bien sûr…

En disant cela il me regarde droit dans les yeux. Je rougis comme un gosse
pris en faute. C’est la catastrophe ! J’essaie de me justifier bêtement.

- Vous me faites rougir avec ce que vous dites !

Sylvia vint alors très calmement à mon secours en s’adressant à son époux ?

- Et tu ferais quoi dans ce monde parallèle ?
- Mais rien du tout !
- Tu nous explique mieux, s’il te plait ?
- Si cela reste au niveau des intentions, cela n’a aucune importance ! Je
comprends très bien qu’on veuille coucher avec ma femme. C’est d’ailleurs
plutôt flatteur, et pour elle, et pour moi ! Mais il faut que ça en reste
là. Sinon, je suis jaloux comme un… comme un… comme un… on dit jaloux comme
un quoi d’abord ?
- Comme une vipère ? Proposa Sylvia.
- Ce n’est sûrement pas ça, mais bon, je sais que dans ces circonstances, je
risque d’avoir du mal à me contrôler, d’être extrêmement violent. Je ne dis
pas d’ailleurs que j’aurais raison d’avoir cette attitude, mais je ne
pourrais pas m’en empêcher ! Bon revenons au sujet….

Intelligent, le Roger, il me lançait un sévère avertissement sans avoir la
lourdeur d’insister. Je m’efforçais de ne pas le contrarier en écoutant ses
théories douteuses, et de faire honneur au reste du repas, malgré la
disparition de mon appétit.

En rentrant, j’étais dubitatif. La prochaine fois, ce serait logiquement à
moi de les inviter et ce serait au restaurant. Le ferais-je ? Il était
certain qu’une crise latente couvait.

Je dormis très mal cette nuit, là gambergeant sans cesse. Et le lendemain je
me disais qu’il me faudrait- sans doute abandonner l’espoir d’avoir un
rendez-vous en tête-à-tête avec Sylvia. Je prendrais donc mes distances, la
mort dans l’âme. Quand même il faudra qu’on m’explique ! Des amants et des
maîtresses, il y en a dans cette ville comme partout ailleurs ! Ils font
comment ? J’avais quand même la conviction que quand on cherche une
solution, on finit par la trouver ! Et aussi conséquemment, celle que Sylvia
ne cherchait pas trop, se contentant sans doute d’attendre qu’une occasion
tombe du ciel.
LAURE
Du coup, je me surpris à regarder autrement Laure, l’une de mes secrétaires,
une petite femme d’origine asiatique toute en grâce, elle me lança un
sourire auquel je répondis par un regard sans doute plus appuyé que
d’habitude. Ce fut tout, mais quand elle revint me faire signer un autre
dossier, j’eus l’impression qu’un bouton supplémentaire de son chemisier
avait été déboutonné ! Dans quelle société absurde vivons-nous donc pour que
nos comportements s’encombrent à ce point de codes absurdes ? J’engrangeais
donc le signal, mais n’y donnais pas suite, cela arrivait trop tôt ! Et en
plus j’avais horreur de ce genre de situation ! Oh ! Je sais, je suis comme
tout le monde, j’en profite aussi, mais je sais très bien qu’il n’y a aucune
sincérité là-dedans… Plus tard peut-être…

Je travaillais jusqu’assez tard ce jour là, n’ayant rien de prévu pour la
soirée et n’étant pas vraiment pressé de rentrer. Je me demandais si Laure
avait eu l’audace de s’attarder, elle aussi ! Dans ce cas nous aurions été
seuls dans les bureaux, et… comme quoi des solutions ça existent…
On frappe, je dis d’entrer, c’est Laure, bien sûr !

- Monsieur, puisque vous êtes encore là, vous pouvez peut-être me signer
cette lettre ?
- Vous faites des heures supplémentaires, Laure ?
- Je me sentais en forme, alors je me suis dis autant travailler, je
viendrais plus tard demain matin, ça compensera !
- Il est très joli votre chemisier !
- Le chemisier ou ce qu’il y a à l’intérieur ? Répondit-elle en minaudant

Je suis le roi des cons, je n’aurais jamais dû faire cette allusion, lui
permettant de s’engouffrer dans la brèche. Si je  » reviens en arrière « , ça
risque d’être cruel ! Mais je m’en fous.

- Vous jouer à quoi, Laure ?

Et oui quand on abandonne les codes… Laure est déstabilisée, elle pensait
sans doute l’affaire dans la poche ! Déstabilisée et désillusionnée.

- Mais je ne joue à rien, Monsieur ! Parvint-elle à répondre, visiblement
vexée.
- Si vous jouez à séduire votre patron ! Vous avez peut-être besoin d’une
augmentation ?
- Oh, monsieur !

Je me tais, exprès, il va bien falloir qu’elle trouve quelque chose pour
s’en sortir.

- Ecoutez, monsieur, j’ai eu une parole déplacée, je ne voudrais pas qu’elle
soit mal interprétée, je vous prie de bien vouloir m’excuser.

Mais à quoi, je joue ? Soit j’arrête là ! Soit, on s’envoie en l’air, ce
sera physique, bestial, mais pas plus qu’avec les prostituées parisiennes
après tout.

- Dites-moi, Laure, reste-il d’autres personnes dans les bureaux ?
- Non, Monsieur ! Je vais vous laisser, monsieur, je reprendrais ma lettre
demain !
- Vous savez ce qui m’amuserait, Laure ?
- Non !
- Il est vraiment dommage que je n’ai pas le droit de vous punir pour votre
attitude, j’aurais pris beaucoup de plaisir à vous flanquer une fessée !

Elle doit être en train de se demander si je ne suis pas un peu maboule !
D’autant que la réplique n’est pas très bonne. Que voulez-vous qu’elle
rétorque ! Je change de tactique, et fais dans l’hyper classique :

- Vous faites quoi ce soir ?
- Je n’ai rien de prévu !

Son teint s’éclairci, elle reprend espoir, si j’étais vache… mais je ne suis
pas quelqu’un de vache.

- Je vous paie le restau, Laure ? Après tout c’est à moi de me faire
pardonner de vous avoir brusqué !
- Pourquoi pas ? Mais il faut que je rentre me changer !
- Mais non, mais non… Laure vous n’êtes pas idiote, quand un homme propose
le restaurant à une belle demoiselle, c’est qu’il a des arrières pensés,
vous prenez peut-être un risque ?
- Pas forcément, tous les hommes ne sont pas tous pareils.
- Je ne suis pas différent des autres.
- Alors je prends le risque ! Mais vous en prenez aussi !
- On en prend toujours !
- N’est-ce pas ! Après le restaurant, je peux très bien, prétexter une
migraine pas possible et rentrer chez moi !
- Pourquoi ? Vous ne supportez pas l’alcool ?
- Hi Hi Hi !
- Mais vous avez raison, on ira au restaurant après !
- Je ne vous ai pas donné mon accord ! Répondit-elle, d’une moue coquine.
- Alors je vous le demande ?
- Je vais peut-être me laisser faire !
- Y compris pour la punition !
- Si c’est juste une petite fessée, ça devrait aller, vous n’avez pas des
instincts sadiques au moins ?
- Je vais d’ailleurs vous la donner tout de suite, allez hop viens sur mes
genoux !

Je fais pivoter mon fauteuil, tandis qu’elle s’approche, je l’attrape, la
fous sur mes genoux, et la retrousse, sans aucune manière je dégage le haut
du collant, puis baisse la culotte. Elle a très joli cul, bien joufflu. Je
lui balance une première claque.
- Aïe !
- Tais-toi, ça fait même pas mal !
- Aïe !
- Hummm, les jolies petites fesses ! Elles vont devenir toutes rouges…
- Aïe !
- Tu ne t’attendais pas à ça en rentrant dans mon bureau, hein petite garce
! Dis-je en plaisantant.
- Aïe !
- On dit pas « aïe », on dit « merci monsieur le directeur » !

Son petit derrière est tout rouge, j’arrête les coups, je lui caresse les
fesses, je bande comme un arc ! Soit on continue ici, soit on va chez moi !
Et puis je me dis que de toute façon ce n’est pas contradictoire.

- Ça t’as plu ?
- Ça pique !
- Tu l’avais mérité !

Elle se relève, fait un pas en arrière, réajuste plus ou moins ses fringues
et me regarde droit dans les yeux, elle est souriante mais déterminée :

- Je vais te dire un truc ! Tu me tutoie, alors je fais pareil, il n’y a
plus de directeur et d’employé, il y a deux personnes qui veulent s’amuser…
demain nos rapports redeviendront comme avant. D’accord ?

Le comble ! C’est elle qui me fixe ses conditions, mais comme elle le dit, à
cette heure il n’y a plus de directeur. Quant à la fable des rapports qui
redeviennent comme avant… A moins d’être idiote, elle sait très bien que ce
qu’on est en train de faire, même sans suite ne pourra que la favoriser.

- D’accord ! Conciliais-je.
- Et puis, je vais te dire autre chose ! La fessée que tu viens me foutre !
J’ai une envie folle de te la rendre !
- Pourquoi pas ?

Si elle savait ce que son attitude me faisait plaisir et m’excitait !
J’adore les femmes qui prennent des initiatives, et dans ce genre de
rapport, c’est vrai que ces dames sont trop souvent soumises. Luttant contre
l’envie de me faire faire une fellation sur place, je lui expliquais que
venant travailler à pied, il faudrait qu’on se donne rendez-vous chez moi
d’ici un quart d’heure sans y aller ensemble (discrétion oblige). Elle sonna
deux minutes après que je fus rentré, j’avais juste eu le temps d’enlever
mes chaussures, ma veste et ma cravate.

- Tu veux à boire ?
- Plus tard, assis toi sur le canapé, je vais m’occuper de toi ! Répond-elle

Gonflée la fille ! Mais, je le fais, de toute façon j’ai envie de me laisser
faire. Laure me dégrafe la ceinture de mon pantalon, puis ouvre en grand ma
braguette, ses petites mains aux ongles nacrés s’amusent à tripoter ma verge
par-dessus l’étoffe de mon slip !

- Tu mets des slips ! Tu n’aimes pas les caleçons ?
- Non, mais pourquoi tu demandes ça ?
- Pour mes statistiques !

Elle rigole, moi aussi, si en plus elle a de l’humour, on va passer un bon
moment !

- Tu ne te déshabille pas, Laure ?
- Attends, attends, laisse moi faire, je me débrouille pas mal d’habitude !

Elle tire sur l’élastique du slip, le baisse, et libère mon pénis tout tendu
!

- Hummm, la bête est en pleine forme, on dirait !

Elle me la prend dans les mains, esquisse quelques mouvements de
masturbation d’abord avec le poing entier, puis elle forme un anneau entre
son pouce et son index autour de la base du gland et me branle de cette
façon. Je ne vous dis pas l’effet ! De l’autre main, elle me soupèse les
testicules.

- On va enlever le chemisier ! Dit-elle avec un joli sourire coquin

La voici en soutien gorge, un petit truc mignon, mais assez classique, par
contre les seins sans être gros sont plus volumineux que ce que je pensais !
Rien que des bonnes nouvelles ce soir !

- Enlève-moi ce soutif !
- Je ne veux plus t’entendre, si tu me redonne un ordre, je te laisse !
- Tu bluffe !
- Tu ne me connais pas, j’adore jouer, et quand je joue je le fais à fond !

Elle approche sa bouche de mon gland ! Qu’il est divin ce moment où les
lèvres d’une femme ont décidé de sucer ! J’en ai des picotements partout. Un
coup de langue, juste un petit coup de langue ! A l’emplacement du méat !
Bizarrement, elle s’interrompt :

- Tu aurais peut-être voulu qu’on prenne une douche ?

Je réalise alors qu’elle n’aime peut-être pas mon odeur. Elle est con, elle
va me faire débander avec ses conneries !

- Tu voudrais que j’en prenne une ?
- Non, moi ça ne me gêne pas du tout, mais c’est pour toi, je suppose que tu
voudras goûter à ma chatte !
- Continue ! La douche, on la prendra à la fin !

Elle repositionne sa bouche sur le haut de mon gland, en laissant la langue
sortie au maximum, puis elle a ce geste absolument fabuleux, en restant dans
la même position, elle avance doucement ses lèvres, ce qui a pour objet de
faire entrer progressivement et sa langue et ce sur quoi elle s’est posée.
Ma verge est maintenant rentrée de cinq ou six centimètres dans sa bouche,
elle referme alors ses lèvres et commence des va-et-vient sur la hampe
tandis que la langue batifole à présent sur le gland. A ce rythme je ne vais
pas tenir longtemps. J’en profite pour enlever ma chemise afin de me sentir
plus à l’aise. Laure doit être un peu sorcière. Elle se recule un bref
instant, le temps de retirer son soutien-gorge, j’aime ses seins aux pointes
brunes et aux tétons dressés dont la lumière souligne bien la rotondité.
Elle me laisse admirer l’espace d’un instant, puis replonge vers ma bite,
reprenant son traitement là où elle l’avait laissé, mais cette fois il y a
un plus ! Ses mains se tendent vers mes propres bouts de seins et elle
entreprend de me les serrer avec une certaine intensité. Je n’en peux plus.
Je la préviens que je viens. Elle ne veut pas m’entendre ! Je jouis dans sa
bouche en une longue giclée, tandis qu’imperturbable, elle continue jusqu’à
ce que mon plaisir ait pris fin

- J’avale mais c’est pas trop mon truc ! Me dit-elle en me
plantant là et en allant se rincer la bouche dans la cuisine !

Drôle de fille !

- Ça va ! Tu as bien joui ?
- Super !
- On va pouvoir se reposer un petit peu, et après tu t’occuperas de moi, et
puis je continuerais à m’occuper de toi, en attendant tu peux peut-être me
payer un coup à boire, ça se fait, non ?

On à l’air malin tous les deux, j’ai fini par enlever complètement mon
pantalon et mon slip, je ne suis qu’en chaussettes. Laure est torse nu.. On
sirote notre whisky. On s’aperçoit qu’on ne sait pas trop quoi se dire, elle
fait dans la banalité, me félicite pour la décoration de l’appartement, puis
ça devait la démanger :

- Tu as du en recevoir des femmes, ici !
- A vrai dire t’es la première !
- Jamais d’aventures ?
- Si j’ai une maîtresse à Paris ! Inventais-je et la semaine je suis débordé
!

Je brûlais de lui retourner la question, mais ce n’était pas évident :

- Et toi tu vis toute seule, tu es célibataire ?
- J’habite avec une copine !
- Une copine !
- Ben oui ! Je suis un peu bi !
- Elle ne va pas s’inquiéter la copine ?
- Ben non ! Je l’ai prévenu !
- Tu l’as prévenu que tu allais faire l’amour avec un homme !
- Sois pas si curieux ! C’est ma vie privée ! Et puis je voudrais te dire…
heu.. Je ne voudrais pas que tu te méprennes. Si je suis ici, c’est tout
simplement un défi que je me suis lancé à moi-même, je ne te demande rien en
échange, mais ceci dit…. Reprit-elle en laissant volontairement la fin de sa
phrase en suspens.
- Et ceci dit ?
- Ben ceci dit, je ne refuse pas les cadeaux !
- T’es vraiment une petite salope ! Répondis-je sur le ton de la
plaisanterie !
- Même pas vrai ! Si j’en profitais pour te demander une promotion, c’est
dégueulasse parce que je vais prendre la place de quelqu’un qui le mérite
sans doute mieux que moi, tu vois que je ne suis pas salope ! Par contre te
demander un cadeau, ça ne fait de mal à personne… et d’ailleurs tu n’es même
pas obligé. Tu sais que tu as un beau cul pour un mec ?
- V’la aut’chose !
- T’es prêts à repartir ou on attend encore cinq minutes ?
- On peut attendre un tout petit peu !
- D’accord, j’ai un petit creux, je peux aller voir dans ton frigo !
- Si tu veux ! Mais je t’aurais bien emmené au restaurant, tout à l’heure !
- Juste un en cas !

Et tandis qu’elle se dirigeait vers la cuisine, le hasard voulut que
téléphone sonne. J’aurais très bien pu laisser sonner ! Je regardais, le
numéro ne me disait rien, je décidais de ne pas décrocher, et j’entendis
l’enregistrement du message se déclencher.
Et puis soudain, une sorte d’appréhension ! Je voulais absolument savoir
quel était ce message, mais la présence de Laure m’embêtait. Justement
Laure, elle revenait avec deux yoghourts

- Y’en a du yoghourt, et du 0% en plus ! Tu es au régime !
- Non mais à force de bouffer à l’extérieur, j’ai tendance à grossir, alors
à la maison je mange léger !
- Ah ! J’ai oublié la petite cuillère, c’est où ?

Je lui expliquais. Comment faire pour ce message ! Et puis tant pis, je suis
chez moi, je fais ce que je veux. Je pris le combiné.

 » Vous avez un nouveau message….  »

- Je sais !

 » Bonjour Cédric, c’est Sylvia ! Je t’appelle d’une cabine, je voulais te
dire de ne pas prendre trop au tragique le message qu’a essayé de te faire
passer mon mari. De toutes façons cela ne fait que renforcer mon envie
d’être quelques heures seule avec toi ! Mais ce jour là j’aurais pris toutes
les précautions et personne ne pourra le savoir. D’ors et déjà si tu pouvais
annuler tous tes rendez-vous mardi prochain après midi. Bisous !  »

Mon dieu, je devais sourire aux anges après ce message ! Enfin ! Je vais
pouvoir enfin prendre Sylvia dans mes bras, la caresser, la sentir,
l’embrasser, la…

- Une bonne nouvelle on dirait !
- Oh ! Oui !
- T’en manges un avec moi ? Demande-t-elle en m’indiquant les yoghourts !
- Je préférerais plutôt trinquer au champagne !
- Après le whisky ? On va être dans un drôle d’état ?
- Juste un peu !

Tout de même, c’est assez surréaliste, tout ça ! Je suis fou de joie à
l’idée de faire l’amour avec Sylvia et pour arroser cette joyeuse
perspective, je ne trouve rien de mieux à faire que de trinquer au champagne
avec une de mes employées, jouant les putes occasionnelles, qui vient de me
faire une pipe et qui va peut-être recommencer dans quelques instants.

- On trinque à quoi ? Demande-t-elle
- Je sais pas, moi, à l’amour, à nous, aux femmes, Tchin !
- Tchin !

Je pose mon verre, je m’approche d’elle, je lui caresse les seins, elle se
laisse faire quelques instants, me souriant, j’approche mon visage du sien,
elle se dérobe alors !

- Je croyais avoir dis que c’était moi qui commandais !
- Alors commande !
- Bon si j’enlevais ma jupe, j’ai l’air un peu conne comme ça, non !
- Moi je trouve que ça te va très bien !
- Tu ne veux pas voir ma petite chatte ?
- Si, si, bien sûr !

Elle enlève tout, elle est belle, elle est très poilue, ça déborde même un
peu sur les cuisses, et un curieux filet grimpe jusqu’au nombril…

- Je devrais me faire le maillot, j’attends toujours le dernier moment !
Commente-t-elle.

Elle vient s’asseoir sur le canapé !

- Viens t’allonger sur mes cuisses, je vais te rendre la fessée que tu m’as
donné tout à l’heure !

Elle y tient ! Mais bon, ça ne me dérange pas vraiment ! Je m’installe de
telle façon qu’elle ait mon postérieur à portée de main

- Shlack !

C’est qu’elle tape fort, la secrétaire ! Je lui dis, elle me traite
d’omelette et continue sans tenir compte de mes protestations, je commence à
m’habituer à la douleur, mais il y les effets secondaires, ça chauffe, ça
pique, et puis je voudrais bien ne pas être obligé de m’asseoir sur un
coussin demain dans mon bureau ! Enfin ça s’arrête… et le croiriez-vous
cette petite séance de  » spanking  » m’a fait bander. Laure me caresse le cul
!

- Il est vraiment beau, pas trop poilu, bien rebondi… on en mangerait !

J’ose espérer qu’elle ne va pas se mettre à me mordre, avec un tel phénomène
on peut s’attendre à tout ! Non c’est pire que ça, Mademoiselle s’est
mouillé le doigt et est en train de faire des cercles très stratégiques
autour de mon anus ! Elle va me foutre un doigt dans le cul, je le sens, je
le sens ! Et puis je finis par le sentir pour de vrai parce que maintenant
il est rentré, elle est en train de me branler le cul, curieuse impression
mais pas désagréable du tout !

- Ça te plait !
- C’est pas mal !
- Si on se revoit, j’apporterais un petit vibro, je t’enculerais avec !

Elle a de ces expressions, la demoiselle ! Et puis, ce  » si on se revoit  »
ça veut dire quoi au juste ? N’empêche que ça commence à être vachement bon
son truc ! Et mon sexe ne débande pas !

- Tu ne connaissais pas ?
- Non !
- J’ai plein d’autres trucs à t’apprendre, c’est comme tu voudras ! Pour la
suite on serait peut-être mieux dans le plumard ! Euh… t’as des capotes !
- Oui !
- Je vois que Monsieur est prévoyant ! On va emporter le champagne, on aura
peut-être soif.

Elle s’allonge sur le lit, écarte ses cuisses !

- Allez viens me montrer comment tu lèches !

J’adore ça, c’est même l’un de mes trucs préférés, faire minette à une femme
! J’aime en lécher les coins, en explorer les recoins, jouer avec ma langue,
mes lèvres, mes doigts. Et Puisque c’est elle qui demande, tout laisse à
penser que c’est une bonne clitoridienne, je devrais me régaler. J’approche
mon visage, tend ma langue et fait quelques approches en de larges lapés. Ça
sent un peu fort, mais ça ne me dérange pas plus que ça ! Elle est déjà
mouillée, j’adore ce goût si particulier ! Je m’en délecte, je suçote un peu
ses petites lèvres, puis dirige ma langue vers son clitounet d’amour.

- Tu aimes l’odeur de ma chatte ?

Elle ne peut pas se taire un peu, non ?

- Bien sûr !
- Si tu aime les odeurs tu dois être servi… De la mouille, de la sueur, de
l’urine !

Ça la fait rire ! Je ne réponds pas, je m’applique, mais elle se dégage !
Pas de bol !

- Attend allonge-toi, on va faire ça en soixante-neuf !

Ah ! Bon ! Ce n’était que cela l’interruption, ! Mais c’est une idée qui est
excellente et tandis que je sens la bite retrouver le contact de sa bouche
experte, je reprends mon labeur, la position est agréable, mais du point de
vue visibilité ce n’est pas terrible. Je lui aspire son petit clito, déjà
j’entends des halètements. J’accélère, toute mon énergie en ce moment n’est
destinée qu’à lui donner du plaisir, et il ne tarde pas à venir. Elle pousse
un hurlement, elle dégringole carrément sur moi, heureusement elle m’a lâché
la queue !

- Super ! Tu veux me pénétrer ou tu préfère que je te suce à fond comme tout
à l’heure ?
- Je croyais que c’était toi qui commandais !

Elle ne répond pas, mais se remet en position pour me lécher le sexe, je
crois judicieux de faire de même et à nouveau j’approche ma langue de son
minou.

- Non attend une minute ou deux, c’est trop sensible pour l’instant ! Ou
alors on peut faire un truc ! Tu aimes le pipi ?
- Hein ?
- Laisse tomber, je vais te faire rebander comme il faut et tu vas me
prendre ! D’accord ?

Un vieux fantasme m’a effleuré, elle aurait sans doute dû insister, elle ne
l’a pas fait, mais puisqu’on doit se revoir…. Elle stoppe sa fellation, et
elle se positionne en levrette ! Oh ! Mon dieu que c’est beau le cul d’une
femme dans cette position ! Du coup j’ai envie de lui lécher le petit trou !
J’ose lui demander !

- Pour l’instant prend moi ! Répond-elle

Je m’introduis, je fais quelques mouvements, elle est assez étroite, à ce
point que j’ai l’impression que mon sexe est comme serré. Je commence
doucement, puis une certaine sauvagerie m’envahit, j’accélère, je pilonne !
D’une main je lui fous des claques sur les fesses, je finis par jouir
complètement épuisé, je m’écroule sur elle !
On a rebu une coupe de champagne, on n’avait plus envie d’aller au
restaurant, on s’est fait une bouffe maison avec une paella en conserve, on
a été se coucher, on s’est caressé longtemps sans faire l’amour, j’ai enfin
pu l’embrasser sur la bouche, longuement, passionnément et on s’est endormis
dans les bras l’un de l’autre.

Au petit matin, elle avait disparu, me laissant un mot ou elle m’assurait de
sa discrétion et me demandait d’en faire de même. Elle me précisait aussi
que si l’envie me prenait de recommencer, il suffirait de lui demander mais
que cela n’avait rien d’obligatoire et ça se terminait par  » Finalement t’es
sympa, ça m’a bien plu, tout ça. Bisous !  »

Drôle de fille !

J’avais hâte d’arriver à mardi et j’avais hâte que cette promesse de
rendez-vous avec Sylvia se concrétise. Le lundi soir, il n’y avait toujours
pas de message, je ne savais que faire ! Ne pas prendre d’initiative
avait-elle dit ! Mais s’il lui était arrivé quelque chose ? Anxieux je
courus acheter une carte téléphonique et appelais chez elle. J’avais une
chance sur deux, ce pouvait très bien être Roger qui décroche !

- Allo !

Je raccrochais heureux, j’avais entendu la voix de ma bien aimée ! J’aurais
pu lui souffler un mot mais je préférais obéir à son instruction de ne
prendre aucune initiative. Il ne me restait plus qu’à attendre.
Je n’eus son message qu’à 23 heures.

- Cédric ! C’est moi ! Je suis désolée d’appeler si tard. Tu va être déçu,
c’est râpé pour demain, Roger devait aller au Mans et puis finalement il n’y
va pas. Mais nous aurons une autre occasion dans très peu de temps, sois
patient ! Je te laisse ! Je t’embrasse !

Elle n’attendit même pas ma réponse ! J’étais tout d’un coup d’une humeur
massacrante, et moi qui ne bois presque jamais, entrepris de me servir un
martini gin rempli à raz bords dans un grand verre à soda, cela eut le
mérite de m’envoyer assez vite au lit.
La surprise de Sylvia
Le temps passait, j’envisageais à présent d’inviter au restaurant Sylvia et
Roger. On verrait bien comment ce dernier se comporterait. J’appelais du
bureau. C’est Sylvia qui répondait !

- Ah ! Comment allez-vous ?

Elle me vouvoyait, cela voulait dire qu’elle n’était donc pas seule. Je lui
explique la raison de mon appel

- Quelle coïncidence, je voulais justement vous appeler, nous avons une
surprise à vous proposer, mais il faut venir vendredi à 20 heures chez nous.
On fera un petit souper chez nous après la surprise !
- Non c’est moi qui vous amènerais au restaurant
- La prochaine fois, pour ce coup ci tout est prévu, alors d’accord ?

Bien sûr que c’était d’accord, sauf que je n’étais pas au bout de mes
surprises ! J’arrive. Sylvia m’ouvre la porte, elle s’est vêtue d’une robe
bleue au décolleté provocant ! Je me demande si je ne suis pas tombé dans un
traquenard ! A quel jeu joue Roger qui laisse sa femme s’habiller comme ça
mais qui lance des missiles d’avertissement à ceux qui regardent de trop. Il
me salue ! Il est en costume chic avec nœud papillon, le Roger ! C’est quoi
ce truc ?

- Vous être prêt Cédric, on vous emmène ?
- Mais on va où ? Je ne suis peut-être pas habillé comme il faut !
- Mais, non chacun s’habille comme il veut, n’est-ce pas Roger !
- Tout à fait, Sylvia !
- Normalement, on devait se retrouver avec ma nièce, mais elle n’a pas l’air
de venir et son portable ne réponds pas ! Mais d’ailleurs vous la
connaissez, elle travaille dans votre agence, c’est…

La sonnette interrompit la phrase de Roger ! Il alla ouvrir laissant entrer
qui ?
Et bien oui ! Laure !

- Je ne vous présente pas Laure, vous la connaissez (s’ils savaient !) mais
vous ignoriez probablement qu’il s’agissait de ma nièce ! Indique Sylvia !
Ce n’est d’ailleurs pas une vraie nièce, c’est la fille adoptive de ma
belle-sœur, mais pour nous elle fait partie de la famille !

Ça commence à devenir bizarre, tout ça ! On descend, on se consulte pour
savoir si on y va à pied ou en voiture, et finalement on prend la voiture…
et en route. Je n’ai vraiment aucune idée de l’endroit ou l’on m’emmène, je
pense néanmoins à une sorte de réception, de vernissage, d’inauguration,
rien qui ne m’emballe vraiment, on verra bien ! On s’arrête à l’hôtel de
ville. On descend, on emprunte un escalier, une flèche indique  » salle des
conférences « . On s’y rend, il y a un monde fou ! Roger est accueilli par le
maire de la ville, tous les notables sont là ! Je regarde le panneau
d’affichage on y annonce une conférence suivie d’une vente dédicace sur  »
Les nouvelles pistes de la télépathie  » par un dénommé Aurélien Vinogradov !

L’horreur ! J’avais reçu un carton pour ce truc là que j’avais évidemment
foutu au panier ! Que Roger me joue un tour pendable en m’invitant à cette
fumisterie, je veux bien, mais la complicité de Sylvia là-dedans, je ne la
saisis pas bien ! Quelque chose doit m’échapper.
Tandis que Roger est accaparé par un tas de gens, je parviens à prendre
Sylvia à part !

- M’expliquerez-vous cette plaisanterie Sylvia ?
- Vous allez vite comprendre, et je crois que vous ne serez pas déçu, je
vous expliquerais pendant la conférence.

On s’assied tous sur des chaises assez inconfortables, mais il semble bien
qu’on en ait rajouté ! 300 personnes pour écouter un tordu ! Ils sont
vraiment allumés graves dans ce patelin. Je me retrouve assis entre Sylvia
et Laure. Incroyable ! Je ne vois pas où s’est posé Roger ! Et puis je crois
deviner la surprise, la lumière va s’éteindre, il va y avoir une belle
projection informatique genre  » power point  » et pendant ce temps là je
pourrais peut-être peloter Sylvia ! Mais la présence de Laure à côté me gêne
un peu ! Finalement, ça ne doit pas être ça, parce que je ne vois aucun
appareil de rétroprojection. Une espèce d’armoire à glace s’est assis juste
devant moi, à ce point que je suis obligé de me pencher si je veux regarder
la tribune.

- Mesdames messieurs… Commence Monsieur le maire. C’est maintenant un
secret de polichinelle, vous savez tous maintenant qui est Aurélien
Vinogradov, je vous demande de l’applaudir.

C’est alors qu’apparaît Roger ! C’est quoi ce cirque ?

- Faudra peut-être attendre la fin pour que je t’explique, soit patient ! Me
chuchote Sylvia

Ce n’est donc pas le pelotage, c’est autre chose, et le Roger qui débite son
truc ! Il n’a aucun talent d’orateur, il parle d’une voix monocorde, lisant
des notes rédigées dans un style très académique, c’est mortel ! Et c’est
d’un con…

- En matière de télépathie on a d’abord pensé à des ondes radios. Cette
hypothése a mené à une impasse. Les expérimentations n’ont rien donné de
probant ! D’aucuns ont donc cru enterrer la télépathie. Pourtant : quand
quelqu’un vous regarde dans votre dos, vous le sentez, quand quelqu’un à
peur il peut rendre sa peur contagieuse, il peut aussi rendre contagieuses
ses joies, ses peines et même ses hallucinations. Alors la réponse on l’a
cherché et on l’a trouvé où ? Chez les insectes ! Oui les insectes et
notamment les papillons, les abeilles et les fourmis…

Mon dieu, encore un qui a trop lu Werber et ses insupportables fourmis ! Je
renonce à regarder l’orateur, me contentant de l’écouter

- … le cerveau communique par émission de phéromones, il ne nous reste plus
qu’à apprendre à emmètre à volonté ces émissions, à apprendre à les capter,
et la télépathie aura enfin droit de cité… les phéromones, les phéromones,
les papillons, les télépathes, les papillons, les télépathes phéromones, les
papillons, les émissions, les réceptions, les phéropathes, les phérrrrr
- Ne vous endormez pas, Cédric !
Ailleurs
Il se réveilla doucement de sa torpeur. Il ne reconnaissait pas les lieux.
Puis la vision de ces tubes plantés dans son bras l’épouvanta.
L’hôpital !
Mais que lui était-il arrivé ?
Il fit un effort de mémoire pour tenter de retrouver les circonstances qui
auraient pu l’amener ici. En vain !
La porte s’ouvrit. Un choc ! Qui c’est celle-là ? Mais aussi quelle tenue
pour un hôpital ? Cette grande blonde à la poitrine généreuse ne portait
qu’une nuisette blanche quasi transparente. Et rien en dessous. Rien du tout
! On distinguait nettement son sexe épilé. Mais c’est sur sa poitrine que
son regard se fixait.
100 D se surprit-il à penser ! Au moins sa mémoire n’était donc pas
complètement foutue

- Ah Cédric ! Que je suis contente ! Que je suis contente !

Et puis la crise nerveuse. Elle se mit à pleurer. Heureusement car il allait
lui dire qu’il n’était pas Cédric ! Quel nom ridicule, il était qui ?
Incapable de le dire ! La fille se calma.

- Tu te sens comment ?
- Je ne me rappelle plus de grand chose !
- Tu te rappelle de moi quand même ?
- J’ai peur que non !
- Ca va revenir !
- T’as faim ?

Faim ? A oui ! Manger ! Non, pas vraiment. Sa bouche toute sèche manquait
singulièrement de salive !

- Non !

Il regarda à nouveau la fille. Mais pourquoi une telle tenue ? Et ou
était-il ? La première question était difficile à poser, il posa la deuxième

- Au Vinogradov, bien sûr
- Au Vinogradov ?

Ça ne lui parlait vraiment pas !

- Et puis arrête de me reluquer comme ça ! Ma poitrine, on dirait que tu ne
l’as jamais vu ! Tiens ça me donne une idée, ça va peut-être te rafraîchir
la mémoire. Essaie de t’asseoir dans ton lit.

Il le fit au prix d’un effort assez fatigant. La femme enleva sa nuisette et
vint lui fourrer sa poitrine sous le nez. Ou plus exactement sur les lèvres,
Son téton frôlait maintenant sa bouche qu’il ouvrit d’instinct, gobant le
délicieux appendice de chair et l’astiquant de sa langue. Elle changea de
sein et lui donna l’autre qui subit le même traitement ! Quelque chose de
raide l’interpellait

- Bite !
- Pardon ?
- Il y a des choses qui me reviennent !
- Je vois bien !

Quelqu’un entra :

- Ne l’excitez pas trop Sylvia, il doit être encore faible !

Ainsi la blonde s’appelait Sylvia ! Ca ne lui disait décidément rien du tout
!

- Je sais ce que je fais !
- Je l’espère. On va lui enlever tous ses tubes et le laisser reposer un
petit peu. Demain nous aviserons. Son réveil doit rester secret pour
l’instant.

Une piqûre l’endormit aussitôt, pour plusieurs heures. Quand il se réveilla,
il faisait nuit
Nuit !
Il avait rêvé des gros nichons de Sylvia ! Mais était-ce un rêve ? Il avait
aussi souillé ses draps ! Il ignorait quelle heure il était !
L’heure !
Il se rendormit. On le réveilla le lendemain. Ils étaient plusieurs dans sa
chambre. Sylvia était là !
Sylvia !
Sylvia et sa nuisette transparente, Sylvia et ses gros nichons
Nichons !
Se rappelant qu’elle l’avait fait asseoir avant de lui donner ses seins à
sucer, il reprit cette position et attendit. Mais il ne se passa rien. Un
moment elle se retourna et il put admirer ses fesses, regrettant qu’elles ne
soient pas assez rebondies
Fesses
L’érection le reprit !
Bite !

- Sylvia n’y arrivera pas seule ! Dit quelqu’un d’un ton péremptoire

Le type qui venait de parler était vêtu d’une sorte de combinaison
plastifiée. La suffisance du personnage transparaissait sur l’expression de
son visage. Il décida de le détester pour cela !

- Laissez-moi du temps, Roger !
- Non ! Il faut qu’il retrouve ses esprits rapidement, donnez-lui à manger,
et conduisez-le à la serre aux papillons !
- Est-ce moi qui devrais officier ?
- Ça vaudrait mieux ! Précisa Roger ! Mais avant il faut une forte
stimulation visuelle, je vais vous envoyer quelqu’un, il faut d’abord que je
retrouve dans ma base de données la personne idéale puis il faut qu’on aille
la chercher et qu’on la mette dans la confidence. Ne perdons pas de temps,
chaque minute compte.

L’heure a avancé. On le place sur un lit à roulettes, on prend des
ascenseurs, des couloirs, des escaliers, on finit par déboucher dans une
sorte de dôme humide et envahi par une végétation luxuriante. On le conduit
face à une sorte de mare d’eau stagnante recouverte de nénuphars, on
l’allonge délicatement sur un matelas en mouse, puis on en relève un petit
peu le dossier, afin qu’il puisse voir, lui précise-t-on.

Il y a au beau milieu de la marre un minuscule îlot, pas très loin de
l’endroit où on l’a laissé, trois mètres peut-être. Sylvia s’y rend en
posant ses pieds sur des pierres plates. Elle enlève sa tunique. Elle est
ainsi complètement nue ! Elle est belle ! La chaleur de l’endroit la fait
transpirer, ces gouttelettes de sueur venant loger entre ses seins sont du
plus bel effet. Déjà, il rebande, cite son prénom !

- Sylvia !
- Tu me reconnais maintenant ?
- Tu es Sylvia !
- Mais qu’est que tu as comme souvenirs de moi ?
- Souvenirs ?
- Bon, te creuse pas trop, ça devrait venir tout seul !

Une autre femme la rejoint sur l’îlot, elle est nue aussi, c’est une
asiatique. Une jolie poitrine pas très grosse mais bien galbée avec de
belles aréoles brunes. Elle se tourne, elle a de très jolies fesses

- Tu la reconnais ? Demande Sylvia.
- Non !
- Elle s’appelle Laure !
- Laure !
- Ça ne te dit rien ?
- Non !

Une voix féminine, suave et modulée venue d’on ne sait où clame simplement :

- Phase 1

Les deux femmes sont face à face. Curieux contraste. Tout les sépare.
Sylvia, grande femme d’âge presque mûr, les seins lourds, les cheveux
blonds, et les yeux bleus, la peau très blanche, et Laure, petite asiatique
aux longs cheveux noirs. Elles se regardent, semblent se tester. Laure ose
une main sur le corps de Sylvia, cette dernière se laisse faire, visiblement
elle aime les caresses. Les mains s’attardent d’abord sur les seins
accompagnant leurs galbes, puis parcourent le corps, en entier, le cou, les
épaules, les bras, le ventre, elles épargnent le pubis, puis passent de
l’autre côté, explorant le dos, et descendant sur les fesses qu’elle agrippe
à pleines mains, une petite incursion sur les cuisses, puis c’est la
remontée directement vers la poitrine, les mains passent et repassent de
telle façon que les tétons soient à chaque fois en contact avec la paume de
la main, puis les mains se retirent un instant, elles n’ont plus besoin
d’être entières, deux doigts peuvent maintenant suffire, deux doigts qui
serrent les bouts, les tortillent, les excitent. Laure approche son visage
du corps de sa partenaire, elle n’a pas à se baisser beaucoup pour qu’il
soit en face des ses seins, elle ouvre la bouche, et gourmande sort sa
langue qui vient à son tour exciter la pointe offerte. Sylvia lui rend sa
caresse comme elle le peut, la position n’est pas très pratique, mais elle
arrive à atteindre le bas du dos, effleurant ses fesses de caresses
sensuelles. Sylvia se baisse maintenant, cherche le visage de Laure, les
deux bouches sont en face l’une de l’autre elles s’entrouvrent, les langues
se cherchent se taquinent, puis les bouches se collent, longtemps tandis que
le ballet à quatre mains ne s’interrompt pas.

Cédric bande sans discontinuer. Petit à petit il a repris conscience de son
corps, mais il ne comprend pas ce qu’il fait là, qui sont ces femmes qui
prétendent le connaître et pourquoi se livrent-elles à de pareils ébats
devant lui dans la chaleur de cette serre tropicale ?

Sylvia s’est mise à genoux devant la petite asiatique. Elle est ainsi à la
hauteur de ses seins qu’elle entreprend de téter l’un après l’autre avec
infiniment de douceur, infiniment de tendresse, le petit bourgeon du téton
roule sous la langue de la blonde, se durcit, grossit, et provoque chez
Laure des frissons de bien être.

Puis les deux femmes se couchent, l’une sur l’autre tête bêche !

- Soixante-neuf !

Des images lui reviennent comme des flashes, pourquoi celle-ci ?

C’est Sylvia qui s’est couchée au sol, et c’est son visage que voit Cédric,
son beau visage qui lèche maintenant sous le cul de Laure dont le sexe est
ouvert, les nymphes écartées. Cette position est idéale pour le voyeur si la
suceuse à l’intelligence de concentrer sa besogne sur le clitoris de sa
partenaire, le reste du sexe restant alors bien visible… et non seulement il
est bien visible mais au fil des assauts linguaux de sa partenaire, il se
lubrifie de liqueur intime et devient luisant… Les deux femmes ondulent,
gémissent, jappent leur plaisir ! Un hurlement ! C’est Laure. ! Sylvia
arrête de lécher, elle semble se concentrer s’arque-bouter mentalement sur
son plaisir à elle, tout proche, la liqueur de Laure est tellement abondante
qu’elle dégouline sur le visage de la grande blonde, et puis Laure se lâche
complètement, de l’urine ruisselle de sa chatte, mais de façon naturelle,
non dégradante.

Cool ?

Sylvia ne fait rien pour éviter le flot qui l’asperge et finit par crier à
son tour sa jouissance. Les deux femmes se relèvent et s’embrassent avec une
infinie tendresse.

- Phase deux ! Annonce la voix !
- Oui, bon ben d’accord, il n’y a pas le feu ! Proteste Sylvia.

Laure disparaît de la serre, Sylvia se rapproche de Cédric se positionne les
genoux écartés à cheval sur le bas de ses cuisses. Elle est mouillée de
partout, la chaleur, la sueur, ses liquides intimes et ceux de Laure…
l’humidité souligne sensuellement ses formes. Elle se caresse quelques
instants le corps, semble se concentrer sur quelque chose de secret, puis
elle prend une profonde inspiration, saisit chacune de ses nymphes entre
entre le pouce et l’index et les tire ! Puis tout en les laissant tirées,
elle s’amuse à les faire se rejoindre, puis à les séparer. Elle répète ce
mouvement plusieurs fois de suite, et de plus en plus vite !
- Les phéromones de mes nymphes communiquent avec celles des papillons !
Explique-t-elle.

Phéromones ?

Un premier papillon apparaît, un joli papillon jaune et noir, un second le
rejoint, un vert et bleu, puis un troisième, puis plein d’autres… Il y a une
centaine de papillons qui virevoltent maintenant au-dessus de Cédric et de
Sylvia.

- Phase trois !

Sylvia s’en va ! Les papillons reprennent leur ballet. Mais il semble qu’ils
changent de couleurs, ils deviennent de la même teinte que les nymphes de la
grande blonde, ils se transforment, une nouvelle chrysalide a créé le
papillon nymphe ! Un premier s’approche du sexe de Cédric, ses ailes
parviennent à coincer la peau de la verge de Cédric, juste à la base du
gland, puis la fait légèrement remonter. C’est beaucoup d’effort pour ce
pauvre papillon qui abandonne l’affaire complètement épuisé, mais un autre
de ses congénères prend le relais, puis un autre… Les uns remontent la
peau de la verge, les autres la redescendent en une parfaite coordination.
Cédric sent le plaisir monter ! Il semble que des flots de souvenirs lui
remontent à la surface ! Ça y est ! Tandis que sa jouissance éclate, il sait
dire à présent qui est Sylvia, qui est Laure, mais que fait-il dans ce
curieux pays ?

- Bon c’est pas un peu fini, non ?

La voix de Sylvia, la salle de conférence, elle est maintenant quasiment
vide… c’était donc un rêve, mais…

- Que vous dormiez, vous n’étiez malheureusement pas le seul, que vous
ronfliez, c’est grotesque, mais qu’en plus vous fassiez des rêves érotiques
visibles c’est tout simplement inadmissible ! Tempête Sylvia.

Je ne l’avais jamais vu en colère, c’est impressionnant !

- Et d’abord vous rêviez de qui ?
- Mais de vous !

La gifle m’atterrit en plein visage ! C’est pas juste !

- Pardon Sylvia !
- C’est qui Sylvia ?

Hein ! Qui qui cause ? C’était encore un rêve, je fais des rêves à tiroirs
maintenant. Laure est à mes côtés, elle est tout à fait réveillée ! J’essaie
de faire le tri ! J’ai vraiment du mal !

- C’est qui Sylvia ! Insiste Laure !
- Un fantasme !
- Elle n’existe pas ?
- Si !
- Bon, tu m’expliqueras, enfin tu n’es pas obligé. J’aime bien ce prénom !
- Ah ?

Qu’est ce que vous voulez que je lui réponde ?

- J’ai une tante qui se prénomme comme ça ! Mais qu’est ce qui t’arrive, tu
es blanc comme un linge !

Une coïncidence, ce ne peut être qu’une coïncidence ? Des filles qui se
prénomment Laure et qui ont une tante qui se prénomme Sylvia il doit y en
avoir des tonnes

- Elle habite où ta tante ?
- Ici à Morsac, remarque c’est pas vraiment ma tante, parce ce que je suis
une enfant adoptée ! Mais Cédric… Ça ne va pas Cédric…

© Nicolas Solovionni – été 2002
Nikosolo@hotmail.com

Ce texte a obtenu le 2ème prix Vassilia du « meilleur récit publié sur notre
site en 2002

Ce contenu a été publié dans Histoires, Récits, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La serre aux papillons par Nicolas Solovionni

  1. Canigou dit :

    Solvionni est un poété

  2. Muller dit :

    une très belle fable érotique joliment tournée

  3. farini dit :

    Réellement très joli ! Quelle imagination !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>